Free Bird

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Free Bird Airlines.

Free Bird

Single par Lynyrd Skynyrd
extrait de l'album (pronounced 'lĕh-'nérd 'skin-'nérd)
Sortie 13 août 1973 (album)
23 novembre 1974 (single)
Durée 9:07 (album)
4:41 (single)
Genre southern rock
Auteur Ronnie Van Zant
Compositeur Allen Collins
Producteur Al Kooper
Label MCA

Singles par Lynyrd Skynyrd

Pistes de (pronounced 'lĕh-'nérd 'skin-'nérd)

Free Bird (ou Freebird) est une chanson du groupe Lynyrd Skynyrd.

Écrite par Allen Collins et Ronnie Van Zant, elle est parue en août 1973 sur le premier album du groupe, (pronounced 'lĕh-'nérd 'skin-'nérd). Elle est également parue en single en novembre 1974 et s'est classée 19e dans le Billboard Hot 100. En 1976, une version live de la chanson extraite de l'album One More from the Road se classe 38e.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un jour, Kathy Jones, la femme de Allen Collins depuis 1970, guitariste du groupe, lui dit : « If I leave here tomorrow, would you still remember me ? » (« Si je m'en allais demain, est-ce que tu te souviendrais encore de moi ? »). Allen note cette question, qui devient finalement le premier vers des paroles de Free Bird[1].

Freebird est l'archétype et le précurseur de nombreux morceaux sudistes commençant en ballade et se terminant en cavalcade endiablée de guitares. Parmi les morceaux que cette forme musicale a inspirés, chaque groupe désirant avoir « son » Freebird : Green Grass and High Tides des Outlaws, Highway Song de Blackfoot, Lonesome guitar de Doc Holiday, Fall of the Peacemakers de Molly Hatchet, Guessing Game de Point Blank et Hold on Tight de The Whiskey River Band.

À chaque fois que cette chanson était jouée en concert, Ronnie Van Zant, le leader du groupe Lynyrd Skynyrd, la dédicaçait à Duane Allman et Berry Oakley, membres décédés du groupe Allman Brothers pour qui il avait une grande fascination. Duane Allman était un grand ami de Ronnie Van Zant, qui ajoute à chaque concert : « C’est un oiseau libre désormais… ».

Popularité[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Lynyrd Skynyrd conclut généralement ses concerts avec Free Bird, mais les musiciens attendent parfois le second rappel pour la jouer, moment où le public la réclame à cor et à cri. Pour le public, c'est devenu une plaisanterie classique de fin de concert de s'écrier « Free Bird! », peu importe quel artiste est sur scène : on peut entendre ce cri dans des concerts de Britney Spears[2],[3].

Réutilisations[modifier | modifier le code]

, dans les films The Devil's Rejects et La Maison des 1 000 morts de Rob Zombie, dans le jeu GTA : San Andreas sur la radio K-DST, dans la série Six Feet Under (Saison 2, épisode 8) ainsi que dans le jeu de karaoké Singstar. On peut aussi entendre le solo de Free Bird, joué par John Petrucci au milieu du morceau Take the Time sur l'album live Once in a Livetime de Dream Theater. Dans le film Le premier jour du reste de ta vie, le personnage de Jacques Gamblin dit à son fils que "Free Bird" est le plus grand solo guitare rock de tous les temps.

Cette chanson a également une forte place dans le jeu vidéo Guitar Hero et sa suite : dans le premier volet, un message vient souvent s'adresser lors du chargement aux joueurs : « Ils te charrient. Ils ne veulent pas vraiment que tu joues Free Bird », clin d'œil amusé au fait que la chanson est souvent réclamée, mais que rares sont ceux qui veulent vraiment Free Bird. Toutefois, dans le second volet, la toute dernière chanson débloquée, le rappel de la dernière liste est justement Free Bird. Et dans le chargement qui précède cette musique, on trouve des messages comme : « Tu aimes vraiment Freebird, hein ? »

On peut entendre Free Bird lors de la campagne solo Terran du jeu vidéo StarCraft 2 : Wings of Liberty, dans la cantina de l'Hypérion, pendant une cinématique montrant Jim Raynor devant un verre d'alcool, sermonné par son ami le commandant Matt Horner.

Dans le film "Forrest Gump", le solo de guitare est utilisé dans la scène ou Jenny monte sur le balcon et hésite de sauter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.songfacts.com/detail.php?id=1703 (lien anglophone)
  2. Philippe Manœuvre, La discothèque idéale
  3. Freebird: That Joke Isn't Funny Anymore