Deuxième guerre du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deuxième guerre du Congo
Cimetière mémorial de la Guerre des Six Jours de 2000
Cimetière mémorial de la Guerre des Six Jours de 2000
Informations générales
Date du au
Lieu République démocratique du Congo
Issue Retrait des troupes rwandaises et ougandaises.
Belligérants
Flag of the Democratic Republic of the Congo (1997-2003).svg République démocratique du Congo
Flag of Angola.svg Angola
Flag of Namibia.svg Namibie
Flag of Zimbabwe.svg Zimbabwe
Flag of Chad.svg Tchad
Maï-Maï
Milices hutues
Flag of Uganda.svg Ouganda
Flag of Rwanda.svg Rwanda
Flag of Burundi.svg Burundi
RCD
MLC
Milices Tutsies
Commandants
Flag of the Democratic Republic of the Congo (1997-2003).svg Laurent-Désiré Kabila (1998-2001)
Flag of the Democratic Republic of the Congo (1997-2003).svg Joseph Kabila (2001-2003)
Flag of Angola.svg José Eduardo dos Santos
Flag of Namibia.svg Sam Nujoma
Flag of Zimbabwe.svg Robert Mugabe
Flag of Chad.svg Idriss Déby
Bulenda Padiri (Maï-Maï)
Lwengamia Dunia (Maï-Maï)
Flag of Uganda.svg Yoweri Museveni
Flag of Rwanda.svg Paul Kagame
Flag of Burundi.svg Pierre Buyoya
Ernest Wamba dia Wamba (RCD-K)
Emile Ilunga (RCD-G)
Jean-Pierre Bemba
Pertes
5 400 000[1]

La deuxième guerre du Congo est un conflit armé qui eut lieu au sein du territoire de la République démocratique du Congo (RDC, anciennement Zaïre) qui débuta en 1998 et se termina officiellement en 2002, avec une fin formelle le . Elle impliqua neuf pays africains, et une trentaine de groupes armés, ce qui en fait la plus grande guerre entre États dans l'histoire de l'Afrique contemporaine. C'est pourquoi elle est aussi appelée la Première Guerre continentale africaine[2],[3],[4].

Ce conflit a engendré de nombreux viols et massacres et entraîné, selon les sources, le décès de 183 000 personnes selon des démographes européens[5] à environ 4 à 4,5 millions de personnes principalement de famine et de maladies selon un rapport de l'International Rescue Committee. Des millions d'autres ont été déplacées de leurs terres ou ont trouvé asile dans les pays voisins. Malgré diverses initiatives et accords de paix qui ont conduit à la fin officielle de la guerre depuis 2002, et la mise en place d'un gouvernement de transition depuis le , la paix reste fragile.

De nombreux groupes militaires restent mobilisés, et des combats continuent en 2007 dans l'est du pays, essentiellement au Nord-Kivu (voir Guerre du Kivu). La population civile continue à payer un lourd tribut aux milices, notamment aux milices hutu composées de ressortissants rwandais s'étant échappés en RDC après avoir participé au génocide au Rwanda, qui se rendent coupables de nombreux crimes[6] ainsi qu'aux milices tutsi du CNDP.

Origines de la deuxième guerre du Congo[modifier | modifier le code]

Article connexe : Première guerre du Congo.

Le conflit en République démocratique du Congo trouve ses origines dans le génocide au Rwanda de 1994, et les événements liés au Burundi, qui virent des centaines de milliers de personnes d'origine ethnique Hutu fuir ces deux pays pour l'est du Zaïre.

Deux interprétations s'opposent quant aux raisons de la présence rwandaise dans la partie orientale du Zaïre et quant aux raisons pour ce pays d'entrer en guerre aux côtés de l'Ouganda.

Selon le gouvernement de Kigali et d'autres sources[réf. nécessaire], les camps de réfugiés qui en résultèrent furent rapidement contrôlés par les milices hutu Interahamwe, auxquelles appartenaient nombre de génocidaires, aidés par les membres hutu de l'ancienne armée rwandaise, et ils auraient envisagé une invasion.

Selon d'autres acteurs, la présence des troupes rwandaises en RDC est due à la volonté de piller la RDC. Ce point de vue s'appuie notamment sur un rapport de l'ONU demandé par le Conseil de sécurité qui avance à partir des interviews menées par le groupe d'experts que l'armée rwandaise est restée essentiellement pour se procurer des biens. Le rapport décrit également la stratégie de tous les groupes armés présents pour piller les ressources du sous-sol à leur profit, dans un contexte de massacres et de viols[7].

La nouvelle armée rwandaise, l'Armée patriotique rwandaise (APR), dominée par les Tutsi protesta contre la violation de son intégrité territoriale, et commença à armer les Tutsi Banyamulenge de l'Est du Zaïre. Cette intervention fut dénoncée par le gouvernement du Zaïre du Président Mobutu Sese Seko. Mobutu avait le soutien des États-Unis, car il était considéré comme un important rempart contre le communisme en Afrique subsaharienne. Cependant, avec la fin de la guerre froide, les deux superpuissances s'étaient progressivement désengagées de l'Afrique subsaharienne. Quand les États-Unis retirèrent leur soutien traditionnel à Mobutu, les rebelles et les États concurrents y virent une occasion de l'évincer du pouvoir. Le Rwanda et l'Ouganda commencèrent à livrer des armes et des fonds à l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila.

Changement d'alliance[modifier | modifier le code]

Quand Laurent-Désiré Kabila prit le contrôle de la capitale en mai 1997, il dut faire face à de nombreux obstacles pour gouverner le pays qu'il renomma « République démocratique du Congo » (RDC). En coulisse, de nombreux groupes tentaient de s'accaparer des parcelles de pouvoir, notamment les débiteurs étrangers, désireux de garder leur influence. Par ailleurs, la présence ostensible des Rwandais dans la capitale irrita les Congolais, qui commençaient à voir Kabila comme le jouet de puissances étrangères.[réf. nécessaire]

Les tensions atteignirent de nouveaux sommets le , quand Kabila fit démissionner son chef de cabinet rwandais, James Kabarebe, et le remplaça par un Congolais. Il semble que Kabila sentit avoir suffisamment assuré son assise congolaise, pour mettre quelque distance avec les nations qui lui avaient permis son accession au pouvoir.

Deux semaines plus tard, Kabila abandonna ces démarches diplomatiques. Il remercia le Rwanda pour son aide, et demanda le retrait du pays des forces militaires rwandaises et ougandaises. Les conseillers militaires rwandais furent évacués de Kinshasa avec peu de ménagement dans les 24 heures. Les personnes les plus inquiètes de cette décision étaient les Banyamulenge du Congo oriental. Ils étaient également utilisés par le Rwanda pour influer sur la politique orientale de la RDC.[réf. nécessaire] La tension persistante avec leurs voisins Hutus avait été l'un des facteurs déclenchants de la Première guerre du Congo et sera une nouvelle fois à l'origine de ce conflit.

Factions dans le conflit du Congo[modifier | modifier le code]

Les nombreux groupes armés peuvent être rangés en quatre composantes principales. À cause de la nature ouverte de cette guerre, ces catégorisations sont sujettes à caution, les alliances ou les scissions ayant été nombreuses, les intérêts contradictoires et évoluant. D'autre part les catégories "hutu" et "tutsi" sont des facilités de catégorisations ethnistes issues de la colonisation, largement utilisées dans les médias et par les propagandes politiques.

Forces tutsi 
incluant les armées nationales des gouvernements dominés par les Tutsi au Rwanda et au Burundi, les milices créées par les populations tutsi banyamulenge de RDC et les forces du Rassemblement congolais pour la Démocratie basées à Goma, proches des Banyamulenge. Ces groupes tutsi sont essentiellement actifs au Nord et au Sud-Kivu, et en d'autres territoires centraux en direction de Kinshasa. Leurs buts sont de garantir la sécurité nationale du Rwanda et du Burundi (le Congo-Kinshasa refusant d'arrêter les anciens génocidaires hutu réfugiés sur son territoire), de protéger les Tutsis présents en République démocratique du Congo (RDC), de limiter l'influence grandissante de l'Ouganda dans la région, et enfin de faire mainmise sur les ressources naturelles du territoire de la RDC.
Forces hutu 
incluant les Hutu rwandais responsables du génocide de 1994, les rebelles burundais cherchant à renverser leur gouvernement, les Hutus congolais et les milices Mai-Mai associées. Le principal groupe hutu sont les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), opérant dans le Kivu. Ses objectifs sont d'expulser les forces tutsies étrangères et les Banyamulenge, et de renverser les gouvernements tutsi au pouvoir au Rwanda et au Burundi, par ailleurs le contrôle des ressources naturelles est ici aussi déterminant.
Forces alignées sur l'Ouganda 
incluant l'armée ougandaise et différents groupes rebelles soutenus par l'Ouganda, tels le Mouvement de Libération du Congo (MLC), qui contrôle essentiellement le nord de la République démocratique du Congo. Elles souhaitent sécuriser les frontières de l'Ouganda, empêcher l'émergence d'un état congolais fort, limiter l'influence du Rwanda dans la région, et bénéficier elles-aussi des ressources naturelles congolaises.
Forces alignées sur Kinshasa 
incluant l'Armée congolaise nationale, différents groupes nationalistes Mai-Mai, et des nations alliées telles le Zimbabwe, l'Angola, le Tchad et la Namibie. Ils contrôlent l'ouest et le sud de la République démocratique du Congo. Leur but premier est la restauration de l'unité nationale, avec un contrôle sur les territoires et frontières, et la maîtrise des ressources naturelles.

