Aubenas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubenas (homonymie).
Aubenas
Le château d'Aubenas
Le château d'Aubenas
Blason de Aubenas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Aubenas (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals
Maire
Mandat
Jean-Pierre Constant
2014-2020
Code postal 07200
Code commune 07019
Démographie
Gentilé Albenassiens, Albenassiennes
Population
municipale
11 586 hab. (2011)
Densité 809 hab./km2
Population
aire urbaine
57 805 hab.
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 14″ N 4° 23′ 28″ E / 44.620555556, 4.39111111144° 37′ 14″ Nord 4° 23′ 28″ Est / 44.620555556, 4.391111111  
Altitude Min. 170 m – Max. 421 m
Superficie 14,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Aubenas

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Aubenas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubenas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubenas
Liens
Site web http://www.aubenas.fr/

Aubenas est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes. Elle est chef-lieu de canton et se trouve dans le sud-est du département.

On trouve dans ses environs de nombreux sites touristiques : les gorges de l'Ardèche, la montagne ardéchoise avec le Mont Gerbier-de-Jonc et les Cévennes, la cité médiévale de Largentière, les villages de Vogüé, de Balazuc, de Ruoms, la station thermale de Vals-les-Bains...

Les habitants sont appelés les Albenassiens.

En 1963, la ville recevait le Prix de l'Europe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aubenas se situe en Ardèche du Sud à 630 km de Paris, 190 km de Lyon, 200 km de Marseille, 90 km du Puy, 70 km de Valence et 45 km de Montélimar. La rivière Ardèche traverse la commune.

Perchée sur son éperon rocheux, la ville d'Aubenas domine la vallée de l'Ardèche. Entre l'Auvergne et la Provence, le Lyonnais et le Languedoc, elle est un véritable carrefour touristique. Sa position géographique en fait la capitale de l'Ardèche du Sud. Au débouché de l'Ardèche, elle est située au croisement de deux principales routes du temps jadis : du Puy au Rhône par le col de la Chavade, et de Privas à Alès par le col de l'Escrinet. Cette situation privilégiée entre l'Ardèche méridionale et l'Ardèche verte en fait le carrefour obligatoire entre les différents types d'agriculture, d'économie et de modes de vie.

Carte de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mercuer Labégude

Ucel

Saint-Privat Rose des vents
Saint-Étienne-de-Fontbellon N Saint-Didier-sous-Aubenas
O    Aubenas    E
S
Vogüé Lavilledieu

Climat[modifier | modifier le code]

Aubenas bénéficie d'un climat méditerranéen favorable avec un été très ensoleillé, s'étirant dans un automne jusqu'à la fin octobre. L'hiver est très doux et ouvre la voie à un printemps parfois précoce. La proximité des Cévennes apporte la touche montagnarde et il n'est pas rare d'entendre le vent souffler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La racine alb, désignant une hauteur[1], est présente dans le nom de la ville (latin Albenate, ancien occitan Albenàs, occitan moderne Aubenàs). Et en effet, celle-ci est perchée sur un rocher calcaire qui domine la moyenne vallée de l'Ardèche, poste stratégique. La contrepartie en est l'éloignement de la ville de toute source d'eau. La cité fut d'ailleurs longtemps appelée la ville sans eau jusqu'à l'acheminement au XIXe siècle d'eau en provenance d'une source extérieure qui alimentait 50 fontaines réparties dans la ville. C'est le 28 juin 1863, sous la direction du maire de l'époque Jean Mathon, que cet évènement attendu depuis longtemps eut lieu.

Une autre étymologie de Aubenas pourrait être le fait qu’elle ait été construite peu après Alba Augusta, capitale des Helviens, que l’on aurait nommé Alba Nascens, de là Albena ou Aubenas[2].

On ne prononce pas le s final de Aubenas, on prononce Aubena.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Date de fondation : dès le Ve siècle, la colline est l'objet d'une lutte tenace entre les évêques du Puy et ceux de Viviers pour la construction d'une place forte. Finalement l'évêque du Puy sort victorieux de ce long conflit et au XIe siècle (1084) inféode cette nouvelle possession au baron de Montlaur, originaire de la montagne ardéchoise, à la limite ouest de l'actuel département de l'Ardèche.

