Neil Armstrong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armstrong.
Neil Alden Armstrong
Portrait d'Armstrong le 1er juillet 1969.
Portrait d'Armstrong le 1er juillet 1969.

Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Naissance 5 août 1930
Wapakoneta (Ohio, États-Unis)
Décès 25 août 2012 (à 82 ans)
Cincinnati, (Ohio, États-Unis)
Durée cumulée des missions 8 j 14 h 12 min
Sélection Groupe d'astronautes 2
Mission(s) Gemini 8
Apollo 11
Insigne Ge08Patch orig.png Apollo 11 insignia.png
Timbre commémoratif américain du premier homme sur la Lune, par Paul Calle.

Neil Alden Armstrong, né le 5 août 1930 à Wapakoneta dans l'Ohio aux États-Unis et mort le 25 août 2012 à Cincinnati dans le même État, est un astronaute américain, pilote d'essai, aviateur de l'United States Navy et professeur. Il est le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune le 21 juillet 1969 UTC, durant la mission Apollo 11.

Armstrong obtient une licence en aéronautique à l'Université Purdue. Ses études sont momentanément interrompues en 1950 par son service militaire dans la marine de guerre des États-Unis. Il y suit une formation de pilote d'avion à réaction. Basé sur le porte-avions USS Essex, il participe à la guerre de Corée et réalise 78 missions sur des chasseurs F9F Panther. Après avoir obtenu son diplôme, il intègre, en 1955, le NACA, organisme de recherche aéronautique ancêtre de la NASA. Devenu pilote d'essai, il effectue plus de 900 vols pour mettre au point des bombardiers et des chasseurs ; il pilote également les avions-fusées expérimentaux Bell X-1B, Bell X-5 et North American X-15 (7 vols). En 1962, il rentre dans le corps des astronautes de l'agence spatiale américaine, la NASA.

En 1966, Armstrong effectue son premier vol spatial à bord de Gemini 8 et réalise le premier amarrage de deux engins spatiaux. Il est sélectionné comme commandant d'Apollo 11, la première mission à se poser sur la Lune. Le 20 juillet 1969, il pilote le module lunaire Apollo qui alunit. Avec son copilote Buzz Aldrin, Armstrong réalise une sortie extravéhiculaire d'une durée de deux heures vingt qui constitue les premiers pas de l'homme sur un autre corps que la Terre. Immédiatement après sa mission, Armstrong quitte le corps des astronautes. Il occupe un temps un poste d'enseignant dans le domaine aérospatial et sert de porte-parole pour le compte de plusieurs sociétés américaines. Il est membre des commissions d'enquête formées après l'interruption de la mission Apollo 13 (1970) et l'accident de la navette spatiale Challenger (1986).

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Neil Armstrong nait le 5 août 1930 à Wapakoneta dans l'Ohio dans une région rurale du Middle West[1],[2]. Il est le fils de Stephen Koenig Armstrong (né aux États-Unis en 1898 - mort en 1990) et Viola Louise Engel (née en Irlande en 1907, morte en 1990)[3]. Sa famille a des origines écossaises par son père (clan Armstrong de Langholm dont il a emporté une pièce du tartan traditionnel lors de la mission Apollo 11[4]), irlandaise et allemande (grands-parents maternels issus de Ladbergen) par sa mère[5]. Son père est commissaire aux comptes pour l'État de l'Ohio, sa mère femme au foyer, la famille déménageant fréquemment pour suivre les différentes affectations de Stephen Armstrong dans la région. Au cours de ses quinze premières années, Neil va ainsi habiter dans vingt localités différentes. Armstrong est l'aîné d'une fratrie de trois qui comprend sa sœur June et son frère Dean. La famille déménage une dernière fois en 1944 à Wapakoneta où elle s'installe définitivement. Armstrong pratique le scoutisme : il entre chez les Boy Scouts of America où il parvient au rang le plus élevé d'Eagle Scout[Note 1]. À Wapakoneta, il étudie à la Blume High School.

Dès son plus jeune âge, Neil s'intéresse à l'aviation. À 2 ans, son père l'emmène aux courses aériennes de Cleveland et à 6 ans, il a son baptême de l'air dans un Ford Trimotor à Warren le 26 juillet 1936[6]. Il pratique le modélisme à partir de l'âge de 8 ans et réalise différents petits jobs pour se payer des cours de pilotage sur l'Aeronca 7 Champion à l'aéroport de Wapakoneta en 1945 : il obtient son brevet de pilote le jour de son seizième anniversaire, avant même son permis de conduire[7]. C'est également à cet âge qu'il fait ses premières observations astronomiques grâce au télescope de Jacob Zint, voisin astronome amateur[8]. En 1947, Armstrong commence à étudier l'aéronautique à l'Université Purdue[Note 2],[9],[10]. Il est seulement la deuxième personne de sa famille qui entre à l'université. Il est accepté au Massachusetts Institute of Technology (MIT), mais le seul ingénieur qu'il connaisse et qui y ait étudié, le dissuade d'y aller, lui disant qu'il n'est pas nécessaire d'étudier à Cambridge (Massachusetts) pour recevoir une éducation de qualité[11]. Les revenus de la famille de Neil sont modestes et les frais de scolarité pour l'université sont financés par le Plan Holloway. Celui-ci prend en charge le règlement de six années d'études en échange d'un temps de service de trois ans dans la Marine de guerre américaine. À Purdue, il obtient des notes qui le placent onzième parmi ses 78 camarades de classe[12].

Service dans la marine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre de Corée.
Neil Armstrong en 1956

Neil Armstrong est appelé pour effectuer son service militaire dans la marine le 26 janvier 1949[2]. Il suit une formation de pilote au Naval Air Station Pensacola durant dix-huit mois et obtient en août 1950 son diplôme de pilote d'avion à réaction apte à se poser sur porte-avions[réf. nécessaire] alors qu'il a tout juste 20 ans. Il est alors affecté à la base de Naval Air Station North Island (son appellation actuelle) située à San Diego au sud de la Californie. Peu après, il est intégré dans l'escadrille 51 composée de chasseurs embarqués Grumman F9F-2B Panther. Il réalise son premier vol sur ce type d'appareil le 5 janvier 1951 et, six mois plus tard, réalise son premier appontage sur l'USS Essex. Cet événement lui permet de passer enseigne. Peu après l’Essex, avec à son bord l'escadrille de Armstrong, met le cap sur la Corée pour aller soutenir les troupes engagées dans la guerre de Corée. L'unité de Neil doit intervenir pour réaliser des attaques au sol[13].

Armstrong réalise son premier vol au-dessus de la zone de conflit le 29 août 1951 : il escorte un avion de reconnaissance photo sur Sŏngjin (Kimch'aek). Cinq jours plus tard, son avion est abattu au cours d'une mission d'attaque au sol[Note 3]. Neil devait bombarder une zone de stockage de marchandises et un pont situés au sud du village de Majon-ni, à l'ouest de Wonsan. Durant son passage à basse altitude à une vitesse d'environ 560 km/h son F9F Panther est touché par des projectiles de l'artillerie antiaérienne. Alors qu'il tente de reprendre le contrôle de son avion, il perd environ un mètre de l'extrémité de son aile droite cisaillée par un câble qui a été tendu à une hauteur d'environ 6 mètres au-dessus de la vallée[14]. Armstrong parvient néanmoins à ramener son avion en territoire « ami ». Il ne peut atterrir sans risque car il a perdu un de ses ailerons. Il choisit de s'éjecter au-dessus d'un plan d'eau situé près de Pohang et d'attendre ensuite les hélicoptères de secours. Poussé par le vent après s'être éjecté, il atterrit sur la terre ferme et est recueilli par une jeep conduite par un de ses amis de chambrée de l'école de pilotage. L'épave du F9F-2 no 125122 n'a pas été retrouvée[15].

Au cours de la guerre de Corée, Armstrong réalise 78 missions et totalise 121 heures en vol, la plupart effectuées en janvier 1952. Il reçoit l'Air Medal pour ses 20 premières missions de combat, la Gold Star pour les 20 suivantes, et la Korean Service Medal, ainsi que l'Engagement Star (en)[16]. Armstrong quitte la Marine le 23 août 1952[2] et est versé dans la réserve de la Marine de guerre américaine avec le grade de sous-lieutenant[17].

Armstrong retourne à l'université Purdue pour poursuivre ses études. Il effectue ses meilleurs semestres durant cette deuxième partie de sa scolarité et sa dernière moyenne est de 4,8 sur 6,0[18]. Il achève ses études en 1955 en obtenant une licence en sciences dans le domaine de l'aérospatiale[17].

Pilote d'essai[modifier | modifier le code]

Un avion-fusée Douglas Skyrocket est largué par un Boeing B-29 Superfortress.

Après avoir obtenu son diplôme de Purdue, Armstrong décide de devenir pilote d'essai. Il postule auprès de la NACA, organisme de recherche aéronautique ancêtre de la NASA, qui effectue à la fois des recherches théoriques et pratiques. Sa candidature est retenue et il y entre en mars 1955. La NACA n'ayant pas besoin de pilotes au moment de son embauche, il travaille brièvement au Lewis Flight Propulsion Laboratory du Glenn Research Center à Cleveland, Ohio, avant d'intégrer le centre de recherche aéronautique de la NACA sur la base d'Edwards, le site des essais en vol en juillet 1955[2].

Pour sa première journée à la base d'Edwards, Armstrong pilote un avion suiveur. Il vole par la suite sur des bombardiers reconvertis et, au cours d'une de ces missions, connaît son premier incident en vol à Edwards. Le 22 mars 1956, Armstrong est pilote dans le siège droit d'un Boeing B-29 Superfortress qui doit larguer un avion-fusée Douglas Skyrocket D-558-2. Au poste qu'il occupe, Armstrong a la responsabilité de la libération de la charge utile (l'avion-fusée), tandis que le pilote de gauche, Stan Butchart, commande le vol du B-29 quadrimoteur. En montant à 30 000 pieds (9 km), le moteur numéro quatre commence à ralentir puis, au contraire, s'emballe. Le moteur ne peut être arrêté et il menace de se désintégrer. L'avion a besoin de maintenir une vitesse de 338 km/h pour pouvoir libérer la Skyrocket, et il ne peut atterrir avec l'engin non largué. Armstrong et Butchart font piquer leur avion, pour accélérer et pouvoir libérer la Skyrocket juste avant que le moteur ne se désintègre. Des morceaux de celui-ci endommagent deux autres moteurs. Butchart et Armstrong sont contraints d'arrêter le moteur numéro trois en raison des dommages, et le moteur numéro un en raison du couple créé (les deux moteurs qui fonctionnent se trouvent du même côté). Ils réalisent une lente descente en spirale de 9 000 m en utilisant uniquement le moteur numéro deux, et parviennent à se poser sans dommage[19].

Armstrong réalise son premier vol dans un avion fusée, le 15 août 1957, avec le Bell X-1B, à une altitude de 18,3 km. Le train d'atterrissage se brise à l'atterrissage, ce qui était déjà arrivé sur une dizaine de vols précédents, en raison de la conception de l'avion[20]. Il effectue son premier vol sur le North American X-15 le 30 novembre 1960, monte à cette occasion à une altitude de 14,9 km et atteint une vitesse maximale de Mach 1,75 (1 810 km/h).

Neil Armstrong à côté d'un North American X-15

En novembre 1960, Armstrong est choisi dans le cadre du projet X-20 Dyna-Soar, un corps portant militaire préfigurant la navette spatiale américaine et y participe jusqu'au bout, pendant près de 18 mois. Le 15 mars 1962, il est nommé un des six pilotes-ingénieurs, mais le projet est arrêté peu après[21].

Armstrong a été impliqué dans plusieurs incidents qui ont marqué le folklore de la base d'Edwards ou qui furent cités par ses collègues. Le premier de ces incidents est un vol sur North American X-15, le 20 avril 1962, au cours duquel Armstrong devait tester un système de contrôle pouvant s'ajuster automatiquement. Il monte jusqu'à une altitude de 63 km mais, durant la descente, maintient le nez de son appareil trop longtemps levé, si bien que son appareil « rebondit » jusqu'à une altitude de 43 km. À cette altitude, l'atmosphère est si ténue que les surfaces aérodynamiques n'ont pas d'effet. Durant la phase de descente, l'avion-fusée se comporte comme un planeur car il ne dispose d'aucune propulsion. À la suite de cette mauvaise manœuvre, il passe au-dessus de sa piste d'atterrissage à Mach 3 (3 200 km/h) et à plus de 30,5 km d'altitude. Selon la légende, il parvient à faire virer son appareil alors qu'il est éloigné de 72 km de la base Edwards, au niveau du Rose Bowl Stadium. Il parvient à ramener son avion près de la zone d'atterrissage, mais arrive tout juste à atterrir en posant ses roues à l'extrémité de la piste. Ce fut le plus long vol de X-15 en durée et en éloignement depuis la piste[22].

Un deuxième incident se produit au cours d'un vol qu'Armstrong réalise avec Chuck Yeager, quatre jours après son aventure avec le X-15. Les deux pilotes sont à bord d'un Lockheed T-33 Shooting Star et doivent tester si le Smith Ranch Dry Lake peut servir de piste d'atterrissage d'urgence pour le X-15. Dans son autobiographie, Yeager écrit qu'il savait et avait averti son coéquipier que le lac n'était pas utilisable pour les atterrissages, après les pluies qui venaient de se produire, mais qu'Armstrong avait insisté pour effectuer ce test. Alors que l'avion effectue un atterrissage de type « Touch-and-go », les roues restent bloquées et ils ne parviennent pas à redécoller. Les deux hommes sont obligés d'attendre les secours. Armstrong raconte une version différente des événements : selon celle-ci, Yeager n'a jamais essayé de le prévenir et l'avion a effectué un premier atterrissage réussi sur le côté est de la zone. Yeager lui aurait alors demandé d'effectuer une deuxième tentative à une vitesse moins élevée. C'est au cours de ce deuxième essai que l'avion aurait été immobilisé, déclenchant, selon Armstrong, l'hilarité de Yeager[23].

Prototype du X-20 Dyna-Soar

Beaucoup de pilotes d'essai à Edwards ont loué les talents d'ingénieur d'Armstrong. Milt Thompson a déclaré qu'il était « le plus technicien des premiers pilotes de X-15 » et Bruce Peterson a dit d'Armstrong qu'il avait « un esprit qui absorbait des choses comme une éponge ». Ceux qui venaient de l'Armée de l'Air américaine avaient tendance à avoir une opinion différente, en particulier des pilotes comme Chuck Yeager et Pete Knight, qui n'avaient pas de diplôme d'ingénieur. Knight a dit que les pilotes-ingénieurs volaient d'une manière qui était « plus mécanique » et expliquait que c'était pour cette raison que certains pilotes-ingénieurs rencontraient des problèmes en vol : leurs compétences de pilote n'étaient pas innées[24].