La violence « ethnique » entre forces hutu et tutsi a été régulièrement au centre du conflit, avec une peur mutuelle d'élimination de son groupe. Les forces hutu et le gouvernement de Kinshasa ont établi des relations d'alliance et de proximité, leur intérêt commun étant l'expulsion des armées régulières et des groupes associés de l'Ouganda et du Rwanda. Alors que les forces de l'Ouganda et du Rwanda travaillaient ensemble pour la conquête de territoires aux dépens de Kinshasa, la compétition pour les ressources naturelles créa une fissure dans leur coalition. L'Ouganda permettrait à Kinshasa d'envoyer des armes au FDLR hutu via le territoire tenu par les alliés de l'Ouganda et l'Ouganda lui-même, les hutu et le gouvernement de Kinshasa cherchant tous, à des degrés divers, à contrôler l'influence du Rwanda et de ses alliés.

Nature du conflit[modifier | modifier le code]

Cette guerre n'a pas été une guerre de grandes batailles et de lignes de fronts clairement définies. Si de nombreuses troupes régulières et entraînées ont été impliquées, les dirigeants de ces nations ont été réticents à impliquer leurs propres troupes en des combats ouverts. Les équipements et l'entraînement de ces armées nationales représentant un investissement important pour des États pauvres. La vaste zone du Congo fragmenta les groupes armés, et dès lors les unités régulières ont essentiellement été stationnées autour de points stratégiques, tels les ports et aéroports, les routes importantes, plutôt qu'en des zones de combat.

Ainsi, la guerre a essentiellement été le fait de groupes militaires peu organisés. Ces troupes peu entraînées et peu disciplinées ont été à l'origine de fréquents crimes de guerre. La paix est d'autant plus difficile à établir que ces milices continuent leurs exactions, en dépit des cessez-le-feu décrétés par leurs supérieurs.

L'essentiel du conflit s'est focalisé sur le contrôle des ressources naturelles du Congo. Les États des Grands Lacs ont payé leurs dépenses militaires en exploitant les minéraux, diamants et bois rares du Congo oriental. Les forces d'occupation ont levé d'importantes taxes sur la population et l'économie locale, et réquisitionné les stocks de vivres de la région.

Une compétition pour le contrôle des ressources entre les forces anti-Kabila est aussi apparue dans le conflit. En 1999, les troupes ougandaises et rwandaises s'affrontèrent dans la ville de Kisangani. Le RCD se scinda en deux factions, affaiblissant la coalition anti-Kabila et limitant désormais ses opérations à la partie orientale de la RDC.

Le déroulement de la guerre[modifier | modifier le code]

L'offensive rebelle initiale menaça le gouvernement Kabila pendant quelques semaines, qui ne fut sauvé que par l'intervention rapide de plusieurs autres États africains. Un moment, il sembla que l'on se dirigeait vers une guerre conventionnelle ouverte entre plusieurs nations sur le territoire de la RDC. Une telle issue fut évitée au moment où la ligne de front se stabilisa en 1999. Dès lors, le conflit fut le fait de forces militaires irrégulières, avec peu de modifications dans les territoires tenus par les uns et les autres.

Les rebelles attaquent Kinshasa[modifier | modifier le code]

Le , les troupes de Banyamulenge basées à Goma se mutinèrent. Le Rwanda apporta une assistance immédiate aux Banyamulenge, et au début août, un groupe armé et organisé était constitué, le Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD), composé en premier de Banyamulenge et soutenu par le Rwanda et l'Ouganda. Ce groupe prit rapidement le contrôle des ressources minérales des provinces orientales du pays, et prit pour centre de ses opérations la ville de Goma. Le RCD prit également le contrôle des villes de Bukavu et Uvira au Kivu. Le gouvernement rwandais, constitué de Tutsis et allié avec l'Ouganda, et avec la bienveillance du Burundi, occupa une portion du nord-est du Congo. Pour contrer ces nouveaux occupants, le Président Kabila en appela à l'aide des Hutus militant dans le Congo oriental et commença à monter les populations contre les Tutsis, ce qui occasionna de nombreux lynchages dans les rues de Kinshasa, le plus souvent par supplice du pneu. Le 12 août, un major loyal au gouvernement de Kinshasa lança un appel à la résistance sur une radio de Bunia[8].

Le gouvernement rwandais réclama par ailleurs une part significative de l'est du Congo, considérée comme « historiquement rwandais ». Les Rwandais prétendirent également que Kabila planifiait un génocide contre les Tutsis dans la région du Kivu. L'importance selon laquelle l'intervention du Rwanda était motivée par la protection les Banyamulenge, opposée à l'idée de les utiliser comme prétexte à des aspirations, pose toujours question. En un mouvement de contournement, les rebelles du RCD s'emparèrent d'un avion de ligne et atterrirent à la base gouvernementale sur la base de Kitona sur la côte Atlantique, où ils furent rejoints par des troupes gouvernementales mutinées. Plusieurs villes de l'est et aux alentours de Kitona tombèrent sous les coups du RCD, de l'Ouganda et du Rwanda. Les efforts de conciliation diplomatiques sont restés vains. Le 13 août, les rebelles avaient pris possession du complexe hydro-électrique d'Inga qui alimentait en électricité Kinshasa et le port de Matadi, et qui était à l'origine de l'essentiel de l'approvisionnement de la capitale en nourriture et hydrocarbures. Le centre diamantaire de Kisangani tomba aux mains de rebelles le 23 août et les forces en provenance de l'est commencèrent à menacer Kinshasa dès la fin août. L'Ouganda, qui s'abstenait de soutenir le RCD avec le Rwanda, créa également un groupe rebelle qu'il aida exclusivement, le Mouvement de Libération du Congo (MLC).

Malgré le déplacement des lignes de front, les combats continuèrent à travers le pays. Même quand les forces rebelles progressaient vers Kinshasa, les forces gouvernementales continuèrent à se battre pour le contrôle des villes de l'est du pays. Les militants Hutus avec qui Kabila nouait des alliances étaient toujours des forces d'importance dans l'est du pays.

Kabila gagne des alliés régionaux[modifier | modifier le code]

L'offensive rebelle interrompit les efforts de Kabila qui commençaient à porter leurs fruits. Les premiers à répondre furent les membres de la Southern African Development Community (SADC). Bien qu'officiellement les membres de la SADC soient liés par un traité de défense mutuelle contre une agression extérieure, plusieurs d'entre-eux prirent une position neutre dans le conflit. Cependant, la Namibie, le Zimbabwe et l'Angola apportèrent rapidement leur soutien au gouvernement Kabila après une rencontre dans la capitale du Zimbabwe, Harare, le 19 août.

Les motivations de ces pays étaient variables :

Angola 
pris dans une guerre civile de 25 ans contre les rebelles de l'UNITA, l'Angola désirait éliminer les bases UNITA du sud Congo, qui approvisionnaient la rébellion en échange de diamants angolais. C'est pour la même raison que l'Angola participa brièvement à la Première guerre du Congo pour évincer Mobutu du pouvoir. Le gouvernement angolais ne pensait pas qu'un nouveau président serait préférable à Kabila et craignait que l'instabilité au Congo ne profite à l'UNITA.
Zimbabwe 
le Président Robert Mugabe était le plus ardent soutien de secours à Kabila, car il était intéressé par les richesses naturelles du Congo et souhaitait accroître son prestige et son influence en Afrique. Kabila et Mugabe avaient signé un contrat d'une valeur de 200 millions d'USD, concernant des entreprises détenues par Mugabe et sa famille. Divers contrats d'exploitation minière furent négociés en 1998 avec des compagnies sous contrôle de la famille Mugabe. Mugabe fut aussi considéré comme étant envoyé par le Président Nelson Mandela, comme ambassadeur des intérêts de d'Afrique du Sud. La guerre était aussi une occasion d'être confronté à un autre président africain, Yoweri Museveni de l'Ouganda.
Namibie 
le Président Sam Nujoma avait des intérêts au Congo similaires à ceux de Mugabe, avec des membres de sa familles actifs dans les mines congolaises. La Namibie elle-même n'avait que peu d'intérêts à défendre et l'intervention fut dénoncée par la population et les dirigeants de l'opposition.

Plusieurs autres nations se joignirent à Kabila dans ce conflit pour plusieurs raisons dans les semaines qui suivirent :

Tchad 
Kabila avait tout d'abord escompté un soutien de l'Afrique francophone, mais après le sommet de Libreville, au Gabon, le 24 septembre, seul le Tchad décida d'envoyer un millier d'hommes. Pour la France, qui encouragea cette opération, il s'agissait de regagner son influence en Afrique centrale, perdue depuis le génocide au Rwanda de 1994[9].
Libye 
Le gouvernement de Mouammar Kadhafi fournit des avions pour transporter des troupes du Tchad. Kadhafi aurait vu une occasion de profits financiers, mais aussi une façon de briser la situation d'isolement international imposée par les États-Unis après la destruction en 1988 du vol Pan Am 103 au-dessus de Lockerbie, en Écosse.
Soudan 
En septembre, des rapports non confirmés indiquèrent que des forces du gouvernement soudanais combattaient les rebelles dans la Province orientale, à proximité des frontières soudanaise et ougandaise. Cependant, le Soudan n'a pas établi de présence durable et significative en République démocratique du Congo, bien qu'il offrit une aide substantielle à trois groupes de rebelles ougandais — le Lord's Resistance Army, le Uganda National Rescue Front II et l'Allied Democratic Forces — en représailles pour leur soutien au Sudan People's Liberation Army[10].

Une guerre sur plusieurs fronts fut déclenchée. En septembre 1998, les forces zimbabwéennes furent envoyées à Kinshasa pour contrer les attaques rebelles menaçant les abords de la ville, les rebelles ayant fait parvenir des forces du sud par les frontières de l'Angola et de l'ouest par l'enclave de Cabinda, contre les assiégeants rebelles. Cette intervention par plusieurs nations sauva le gouvernement de Kabila, qui repoussa loin de la capitale les lignes de front. Cependant, les forces rebelles ne furent pas défaites, et il y eut une confrontation directe avec les armées nationales d'Ouganda et du Rwanda.

En novembre 1998, un nouveau groupe soutenu par l'Ouganda, le Mouvement de Libération du Congo fit son apparition dans le nord du pays. Le 6 novembre, le Président Paul Kagame admit pour la première fois que des forces militaires du Rwanda aidaient les rebelles en RDC pour des raisons de sécurité, apparemment à la suite d'une demande de Nelson Mandela de faire progresser les pourparlers de paix. Le , le Rwanda, l'Ouganda, l'Angola, la Namibie et le Zimbabwe décidèrent d'un cessez-le-feu au sommet de Windhoek, en Namibie, mais la République démocratique du Congo n'était pas invitée. Les combats continuèrent.

Hors d'Afrique, de nombreux états restèrent neutres et demandèrent l'arrêt des violences. Ces états étaient réticents à envoyer des troupes dans la région. De nombreuses compagnies minières et diamantaires occidentales, en particulier américaines, canadiennes, et israéliennes, soutenaient le gouvernement Kabila en échange d'accords commerciaux. Ces actions leur valurent de nombreuses critiques des groupes de défense des droits de l'Homme.

L'accord de paix de Lusaka[modifier | modifier le code]

Territoires tenus par les différentes factions en juin 2003 : Gouvernement, MLC au nord, RCD à l'est

Le , les tensions entre le RCD à propos de la domination des Banyamulenge atteignit son paroxysme quand le leader du RCD Ernest Wamba dia Wamba déplaça son centre de commandement de Goma à Kisangani, zone contrôlée par l'Ouganda. Un autre signe de rupture apparut quand le Président Museveni de l'Ouganda et Kabila signèrent un cessez-le-feu le 18 avril à Syrte, en Libye, après une médiation du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, et à laquelle et le RCD et le Rwanda refusèrent de prendre part. Le 16 mai, Wamba fut évincé de la direction du RCD en faveur d'une figure pro-Rwanda. Sept jours plus tard, les différentes factions du RCD s'affrontèrent pour le contrôle de Kisangani. Le 8 juin, les factions rebelles se rencontrèrent pour tenter d'établir un front commun contre Kabila.

Ces circonstances contribuèrent au premier cessez-le-feu de la guerre. En juillet 1999, l'accord de cessez-le-feu de Lusaka fut signé par les six pays belligérants, (République démocratique du Congo, Namibie, Angola, Zimbabwe, Rwanda, et Ouganda) et, le 1er août, le MLC. Le RCD refusa de signer. Selon cet accord, les forces des différentes parties, sous le contrôle d'une commission militaire conjointe, coopéreront au désarmement et au contrôle des groupes armés présents sur le territoire, et en particulier ceux identifiés comme étant à l'origine du génocide au Rwanda de 1994. Mais le désarmement de ces milices se fait attendre.

Le Conseil de sécurité des Nations unies ordonna le déploiement de 90 officiers de liaison en août 1999 pour assister le cessez-le-feu. Cependant, dans les mois qui suivirent, les uns et les autres s'accusèrent de violations régulières de la trêve. Le cessez-le-feu resta fragile.

La tension entre l'Ouganda et le Rwanda atteignit son point de rupture au début août quand des unités de l'Uganda Peoples Defense Force et l'Armée Patriotique du Rwanda s'affrontèrent à Kisangani. En novembre, la télévision gouvernementale de Kinshasa déclara que l'armée de Kabila avait été reconstruite et était prête à remplir sa « mission de libérer le pays ». Les forces rwandaises lancèrent une large offensive et s'approchèrent de Kinshasa avant d'être rappelées.

Le , les Nations unies autorisèrent une force de 5 500 hommes, la Mission de l'Organisation des Nations unies pour le Congo, plus connue sous son acronyme, MONUC, à superviser le cessez-le-feu. Cependant, les combats continuèrent entre les rebelles et les forces gouvernementales, et entre les forces rwandaises et ougandaises, en particulier entre l'Ouganda et le Rwanda à Kisangani en mai et juin 2000 lors de la guerre des Six Jours. Le , une offensive gouvernementale dans la Province de l'Équateur fut stoppée le long de la rivière Ubangui près de Libenge par les forces du MLC. Malgré l'échec des opérations militaires, les efforts diplomatiques bilatéraux ou à travers les Nations unies, l'Union africaine et la Communauté sud-africaine de développement échouèrent à faire évoluer les choses.

L'assassinat de Kabila[modifier | modifier le code]

En janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila fut assassiné par l'un de ses gardes du corps. Le commanditaire n'a pas pu être identifié, mais les alliés de Kabila étaient notoirement excédés de ses duplicités[réf. nécessaire], et en particulier le retard pris dans l'application d'une feuille de route à propos de l'introduction d'une constitution démocratique conduisant à des élections libres. Les troupes angolaises étaient visibles à l'occasion du cortège de funérailles Kabila à Kinshasa. Cependant, la transition se fit facilement.

Par un vote unanime du Parlement Congolais, son fils, Joseph Kabila, fut nommé président pour le remplacer. Ce fut dû largement à des efforts en coulisse de Robert Mugabe.[réf. nécessaire] En février, le nouveau président rencontra le Président Rwandais Paul Kagame aux États-Unis. Le Rwanda, l'Ouganda et les rebelles s'accordèrent sur une médiation des Nations unies pour un plan pour la paix. L'Ouganda et le Rwanda commencèrent à retirer leurs troupes du territoire de la ligne de front.

En avril 2001, un groupe d'experts des Nations unies enquêta sur l'exploitation illégale de diamants, cobalt, coltan, or et d'autres ressources lucratives du Congo. Le rapport[réf. nécessaire] désigna le Rwanda, l'Ouganda et le Zimbabwe comme principaux pays exploitant les ressources congolaises, et recommanda la prise de sanctions par le Conseil de sécurité.

Un accord nominal de paix[modifier | modifier le code]

Différentes tentative de mettre fin au conflit furent faites, sans succès. En 2002, la situation se détériora au Rwanda. De nombreux membres du RCD arrêtèrent les combats ou décidèrent de se rallier au gouvernement de Kabila. De plus, les Banyamulenge se lassèrent de jour en jour de la tutelle de Kigali et de ce conflit ininterrompu. Certains d'entre eux se mutinèrent, ce qui conduisit à de violentes altercations entre eux et les forces rwandaises. Au même moment, le Congo oriental devint plus sûr sous le gouvernement de Joseph Kabila. L'aide internationale reprit au fur et à mesure que l'inflation fut de nouveau contrôlée.

L'accord de Sun City fut formalisé 19 avril en 2002. C'était un canevas pour établir au Congo un gouvernement unifié et multipartite, et des élections démocratiques. Cependant, il y eut des critiques quant aux fait qu'il n'était pas fait de mentions de l'unification de l'armée, ce qui déforçait l'accord. Malgré diverses violations constatées aux dispositions prévues, l'accord permit la fin des combats. Le , le Rwanda et la République démocratique du Congo signèrent l'accord de Paix de Prétoria après cinq jours de discussions à Pretoria, en Afrique du Sud. Les pourparlers étaient centrés sur deux problèmes. L'un était le retrait d'environ 20 000 soldats rwandais du Congo. L'autre concernait les anciens soldats rwandais Hutus et le démantèlement de la milice extrémiste Interahamwe, qui prirent part au génocide de 1994 et qui continuaient d'être actifs au Congo oriental. Le Rwanda disposait d'environ 20 000 soldats au Congo et refusa de les retirer avant que les milices Hutu n'aient été neutralisées.

Signé le , l'accord de Luanda formalisa la paix en République démocratique du Congo et l'Ouganda. Le traité établissait le retrait des troupes ougandaises de Bunia et l'amélioration des relations entre les deux pays, mais la mise en œuvre fut problématique. Onze jours plus tard, les premiers soldats rwandais se retirèrent de RDC. Le 5 octobre, le Rwanda annonça le retrait complet de ses troupes. La MONUC confirma le départ de plus de 20 000 soldats rwandais.

Le 21 octobre, les Nations unies publièrent un rapport de son panel d'experts sur le pillage des ressources naturelles au Congo par des groupes armés. Le Rwanda et l'Ouganda rejetèrent les accusations à leur encontre, selon lesquelles certains de leurs dirigeants politiques et militaires étaient impliqués dans des trafics illégaux de ces ressources.

Le , les membres congolais du Dialogue Inter Congolais, à savoir : le Gouvernement national, le MLC, le RCD, le RCD-ML, le RCD-N, l'opposition politique locale, les représentants de la société civile et les Mai Mai, signèrent un accord de paix global. L'accord décrivait un plan pour une transition gouvernementale qui devait aboutir à des élections présidentielles et législatives dans les deux ans de la signature. Cet accord marqua la fin officielle de la Seconde guerre du Congo.

La fin de la guerre : le Gouvernement de transition[modifier | modifier le code]

Trois groupes rebelles soutenus par l'Ouganda, le MLC, le RCD-N et le RCD-ML, signèrent un cessez-le-feu, l'Accord de Gbadolite, le 31 décembre, 2002. Ils devaient arrêter les combats dans le périmètre Isiro-Bafwasende-Beni-Watsa, et à accepter la venue d'observateurs des Nations unies dans cette zone. L'accord comprenait également des garanties de liberté de mouvement des populations civiles et des organisations humanitaires.

Malgré la fin officielle des hostilités, des combats perdurèrent. Durant janvier et février 2003, la MONUC observa de nombreux mouvements de troupes, principalement entre l'Ouganda, le Rwanda et leurs zones d'occupation respectives. Le 1er mai 2003, l'Ouganda retira son armée régulière de Bunia et de l'Ituri en conformité avec l'accord de Luanda. Des combats intervinrent entre les Hema et les Lendu entre le 7 et le 16 mai à Bunia.

Le , la formation du Gouvernement de transition entérine officiellement la fin de la Deuxième Guerre du Congo. Suite voir Guerre du Kivu.

Effets[modifier | modifier le code]

Le conflit a eu de nombreux effets, essentiellement négatifs. La guerre a détruit l'économie de cette région déjà appauvrie, les investisseurs s'étant éloignés, et les ressources ayant servi à alimenter la guerre plus qu'à développer les pays. Une grande partie des infrastructures, déjà moribondes, a été détruite ou endommagée.[réf. nécessaire] La continuation et l'alimentation des tensions ethniques qui avaient déjà généré le génocide au Rwanda, ont rapidement accentué les divisions ethniques post-coloniales au Congo ce qui a entraîné cette guerre et ses conséquences.

Un groupe de femmes victimes de violences sexuelles au Sud-Kivu

Le viol des femmes a été utilisé comme moyen de terreur et de domination au cours du conflit. En octobre 2004, le groupe des droits de l'homme d'Amnesty International[réf. nécessaire] dénombra 40 000 cas de viol au cours des six années précédentes, la majorité d'entre-eux s'étant produits au Sud-Kivu. Il s'agit d'un tableau incomplet, les organisations humanitaires et internationales n'ayant pas accès à nombre des zones de combat, et seules les femmes s'étant identifiées étant comptabilisées. Le nombre de femmes violées est généralement estimé comme étant bien supérieur. Toutes les forces présentes dans le conflit ont été coupables de viols, bien que les milices et plusieurs groupes d'armées non régulières soient les plus coupables.[réf. nécessaire] Médicalement, un nombre anormalement élevé de femmes souffrant de fistules vaginales a été constaté, ce qui est généralement le résultant de viols collectifs. La nature endémique des viols dans ce conflit a contribué à la transmission des maladies sexuellement transmissibles, y compris le SIDA, dans la région.[réf. nécessaire]

Le nombre de morts résultant de la guerre est estimé à 3,3 millions de personnes jusqu'en 2002, nombre tiré d'enquêtes conduites par l'International Rescue Committee[11]. La majorité de ces morts (80-90 %) résulte de maladies et de malnutrition, dont la cause est imputée aux carences des services de santé et de l'agriculture, et au déplacement des réfugiés. Le rapport 2004 de l'IRC estime en fait ce nombre de morts entre 3,4 et 4,4 millions[11], un écart résultant des imprécisions du modèle de simulation utilisé.

Les autres effets incluent le déplacement d'environ 3,4 millions de personnes au sein de la RDC, ainsi que l'appauvrissement de centaines de milliers d'autres[réf. nécessaire]. La majorité des déplacés proviennent de l'est du pays. Près de 2 millions de personnes[réf. nécessaire] ont également été déplacées vers les contrées avoisinantes, le Burundi, le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda.

Récemment, certains ont redouté une troisième guerre du Congo.[réf. nécessaire]

Glossaire des groupes armés[modifier | modifier le code]

les Groupes sont classés selon l'état dans lequel ils sont les plus actifs.

Angola
République démocratique du Congo
  • Alliance des Forces démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) : alliance soutenue par le Rwanda et l'Ouganda, qui évinça Mobutu et porta Kabila au pouvoir.
  • Armée du Peuple Congolais (APC) : ou Armée Populaire Congolaise. aile militaire du RCD-ML.
  • Armée Nationale Congolaise (ANC) : aile militaire du RCD-Goma
  • Banyamulenge : Tutsis du Sud-Kivu, qui furent particulièrement actifs dans AFDL, et toujours influents au sein de l'ANC
  • Forces Armées Congolaises (FAC) : armée nationale de la République démocratique du Congo
  • Front de Libération du Congo (FLC) : alliance que l'Ouganda tenta de monter en coalisant le MLC, le RCD-N et le RCD-ML sous l'égide de Jean-Pierre Bemba en novembre 2000 pour centraliser le contrôle des Provinces orientale et de l'Équateur en 2000. Projet abandonné en août 2001.
  • Maï-Maï : terme générique pour des groupes de milices congolaises patriotiques. Le terme se réfère également à différents mouvements de résistances en Afrique orientale du temps de l'occupation coloniale.
  • Mouvement de Libération du Congo (MLC) : groupe rebelle soutenu par l'Ouganda, opérant en province de l'Équateur, et dirigée par Jean-Pierre Bemba. Créé en 1998. Parfois erronément considéré comme les forces ougandaises elles-mêmes.
  • Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD): nom partagé par divers groupes armés, mais généralement employé pour le RCD-Goma.
    • RCD-Congo : faction du RCD-Goma, dirigée par Kin-Kiey Mulumba, qui fit sécession en juin 2002
    • RCD-Goma : groupe rebelle soutenu par le Rwanda, fondé dans la ville de Goma en août 1998 contre Laurent Kabila. Techniquement, l'ANC est la branche militaire du RCD-Goma, mais la distinction n'est pas toujours faite.
    • RCD-K : groupe rebelle soutenu par l'Ouganda, dirigé par Wamba dia Wamba, qui fit sécession du RCD-Goma en mars 1999. Il devint le RCD-ML dirigé par Nyamwisi en septembre 1999. Également connu sous le nom de RCD-Wamba. Voir RCD-K/ML
    • RCD-Kisangani/Mouvement de Libération (RCD-K/ML) : se réfère au RCD-K qui devint le RCD-ML
    • RCD-ML : groupe rebelle soutenu par l'Ouganda, dirigé par Mbusa Nyamwisi. Actif dans le Nord-, le Sud-Kivu et l'Ituri. Voir RCD-K/ML. Aurait accepté de l'armement de Kinshasa, en accord avec l'Ouganda, qui furent partagés avec le FDLR contre les forces Tutsi.
    • RCD-National (RCD-N) : groupe rebelle soutenu par l'Ouganda, et dirigé par Roger Lumbala, qui quitta le RCD-K/ML et est maintenant allié avec le MLC
  • Union des patriotes congolais (UPC), dirigé par Thomas Lubanga. Mouvement proche du Rwanda, principalement actif en Ituri, et essentiellement constitué de membres de l'ethnie Hema.
Burundi
Namibie
Rwanda
  • Armée de Libération du Rwanda (ALiR) : successeur Hutu des organisations Interahamwe et du RDR, basée dans le Kivu, recrutant aussi des Hutus congolais. Devint le FDLR en septembre 2000.
  • Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) : principal groupe Hutu anti-Tutsi actuellement actif, soutenu par Kinshasa. Créé en 2000 après que les organisations hutues de Kinshasa et l'ALiR du Kivu décidèrent de fusionner. En juillet 2002, les unités du FDLR toujours présentes à Kinshasa se rendirent au Kivu. 15 000 à 20 000 membres.
  • Interahamwe : Hutus rwandais anti-Tutsi Hutus, largement responsables du génocide de 1994, et qui fuirent au Congo oriental
  • Rassemblement Démocratique pour le Rwanda : successeur de l'organisation Interahamwe, qui se fondit dans l'ALiR
  • Forces de Défense du Rwanda (FDR) : armée nationale rwandaise, dominée par les Tutsis. Changea de nom pour Armée Patriotique du Rwanda (APR) en juin 2002
  • Front patriotique rwandais (FPR) : aile politique du groupe rebelle soutenu par l'Ouganda, dirigé par Paul Kagame, et qui prit le pouvoir en 1994 en mettant en fuite les génocidaires.
Ouganda

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Reuters
  2. BondaManJak, le 20 novembre 2008.
  3. Le Journal Mediapart, le 10 octobre 2008.
  4. Le Quinzième jour du mois n° 102 / mars 2001.
  5. Ce nombre résulte de l'étude de démographes de la CEE envoyés au Congo en 2008 pour aider à la préparation des listes électorales La guerre en RDC n'a fait "que" 183.000 morts - 7/7 site d'information belge. « L'organisation non gouvernementale américaine International Rescue Committee (IRC) avait à l'époque estimé que cette guerre avait fait "quatre millions de morts" au Congo. Si l'ONG précisait qu'il s'agissait principalement de victimes indirectes du conflit, elle ne comparait pas ce nombre avec celui des morts avant la guerre. Le chiffre de "quatre millions" a été repris par Kinshasa et, propagande de guerre oblige, se transforma en "nombre de tués" par l'Ouganda et le Rwanda, souligne La Libre Belgique, qui le compare au million de morts lors du génocide de 1994 au Rwanda (selon Kigali, l'ONU évoquant plutôt 800.000 victimes). »
  6. Rapport de l'ONU sur les violences sexuelles commises dans le sud-Kivu en été 2007 : http://www.monuc.org/News.aspx?newsId=15062
  7. Rapport final du Groupe d'experts sur l'exploitation illégale des ressources naturelles et autres formes de richesse de la République démocratique du Congo - ONU 2002
  8. BBC News | Monitoring | Hate messages on East Congolese radio
  9. International Crisis Group - Congo At War: A Briefing of t
  10. HRW World Report 1999: Sudan: Human Rights Developments
  11. a et b Rapport de l'International Rescue Committee

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens et articles de référence (par ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

Cartes en ligne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Rapports[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Bill Berkeley, The Graves Are Not Yet Full: Race, Tribe, and Power in the Heart of Africa, New York, Basic Books, 2001 (ISBN 0-465-00642-6).
  • Eric Miller, The Inability of Peacekeeping to Address the Security Dilemma, LAP Lambert Academic Publishing AG & Co KG, 2010 (ISBN 978-3-8383-4027-2)
  • John F. Clark, The African Stakes in the Congo War, New York, Palgrave McMillan, 2002 (ISBN 1-4039-6723-7).
  • Robert G. Edgerton, The Troubled Heart of Africa: A History of the Congo, New York, St. Martin's Press, 2002 (ISBN 0-312-30486-2).
  • Ch. Didier Gondola, The History of Congo, Westport (Connecticut), Greenwood Press, 2002 (ISBN 0-313-31696-1).
  • Jean-Paul Mopo Kobanda, Les Crimes économiques dans les grands lacs africains. 5 millions de morts pour les enrichir : les multinationales occidentales, le Rwanda, l'Ouganda et leurs complices congolais, éd. Menaibuc, 2006 (ouvrage issu d'un mémoire de DEA en études internationales et africaines)
  • Filip Reyntjens, La Guerre des grands lacs, Paris, l'Harmattan, 1999 (ISBN 2-7384-8356-9)