Cette famille règne de 1084 à 1441 et construit le donjon, le mur d'enceinte et les deux grosses tours rondes du château qui est alors entouré de fossés. C'est pourquoi l'on appelle Aubenas « la cité des Montlaur », seigneurs qui furent à l'origine non seulement de l'essor économique de la ville, mais aussi du développement social et matériel de ses habitants. Leur devise était : « Montlaur, au plus haut ! ».

Renaissance[modifier | modifier le code]

La ville se convertit au protestantisme. Après la troisième guerre de religion, elle ne laisse plus les garnisons royales entrer dans ses murs[3].

Jean-Baptiste d'Ornano, époux de la comtesse de Maubec-Montlaur, fut vers 1628 l'organisateur des premières dragonnades, mettant en garnison 500 soldats corses chez l'habitant à Aubenas, Vals-les-Bains et dans les environs, avec pour mission de conduire les hérétiques à la messe tous les dimanches. Au début de 1629, ces villes étaient « converties » !

La révolte du Roure[modifier | modifier le code]

Le 30 avril 1670, le quartier Saint-Antoine d'Aubenas se soulève, déclenchant une jacquerie dans tout le Bas-Vivarais. Anthoine du Roure, originaire de Lachapelle-sous-Aubenas en prendra la tête, ce sera la révolte de Roure.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Henri Constant Rad-Soc  
1947 21 mars 1965 Marcel Molle MRP Notaire
Sénateur (1946-1958 puis 1959-1971)
22 mars 1965 27 mars 1971 Pierre Charnay DVD Chirurgien
27 mars 1971 7 mars 1973
(démission)
Jean Moulin CDP Vétérinaire
Député de 1962 à 1968
mars 1973 26 juin 1995 Bernard Hugo RPR Proviseur de lycée
Sénateur de 1980 à 1998
26 juin 1995 23 avril 2000
Stéphane Alaize PS Professeur
conseiller général de 1994 à 2001
Député de 1997 à 2002
La démission de conseillers municipaux de sa majorité entraîne des
élections partielles les 9 et 16 avril 2000
23 avril 2000 juillet 2006
(démission)
Jeanne Chaussabel RPR puis UMP Chef d'entreprise
17 juillet 2006 en cours Jean-Pierre Constant[4] UMP Agriculteur
conseiller général du canton d'Aubenas depuis 2001
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Ville d'Aubenas fait aujourd'hui partie de la communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'aire urbaine d'Aubenas avec ses 57 805 habitants est l'agglomération la plus peuplée de l'Ardèche (information INSEE)en 2010. Elle est classée 161e sur 356 des aires urbaines françaises.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 586 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 796 3 315 3 543 3 912 4 759 4 865 4 889 6 776 7 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 010 8 529 7 694 7 431 7 781 8 260 8 112 7 824 8 224
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 362 7 064 7 206 6 682 7 378 7 525 8 020 8 195 8 655
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
9 235 10 763 12 050 11 543 11 105 11 018 11 773 11 586 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (26,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (54,2 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 45,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 26,3 %) ;
  • 54,2 % de femmes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 35,9 %).
Pyramide des âges à Aubenas en 2008 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90  ans ou +
3,5 
10,0 
75 à 89 ans
15,8 
15,4 
60 à 74 ans
16,6 
18,1 
45 à 59 ans
16,8 
16,6 
30 à 44 ans
16,7 
20,5 
15 à 29 ans
15,8 
18,4 
0 à 14 ans
14,8 
Pyramide des âges du département de l'Ardèche en 2008 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,5 
7,8 
75 à 89 ans
11,6 
15,7 
60 à 74 ans
16,0 
21,7 
45 à 59 ans
20,6 
20,2 
30 à 44 ans
19,2 
15,5 
15 à 29 ans
14,2 
18,7 
0 à 14 ans
16,9 

Festivités et évènements[modifier | modifier le code]

  • Les Rencontres des Cinémas d'Europe, festival de cinéma qui accueille chaque année des metteurs en scène et acteurs européens, et qui se déroule traditionnellement la 3e semaine du mois de novembre.
  • Le Premier Carrefour du 9e art et de l'image (du 14 au 17 juin 2007), festival de Bande Dessinée dont le directeur artistique est Claude Moliterni.

