Le Drôle de Noël de Scrooge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Drôle de Noël de Scrooge

Titre québécois Un conte de Noël
Titre original A Christmas Carol
Réalisation Robert Zemeckis
Scénario Robert Zemeckis
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
ImageMovers Digital
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Sortie 2009
Durée 96 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Drôle de Noël de Scrooge ou Un conte de Noël au Québec (A Christmas Carol) est un film américain en capture de mouvement 3D, réalisé par Robert Zemeckis et produit par Walt Disney Pictures, sorti en 2009. C'est l'une des nombreuses adaptations du conte Un chant de Noël de Charles Dickens.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ebenezer Scrooge aborde la période de Noël avec son dédain et son avarice habituels, maltraitant comme toujours son malheureux employé et son joyeux neveu. Pourtant, durant la nuit de Noël, il reçoit la visite de trois fantômes qui vont changer sa vie à jamais.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : 6 novembre 2009
Drapeau de la Belgique Belgique : 18 novembre 2009
Drapeau de la France France, Drapeau de la Suisse Suisse romande : 25 novembre 2009

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources : Version française (V. F.), Version québécoise (V. Q.)

Musique[modifier | modifier le code]

A Christmas Carol
Motion Pictures Soundtrack

Bande originale par Alan Silvestri
Enregistré Los Angeles[2]
Durée 61:00
Format Téléchargement
Compositeur Alan Silvestri
Label Walt Disney Records

La bande originale est composée par Alan Silvestri, qui a travaillé sur presque tous les films de Robert Zemeckis. L'album contient la chanson God Bless Us Everyone interprétée par Andrea Bocelli et écrite par Silvestri et Glen Ballard. Andrea Bocelli en a également interprété une version en italien[2].

Liste des titres
  1. A Christmas Carol Main Title - 4:21
  2. Scrooge Counts Money - 0:48
  3. Marley's Ghost Visits Scrooge - 6:13
  4. The Ghost of Christmas Past - 4:58
  5. Let Us See Another Christmas - 1:18
  6. Flight to Fezziwigs - 1:28
  7. First Waltz - 1:00
  8. Another Idol Has Replaced Me - 1:40
  9. Touch My Robe - 3:42
  10. The Clocktower - 1:50
  11. The Carriage Chase - 3:24
  12. Old Joe & Mrs. Dilber - 2:27
  13. This Dark Chamber - 1:57
  14. None of Us Will Ever Forget - 1:33
  15. Who Was That Lying Dead? - 3:08
  16. I'm Still Here - 1:27
  17. Ride On My Good Man - 1:04
  18. God Bless Us Everyone (interprété par Andrea Bocelli) - 3:16

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Robert Zemeckis a déclaré qu'Un chant de Noël était l'une de ses histoires de voyage dans le temps préférées[4] :

« J'ai découvert cette histoire lorsque j'étais enfant et, comme des millions de gens à travers le monde, elle m'a fasciné. Elle était à la fois fantastique et très humaine, un peu sombre et porteuse de beaucoup d'espoirs. Comme toutes les grandes histoires, celle-là méritait d'être présentée à une nouvelle génération. Notre sentiment était qu'aucun film n'avait jamais été complètement fidèle à l'esprit de l’œuvre originale. Lorsque vous lisez le texte de Dickens, vous découvrez qu'il est remarquablement dense, souvent drôle, parfois effrayant et surtout, très imagé. C'est exactement comme si Dickens avait écrit son histoire pour en faire un film ; le style est très visuel et très cinématographique. C'est la plus merveilleuse histoire de voyage dans le temps qui ait jamais été écrite et en retournant à l'essence même de l’œuvre telle qu'elle a été imaginée par Dickens, nous retrouvions toute sa force[2] »

— Robert Zemeckis

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Grâce à la capture de mouvement, Jim Carrey interprète huit rôles dans le film, dont Scrooge aux divers âges de sa vie, les trois esprits de Noël. Pour l'acteur, c'était « un véritable challenge parce qu'il faut retrouver pour chacun ce qui fait sa nature profonde. Il faut changer la voix, la gestuelle, l'attitude et le rythme de jeu. Un enfant ne bouge pas comme un vieillard. Du coup, je ne joue pas Scrooge mais plusieurs personnes qui sont Scrooge ! Le fait de jouer les trois esprits de Noël est une idée de Robert et là encore, il y avait un passionnant défi à relever. Il fallait incarner trois entités distinctes, qui ont chacune leur personnalité et leurs caractéristiques. C'était passionnant ! »[2]. Jim Carrey fut, enfant, très marqué par l’interprétation d'Alastair Sim dans le film Scrooge de 1951[2].

Cary Elwes interprète lui aussi plusieurs personnages, comme le violoniste fou, Dick Wilkins, l'homme d'affaires chassé par Scrooge. Elwes est attaché personnellement à cette histoire, car l'un de ses ancêtres aurait inspiré le personnage de Scrooge : « John Megid Elwes était un de mes ancêtres. Il était connu pour sa grande avarice. C'était un politicien qui a changé son nom de Megid à Elwes pour gagner les faveurs de son oncle, Sir Harvey Elwes, qui était très riche, et dont il savait qu'il allait mourir sans héritier. Son stratagème a fonctionné. A la mort de son oncle, il a hérité de toute sa fortune, et il est devenu un des grippe-sous les plus célèbres de l'histoire de l'Angleterre ! Il est notamment célèbre parce qu'il ne changeait jamais de vêtements[2]. »

Titre français[modifier | modifier le code]

A Christmas Carol est un titre très reconnaissable aux États-Unis et au Royaume-Uni. L'œuvre de Charles Dickens est cependant moins connue en France. Ainsi, pour éviter toute confusion avec Un conte de Noël d'Arnaud Desplechin, sorti un an plus tôt, Walt Disney Studios Motion Pictures France choisit le titre Le Drôle de Noël de Scrooge. Cela rappelle L'Étrange Noël de monsieur Jack, distribué en France par Disney[2].

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Alt=Image de la Terre Mondial : 271 264 000 $[5]
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 124 464 000 $ (environ 17 500 000 entrées)[6]
  • Autres pays : 146 800 000 $ (50 pays)[5]
  • Drapeau de la France France : 1 330 329 entrées[7]

Le film aurait couté 200 millions de USD à produire auxquels il faut ajouter un budget publicitaire de 75 millions de USD et « n'aurait rapporté que » (début 2010) 137 millions aux États-Unis et 185 millions à l'international[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  2. a, b, c, d, e, f et g Secrets de tournage - AlloCiné
  3. (en) Awards - Internet Movie Database
  4. Making the Trilogy: Part 1, bonus du coffret DVD de Retour vers le futur.
  5. a et b « Chiffres clé », sur JP's Box-Office (consulté le 31/12/2010)
  6. « Bilan Etats-Unis », sur JP's Box-Office (consulté le 31/12/2010)
  7. « Bilan France », sur JP's Box-Office (consulté le 31/12/2010)
  8. « Bob Iger's redrawing of Disney continues »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]