Cyclone Nargis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nargis (homonymie).
Cyclone Nargis
Cyclone tropical 01B
Le cyclone Nargis le 1er mai 2008.
Le cyclone Nargis le 1er mai 2008.

Apparition 27 avril 2008
Dissipation 3 mai 2008

Catégorie maximale Cyclone catégorie 4
Pression minimale 962 hPa
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
215

Dommages confirmés
Morts confirmés Officiel :
  • Birmanie :
    • 84 537 morts
    • 53 836 disparus[1].
  • Sri Lanka : 3 morts[2]


Officieusement en Birmanie :
140 000 morts[3]

Blessés confirmés

Zones touchées
 

Image illustrative de l'article Cyclone Nargis
Trajectoire non disponible.
Saison cyclonique 2008 dans le nord de l'océan Indien

Le cyclone Nargis est un cyclone qui a frappé la Birmanie le 2 mai 2008, faisant officiellement plus de 138 000 morts et disparus (84 537 morts et 53 836 disparus) selon le gouvernement birman dans un rapport de l'ASEAN[1]. Ceci en fait la plus grande catastrophe naturelle de l'histoire du pays, selon l'introduction du rapport[1],[4]. Il s'est formé le 27 avril 2008 au centre du golfe du Bengale, au nord de l'océan Indien. Le service météorologique indien, dans son mandat de centre météorologique régional spécialisé de l'Organisation météorologique mondiale a nommé ce cyclone à partir de la liste des noms prévus le 28 avril. Nargis (نرگس, [næɵr.ɡɵs]), avait été suggéré par le Pakistan lors de la confection de ces listes. Ce mot vient du persan, à travers l'ourdou, pour la fleur de narcisse[5]. Le Joint Typhoon Warning Center, chargé de la prévision pour les bases et la flotte américaine dans les océans Indien et Pacifique, a quant à lui donné le nom de cyclone tropical 01B à ce système le 27 avril.

Après une trajectoire initiale vers le nord-ouest, il a tourné vers le nord-est puis l'est, en se dirigeant vers la côte sud-ouest de la Birmanie qu'il a frappée le 2 mai vers 12 heures TU, soit tard en soirée localement[6]. C'est le premier cyclone à avoir frappé la Birmanie depuis le cyclone Mala en 2006. Avec des vents oscillant entre 190 et 240 km/h, une onde de tempête de plus de trois mètres et des pluies diluviennes, il a fait des dégâts énormes dans la région du golfe de Martaban. Nargis est passé juste au nord de Yangon (Rangoon), la capitale économique, alors que ses vents soufflaient toujours à 130 km/h[7], avant de perdre sa force dans les montagnes à la frontière de la Birmanie et de la Thaïlande, tôt le 3 mai.

Les organisations non-gouvernementales et le personnel des Nations unies qui ont pu s'y rendre estiment que le nombre de victimes est plus important. Un bilan final est difficile à faire puisque la junte au pouvoir en Birmanie a restreint l'accès aux secours internationaux et a contrôlé l'information. Les généraux au pouvoir n'ont même pas remis la tenue d'un référendum controversé la semaine suivant le cyclone, prétextant que la situation était sous contrôle.

Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

Accumulation totale de pluie le long de la trajectoire de Nargis entre le 27 avril et le 4 mai (estimé du satellite météorologique TRMM)

Durant la dernière semaine d'avril, une zone orageuse persistante, dans une circulation cyclonique de bas niveau, se trouvait à 1 150 km à l'est-sud-est de Chennai en Inde dans le golfe du Bengale[8]. Avec un faible cisaillement vertical des vents et une bonne zone de divergence des vents en altitude, le système s'est organisé lentement[9] et à 03 TU le , le service météorologique indien (India Meteorological Department) l'a classé comme une dépression tropicale[10]. Neuf heures plus tard, elle s'était fortement intensifiée[11] et le Joint Typhoon Warning Center américain (JTWC) l'a nommée Cyclone tropical 01B.

Avec une crête barométrique au nord, le cyclone s'est dirigé lentement vers le nord-nord-ouest, et les bandes orageuses l'entourant se sont organisées de mieux en mieux[12],[13]. À 00 TU le 28 avril, le service météorologique indien a reclassé le système et lui a donné le nom de Tempête cyclonique Nargis, alors qu'il se trouvait à environ 550 km de Chennai[14]. Plus tard ce jour-là, Nargis est devenu presque stationnaire alors qu'il se trouvait entre deux crêtes, la première à son nord-ouest et la seconde à son sud-est. Le JTWC a reclassé ensuite Nargis au niveau équivalent d'un ouragan de catégorie 1 dans l’échelle de Saffir-Simpson[15] et le service indien au niveau de tempête cyclonique sévère[16].

Un œil est apparu avec deux murs concentriques, et la chaude température de surface de la mer a accentué encore plus l'intensification du système[17],[18]. Tôt le 29 avril, le JTWC estimait que les vents avaient atteint 160 km/h dans le cyclone Nargis[19] et le service indien a rehaussé le niveau du système à celui de tempête cyclonique très sévère[20]. Les premières estimations montraient que le cyclone frapperait le Bangladesh ou le sud-est de l'Inde[21],[22].

Image radar des pluies avec Nargis sur la région du delta de l'Irrawaddy le 3 mai à 7h13 local (00h43 TU) par TRMM

Cependant, après un faiblissement des orages dû à de la subsidence dans l'atmosphère et le passage dans une zone d’air plus sec, la trajectoire a dévié vers le nord-est à la périphérie de la crête dans son quadrant sud-est[23]. L'estimation par la technique de Dvorak a indiqué que le système pouvait avoir redescendu au niveau de tempête tropicale[24]. Tard le 29, la convection a repris de la vigueur, mais le système a pris du temps à se ré-intensifier à cause du cisaillement vertical des vents dans la zone où il passait[25],[26].

Le 1er mai, selon une trajectoire désormais plein est, le cyclone Nargis se renforce rapidement grâce à l'approche d'un creux barométrique en altitude, accentuant la divergence des vents à ce niveau, et donc le mouvement vertical dans les orages[27]. L’œil du cyclone atteint un diamètre de 19 km et tôt le vendredi 2 mai, le JTWC estime ses vents maximaux à 215 km/h[28] et le service indien à 165 km/h[29]. Provenant du Golfe du Bengale, la tempête traverse la côte sud-ouest de la Birmanie vers 12 TU, soit tard le soir localement[6]. Les vents oscillaient entre 190 et 240 km/h.

En entrant sur la terre ferme, le cyclone perd de sa force à cause de la friction, mais la chaleur latente de la mer d'Andaman toute proche lui permet de ne le faire que lentement. Nargis tourne vers le nord-est à l'approche d'un creux barométrique de surface. Il passe juste au nord de Yangon, alors que ses vents soufflent toujours à 130 km/h[7]. Tôt le 3 mai, le service indien émet son dernier bulletin de suivi de la tempête, qui faiblit ensuite rapidement en se dirigeant vers le nord-est dans les montagnes à la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande[30]. Le JTWC émit son dernier bulletin un peu plus tard[31].

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Le service météorologique indien a recommandé aux pêcheurs de ne pas sortir durant les événements. Il prévoyait des vagues importantes et des vents violents pour les côtes du Tamil Nadu et de l'Andhra Pradesh en Inde[14]. Les prévisions originales de la trajectoire faisaient ensuite passer le cyclone par le Bangladesh. Ce pays a un système d’alertes cycloniques et d’abris paracycloniques assez développé à la suite de désastres antérieurs. Cependant, comme ce pays souffrait encore d'un problème d'approvisionnement en nourriture à la suite du passage du cyclone Sidr en novembre 2007 et d'inondations en début de 2008, les autorités ont demandé aux fermiers le 29 avril de terminer le plus rapidement possible la récolte de riz avant l'arrivée de Nargis, et ont mis le pays en veille météorologique[32].

Après le changement de trajectoire vers l'est, deux jours avant que Nargis n’atteigne la Birmanie, le service météorologique indien (IMD) a prévenu du point d'impact et de la gravité du cyclone à la fois les agences birmanes[33] et l'Organisation météorologique mondiale[34]. L'agence birmane de météorologie n'a envoyé ni accusé de réception ni réponse, selon Mrityunjay Mohapatra, directeur du centre d'alerte pour les cyclones de l'IMD. Celui-ci a même précisé que son service avait envoyé à la Birmanie un premier bulletin dès la formation du cyclone dès le 26 avril[35]. L'Agence de l'ONU pour la prévention des catastrophes (SIPC/ISDR) a déploré l'absence d'alerte précoce en Birmanie[36]. Selon Avaaz.org, une organisation de pression pour les droits humains, la junte birmane n'a ni prévenu ni évacué la population à temps et a coupé les communications[37].

Impacts[modifier | modifier le code]

Sri Lanka et Inde[modifier | modifier le code]

Au Sri Lanka, Nargis a donné des pluies abondantes causant des inondations dans dix districts du pays. Des milliers de foyers ont été inondés et 21 détruits. Au total, plus de 35 000 personnes ont été affectées sur l'île[38]. Les districts de Ratnapura et Kegalle de la province de Sabaragamuwa ont été les plus touchés avec plus de 3 000 évacués et 4 500 laissés sans abris[2]. Les autorités rapportent trois personnes blessées et deux morts[2].

Le long de la côte indienne, le brassage de la mer causé par Nargis a diminué la température de surface de la mer ce qui a aidé à diminuer la température de l'air dans une région aux prises avec une vague de chaleur extrême en cette fin d'avril[39]. Nargis est passé au nord des Îles Andaman et les vents à cet endroit ont été forts sans être extrêmes. Cependant les pluies ont été abondantes mais aucun dommage n'a été signalé[40].

Birmanie[modifier | modifier le code]

Matériels[modifier | modifier le code]

Topographie de la zone sinistrée en Birmanie et trajectoire de Nargis

Rangoon a été touchée par la catastrophe, mais ce sont les régions d'Ayeyarwady et de Pégou, ainsi que les états Môn et Karen qui en ont le plus souffert[41]. La tempête a noyé toute la zone littorale sous la mer et des trombes d'eau. Environ 5 000 km2 ont été submergés selon Richard Horsey, le porte-parole de l'ONU à Bangkok, ce que montrent les photos satellitaires de la NASA à droite[42]. L'état avancé de déforestation de la mangrove, qui ne joue plus son rôle de barrière naturelle, a contribué grandement à accentuer les inondations causées par l’onde de tempête de plus de trois mètres[35].

Au 5 mai 2008, outre les arbres déracinés, les feux de signalisation renversés, les panneaux publicitaires, ou encore les toits arrachés, près de 20 000 habitations étaient signalées détruites. Toutes les villes étaient privées d’électricité et de télécommunications. De plus, de nombreux bâtiments étaient partiellement détruits et des canalisations d’eau étaient coupées. De nombreux habitants ont dû s'approvisionner en eau chez ceux qui possédaient des puits privés. Selon la Croix-Rouge, plusieurs villages côtiers ont été complètement ravagés.

En juillet 2008, l'ASEAN a publié un rapport de situation plus complet qui mettait à jour ces données[1]. Il mentionne que 800 000 demeures ont été touchées : 450 000 totalement détruites et le reste étaient très endommagées. 350 000 ont été moins sévèrement touchées, pour des pertes totales de 686 milliards Kyat. Ceci est sans compter un très grand nombre de monastères, pagodes et mosquées détruits.

Selon le rapport, le cyclone a endommagé ou détruit 75 % des hôpitaux ruraux, cliniques et autres centres de santé dans les zones affectées, en particulier le long de la côte. La perte de ces bâtiments a eu un impact beaucoup plus important que leur valeur monétaire en cessant toute aide aux populations rurales. Les pertes totales au secteur de la santé a été estimé à 19 milliards K, dont les deux-tiers au secteur public.

La plupart des ménages de la zone affectée utilisent des réservoirs d’eau de pluie, des étangs communaux, des puits et la rivière pour leur approvisionnement en eau. Le cyclone a endommagé et salinisé 13 % des étangs dans la région de Rangoon mais jusqu’à 43 % dans celle d'Ayeyarwady, selon le rapport de l'ASEAN. Les routes, aéroports, chemins de fer, les ports et les communications ont subi des pertes estimées à 185 milliards K. Les routes ont été inondées ou coupées par les arbres brisés. Plusieurs ponts ont été emportés et les réseaux de distribution électriques et téléphoniques ont subi de lourdes pertes. Du côté maritime, Nargis a causé des dommages substantiels aux quais, coulé de nombreux bateaux et détruit les bâtiments annexes que l’on retrouve dans chaque village de la région. Le port de Yangon a le plus souffert du cyclone. Les chemins de fer et les aéroports n'ont eu que des dommages assez mineurs et une interruption de service temporaire.

Un panneau tombé sur une pagode à Rangoon (5 mai 2008).

Selon le rapport, 50 à 60 % des écoles publiques, incluant les monastères, ont été endommagées ou détruites dans le delta. Il s’agit d’une perte de 116 milliards K, incluant les pertes de matériels éducatifs, dans un pays déjà sous la moyenne mondiale dans le niveau de scolarisation. Les écoles restantes ont servi de refuges.

L’agriculture, l’élevage et les pêcheries fournissaient deux-tiers du produit intérieur brut des régions d’Ayeyarwady et de Yangon en 2007. Entre 20 et 30 % de la population n’a pas de terres et vit de la pêche, de petits jardins et de travail sporadique. Pour les autres, la culture du riz est la plus importante récolte, suivi des mangues, des noix de coco, des bananes, du sésame et de la noix de bétel. L’élevage des bêtes de somme, des porcs, des chèvres, des volailles est également important. Le cyclone Nargis, survenu au moment des semailles a détruit non seulement les plantations mais également les outils et les semences. Les régions de Labutta, Bogale, Pyapon, Dedaye et Kyaiklat ont été les plus affectées et n'ont pas eu assez de semences pour la saison suivante. Les dommages sont estimés entre 570 et 700 milliards K. De plus, les récoltes suivantes ont été affectées par la perte de terre due à l’érosion et la perte de main d’œuvre (par mortalité ou par les demandes de la reconstruction) ce qui résulterait selon le rapport en une perte supplémentaire de 283 milliards K[1]. Ceci est sans compter les pertes aux cocotiers qui une fois replantés prennent de 3 à 5 ans pour être productifs.

L’industrie compte pour 20 % des revenus dans la région de Rangoon mais seulement 7 % dans la Région d’Ayeyarwady[1]. Les industries des régions affectées sont surtout des marais salants, des usines de transformation des crevettes et poissons, des moulins à farine de riz et quelques autres petites usines. Les pertes dans ce secteur, ainsi que celui du commerce, furent estimées à 2 000 milliards K[1]. La plupart des pertes se sont retrouvées dans des parcs industriels de Yangon mais le dommage aux micro-industries et commerces, souvent dirigés par des femmes, a eu un effet dévastateur.

Humains[modifier | modifier le code]

Selon le ministre birman des Affaires étrangères, le bilan au 5 mai 2008 était d’environ 10 000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri[41]. Six jours après le passage du cyclone, le bilan humain était révisé officiellement à 22 980 morts et 42 119 disparus mais selon plusieurs sources il était beaucoup plus important[43]. La chargée d'affaires américaine en Birmanie, Shari Villarosa, a indiqué dès le 8 mai que le bilan pourrait même dépasser les 100 000 morts[44] avec plus d’un million et demi de personnes dans les régions affectées ayant un besoin urgent d'une aide internationale[45].

Le 13 mai, le bilan officiel provisoire révisé mentionne 31 938 personnes tuées par Nargis, parmi lesquelles 40 % seraient des enfants selon l'Organisation non gouvernementale Save The Children, et 29 770 portées disparues[46]. Le 16 mai, le bilan officiel s'alourdit à 77 738 morts et 55 917 disparus ce qui se rapproche du total estimé le 13 mai par la Croix-Rouge de 128 000 morts et plus de 2,5 millions de sinistrés[47],[48],[49]. Le dernier bilan officiel de juillet 2008 fait état de 84 537 morts et 53 836 disparus[1]. Au 17 juillet, le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-unies estimait à 140 000 le nombre de morts, dont 55 % de femmes[3].