Économie[modifier | modifier le code]

Aubenas est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie Ardèche Méridionale. Elle gère le CFA et un Centre de formation continue.

Aubenas est une ville qui vit aujourd'hui du commerce, du tourisme et des entreprises agroalimentaires fabriquant des marrons glacés et en conserve, de la charcuterie, des fromages. De plus, la commune est proche de Lanas. Cette dernière possède un aérodrome : il s'agit de l'Aérodrome d'Aubenas Ardèche méridionale.

La ville a accueilli une arrivée du Tour de France 2009 le 24 juillet, la veille de l'ascension du mont Ventoux.

La ville[modifier | modifier le code]

La place de l'Hôtel-de-Ville située au cœur de la ville est desservie par un dédale de rues pavées. Cette place occupe le point le plus élevé de la ville. Elle donne sur le château féodal qui domine la vallée de l'Ardèche.

La ville était desservie par le rail jusqu'en 1969 pour les voyageurs et 1988 pour les marchandises sur la Ligne Vogüé - Lalevade. La gare sert encore de billetterie pour la SNCF.

La commune d'Aubenas en quelques chiffres :

1 médiathèque, 2 stades, 2 gymnases, 1 centre multisports, 1 base nautique.

Scolaire (secteurs public et privé confondus) : 8 écoles maternelles, 8 écoles élémentaires, 4 collèges, 5 lycées, 1 CFA.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Depuis le 4 juin 2007, le service de transport "Tout'enbus" de la communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals fonctionne sur les communes d’Aubenas, Saint-Didier-sous-Aubenas, Saint-Privat, Ucel, Labégude et Vals-les-Bains. Ce réseau comporte 3 lignes régulières. Pour un tarif unique et vraiment accessible de 50 centimes la journée, il est possible d'utiliser la navette de 6 h 45 à 20 h (trajets aller-retour illimités) hors dimanches et fêtes.

Transport SNCF[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare d'Aubenas est fermée, le service SNCF est effectué par car venant essentiellement de Valence ou Montélimar.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville d'Aubenas a conservé de nombreux vestiges architecturaux, témoins de son passé chargé d'histoire. Huit des monuments de la ville sont classés ou inscrits monuments historiques.

  • Aubenas (Histoire d'), J. Volane, Le Livre d'histoire, Paris 1990 . (ISBN 2-87760-342-3)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Laurent a subi de nombreuses transformations suite aux différentes périodes de l'histoire : chaire du XVIIe siècle, boiseries, façades, chœur baroque avec trois retables du XVIIIe siècle. Il subsiste toutefois dans son intégralité, la chapelle des Martyrs, édifiée au XVe siècle. D'autres vestiges architecturaux peuvent être visités.
  • La chapelle des Cordeliers, attenante à un couvent de moines, aujourd'hui détruit. Elle renferme des ornementations et tableaux du XVIIe siècle, à découvrir en écoutant l'histoire des moines de Saint-Antoine.
  • Le temple protestant, situé allée de la Guinguette. Inauguré en juin 1890, c'est une petite construction de style néo-gothique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine ardéchoise.

La région d'Aubenas abonde en produits du terroir. On y retrouve toutes les spécificités de la cuisine ardéchoise : spécialités issues de la châtaigne, charcuterie de montagne, champignons, miel et confitures, fromages fermiers. Parmi ces spécialités, la châtaigne ardéchoise, la maouche et la pouytrolle, la saucisse d'herbes et les myrtilles des Cévennes restent les plus typiques.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason d'Aubenas

Écartelé : au premier de gueules à la balance d'or, au deuxième d'argent à l'arbre de sinople, au troisième d'argent au lion de gueules, au quatrième de gueules à la tour d'or ; le tout enfermé dans une bordure d'or chargée de huit écussons d'azur.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire des noms de lieux de France (Larousse), p. 8. Charles Rostaing, Toponymie de la Provence (Éditions Jeanne Laffitte), p. 49
  2. Album du Vivarais, ou Itinéraire historique et descriptif de cette ancienne province par M. Albert Du Boys
  3. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 289
  4. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Aubenas en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 février 2012).
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Ardèche en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 février 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Charay, Aubenas-le-Château, Nouvelles éditions latines, 32 p. (ISBN 2 7233 0051 X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :