Une vérité qui dérange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth) est un documentaire américain de Davis Guggenheim sorti en 2006. Traitant du changement climatique, il est basé en grande partie sur une présentation multimédia que Al Gore, ancien vice-président des États-Unis et prix Nobel de la paix en 2007 (partagé avec le GIEC) a préparée pour sa campagne de sensibilisation sur le réchauffement planétaire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette photo de la Terre prise par les astronautes de la mission Apollo en 1972 ouvre le documentaire sur la prise de conscience collective de la finitude planétaire.

L'ex vice-président Al Gore se consacre à ce qu'il considère comme le but de sa vie après l'échec de l'élection présidentielle américaine de 2000. Il s'implique lui-même dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans la continuité d'une présentation exposée à travers le monde dans sa tournée surnommée « The Slide Show », Gore met en lumière la quasi-unanimité des scientifiques s'accordant sur le réchauffement global de la Terre, débat sur la politique et l'économie du réchauffement global, et décrit les conséquences graves que le changement du climat produira si la quantité de production humaine de gaz à effet de serre n'est pas significativement réduite dans un futur très proche.

Le film présente beaucoup d'aspects catastrophiques, comme le risque de l'effondrement d'un inlandsis majeur, un glacier très étendu au Groenland ou en Antarctique, dont l'un ou l'autre pourrait élever les niveaux de mer globaux d'approximativement 6 mètres, provoquant l'inondation des secteurs côtiers et créant une centaine de millions de « réfugiés climatiques », les écoréfugiés. La fonte des eaux du Groenland pourrait stopper le courant du Gulf Stream et rapidement déclencher un refroidissement local dramatique en Europe nordique (en dépit du réchauffement climatique global). Le documentaire se conclut en indiquant que si les mesures appropriées sont prises rapidement, les effets du réchauffement peuvent être inversés avec succès en libérant moins de dioxyde de carbone et en cultivant plus de plantes et d'arbres. Enfin Gore invite tous les spectateurs à apprendre comment ils peuvent aider et à se mobiliser dans cette initiative.

Dans le but de montrer le phénomène de réchauffement climatique, le film présente la température annuelle et les niveaux de CO2 pendant les 650 000 dernières années déterminés par les analyses des carottes de glace prélevées en Antarctique. Une analogie à l'ouragan Katrina est utilisé pour leur rappeler que les vagues de 9 à 14 mètres ont détruit presque un million de maisons côtières du Mississippi, de la Louisiane, de l'Alabama et de la Floride.

Les aspects de controverse[1] liés à l'attribution des causes du réchauffement climatique y sont présentés comme une manipulation provenant d'un groupe limité de personnes, cherchant à entretenir le doute par une dissonance entre les médias de presse spécialisée et les médias grand public[2].

Al Gore est présenté dans ce documentaire, ainsi que les étapes majeures ayant mené à son engagement en politique. Il y règle de plus ses comptes avec ses adversaires, pointant de manière précise du doigt les personnes qui participent à la désinformation en ce domaine[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Gore est intrigué la première fois par le réchauffement planétaire lors d'un cours à l'université Harvard avec le professeur Roger Randall Dougan Revelle, l'un des premiers scientifiques à mesurer le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre[4]. Le livre de Gore publié en 1992, Sauver la planète Terre, traitait déjà d'un certain nombre de sujets touchant l'environnement et se classa dans la liste des bestsellers du New York Times. Plus tard, quand Gore pris la présidence du congrès des États-Unis en qualité de vice-président des États-Unis, il initia la première audition du congrès à ce sujet, y emmena des climatologues et commença à en débattre avec les représentants élus[5]. Il pensait qu'une fois les législateurs au courant de l'incontestable évidence, ils seraient conduits à l'action ; pourtant finalement, le processus fut lent voire laborieux.

En tant que vice-président dans l'administration Clinton, Gore poussa à la création d'une taxe sur le carbone, la carbon tax, pour inciter à réduire la consommation de combustible fossile et de ce fait diminuer l'émission de gaz à effet de serre, elle a été partiellement mise en œuvre en 1993. Il a aidé à promouvoir le protocole de Kyōto en 1997, le traité international conçu pour limiter les gaz à effet de serre. Cependant, il n'est pas ratifié par les États-Unis en raison de l'opposition du sénat Américain. Gore a aussi soutenu le placement du satellite dans le cadre du programme Triana, pour accroître la conscience des problèmes environnementaux et pour avoir les premières mesures directes de la proportion de rayonnement solaire réfléchi par la Terre. Gore engagea en partie sa campagne présidentielle de 2000 sur la ratification du protocole de Kyoto.

Après sa défaite à l'élection présidentielle, Gore a adapté une projection de diapositives, slide show qu'il avait précédemment créé, et commença à donner à travers les États-Unis et dans le monde entier des présentations multimédias sur le réchauffement climatique. Au moment où le film débute, Gore estime l'avoir montré plus d'un millier de fois. Les producteurs Laurie David et Lawrence Bender ont vu le show de Gore à New York après la première de Le Jour d'après[6]. Inspirés, ils rencontrent le réalisateur Davis Guggenheim au sujet de la possibilité de transformer la projection de diapositives en un film. Guggenheim, sceptique au début, vit plus tard une présentation de Gore faite pour lui seul, et déclara qu'il avait « été soufflé » (« blown away »), et que « après une heure et demie, je pensais que le réchauffement planétaire était le problème le plus important.[…] Je n'avais aucune idée de la façon dont on pourrait en faire un film, mais je voulais l'essayer »[7].

Réalisation[modifier | modifier le code]

La structure du film est essentiellement celle d'un film documentaire, An Inconvenient Truth suit une base dramatique dans la séquence où les faits sont révélés et les prévisions soulignées, auxquels s'ajoutent des événements de la vie personnelle d'Al Gore. Plutôt qu'énumérer simplement des faits d'une façon sèche et mécanique, le film place son sujet dans un contexte plus moral et émotionnel avec des éléments d'une intrigue dramatique.

David Guggenheim et son équipe ont reconstitué une salle de conférence réservée au tournage propre au film en présence de l'hôte vedette. La cause planétaire et la stature de l'homme politique ont contribué à l'afflux de bonnes volontés autour du projet ; s'agissant tant de professionnels de l'industrie du cinéma acceptant de contribuer sans demander d'émoluments, que de Melissa Etheridge, habituée des chansons militantes, qui a composé une chanson après avoir visionné les rushs de la conférence.

Bases scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans le film et le livre l'accompagnant, Gore cite beaucoup d'études scientifiques pour soutenir la revendication que le réchauffement climatique est réel et en grande partie causé par l'homme :

  • La fonte de nombreux glaciers est souligné par des photographies montrant l'avant et l'après[8].
  • Une étude faite par les chercheurs de l'Institut de Physique de l'université de Berne et du Projet Européen pour creuser la glace dans l'Antarctique, l'EPICA, présente des données de l'Antarctique à partir de carottes de glaces montrant les concentrations en dioxyde de carbone les plus élevées pour les 650 000 dernières années[9].
  • L'enquête du Dr Naomi Oreskes en 2004, recense 928 articles scientifiques sur le changement climatique publiés entre 1993 et 2003. Le résultat de son observation, publié en éditorial dans le journal Science, est que chaque article soit soutient le consensus « le réchauffement global a une part d'origine humaine », soit n'en tient pas compte[10].

L'agence de presse américaine Associated Press, est entrée en contact avec plus de 100 experts et chercheurs sur le climat et les ont interrogés au sujet de la véracité du film. Ce sondage se déroulant avant la sortie nationale du film ou du livre, seuls 19 climatologues ont vu le film et ils disent tous que Gore a transmis correctement les faits scientifiques[11]. Le US Senate Committee on Environment and Public Works (Comité sénatorial de l'environnement et des travaux publics des États-Unis) présidé par le sénateur Jim Inhofe, un sceptique du réchauffement global, a publié un communiqué de presse critiquant ce rapport[12]. La position d'Inhofe « le réchauffement global est le plus grand canular jamais commis sur les Américains »[13], apparaît dans le film.

RealClimate, un blog collectif maintenus par 11 climatologues, honore les faits scientifiques du film comme " remarquablement à jour, contenant des références à une partie des toutes dernières recherches "[14].

L'historien des sciences et le fondateur de The Skeptics Society, Michael Shermer a écrit dans Scientific American que An Inconvenient Truth « m'a fait un choc et m'a fait quitter mon attitude dubitative », « shocked me out of my doubting stance » [15].

De même, le 26 juin 2006, dans l'éditorial du Wall Street Journal, le climatologue Richard Lindzen, sceptique du réchauffement climatique a critiqué le film et se questionne sur ses motivations[16]. Une analyse critique de l'article de Lindzen par un bloggueur, David Lawrence, un biogéographe et journaliste, révèle que les réclamations de Lindzen sont basés sur des données actuellement dépassées[17].

Néanmoins, si la Haute Cour de Londres a souligné dans un jugement[18] en octobre 2007, que ce film est "en grande partie exact" et s'appuie sur de sérieuses recherches scientifiques, notamment celles du GIEC, elle relève neuf erreurs ou approximations contenues dans le documentaire (voir plus bas). Elle considère par ailleurs ce film comme également politique. Elle a ainsi décidé que sa diffusion dans les écoles devait être accompagnée d'une notice exposant les différents points de vue sur le sujet, afin de respecter les lois demandant une expression équilibrée des idées politiques dans les écoles[19].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film fut présenté en avant-première en 2006 au Festival du film de Sundance, puis au Festival de Cannes.

Il a été accompagné par une promotion publicitaire utilisant des slogans tels que « Un avertissement au Monde » (« A global warning »[20]), « Nous sommes tous sur une fine couche de glace », « De loin le plus terrifiant film jamais vu », et enfin « Le film le plus effrayant cet été est celui où vous êtes le méchant et le héros »[21]. La réaction à Sundance fait écho au montant du box-office et aux articles positifs des critiques de films. D'ailleurs, le film et l'acclamation des critiques ont été parodiés dans des programmes télévisés.

Un livre-homonyme contenant des informations additionnelles, des analyses scientifiques, et le commentaire de Al Gore sur les problématiques présentées dans le documentaire est paru au même moment et atteint la première place des bestsellers du New York Times (en date du 2 juillet et du 13 août 2006)[22], et se maintient encore pendant de nombreux mois sur la liste[23].

Un succès public et critique[modifier | modifier le code]

Le film, sorti le 24 mai 2006 sur les écrans de New York et Los Angeles, a engrangé 91 447 $ le premier week-end d'exploitation, soit la plus grosse recette de ce week-end de l'année et un record pour un documentaire, bien qu'il ne soit seulement passé que sur quatre écrans simultanément[24].

Il a ouvert le 27e Festival International du Film de Durban le 14 juin 2006. An Inconvenient Truth a été le documentaire le plus populaire au Festival international du film de Brisbane de 2006[25].

Le film a rapporté plus de 23 millions de dollars en date du 6 septembre 2006, faisant de lui le troisième documentaire le plus vu au cinéma jusqu'ici (après Fahrenheit 9/11 et La Marche de l'empereur)[26].

Al Gore a indiqué que sa femme « Tipper et moi avons consacré 100 pour cent des bénéfices du livre et du film à une nouvelle campagne éducative pour promouvoir encore plus le message au sujet du réchauffement global »[27]. Tandis que Paramount Classics, la société de production engage 5 % de leurs bénéfices sur le film des salles de cinémas à ce nouveau groupe bipartisan d'action, Alliance for Climate Protection, consacré à l’organisation de structures afin d'étendre la prise de conscience des citoyens à ce sujet[28].

La réaction critique au film a été souvent positive : elle a recueilli le 2 septembre 2006 le label « certifié frais » à 92 %, « certified fresh » par le Rotten Tomatoes un site web consacré à l'information, jeux vidéo, films, etc., avec un 94 % évalué par la « Cream of the Crop » (« la crème des critiques »). Les critiques de films Roger Ebert et Richard Roeper ont donné au film « deux pouces ». Ebert écrit : « en 39 ans, je n'ai jamais écrit ces mots dans une revue cinématographique, mais ici ils le méritent : vous devez allez voir vous-même ce film. Si vous ne le faites pas, lorsque vous aurez vos petits-enfants, vous devrez leur expliquer pourquoi vous n'avez pas décidé d'y aller »[29].

En France, Yann Arthus-Bertrand déclarait : « C'est un film très bien fait, à l'américaine, avec de l'humour, des applaudissements… En deux heures, il en fait plus pour l'environnement que moi en dix ans ! »[30]

D'autres critiques ne furent pas aussi aimables. Ainsi, le journaliste Ronald Bailey discute dans le magazine libertarien Reason que bien que « Gore décrive des faits scientifiques plus vrais qu'inventés, il exagère les risques »[31]. D'autres parlaient d'un « mensonge qui arrange » au lieu d'une vérité qui dérange[32].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film reçut une récompense spéciale de Humanitas Prize, et c'est la première fois que l'organisation distribue une récompense spéciale depuis 10 ans.

Le 25 février 2007, le film est récompensé par deux Oscars : Oscar de la meilleure chanson originale et Oscar du meilleur film documentaire.

Points négatifs et erreurs[modifier | modifier le code]

Dans le film, on voit Al Gore se déplacer soit en avion en classe affaires soit dans un 4x4 le tout supposant une production de CO2 excessive de la part d'Al Gore qui enjoint pourtant tout le monde à l'auto-restriction et à une consommation plus écologique.

En octobre 2007, le film a fait l'objet d'un jugement de la justice britannique[33] saisie par le chef d’établissement d’un lycée du Kent qui contestait la diffusion du film dans le cadre scolaire. La Haute Cour de Londres, présidée par le juge Michael Burton, bien qu'ayant reconnu que la présentation des causes et effets probables du réchauffement climatique était largement correcte[34], a répertorié neuf « erreurs » [35]:

  • le film prétend que la fonte des neiges au Mont Kilimandjaro est attribuable au réchauffement climatique alors que le consensus scientifique est qu'on ne peut rien affirmer de tel[36]. L'explication la plus courante est diminution des retombées neigeuses suite à la disparition progressive de la foret humide à la base du mont.
  • le film suggère une interprétation des graphes montrant l'évolution des températures et du CO2 sur 650 000 ans, le jugement considérant que s'il y avait un large accord chez les scientifiques sur un lien entre les deux courbes, celles-ci ne prouvaient pas ce qu'affirme Gore[37] ;
  • le film lie l'ouragan Katrina au réchauffement climatique alors que l'opinion scientifique est qu'il n'y a pas de preuves suffisantes[38] ;
  • le film montre l'assèchement du Lac Tchad et prétend que c’est une conséquence du réchauffement climatique, alors que les preuves sont là aussi insuffisantes: d'autres facteurs comme la hausse de la population et les variations du climat dans la région sont plus plausibles[39] ;
  • le film prétend qu'une étude montre que des ours polaires se sont noyés à cause de la fonte des glaces arctiques. Il apparait que la seule étude scientifique trouvée sur le sujet parle de quatre ours polaires noyés à cause d’une tempête[40] ;
  • le film avertit (« threatens ») que le réchauffement climatique pourrait stopper le Gulf Stream et renvoyer l'Europe à l'âge de glace, alors que le GIEC considère comme très improbable un tel arrêt bien qu'il juge qu'il devrait ralentir[41] ;
  • le film accuse le réchauffement climatique d'être à l'origine de la disparition d'espèces, dont la décoloration (« bleaching ») des récifs de corail alors que le rapport du GIEC affirme qu'il est difficile de séparer les différentes causes du blanchissement du corail[42] ;
  • le film suggère que les calottes de glace du Groenland et de l'Ouest Antarctique pourraient fondre et entraîner une hausse alarmante du niveau des mers. Alors que le film semble suggérer une fonte dans un proche avenir, le point de vue général est que le Groenland ne pourra pas fondre avant des millénaires[43] ;
  • le film prétend que la hausse du niveau des mers a causé l'évacuation de certaines îles du Pacifique en direction de la Nouvelle-Zélande, alors qu'aucune preuve d'une telle évacuation n'existe[44].

La Haute Cour de Londres ne s'est pas opposée à la diffusion du film dans les établissements scolaires du Royaume-Uni, mais à condition qu'il soit accompagné d'une documentation indiquant ce qui est de l'ordre du consensus scientifique, ce qui ne l'est pas et ce qui est un point de vue politique[45].

De son côté Christopher Walter, ancien conseiller politique de Margaret Thatcher a relevé 26 erreurs supplémentaires qu'il a réunies dans un document[46].

Un film politique[modifier | modifier le code]

  • Le président Bush, interrogé pour savoir s'il allait regarder le film, a répondu : « Ça m'étonnerait ». Il a plus tard déclaré que « nous devons rester sceptiques quant au fait que les gaz à effet de serre sont causés par l'humanité ou de causes naturelles »[47]. Gore réplique que « la communauté scientifique du monde entier s'accorde sur le fait que les êtres humains sont responsables du réchauffement planétaire et aujourd'hui encore il (Bush) a exprimé des doutes personnels sur la véracité de ces faits » [48].
  • En septembre 2006, Gore a voyagé à Sydney, Australie pour promouvoir le film. Le premier ministre australien, John Howard expliqua qu'il ne voulait pas rencontrer Gore ou s'accorder sur le protocole de Kyoto à cause du film : « Je ne prends pas de conseils politiques d'un film »[50]. Le chef de l'opposition Kim Beazley se joignit à Gore pour visionner le film et d'autres personnalités politiques assistèrent à une séance spéciale au Parlement à Canberra, plus tôt dans la semaine[51].
  • En 2007, un directeur d'école, Stewart Dimmock, a porté plainte contre le gouvernement britannique qui avait annoncé son intention de diffuser le film dans les écoles en l'accusant de faire du lavage de cerveau. En octobre 2007, la Haute Cour de Londres[52] a décidé que pour pouvoir diffuser ce film le Gouvernement britannique devait modifier le guide de diffusion aux enseignants (Guidance Notes to Teachers) pour mettre en évidence que :
  1. le film est une œuvre politique qui ne montre qu'un seul point de vue
  2. si les enseignants présentent le film sans le signaler clairement, ils peuvent se trouver en violation de la section 406 de l'"Education Act 1996" et coupables d’endoctrinement politique.
  3. Onze inexactitudes (inaccuracies) doivent être en particulier portées à l'attention des enfants des écoles
  • En juillet 2007, un article publié dans le Chicago Sun-Times intitulé « les prévisions alarmistes sur le réchauffement planétaire fondent devant la rigueur scientifique » a accusé Al Gore de mentir tout au long de son film[53].

Influence sur la culture populaire aux États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Avant sa sortie, le film a été parodié dans l'épisode « Manbearpig », Homoursporc de la série South Park.
  • Stephen Colbert, de l'émission satirique The Colbert Report, a aussi parodié An Inconvenient Truth le 17 juillet 2006. Intitulé The Convenientest Truth, La Vérité commode, Colbert a conçu sa propre présentation plaidant pour les effets positifs du réchauffement global, en utilisant son ironie pour critiquer la réponse des détracteurs du film.
  • Pendant le film, Al Gore montre un extrait de l'épisode « Crimes of the Hot », Gaz à tous les étages de la série animée Futurama traitant du réchauffement planétaire ; Al Gore avait le premier rôle dans cet épisode, bien qu'il ne soit pas présent dans le clip. De plus, Gore joue dans un faux trailer réalisé par l'équipe de Futurama, intitulé « A Terrifying Message from Al Gore ».
  • Le Competitive Enterprise Institute, une ONG américaine en faveur du libre marché pour les consommateurs fait passer deux publicités afin de « contrer l'alarmisme du réchauffement climatique », dans une apparente réponse à An Inconvenient Truth. Les deux messages publicitaires utilisent le slogan : « Le dioxyde de carbone : Ils appellent ça de la pollution ; nous appelons ça la Vie »[54].
  • Le show télévisé X-Play a fait 2 sketches parodiques pour la promotion du G4's award show, le G-Phoria, une cérémonie de remise de récompenses à des jeux vidéo créée par la chaine TV G4. Un sketch montre un imitateur d'Al Gore avertir d'une augmentation de la température en Terre du Milieu à cause de l'œil de Sauron (Eye of Sauron).
  • Dans Les Simpson, le film, Lisa Simpson tente de sensibiliser la population de Springfield à la protection de l'environnement en présentant un document titré Une vérité qui fâche (An Irritating Truth) à bord d'une plate-forme de levage. Il s'agit d'un clin d'œil à la présentation qu'utilise Al Gore durant son film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lire l'article en anglais « Global warming controversy ».
  2. lire l'article en anglais « Scientists opposing the mainstream scientific assessment of global warming ».
  3. Un des passages du film est consacré aux contributions de Philip Cooney lors de son passage à la Maison Blanche ; caviardant les articles scientifiques traitant du réchauffement global, il s'est avéré par la suite qu'il émargeait auprès de l'entreprise ExxonMobil pour ses bons et loyaux services.
  4. Kim Voynar, « Sundance: An Inconvenient Truth Q & A - Al Gore on fire! No, really. », Cinematical, 26 janvier 2006.
  5. David Remnick, « The Talk of the Town », New Yorker, 14 avril 2006.
  6. William Booth, « Al Gore, Sundance's Leading Man », Washington Post, 26 janvier 2006.
  7. « Left after an hour and a half thinking that global warming [was] the most important issue… I had no idea how you’d make a film out of it, but I wanted to try ». Alex Steffen, « Interview: David Guggenheim and An Inconvenient Truth », WorldChanging, 4 mai 2006.
  8. Cf. Wikipédia anglaise : Retreat of glaciers since 1850
  9. [1]
  10. «  Claimed that every article either supported the human-caused global warming consensus or did not comment on it » [2].
  11. [3]
  12. [4]
  13. « Global warming is the greatest hoax ever perpetrated on the American people »
  14. « Remarkably up to date, with reference to some of the very latest research » [5]
  15. « The Flipping Point », Scientific American.
  16. « There Is No 'Consensus' On Global Warming », WSJ.com.
  17. « Notes from the Abyss: Lindzen needs a reality check on climate change »
  18. (en)http://www.bailii.org/ew/cases/EWHC/Admin/2007/2288.html Jugement anglais].
  19. « Un juge britannique émet des réserves sur le documentaire d'Al Gore », Le Monde.
  20. Allitération ironique avec « global warming », réchauffement global.
  21. « We're all on thin ice », « By far the most terrifying film you will ever see », « The scariest film this summer is one where you are the villain and the hero »
  22. « Paperback Nonfiction », New York Times, 2 juillet 2006.
  23. « Paperback Nonfiction », New York Times, 13 août 2006.
  24. « Movie & TV News: Studio Briefing - 30 May 2006 », IMDb
  25. [6]
  26. « Documentary Movies », boxofficemojo.com.
  27. « News, search and shopping from the Houston Chronicle », Chron.com
  28. Alliance for climate protection
  29. « Reviews: An Inconvenient Truth (xhtml) », rogerebert.com
  30. Laure Noualhat, « Peu d'élus s'affichent au film de Gore », Libération, 13/10/2006, [lire en ligne]
  31. « An inconvenient truth », Reason, 16 juin 2006
  32. « A Convenient Lie », New York Sun, 26 mai 2006
  33. « Stuart Dimmock is a father of two sons at state school and a school governor. He has brought an application to declare unlawful a decision by the then Secretary of State for Education and Skills to distribute to every state secondary school in the United Kingdom a copy of former US Vice-President Al Gore's film, An Inconvenient Truth (AIT), as part of a pack containing four other short films and a cross-reference to an educational website (Teachernet) containing a dedicated Guidance Note. » Extrait du jugement, point 1
  34. « I have no doubt that Dr Stott, the Defendant's expert, is right when he says that: Al Gore's presentation of the causes and likely effects of climate change in the film was broadly accurate. » Extrait du jugement, point 22
  35. « In the event I was persuaded that only some of them were sufficiently persuasive to be relevant for the purposes of his argument, and it was those matters – 9 in all – upon which I invited Mr Chamberlain to concentrate. It was essential to appreciate that the hearing before me did not relate to an analysis of the scientific questions, but to an assessment of whether the 'errors' in question, set out in the context of a political film, informed the argument on ss406 and 407. All these 9 'errors' that I now address are not put in the context of the evidence of Professor Carter and the Claimant's case, but by reference to the IPCC report and the evidence of Dr Stott. » extrait du jugement, point 23
  36. « Mr Gore asserts in scene 7 that the disappearance of snow on Mt Kilimanjaro is expressly attributable to global warming. It is noteworthy that this is a point that specifically impressed Mr Milliband (see the press release quoted at paragraph 6 above). However, it is common ground that, the scientific consensus is that it cannot be established that the recession of snows on Mt Kilimanjaro is mainly attributable to human-induced climate change. » extrait du jugement, point 29
  37. « In scenes 8 and 9, Mr Gore shows two graphs relating to a period of 650,000 years, one showing rise in CO2 and one showing rise in temperature, and asserts (by ridiculing the opposite view) that they show an exact fit. Although there is general scientific agreement that there is a connection, the two graphs do not establish what Mr Gore asserts. » extrait du jugement, point28
  38. « In scene 12 Hurricane Katrina and the consequent devastation in New Orleans is ascribed to global warming. It is common ground that there is insufficient evidence to show that. »extrait du jugement, point31
  39. « The drying up of Lake Chad is used as a prime example of a catastrophic result of global warming. However, it is generally accepted that the evidence remains insufficient to establish such an attribution. It is apparently considered to be far more likely to result from other factors, such as population increase and over-grazing, and regional climate variability. » extrait du jugement, point30
  40. « In scene 16, by reference to a dramatic graphic of a polar bear desperately swimming through the water looking for ice, Mr Gore says: “A new scientific study shows that for the first time they are finding polar bears that have actually drowned swimming long distances up to 60 miles to find the ice. They did not find that before.” The only scientific study that either side before me can find is one which indicates that four polar bears have recently been found drowned because of a storm. That is not to say that there may not in the future be drowning-related deaths of polar bears if the trend of regression of pack-ice and/or longer open water continues, but it plainly does not support Mr Gore's description. » extrait du jugement, point32
  41. « In scene 17 he says, “One of the ones they are most worried about where they have spent a lot of time studying the problem is the North Atlantic, where the Gulf Stream comes up and meets the cold wind coming off the Arctic over Greenland and evaporates the heat out of the Gulf Stream and the stream is carried over to western Europe by the prevailing winds and the earth's rotation ... they call it the Ocean Conveyor … At the end of the last ice age … that pump shut off and the heat transfer stopped and Europe went back into an ice age for another 900 or 1000 years. Of course that's not going to happen again, because glaciers of North America are not there. Is there any big chunk of ice anywhere near there? Oh yeah [pointing at Greenland]”. According to the IPCC, it is very unlikely that the Ocean Conveyor (known technically as the Meridional Overturning Circulation or thermohaline circulation) will shut down in the future, though it is considered likely that thermohaline circulation may slow down. » extrait du jugement, point27
  42. « In scene 19, Mr Gore says: “Coral reefs all over the world because of global warming and other factors are bleaching and they end up like this. All the fish species that depend on the coral reef are also in jeopardy as a result. Overall specie loss is now occurring at a rate 1000 times greater than the natural background rate.” The actual scientific view, as recorded in the IPCC report, is that, if the temperature were to rise by 1-3 degrees Centigrade, there would be increased coral bleaching and widespread coral mortality, unless corals could adopt or acclimatise, but that separating the impacts of climate change-related stresses from other stresses, such as over-fishing and polluting, is difficult. » extrait du jugement, point33
  43. « This is distinctly alarmist, and part of Mr Gore's 'wake-up call'. It is common ground that if indeed Greenland melted, it would release this amount of water, but only after, and over, millennia, so that the Armageddon scenario he predicts, insofar as it suggests that sea level rises of 7 metres might occur in the immediate future, is not in line with the scientific consensus. » extrait du jugement, points 24 et 25
  44. « In scene 20, Mr Gore states “that's why the citizens of these Pacific nations have all had to evacuate to New Zealand”. There is no evidence of any such evacuation having yet happened. » extrait du jugement, points 26
  45. « As set out in paragraph 14 above, I am satisfied that, in order to establish and confirm that the purpose of sending the films to schools is not so as to “influence the opinions of children” (paragraph 7 above) but so as to “stimulate children into discussing climate change and global warming in school classes” (paragraph 6 above) a Guidance Note must be incorporated into the pack,... he introduction to the Guidance Note, as it stands, indicated that "the pack seeks to help teachers to engage pupils with … questions, discuss the facts and test the science". But the absence of comment about and correction of the 'errors' detracts from that prospect. Attention was drawn to ss406 and 407, but that simple reference to the statutory provisions would not, without identifying the problematic areas, enable the teachers to identify, as they were encouraged to do: “Areas where there is undisputed scientific consensus … Areas where there is a strong scientific consensus but where a small minority of scientists do not agree … Areas where there is political debate.” » extrait du jugement, points 34 et 35
  46. http://scienceandpublicpolicy.org/images/stories/press_releases/monckton-response-to-gore-errors.pdf
  47. Sur MSNBC
  48. Environmental News Network
  49. Post-Gazette et Timesonline
  50. « I don't take policy advice from films »
  51. Howard isolated on climate change: Gore
  52. (en) « Al Gore’s inconvenient judgment », The Times, 11 octobre 2007
  53. [7]
  54. « Carbon Dioxide - They call it pollution; We call it life », [8]
  55. « Gore et un groupe d'une frange de libéraux radicaux connus sous le nom de "“scientifiques” croient que la terre est endommagée par le dioxyde de carbone d'origine anthropique. Bien, critiquez l'humanité comme vous voulez, mais se payer la tête du dioxyde de carbone et du Competitive Enterprise Institute c'est comme ouvrir un bidon de publicités du service public sur votre cul (les pubs de l'Institut apparaissent sur l'écran). Je sais que vous vous dirigez vers ça, mais je ne pense vraiment pas que la science et les libéraux vont proscrire de respirer. », [9], [10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Entretiens vidéos[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

(2007)