Le 21 mai 1962, Armstrong est impliqué dans « l'affaire Nellis ». Il est envoyé dans un Lockheed F-104 Starfighter pour inspecter le Delamar Dry Lake, là encore pour vérifier si celui-ci permet les atterrissages d'urgence. Il a mal évalué son altitude et ne s'est pas rendu compte que son train d'atterrissage n'était pas complètement déployé. En touchant le sol, le train d'atterrissage commence à se rétracter. Armstrong met plein gaz pour reprendre de l'altitude, mais la partie ventrale de l'avion et les portes du train d'atterrissage heurtent le sol ce qui déclenche une fuite de liquide hydraulique et endommage également la radio. Armstrong se dirige alors vers la Nellis Air Force Base et, en l'absence de communication radio, survole la tour de contrôle en "battant des ailes" pour signaler qu'il va effectuer une tentative d'atterrissage sans disposer de radio. La perte de fluide hydraulique entraine la libération du crochet d'appontage (utilisé sur les porte-avions), et celui-ci se prend dans un câble qui entraîne une chaîne d'ancre. Il faut près de trente minutes pour dégager la piste et réparer le câble. Pendant ce temps, Armstrong téléphone à Edwards et demande que quelqu'un vienne le chercher. Milt Thompson est envoyé à bord d'un F-104B, le seul avion biplace disponible, mais que Thompson n'avait jamais piloté. Thompson parvient non sans difficultés à Nellis, mais l'avion effectue un atterrissage dur car il souffle, à ce moment-là, un vent de travers violent, et un des pneus du chasseur éclate. La piste est de nouveau fermée afin d'être dégagée. Bill Dana est envoyé à son tour à Nellis, cette fois-ci dans un Lockheed T-33 Shooting Star, mais il atterrit presque trop long. Le commandement de la base de Nellis décide que le mieux est de trouver un véhicule terrestre pour rapatrier les trois pilotes, afin d'éviter un nouveau problème[25].

Armstrong a effectué sept vols sur North American X-15, au cours desquels il a atteint une altitude de 63 km (207 500 pieds) et une vitesse de 6 615 km/h (Mach 5,74) à bord du X-15-1. Lorsqu'il abandonne sa fonction de pilote d'essais, il a réalisé plus de 2 450 heures de vol sur plus de 200 appareils différents (dont des avions à réaction, des hélicoptères et des planeurs).

Sélection comme astronaute et premiers entraînements[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Groupe d'astronautes 2.
Armstrong dans une combinaison spatiale pré-Gemini.

La vocation d'astronaute d'Armstrong ne résulte pas d'une décision instantanée. En mai 1958, il est sélectionné pour faire partie du programme Man In Space Soonest (en) de l'Armée de l'Air américaine. En mai 1960, il devient un des pilotes consultants pour le projet Dyna Soar et, en mars 1962, il est désigné comme un des six pilotes ingénieurs susceptibles de piloter l'avion dans l'espace si ce projet se concrétise. Au cours des mois qui suivent l'annonce du recrutement du Groupe d'astronautes 2 par la NASA, il est de plus en plus enthousiasmé par le programme Apollo et par la perspective de découvrir un nouvel environnement aéronautique. Mais la candidature d'Armstrong arrive environ une semaine après la date limite fixée au 1er juin 1962. Dick Day (en), avec qui Armstrong avait collaboré étroitement à la base d'Edwards et qui travaillait à ce moment-là au Manned Spacecraft Center, voyant l'arrivée tardive de son dossier, le glisse dans la pile des candidatures à étudier sans que personne ne le remarque[26]. Armstrong passe en juin à la Brooks City-Base (en), l'examen médical que la plupart des candidats décrivait comme douloureux et parfois inutile[27].

Le 13 septembre 1962 Deke Slayton appela Armstrong[2] et lui demanda s'il voulait faire partie du Groupe d'astronautes 2 baptisé par la presse américaine « The New Nine » (les neuf nouveaux). Armstrong accepta sans hésitation. Les résultats des sélections furent gardés secrets durant trois jours, mais les journaux avaient annoncé, depuis le milieu de l'été, qu'un des candidats retenus serait le « premier astronaute civil ». Armstrong est le premier astronaute américain qui ne soit pas militaire d'active au moment de sa sélection[28].

Programme Gemini[modifier | modifier le code]

Gemini 8[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gemini 8.

Les astronautes de la mission Gemini 8 sont désignés le 20 septembre 1965 : Armstrong est le commandant et David Scott le pilote. Ce dernier est le premier membre du groupe d'astronautes 3 à recevoir une place dans l'équipage titulaire d'une mission spatiale. La mission est lancée 16 mars 1966[2]. Celle-ci est la plus complexe réalisée jusque là, avec un rendez-vous et un amarrage du vaisseau Gemini avec l'étage de fusée Agena et une activité extravéhiculaire (EVA) qui constitue la deuxième sortie américaine et la troisième en tout, réalisée par Scott. La mission doit durer 75 heures et le vaisseau doit effectuer 55 orbites. Après le lancement de l'étage-cible Agena à 15 h 0 UTC, la fusée Titan II GLV transportant Armstrong et Scott décolle à 16 h 41 UTC. Une fois en orbite, la poursuite de l'étage Agena par le vaisseau Gemini 8 s'engage.

Armstrong et Scott à l'arrivée de leur capsule Gemini 8.

Le premier rendez-vous et l'amarrage entre les deux engins qui constitue une première sont réalisés avec succès[2], après 6 heures et trente minutes passées en orbite. Le contact du centre de contrôle avec l'équipage est intermittent car les stations terrestres ne permettent qu'une couverture partielle de l'orbite. Pendant une de ces périodes sans liaison radio avec le sol, l'engin spatial commence à tourner sur lui-même. Armstrong essaie de corriger sans y parvenir ce problème d'orientation avec les moteurs fusées dédiés au contrôle d'attitude faisant partie de l'Orbital Attitude Maneuvering System (en) (OAMS). Comme suggéré auparavant par le centre de contrôle, les astronautes choisissent de désamarrer leur vaisseau de l'étage Agena mais ne constatent aucune amélioration : la vitesse de rotation s'est encore accrue atteignant un tour par seconde. L'équipage comprend alors que l'origine du problème provient du système de contrôle d'attitude du vaisseau Gemini. Armstrong décide de désactiver le système de contrôle d'attitude OAMS et d'initialiser les rétrofusées RCS. Les procédures imposaient qu'une fois le système RCS activé, l'engin devait entamer sa rentrée sur Terre dès que possible. Il a été démontré par la suite qu'une connexion électrique endommagée avait bloqué en position allumée un des moteurs-fusées utilisé pour le contrôle d'attitude.

Quelques personnes, dont Walter Cunningham, ont déclaré publiquement par la suite que Scott et Armstrong n'avaient pas suivi les procédures en vigueur pour un tel incident et qu'Armstrong aurait pu sauver la mission s'il avait activé une seule des deux grappes de rétrofusées RCS (il y a avait une deuxième grappe en cas de défaillance de la première). Ces critiques sont sans fondement car aucune procédure n'a été écrite pour une telle défaillance, et il est seulement possible d'activer les deux grappes de rétrofusées RCS simultanément et pas l'une ou l'autre. Gene Kranz a écrit : « l'équipage a réagi conformément à sa formation, et ils ont mal réagi parce que nous les avions mal formés ». Les planificateurs et les contrôleurs de la mission n'avaient pas réalisé que lorsque deux engins spatiaux sont amarrés ensemble, ils doivent être considérés comme un seul et même véhicule spatial[29].

Insigne de Gemini 8.

Armstrong fut déprimé et irrité que le vol ait été écourté : la plupart des objectifs de la mission n'avaient pas été remplis et Scott n'avait pu effectuer sa sortie extravéhiculaire. Armstrong ne fut pas mis au courant des critiques des autres astronautes, mais il réalisa après le vol que les moteurs de contrôle d'attitude du vaisseau Gemini auraient pu être désactivés lors de l'amarrage avec l'étage Agena, et que le système de contrôle d'attitude de l’Agena aurait peut-être pu suffire pour stabiliser l'ensemble.

Gemini 11[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gemini 11.

La dernière mission d'Armstrong lors du programme Gemini fut en tant que pilote-commandant de l'équipage de remplacement de Gemini 11, laquelle était prévue deux jours après l'atterrissage de Gemini 8. Ayant déjà reçu une formation pour les deux vols, Armstrong était très bien formé sur les systèmes et aurait été le mieux placé pour assister le pilote novice William Anders désigné avec lui. Mais l'équipage de remplacement ne fut pas mobilisé et c'est l'équipage titulaire formé par Pete Conrad et Dick Gordon qui fut lancé le 12 septembre 1966. Les deux hommes purent remplir tous les objectifs de la mission, tandis qu'Armstrong assura les fonctions de Capsule Communicator (en)(CAPCOM).

Après le vol, le président américain Lyndon Johnson demanda à Armstrong et à sa femme de prendre part à une tournée de 24 jours en Amérique du Sud destinée à promouvoir les relations avec les États-Unis. Les Armstrong étaient accompagnés de Dick Gordon, George Low, leurs épouses et d'autres fonctionnaires du gouvernement. Ils voyagèrent dans onze pays et quatorze grandes villes. Armstrong impressionna tous les participants en saluant les dignitaires dans leur propre langue. Au Brésil, il parla des exploits d'Alberto Santos-Dumont, qui est considéré dans ce pays comme le premier à avoir volé avec un aéronef « plus lourd que l’air » devançant les Américains Orville et Wilbur Wright.

Programme Apollo[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Exploration de la Lune.
Neil Armstrong étudie le plan de vol d'Apollo 11, le 14 juillet 1969

Lorsqu'éclate l'incendie d'Apollo 1 le 27 janvier 1967, qui est fatal aux astronautes Gus Grissom, Ed White et Roger Chaffee, Armstrong est en déplacement à Washington avec Gordon Cooper, Dick Gordon, Jim Lovell et Scott Carpenter pour la signature du Traité de l'espace de l'Organisation des Nations unies. Armstrong et le groupe passent le reste de la nuit à boire et à spéculer sur l'origine de l'accident[30]. Le 5 avril 1967, le jour même où la mission d'enquête sur l'incendie d'Apollo 1 a publié son rapport, Armstrong et dix-sept autres astronautes sont conviés à une réunion avec Deke Slayton. Slayton leur annonce que « les gars qui vont participer à la première mission lunaire sont ceux de cette salle ». Selon Eugene Cernan, Armstrong ne se montre pas particulièrement surpris car ceux qui sont présents sont les vétérans du programme Gemini et donc les seules personnes susceptibles de participer aux missions lunaires. Slayton parle des missions prévues et nomme Armstrong comme membre de l'équipage réserve d'Apollo 9 qui, à ce stade, est planifié pour être une mission en orbite terrestre moyenne destiné à tester le fonctionnement conjoint du module lunaire Apollo et du module de commande et de service Apollo. À la suite de retards dans la conception et la fabrication du module lunaire, Apollo 9 et Apollo 8 échangèrent leurs équipages. Sur la base du système de rotation des équipages, Armstrong doit commander la mission Apollo 11.

Pour que les astronautes puissent acquérir de l'expérience en vol sur le module lunaire Apollo, deux atterrisseurs lunaires expérimentaux dit Lunar Landing Research Vehicles (LLRV) sont construits par Bell Aircraft Corporation[Note 4]. Par la suite trois Lunar Landing Training véhicules (LLTV) jouant le même rôle sont construits. Surnommés les « sommiers volants », ils simulent la gravité lunaire en utilisant un turboréacteur à flux qui annule une partie du poids de l'engin. Le 6 mai 1968, à environ 30 m du sol, Armstrong a un problème technique sur l'engin. Il parvient à s'éjecter à temps mais frôla la mort en raison de la proximité du sol et du temps d'ouverture du parachute. Sa seule blessure est de s'être mordu la langue. Peu rancunier, Armstrong soulignera par la suite l'importance de l'expérience acquise avec ces vols simulés pour la réussite des atterrissages sur la Lune.

Apollo 11[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Apollo 11.
L'équipage d'Apollo 11. Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin.

Armstrong est désigné comme commandant de l'équipage de remplacement de la mission Apollo 8 mais c'est l'équipage titulaire qui effectue la mission. Le 23 décembre 1968 Slayton annonce à Armstrong qu'il a été choisi comme commandant d'Apollo 11, la première mission qui pourrait atterrir sur la Lune. Les deux autres membres de l'équipage sont Buzz Aldrin qui doit être pilote du module lunaire et Michael Collins, pilote du module de commande. Au cours d'un entretien, dont l'existence a seulement été dévoilée par la publication de la biographie d'Armstrong en 2005, Slayton propose à Armstrong, s'il le souhaite, de remplacer Aldrin par Jim Lovell. Après y avoir réfléchi une journée, Armstrong répondit à Slayton qu'il allait garder Aldrin, car il n'avait aucune difficulté à travailler avec lui et pensait que Lovell méritait d'avoir son propre commandement. En effet, le remplacement d'Aldrin par Lovell, poste pour poste, aurait officieusement classé Lovell en numéro trois sur l'équipage, chose qui ne pouvait pas justifier selon Armstrong pour un vétéran comme Lovell qui avait déjà effectué trois vols dans l'espace.

Aldrin pensait qu'il serait le premier à poser un pied sur la Lune, compte tenu de son expérience dans le programme Gemini, de la répartition des rôles des pilotes et du temps qu'il avait passé à se former. Toutefois, le choix du premier homme à marcher sur la Lune fut remis en question du fait de l'agencement du module et de la prééminence naturelle du commandant. En mars 1969, une rencontre eut lieu entre Slayton, George Low, Bob Gilruth et Chris Kraft au cours de laquelle il fut décidé qu'Armstrong serait la première personne à marcher sur la Lune. Au cours d'une conférence de presse, qui eut lieu le 14 avril 1969, Slayton donna comme raison principale au choix d'Armstrong l'architecture intérieure du module lunaire (l'écoutille une fois ouverte constituait un obstacle difficilement franchissable pour Aldrin). Slayton ajouta : « Ensuite, d'un simple point de vue protocolaire, il me semble normal que le commandant soit le premier gars à sortir… J'ai changé cela dès que cette question a été mise à l'ordre du jour. Bob Gilruth a approuvé ma décision[31] ». Mais comme l'a révélé l'autobiographie de Kraft publiée en 2001, à l'époque où la décision avait été prise, les quatre hommes à l'origine de celle-ci n'étaient pas au courant du problème créé par l'architecture intérieure du module. Une autre hypothèse pourrait expliquer le choix d'Armstrong : celui-ci était civil (NASA) et non militaire (USAF) comme ses deux compagnons. Armstrong semblait effectivement un bon choix : Mister Cool comme le surnommaient ses collègues, était « réputé pour son humour décalé mais surtout son sang-froid, son calme [et] sa capacité à prendre la bonne décision[32] ».

Transit vers la Lune et atterrissage[modifier | modifier le code]

Descente du LEM Eagle vers la mer de la Tranquillité. Buzz Aldrin égraine l'altitude, la vitesse de descente et la durée de carburant disponible.

Le 16 juillet 1969 à 13 h 32 UTC le lanceur Saturn V, pesant plus de 3 000 tonnes, décolle du complexe de lancement 39 de Cap Canaveral en emportant Neil Armstrong et ses coéquipiers à bord du vaisseau Apollo 11. Au début du décollage le pouls d'Armstrong atteint un maximum de 109 battements par minute. Il trouve le premier étage de la fusée très bruyant, beaucoup plus que celui des fusées Titan II GLV utilisés pour Gemini 8. Par contre le module de commande et de service Apollo lui semble particulièrement spacieux par rapport à la capsule Gemini. Certains spécialistes pensent que le volume habitable disponible est à l'origine du « mal de l'espace » qui a frappé les membres de l'équipage de la mission précédente, mais aucun des équipiers de l'équipage d'Apollo n'en souffre. Armstrong en est particulièrement heureux, car il était sujet, enfant, à la cinétose et pouvait avoir des nausées après de longues périodes de mouvements.

Après un transit entre la Terre et la Lune d'une durée de quatre jours sans anomalie, Armstrong et Aldrin embarquent à bord du module lunaire Apollo, baptisé Eagle pour entamer leur descente vers le sol lunaire. L'objectif d'Apollo 11, mission pionnière, est de limiter les risques. Pour l'atterrissage, l'équipage a pour consigne de privilégier la sécurité par rapport à la précision[réf. nécessaire]. Durant la phase finale de la descente Neil Armstrong, qui pilote le module, est gêné par des alarmes « 1202 » de l'ordinateur de bord qui gère le pilote automatique et assure la navigation. L'ordinateur, qui a une puissance équivalente à celle d'une calculatrice bas de gamme des années 2000[Note 5],[33], est saturé par des signaux en provenance du radar de rendez-vous, conséquences d'une erreur de conception. Armstrong et Aldrin ne connaissent pas la signification de ce code; toutefois, les équipes de la NASA à Terre leur indiquent rapidement qu'il n'y aucun dysfonctionnement majeur et qu'ils peuvent poursuivre la mission.

Accaparé par ces alarmes, Neil Armstrong a toutefois laissé passer le moment où, selon la procédure, il aurait dû exécuter une dernière manœuvre de correction de la trajectoire. Le LEM s'approchant d'un site encombré de rochers, Armstrong doit prendre le contrôle manuel du module lunaire et survoler à l'horizontale le terrain afin de trouver un site adapté à l'atterrissage. Cette manœuvre entame dangereusement la faible réserve de carburant qui subsiste : il ne reste plus que 45 secondes du propergol réservé à l'atterrissage lorsque l’appareil se pose à 7 km du lieu prévu à l'origine[34]. Eagle atterrit finalement sans encombre sur la Lune à 20:17:39 UTC le 20 juillet 1969[35] dans la mer de la Tranquillité (Mare Tranquillitatis). Armstrong avait déjà posé le simulateur du Lem, le LLTV ; avec moins de quinze secondes de carburant restant à plusieurs reprises et était par ailleurs convaincu que le module lunaire pouvait résister à une chute de 15 m en cas de besoin. L'analyse réalisée après la mission a démontré que, du fait de la plus faible gravité de la Lune, le carburant n'avait pas le même comportement dans le réservoir, ce qui a conduit à une indication trompeuse sur la quantité de propergol restante[réf. nécessaire].

Les premiers mots d'Armstrong destinés au contrôle de la mission sont : « Houston, ici la base de la Tranquillité. L'Aigle a atterri… » Armstrong et Aldrin se félicitent d'une poignée de main et une tape dans le dos avant d'entamer la check-list destinée à vérifier que le module est prêt pour un décollage d'urgence si la situation le justifie[36]. À Houston, le capcom Charlie Duke s'exclame : « Reçu, Tranquillité. Nous comprenons que vous vous êtes au sol. Vous aviez un paquet de types en train de devenir bleus. On respire à nouveau, merci », trahissant la nervosité qui régnait au contrôle de mission[37].

Premier pas sur la Lune[modifier | modifier le code]

Armstrong décrit la surface lunaire avant d'y poser le pied.

Le plan de vol établi par la NASA prévoyait une période de repos de l'équipage immédiatement après les vérifications qui suivaient l'atterrissage. Mais Armstrong demande que la sortie extravéhiculaire sur le sol lunaire se fasse plus tôt. Les deux astronautes doivent s'équiper et il s'est écoulé près de six heures depuis qu'Eagle s'est posé sur la Lune lorsque Armstrong et Aldrin sont prêts à aller à l'extérieur. La cabine est dépressurisée et l'écoutille est ouverte. Armstrong descend d'abord en utilisant l'échelle située sur le flanc du module. Arrivé au dernier échelon il déclare « Je vais descendre du LeM (module lunaire) maintenant » avant de se tourner et de poser son pied gauche sur la surface lunaire le 21 juillet 1969 à 2 h 56 minutes UTC[38]. Il prononce alors la phrase qu'il avait préparée quelques heures auparavant : « That's one small step for [a] man, one giant leap for mankind » ce qui peut se traduire par « C'est un petit pas/échelon[39] pour un homme, un bond de géant pour l'humanité ». On a longtemps supposé qu'Armstrong a omis par erreur le mot « un » de sa désormais célèbre phrase, ce qui vidait la phrase de son sens car « l'homme » est synonyme d'« humanité ». Armstrong dit plus tard : « j'espère que l'Histoire me pardonnera d'avoir enlevé la syllabe et comprendra que ce ne fut pas volontaire. Même si la syllabe ne fut pas dite, elle aurait aussi bien pu l'être »[40].

Depuis, certains ont affirmé que l'analyse acoustique de l'enregistrement révélait la présence du mot manquant[41]. Une analyse audio numérique réalisée par Peter Shann Ford, un informaticien australien, a fait valoir qu'Armstrong dit en fait « un homme », mais le « un » était inaudible en raison des limitations de la technologie des communications de l'époque. Ford et James R. Hansen, biographe d'Armstrong, a présenté ces résultats à Armstrong et aux représentants de la NASA[42] mais l'article de Ford a été publié sur son propre site Web et non dans une revue soumise à relecture par des pairs scientifiques. Des linguistes comme David Beaver et Mark Liberman considèrent avec scepticisme les affirmations de Ford. Armstrong a exprimé sa préférence pour que cette citation soit écrite avec le « un » entre parenthèses et la transcription de ses paroles sur le site de la NASA est conforme à ce souhait[35].

Fichier audio
That's one small step for [a] man, one giant leap for mankind (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Lorsque Armstrong fait son annonce, les échanges radio entre l'équipage et la mission au sol sont diffusés en direct par la Voix de l'Amérique, par la BBC ainsi que par de nombreuses autres radios dans le monde entier. On estime que près de 450 millions d'auditeurs sur une population mondiale estimée de 3,631 milliards de personnes suivent la sortie d'Armstrong[43].

Armstrong près du module lunaire Apollo.

Environ quinze minutes après la sortie d'Armstrong, celui-ci est rejoint par Aldrin. Les deux hommes dévoilent une plaque commémorant leur vol fixée sur l'étage de descente qui doit rester sur le sol lunaire puis plantent le drapeau des États-Unis. Celui-ci possède une armature faite d'une tige métallique pour le maintenir horizontalement faute d'atmosphère et donc de vent. Néanmoins, sur les photographies, le drapeau a une apparence légèrement ondulée à cause de la manière dont il avait été plié et emballé pendant le voyage[44]. Sur Terre, une discussion eut lieu sur la pertinence de planter un drapeau, mais ce point n'a pas préoccupé Armstrong qui pensait que tout le monde aurait fait de même. Slayton avait averti Armstrong qu'ils recevraient une communication spéciale, mais ne lui avait pas dit que ce serait le président Richard Nixon qui serait en contact avec eux, juste après la mise en place du drapeau.

Il n'existe que cinq photos d'Armstrong sur la Lune : le déroulement des tâches était programmé à la minute et la majorité des photos devaient être réalisées par Armstrong à l'aide de l'unique appareil Hasselblad disponible. Après avoir aidé à mettre en place les expériences scientifiques du Apollo Lunar Surface Experiments Package, Armstrong effectue une brève excursion vers un cratère situé à 60 m à l'est du module lunaire et qui est East Crater. C'est la plus longue distance parcourue durant la mission. La dernière tâche d'Armstrong est de laisser un petit paquet d'objets en mémoire des défunts cosmonautes soviétiques Youri Gagarine et Vladimir Mikhaïlovitch Komarov, et des astronautes d'Apollo 1 « Gus » Grissom, « Ed » White et Roger Chaffee. Le temps consacré à la sortie de l'équipage d'Apollo 11 sur le sol lunaire a été limité à environ deux heures et trente minutes ; c'est la plus courte sortie des six missions Apollo. Les sorties des missions suivantes seront de plus en plus longues et, à titre d'exemple, l'équipage d'Apollo 17, la dernière mission lunaire, passera plus de 21 heures à explorer la surface lunaire.

Retour sur Terre[modifier | modifier le code]

Armstrong photographié par Aldrin juste après l'EVA.

Les deux astronautes ont récolté 21,7 kg d'échantillons de sol lunaire et la sortie extravéhiculaire a duré h 31 durant laquelle ils ont parcouru 250 mètres. Alors que Buzz Aldrin réintègre le module lunaire, il casse par inadvertance dans l'habitacle étroit l'interrupteur permettant de mettre à feu le moteur de l'étage de remontée du LEM. Comme il s'agit d'un bouton poussoir, Aldrin se sert de la pointe d'un stylo pour l'enclencher, et permettre aux deux astronautes de quitter la Lune. Le décollage depuis la Lune a lieu 124 h 22 après le début de la mission. Le drapeau américain, planté trop près du module lunaire, est couché par le souffle du décollage. Les astronautes sont restés 21 heures et 36 minutes sur la Lune. Le LEM effectue avec succès la manœuvre de Rendez-vous en orbite lunaire avec le module de commande et de service Columbia resté en orbite lunaire avec Collins à son bord.

Le module de service est largué 15 minutes avant d'entamer la rentrée atmosphérique. Le vaisseau pénètre dans l'atmosphère à environ 11 km/s et amerrit 15 minutes plus tard à 16 h 50 min 59 s TU dans l'Océan Pacifique à 3 km du point visé : l'amerrissage a lieu à 2 660 km à l'est de l'atoll de Wake et à 380 km au sud de l'Atoll Johnston. Le porte-avion USS Hornet chargé de récupérer l'équipage se trouve à 22 km du point d'amerrissage (13° 19′ N 169° 09′ O / 13.317, -169.15 (Point d'amerrissage)). Il s'est écoulé 195 heures et 19 minutes depuis que le vaisseau a décollé.

Les trois astronautes sont mis en quarantaine pendant 21 jours, une pratique qui perdura pendant les trois missions Apollo suivantes, avant que la Lune ne soit déclarée stérile et sans danger de contamination. L'équipage est fêté à travers les États-Unis et dans le monde entier dans le cadre d'une tournée de quarante-cinq jours. Armstrong participe à des spectacles de Bob Hope de l'United Service Organizations destinés à soutenir le moral des troupes américaines principalement au Viêt Nam[45].

Neil Armstrong et Valentina Terechkova (la première femme dans l'espace), juin 1970.

En mai 1970, Armstrong se rend en Union des républiques socialistes soviétiques pour présenter un exposé lors de la 13e conférence annuelle du Comité international de la recherche spatiale. Arrivée à Leningrad (Saint-Pétersbourg) en provenance de Pologne, il se rend à Moscou où il rencontre le Premier ministre Alexis Kossyguine. Il est le premier occidental à voir le supersonique Tupolev Tu-144 et à visiter le Centre d'entraînement des Cosmonautes Youri Gagarine. À la fin de la journée, il assiste surpris à la retransmission en différé du lancement du vaisseau Soyouz 9 dont il ignorait tout alors que l'équipage comprenait Andrian Nikolaïev le mari de son hôtesse Valentina Terechkova[46].

Carrière ultérieure[modifier | modifier le code]

Enseignant[modifier | modifier le code]

Statue d'Armstrong à l'université Purdue.

Armstrong annonce peu après le vol d'Apollo 11 qu'il n'a pas l'intention de retourner dans l'espace[47]. Il a été nommé Deputy Associate Administrator[2] pour l'aéronautique dans le Bureau de Technologie et de Recherche avancé (Office of Advanced Research and Technology), futur Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Il occupe ce poste pendant treize mois puis démissionne de la NASA en août 1971[2]. Il accepte un poste de professeur au département de génie aérospatial de l'université de Cincinnati.

Il a choisi Cincinnati plutôt que d'autres universités, y compris son alma mater Purdue, car dans cette université le département de génie aérospatial a une taille modeste. Il espère que les membres de cette faculté ne seront pas dérangés par le fait qu'il occupe ce poste de professeur avec sa seule maîtrise de l'USC. Il avait commencé son mémoire lorsqu'il était à Edwards des années auparavant, et il en termine la rédaction après Apollo 11 en se basant sur divers aspects de la mission au lieu de présenter une thèse sur le vol hypersonique. Le titre de sa chaire à Cincinnati est professeur d'ingénierie aérospatiale. Après avoir enseigné pendant huit ans, il démissionne en 1979[2] en raison d'autres engagements, mais également à cause des changements intervenus dans la structure de l'université qui passe sous le contrôle de l'État[48].

L'Université Purdue, quant à elle, resta un important vivier pour les futurs astronautes[réf. nécessaire].

Enquêteur pour la NASA[modifier | modifier le code]

Armstrong a participé à deux commissions d'enquêtes formés pour analyser les raisons d'accidents de vols spatiaux. La première en 1970, après Apollo 13. Pour Edgar Cortwright, il a produit une chronologie détaillée du vol. Armstrong s'oppose aussi personnellement à la recommandation du rapport de revoir la conception des bonbonnes d'oxygène du module de service qui étaient l'origine de l'explosion[49]. En 1986, le président des États-Unis Ronald Reagan le nomme vice-président de la Commission Rogers formée pour enquêter sur les causes de l'accident de la navette spatiale Challenger, le plus grave qu'ait connu la NASA jusque là[2]. En tant que vice-président, Armstrong est chargé des aspects opérationnels de la Commission[50].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Michael Collins (gauche), Neil Armstrong (second sur la droite) et Buzz Aldrin (droite) avec le président George W. Bush pour le 35e anniversaire d'Apollo 11 en 2004.
Neil Armstrong (à côté du président Barack Obama) accompagné de Michael Collins (au centre) et de Buzz Aldrin (à gauche), lors de la réception dans le bureau ovale de la Maison Blanche pour le 40e anniversaire d'Apollo 11 en 2009.

Après qu'Armstrong a pris sa retraite de la NASA en 1971, il refuse les offres d'entreprises qui lui proposent de devenir leur porte-parole. La première entreprise qui ait réussi à se mettre en contact avec lui est le constructeur automobile Chrysler. Il apparaît dans un spot publicitaire de cette dernière en 1979[47]. Ce qui avait décidé Armstrong était qu'elle avait un fort pôle d'ingénierie et qu'elle était en difficulté financière. Par la suite, il a travaillé comme porte-parole pour d'autres entreprises, telles la General Time Corporation et la Bankers Association of America. Il a agi comme porte-parole uniquement pour des entreprises américaines[51].

Par ailleurs, Armstrong a également siégé au conseil d'administration de plusieurs sociétés dont Marathon Oil, Learjet, Cincinnati Gas & Electric Company (en), Taft Broadcasting (en), United Airlines, Eaton Corporation, AIL Systems et Thiokol. Dans cette dernière, il a rejoint le conseil d'administration, après avoir siégé à la Commission Rogers. Ladite commission a suivi l'accident de la navette spatiale Challenger et a déduit que l'accident était dû à un problème de joint torique fabriqué par Thiokol. Il a pris sa retraite comme président du conseil d'EDO Corporation (en) en 2002[réf. nécessaire].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Signature de Neil Armstrong.

Famille[modifier | modifier le code]

Neil rencontra sa future femme, Janet Elizabeth Shearon (1934), à l'université Purdue. Selon Neil et Janet, il n'y eut pas de véritable séduction et aucun d'eux n'a pu se souvenir des circonstances exactes de leur engagement mutuel, sauf que cela s'est produit alors qu'Armstrong travaillait au Lewis Flight Propulsion Laboratory[réf. nécessaire].

Ils se marièrent le 28 janvier 1956 à Wilmette dans l'Illinois. Quand il déménagea à Edwards Air Force Base, il s'installa dans les quartiers des célibataires, alors que Janet vivait à Westwood, un quartier de Los Angeles. Après un semestre, ils emménagèrent dans une maison dans la vallée d'Antelope. Janet ne termina pas ses études, ce qu'elle regretta plus tard[52]. Le couple eut trois enfants : Eric (1957), Karen et Mark (13/04/1959)[53]. En juin 1961, des examens révélèrent que Karen avait une tumeur maligne au cerveau. Le traitement qu'elle dut subir ralentit sa croissance et sa santé se détériora à un point tel qu'elle ne pouvait plus ni marcher ni parler. Karen mourut d'une pneumonie liée à sa santé fragile le 28 janvier 1962. Janet et Neil Armstrong ont divorcé en 1994. Elle dira plus tard que « la Lune lui est montée à la tête »[54]. En 1994, il épousa sa seconde femme, Carol Held Knight[32]. Ils vécurent dans une ferme à Indian Hill (en), dans l'Ohio.

Caractère et personnalité[modifier | modifier le code]

Armstrong a exprimé des sentiments religieux à mi-chemin entre christianisme et déisme. Dans les années 1950, il fréquentait une église méthodiste, mais il se qualifiait alors lui-même de « déiste ». Ses proches témoignent également de ce qu'il ne se considérait pas à proprement parler comme chrétien[55].

Santé[modifier | modifier le code]

Neil Armstrong lors de la réception de la médaille d'or du Congrès en 2011.

En 1979, il se sectionna accidentellement l'annulaire de la main gauche alors qu'il travaillait dans sa ferme à Lebanon. Gardant son sang-froid, il mit la partie coupée de son doigt dans de la glace et partit à l'hôpital où un chirurgien recousit son doigt[56].

En 1991, Armstrong fut victime d'une crise cardiaque.[réf. nécessaire]

Justice[modifier | modifier le code]

L'usage de son nom, de la célèbre citation et de son image, lui a causé des problèmes au fil des ans[47]. En 1994, il poursuivit en justice Hallmark Cards après que l'entreprise eut utilisé son nom sans autorisation. La plainte fut réglée à l'amiable et Armstrong fit don de l'argent à l'Université Purdue. L'affaire incita la NASA à être plus prudente sur l'utilisation des noms, photos et enregistrements des astronautes[réf. nécessaire].

Il resta à l'écart de la vie publique, refusant les interviews[32] mais sortant exceptionnellement de sa réserve, comme lors de l'abandon du programme Constellation par Barack Obama[57]. Il avait décidé de ne plus signer d'autographes, scandalisé par le trafic qu'ils suscitaient pour d'importantes sommes d'argent à la clé.

En mai 2005, Armstrong menaça d'une action en justice son coiffeur qui, après lui avoir coupé les cheveux, en vendit une partie à un collectionneur, sans son autorisation[47]. Le barbier devait soit rendre les cheveux, soit faire un don à un organisme de bienfaisance de son choix. Dans l'impossibilité de rendre les cheveux, le barbier décida de faire un don[58].

Mort et hommages[modifier | modifier le code]

Le 7 août 2012, Neil Armstrong est opéré du cœur. Le 25 du même mois, à la suite de complications cardiovasculaires dues à cette opération, il meurt à l'âge de 82 ans à Cincinnati, dans l'Ohio[59].

Il reçoit un hommage unanime de la classe politique aux États-Unis[60]. Le président Obama a déclaré : « Neil figure parmi les plus grands héros américains — non seulement de son époque, mais de tous les temps »[61]. Son ancien collègue de la mission Apollo, le pilote du module de commande Michael Collins, a déclaré à la NASA que Neil Armstrong lui « manquerait terriblement ». Buzz Aldrin a quant à lui déclaré qu'il était profondément attristé de la perte d'un si bon ami[62].

Ses obsèques, intimes, se déroulent le 31 août 2012 à Indian Hill (Ohio), dans la banlieue de Cincinnati. En cette occasion, tous les drapeaux américains sont mis en berne. Le 14 septembre, le lendemain d'une commémoration à la cathédrale nationale de Washington, ses cendres sont dispersées dans l'océan Atlantique lors d'une cérémonie à bord du USS Philippine Sea (CG-58)[63].

Postérité[modifier | modifier le code]

Étoile au Walk of Fame d'Hollywood.

L'Union astronomique internationale baptisa un cratère d'impact situé près de l’endroit où s’était posé Apollo 11[64], ainsi que l'astéroïde6469. L'aéroport de sa ville natale de Wapakoneta porte son nom[57]. Un musée porte également son nom dans sa ville natale : le Neil Armstrong Air and Space Museum.

En 2014, le centre de recherche de la NASA sur la base d'Edwards, où Armstrong a été pilote d'essai entre 1955 et 1962, a été renommé Neil A. Armstrong Flight Research Center[65].

Neil Armstrong a, avec les deux autres membres de l'équipage d'Apollo 11, son étoile au Walk of Fame d'Hollywood, au coin d'Hollywood et de Vine.

First Man : The Life of Neil A. Armstrong, la première biographie officielle consacrée à Armstrong a été publiée en 2005. Elle a été écrite à partir de 1999 par James R. Hansen, professeur à l'Université d'Auburn. Armstrong avait auparavant refusé des demandes de Stephen Ambrose et James A. Michener mais fut enthousiasmé par la biographie From the Ground Up de Fred Weick que lui avait transmise Hansen comme exemple.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À l'âge adulte, cette organisation lui décernera la Distinguished Eagle Scout Award (en) et Silver Buffalo Award (en)
  2. où il a été membre du Phi Delta Theta et Kappa Kappa Psi
  3. ce sera la seule fois au cours de son séjour en Corée
  4. Le module lunaire, conçu pour la gravité lunaire, est trop fragile pour voler sur Terre.
  5. L'ordinateur dispose d'une mémoire morte de 36 864 mots de 16 bits et d'une mémoire vive de 2 048 mots

Références[modifier | modifier le code]

  1. James Hansen, First Man, p. 49-50
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Biography : Neil A. Armstrong », John H. Glenn Research Center, sur nasa.gov, NASA,‎ mars 2008 (consulté le 20 juillet 2009)
  3. James Hansen, First Man, p. 50
  4. (en) Iain Zaczek Charles Phillips, The Complete Book of Tartan,‎ 2009, 264 p. (ISBN 0754819817, lire en ligne)
  5. (en)Viola Louise Engel
  6. (en) Tara Dixon-Engel, Mike Jackson, Sterling Biographies. Neil Armstrong : One Giant Leap for Mankind, Sterling Publishing Company Inc.,‎ 2008 (lire en ligne), p. 6
  7. (en)« Project Apollo. Biographies of Apollo 11 Astronauts », sur Nasa
  8. James Hansen, First Man, p. 43
  9. (en) « Phi Delta Theta : History : The Beginning », sur phideltatheta.org (consulté le 13 juin 2009)
  10. (en) « Kappa Kappa Psi : Home > Our Fraternity > Prominent Members », sur kkpsi.org (consulté le 13 juin 2009)
  11. James Hansen, First Man, p. 55
  12. James Hansen, First Man, p. 42
  13. James Hansen, First Man, p. 79-85
  14. James Hansen, First Man, p. 92-93
  15. James Hansen, First Man, p. 96
  16. James Hansen, First Man, p. 112
  17. a et b James Hansen, First Man, p. 118
  18. James Hansen, First Man, p. 61
  19. James Hansen, First Man, p. 134-136
  20. James Hansen, First Man, p. 145
  21. James Hansen, First Man, p. 173
  22. James Hansen, First Man, p. 178-184
  23. James Hansen, First Man, p. 184-189
  24. James Hansen, First Man, p. 138-139
  25. James Hansen, First Man, p. 189-192
  26. James Hansen, First Man, p. 195
  27. James Hansen, First Man, p. 203
  28. James Hansen, First Man, p. 201-202
  29. (en) Eugene Kranz, Failure is not an Option : Mission Control From Mercury to Apollo 13 and Beyond, Simon & Schuster, 2000, p. 174.
  30. (en) James Lovell et Jeffrey Kluger, Apollo 13, Houghton Mifflin, 2000, p. 24–25
  31. (en) Robert Sherrod, Men for the Moon, Apollo Expeditions to the Moon, chapitre 8.7
  32. a, b et c Jean-Michel Comte, « Lune - Armstrong, Aldrin, Collins : l’étoffe des héros », sur francesoir.fr, France-Soir,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 21 juillet 2009)
  33. Apollo 11 : des hommes sont sur la Lune
  34. NASA : Apollo 11 Mission Report (MSC-00171) 9-24
  35. a et b (en) « One Small Step », sur history.nasa.gov, NASA,‎ 1995 (consulté le 20 juin 2009)
  36. (en) « Apollo 11 PAO Mission Commentary Transcript », sur jsc.nasa.gov, NASA (consulté le 20 juin 2009) [PDF]
  37. Shepard et Slayton, p. 33
  38. (en) David Harland, Exploring the Moon : The Apollo Expeditions, 1999 (ISBN 978-1-85233-099-6)
  39. cf. la section consacrée à la phrase de Neil Armstrong dans l'article Citation apocryphe#Propos modifiés ou tronqués
  40. (en) Duane S. Nickell, Guidebook for the scientific traveler : visiting astronomy and space, Rutgers University Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-8135-4374-1), p. 175
  41. (en) Jacqui Goddard, « One small word is one giant sigh of relief for Armstrong », sur timesonline.co.uk, The Times,‎ octobre 2006 (consulté le 20 juin 2009)
  42. (en) Veronica Smith, « Armstrong's Moon landing speech rewritten », sur cosmosmagazine.com, Cosmos magazine,‎ octobre 2006 (consulté le 20 juin 2009)
  43. (en) « 1969, World Statistics », sur infoplease.com, Infoplease (consulté le 20 juin 2009)
  44. (en) Nick Greene, « Apollo 11 Mission: A Lunar Odyssey », sur about.com, About.com (consulté le 20 juin 2009)
  45. James Hansen, First Man, p. 566-582
  46. James Hansen, First Man, p. 582-584
  47. a, b, c et d Gilbert Charles, « Le dur retour des conquérants de la Lune », sur lexpress.fr, L'Express,‎ 20 juillet 2009 (consulté le 20 juillet 2009)
  48. James Hansen, First Man, p. 590-594
  49. James Hansen, First Man, p. 603
  50. James Hansen, First Man, p. 610-646
  51. James Hansen, First Man, p. 595-596
  52. James Hansen, First Man, p. 124-127
  53. James Hansen, First Man, p. 128
  54. « Article de Paris Match.com du 24 juin 2009 »
  55. James Hansen, First Man, p. 33 « It is clear that by the time Armstrong returned from Korea in 1952 he had become a type of deist, a person whose belief in God was founded on reason rather than on revelation, and on an understanding of God's natural laws rather than on the authority of any particular creed or church doctrine. While working as a test pilot in Southern California in the late 1950s, Armstrong applied at a local Methodist church to lead a Boy Scout troop. Where the form asked for his religious affiliation, Neil wrote the word « Deist. » […] Neil Armstrong's mother wrote on October 27, 1969, to a Methodist minister in Iowa “but when he was a senior in high school, and even more in college, he began wondering about the truth of Jesus Christ. I felt sure he was praying less…. Today he is not teaching his own two fine sons about Jesus Christ. This fact causes a million swords to be pierced through my heart constantly. »
  56. (en) Kathy Sawyer, « Armstrong's Code », sur washingtonpost.com, Washington Post Magazine,‎ juillet 1999 (consulté le 24 juin 2009)
  57. a et b (en) Benjamin Ferran, « Obama relance les ambitions spatiales des États-Unis », Le Figaro,‎ 14 avril 2010 (consulté le 14 avril 2010)
  58. (en) Jennifer Rosenberg, « Barber Sold Neil Armstrong's Hair », sur about.com, About.com,‎ juin 2005 (consulté le 24 juin 2009)
  59. Fabienne Faur, « Neil Armstrong est mort », Agence France-Presse,‎ 25 août 2012 (lire en ligne)
  60. AFP, « Mort de Neil Armstrong : hommage unanime de la classe politique américaine », sur Le Point,‎ 26 août 2012 (consulté le 26 août 2012)
  61. Statement by the President on the Passing of Neil Armstrong
  62. Neil Armstrong: 1930-2012
  63. « Les cendres de Neil Armstrong, premier homme sur la Lune, dispersées en mer », sur lepoint.fr,‎ 15 septembre 2012
  64. (en) Fiches descriptives des cratères lunaires sur le site gouvernemental U.S. de géologie (Cliquez sur le nom correspondant) : « Gazetteer of Planetary Nomenclature - Moon Nomenclature: Mons, montes », sur http://planetarynames.wr.usgs.gov/ Astrogeology Research Program, U.S. Geological Survey.
  65. (en) NASA, « NASA Honors Astronaut Neil Armstrong with Center Renaming », sur nasa.gov,‎ 28 février 2014 (consulté le 31 août 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]