Mission to Mars (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mission to Mars (attraction)

Mission to Mars

Description de l'image  Mission to Mars logo.svg.
Titre québécois Mission sur Mars
Titre original Mission to Mars
Réalisation Brian De Palma
Scénario Jim Thomas
John Thomas
Graham Yost
d'après une histoire de Jim Thomas
John Thomas
Lowell Cannon
Sociétés de production Touchstone Pictures
Spyglass Entertainment
The Jacobson Company
Red Horizon Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2000
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mission to Mars (ou Mission sur Mars au Québec) est un film de science-fiction américain réalisé par Brian De Palma et sorti en 2000. Il retrace une mission spatiale sur la planète Mars.

Synopsis[modifier | modifier le code]

2020. Une nouvelle ère de l'histoire spatiale s'ouvre : la première mission américaine débarque sur Mars. Mais quelques mois après s'être posé sur la planète, l'équipage de Mars One est confronté à un phénomène d'une violence terrifiante. Un SOS est alors envoyé avant que le silence ne retombe sur l'astre mort. La NASA organise en hâte une nouvelle expédition...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sélection et distinctions[modifier | modifier le code]

Sortie cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[4].

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Le film serait basé sur le projet Mars Direct de la NASA.

C'est le premier film de science-fiction de Brian De Palma.

« C'est une belle et une grande aventure. Je n'avais jamais tourné de film de S.F., et celui-ci posait des problèmes inédits, notamment en raison de son contexte. Je me suis efforcé de contourner les clichés du genre afin de proposer une orientation et un look nouveau[5]. »

— Brian De Palma

Jadis très marqué par le film Destination... Lune ! (1950), Brian De Palma a voulu une approche ultra-réaliste et plausible d'un point de vue scientifique.

« C'était l'un des premiers films de science-fiction à incorporer des données précises et authentiques. Son haut degré de réalisme m'avait beaucoup impressionné. C'est dans la même optique que nous avons traité Mission to Mars. Le film est d'autant plus excitant qu'il fait vrai. Tous les événements auxquels sont confrontées les équipes de Mars 1 et Mars 2 sont conformes aux paramètres physiques du lieu[5]. »

— Brian De Palma

Ainsi, l'équipe de production a collaboré pendant plus d'un an avec la NASA, notamment avec les astronautes Story Musgrave et Joe Allen.

« La NASA intervint d'abord dans le développement du scénario, puis sur les recherches, les décors, le contexte scientifique et le « message » du film, qui reçut leur approbation[5]. »

— Sam Mercer, producteur délégué

L'œuvre n'a aucun rapport direct avec l'attraction éponyme des parcs Disneyland, Brian De Palma déclarant n'avoir aucune connaissance de cette attraction au moment de la fabrication du film, l'expression Mission to Mars étant selon lui très employée par ailleurs pour nommer toutes sortes de choses[6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné principalement dans les Bridge Studios à Vancouver au Canada. Pour les extérieurs martiens, l'équipe est allée au Fraser River Sand Dunes à Richmond (près de Vancouver), en Jordanie[7] et sur l'île de Lanzarote[5].

Le sol martien a été construit sur près de 23 hectares pour les besoins du film[5].

Le masque géant martien évoque un bronze de Brancusi, la Muse endormie (1910)[8].

Selon Brian Palma Mission to Mars a souffert de problèmes venus d'un changement de personnel avec le studio de production[Lequel ?], « la personne[Qui ?] qui dirigeait le studio au départ n'était plus là à l'arrivée[9] ». Le film étant très cher, plus de 100 millions de dollars, avec beaucoup d'effet spéciaux, il est demandé à De Palma de couper plusieurs scènes afin de « réduire le risque financier[9] ». Le réalisateur doit trouver une manière moins couteuse de réaliser la fin[9]. Il estime que ces demandes ont amélioré le film[9].

Post-production[modifier | modifier le code]

La post production du film est très dure pour Brian De Palma au point qu'il finira par quitter les États-Unis après la projection de la première copie du film[10]. Il subit en effet de fortes pressions des studio Disney qui veulent notamment l'obliger à terminer avant Planète rouge, un film concurrent sur un thème proche [10]. Le cinéaste est épuisé par la supervision des nombreux effets spéciaux et, alors qu'il avait jusqu'ici toujours réussi à garder la maîtrise de ses œuvres, y compris pour ses films de commande, il voit pour la première fois cette maîtrise lui échapper[10].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce film fait clairement référence au visage de Mars.

Box office[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 60 883 407 $ (dont 22 855 247 $ pour le week-end d'ouverture)[1]
  • Monde Reste du monde : 50 100 000 $
    • Total : 110 983 407 $

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Brian de Palma : Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Calmann-Lévy,‎ 2001, 214 p. (ISBN 2-7021-3061-5)
  • Luc Lagier, Les Mille Yeux de Brian de Palma, Cahiers du cinéma,‎ 2008, 199 p. (ISBN 978-2-86642-499-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]