Ardèche (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 42′ 01″ N 4° 02′ 42″ E / 44.7003, 4.045 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ardèche (département).
l’Ardèche
Le cirque de la Madeleine.
Le cirque de la Madeleine.
Caractéristiques
Longueur 125,1 km [1]
Bassin 2 376 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 65 m3/s (sa confluence avec le Rhône)
Régime cévenol
Cours
Source Région Rhône-Alpes
· Localisation Astet
· Altitude 1 430 m
· Coordonnées 44° 42′ 01″ N 4° 02′ 40″ E / 44.70028, 4.0444 (Source - l’Ardèche)  
Confluence le Rhône
· Localisation Pont-Saint-Esprit/Saint-Just-d'Ardèche
· Altitude 45 m
· Coordonnées 44° 15′ 52″ N 4° 38′ 52″ E / 44.26444, 4.64778 (Confluence - l’Ardèche)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Ardèche, Gard,
Régions traversées Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro
Autre vue de l’Ardèche
Vue des Gorges de l’Ardèche
Pont suspendu sur l’Ardèche à Saint-Martin-d’Ardèche

L’Ardèche (en occitan Ardecha) est une rivière du sud de la France, affluent droit du Rhône. Elle a donné son nom au département qu’elle arrose, mais son bassin versant concerne aussi la Lozère et le Gard. On emploie fréquemment le terme vallée de l’Ardèche, il s’agit de la vallée qui a été tracée par la rivière.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs inscriptions antiques concernant un collège de nautes de rivières associées ont été découvertes dans le Gard. Il est possible que les deux rivières concernent d’une part, l’Ardèche, d’autre part l’Ouvèze[2].

L’identification de ces deux rivières est encore en suspens. Cependant, le développement suppose la rivière Ardèche, dont la forme Hentica (dès 950), puis Ardesca (dans la Charta Vetus) sont attestées.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 125,1 km de longueur[1], elle prend sa source, à 1 467 m d'altitude, dans le Vivarais, près du col de la Chavade, dans la forêt de Mazan sur la commune d’Astet. Après Aubenas et Ruoms, elle reçoit le Chassezac et La Beaume, puis s’enfonce à partir de Vallon-Pont-d’Arc dans les célèbres gorges qu’elle a elle-même creusées. Elle rejoint le Rhône en amont de Pont-Saint-Esprit

Principaux affluents et sous-affluents[modifier | modifier le code]

Rive gauche:

Rive droite:

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Son débit moyen est de 65 m3/s, mais la rivière connaît des crues violentes, appelées « coups de l'Ardèche », au printemps et à l’automne et des périodes de très basses eaux en été. Lors de crues exceptionnelles, comme en 1827, 1890 et 1924, elle peut atteindre 7 800 m3/s et son niveau monter à la cote record de 21,4 mètres dans les gorges.

Malgré son faible nombre de km parcouru (120) le débit de l'Ardèche (65 m3/s) est relativement élevé, il est à noter qu'il est supérieur à ceux du Gardon (32 m3/s), de la Cèze (22 m3/s) de l'Hérault (44 m3/s), ou encore de l'Agout (55 m3/s), importants cours d'eaux du sud du massif central pourtant bien plus longs.

Débits de l’Ardèche à Saint-Martin-d’Ardèche[modifier | modifier le code]

Le débit moyen inter-annuel de l’Ardèche a été observé et calculé sur une période de 26 ans à Saint-Martin-d'Ardèche. Il se monte à 63,4 m3/s pour une surface de bassin de 2 240 km2, soit la très grande majorité de son bassin versant (2 430 km2). La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques du régime cévenol, avec des hautes eaux d’automne et d’hiver à double sommet, portant le débit mensuel moyen au premier sommet de 93 m3 en octobre, puis après une chute à 76 m3 en décembre, un nouveau sommet allant de 96 à 102 m3 en janvier-mars (avec un maximum en janvier). S’ensuit une baisse rapide des débits, se terminant en une période d’étiage en juillet-août entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu’au niveau de 12 m3 au mois de juillet[3].( voir histogramme ci-dessous)

Le VCN3 peut chuter jusque 2,5 m3, en cas de période décennale sèche.

Les crues peuvent être extrêmement importantes (généralement suite aux orages cévenols). En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 1 800 et 2 600 m3/s, ce qui est élevé. Le QIX 10 est de 3 100 m3/s, tandis que les QIX 20 et QIX 50 montent respectivement à 3 600 et 4 300 m3/s.

Le débit maximal instantané enregistré à Saint-Martin-d’Ardèche est de 4 500 m3/s (les deux tiers du débit moyen du Danube), tandis que le débit maximal journalier vaut 2 506 m3/s.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 897 millimètres annuellement, ce qui est très élevé. Le débit spécifique (Qsp) atteint 28,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Rocher en Ardèche
Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Saint-Martin-d'Ardèche
(données calculées sur 54 ans)

Vue de l'Ardèche
Un coucher de soleil sur l'Ardèche

Débits des cours d’eau du bassin de l’Ardèche[modifier | modifier le code]

Pont sur l'Ardèche

!Module

Cours d'eau Localité Débits en m3 par seconde Côte
max(m)
Max.
instant.
Max.
journ.
Lame
d'eau
(mm)
Surface
(km2)
VCN3
(étiage)
QIX 2 QIX 5 QIX 10 QIX 20 QIX 50
Ardèche Meyras 3,52 0,090 150 230 280 330 - 4,09 360 157 1 092 102
Ardèche Pont-de-Labeaume 16,30 0,550 400 590 710 830 980 7,00 1660 531 1 840 280
Ardèche Vogüé 26,00 1,100 730 1100 1400 1600 1900 7,81 2200 890 1294 636
Ligne Labeaume 2,07 0,002 170 300 390 480 - 4,14 622 162 586 112
Beaume Saint-Alban-Auriolles 7,56 0,230 270 430 540 640 - 5,73 683 348 994 241
Chassezac Chambonas 15,50 0,820 550 900 1100 1300 1600 - 1800 878 965 507
- dont Borne Saint-Laurent-les-Bains 2,69 0,075 110 180 230 270 330 - 694 174 1357 63
- dont Altier Altier 3,44 0,130 120 210 270 330 400 3,12 960 190 1056 103
Ardèche Saint-Martin-d'Ardèche 64,30 2,700 1800 2600 3100 3600 4300 8,12 4500 2510 908 2 240

Serveur vocal[modifier | modifier le code]

La préfecture de l’Ardèche a mis en service depuis le mois de juin 2005, un serveur vocal dont l'objectif est de diffuser régulièrement des messages d’information afin de permettre le suivi de tout événement grave de sécurité civile ayant déclenché une cellule de crise/veille. Informations précises sur l’évolution des crues.

Régions, départements et principales villes traversés[modifier | modifier le code]

L’Ardèche près d’Aubenas
L’Ardèche à Vogüé

Rhône-Alpes

Languedoc-Roussillon

Curiosité[modifier | modifier le code]

  • L'Ardèche recoit les eaux de La Loire, par l'intermédiaire du barrage de "La Palisse" et du Lac d'Issarlès. En effet, les eaux sont prélevées grâce à des galeries souterraines pour alimenter la centrale hydroélectrique EDF de Montpezat-sous-Bauzon, elles sont ensuite déversées dans La Fontaulière, affluent de l'Ardeche à Meyras en amont d'Aubenas. Cet aménagement détourne de la Loire 7,4 m3/s sur son débit.


  • Le bassin de l'Ardèche à la particularité d'être frontalier avec ceux de la Loire, de L'Allier (par le Chassezac) mais également du Lot et du Tarn (Par L'Altier). Soit en termes de bassin versant, l'Ardèche est le seul affluent direct du Rhône à avoir son bassin versant frontalier avec le bassin de la Loire et celui de La Garonne.

Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Zones protégées[modifier | modifier le code]

L'Ardèche est protégée sur la quasi-totalité de son cours. Ces zones de protection sont les suivantes :

Ardèche

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil sur l'Ardèche, vu du belvedère

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) MISE-DDAF et Lycée agricole Olivier-de-Serres d’Aubenas, Les rivières d’Ardèche, 1996.
  • (fr) Massot (Georges), En Ardèche, passer l’eau sans les ponts, in Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, 1998, no 58.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références