Rotoscopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rotoscope de Fleischer - 1915
Cheval animé au rotoscope d'après les photos de Eadweard Muybridge (XIXe siècle)

La rotoscopie est une technique cinématographique qui consiste à relever image par image les contours d'une figure filmée en prise de vue réelle pour en transcrire la forme et les actions dans un film d'animation. Ce procédé permet de reproduire avec réalisme la dynamique des mouvements des sujets filmés.

Les premiers films utilisant cette technique datent de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle[1].

Le procédé a été perfectionné et breveté sous le nom de Rotoscope en 1915 par les producteurs et réalisateurs américains Dave et Max Fleischer à l'occasion de la production de leur série Out of the Inkwell[2]. Leur rotoscope utilisait une table transparente sous laquelle étaient projetées les unes après les autres les images du film en prise de vue réelle. Le dessinateur pouvait alors tracer les contours des formes sur des calques.

En infographie, on utilise la rotoscopie avec des logiciels adéquats pour retoucher image par image un film numérisé, afin d'en supprimer certains éléments ou d'en ajouter d'autres, comme un décor ou des acteurs.

On appelle 'roto' une ou des courbes utilisées dans les logiciels de traitement de l'image numérique. La roto découpe un objet ou une série d'objets image par image sur un plan. À partir d'une roto complétée, l'artiste génère un matte en noir et blanc qui épouse parfaitement l'objet sur tout le plan. Le blanc (valeur 1) correspond à la partie visible de l'image qui est totalement opaque; le noir (valeur 0) correspond à ce qu'on veut exclure. Les valeurs entre 0 et 1 correspondent à une partie visible, possèdent une transparence variable, comme le flou et le blur. Le matte généré par une roto est utilisé en composition numérique pour intervenir sur un objet sans affecter le reste de l'image ou alors protéger cet objet d'une intervention globale de l'image filmée.

Quelques films ayant eu recours à la rotoscopie[modifier | modifier le code]

Quelques jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Logiciels utilisables pour la rotoscopie[modifier | modifier le code]

Logiciels utilisables pour le compositing[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Danse serpentine, film 35 mm chromolithographique, tracé par contact d'après un film de prise de vue réelle captant une danse de Loïe Fuller, Allemagne ou France, fin du XXe siècle-début du XIXe, in : Laurent Mannoni et Donata Pesenti Campagnoni, Lanterne magique et film peint, 400 ans de cinéma, Cinémathèque française et éditions La Martinière, Paris, 2010.
  2. Leslie Cabarga, Betty Boop, Popeye et Cie - L'histoire des Fleischer, éd. Fantasmagorie, 1980