Selon le rapport de l'ASEAN de juillet 2008, plus de la moitié des ménages vivant dans la zone sinistrée ont perdu tout leur bétail, volailles et autres animaux et 55 % mentionnaient qu’au moment de l’évaluation, en juin, qu’ils n’avaient qu’une journée de vivre à leur disposition[1]. Le personnel médical estima que la perte des centres de santé était pour causer des épidémies de maladies contagieuses par la diminution jusqu’à 83 % de la vaccination. Les accouchements étaient à risque également avec la perte des soins spécialisés[1]. Finalement, l’accès aux médicaments, déjà difficile, était réduit de 21 %[1].

Réponse humanitaire et controverse[modifier | modifier le code]

Avant et après le passage du cyclone (image de la NASA)

Après le cyclone qui a ravagé le sud-est de la Birmanie, le régime militaire du pays est resté de glace face aux offres d'aide. Les autorités ont déclaré le vendredi 9 mai dans le quotidien officiel New Light of Myanmar : « Le Myanmar n'est pas prêt à recevoir des équipes de recherche et de secours, ainsi que des équipes de journalistes, de pays étrangers ». Le pays, dit-on, « donne la priorité à la réception d'aides d'urgence et fait des efforts acharnés pour les faire transporter sans délai par ses propres travailleurs dans les zones affectées. À ce stade, la meilleure façon pour la communauté internationale d'aider les victimes est de donner de l'aide comme des médicaments, de la nourriture, des vêtements, des générateurs électriques et des matériaux pour les abris d'urgence, ainsi qu'une assistance financière. »[50].

C'est donc au compte-gouttes que vivres et médicaments sont arrivés par avions ou navires, depuis la Thaïlande et l’Inde, après le passage du cyclone. La junte a insisté pour faire la distribution par ses propres moyens, alors que ses bateaux et hélicoptères étaient en nombre restreint pour rejoindre les zones sinistrées, difficiles d'accès. Cette décision a été qualifiée de « sans précédent » par le Programme alimentaire mondial[50]. Lors d'une conférence de presse organisée à Bangkok, le directeur régional du PAM, Anthony Banbury, s'est montré inquiet que l'organisme ne puisse envoyer les secours nécessaires et les travailleurs humanitaires dont l'expertise est essentielle pour organiser la distribution des vivres et des matériaux requis[50]. Il a fait cette déclaration alors que la communauté internationale avait jusqu'à ce moment promis 115 millions de dollars en aide[50]. Selon AFP, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a tenté dès le jeudi 8 mai de joindre le chef de la junte militaire birmane, le général Than Shwe, afin de l'inciter à accepter l'aide internationale. Son intervention fut vaine.

Le commandement de l'US Air Force dans le Pacifique a reçu finalement la permission d'envoyer des avions de transport C-130 Hercules pour transporter du matériel sur l'aéroport international de Yangon, à partir du 14 mai. Les six premiers appareils ont livré 400 000 tonnes métriques d'eau potable, de toiles de plastiques, de nécessaires d'hygiène, de couvertures, de filets anti-moustiques, de contenants pour transporter l'eau et de nourriture[51]. Cependant, la junte insista pour faire la distribution par l'armée birmane.

Le 15 mai, les agences humanitaires de l'ONU ou non gouvernementales (ONG) estimaient à 2,5 millions le nombre de sinistrés mais n'avaient toujours pu atteindre que 270 000 de ceux-ci, le gouvernement refusant toujours de délivrer des visas aux spécialistes étrangers et de leur permettre de se rendre dans les zones les plus durement frappées. Seule une équipe médicale de la Thaïlande a été autorisée à se rendre dans le delta de l'Irrawaddy (ou Ayeyarwady), à partir du lendemain. La junte a aussi accepté la venue de 160 travailleurs humanitaires indiens, chinois, bangladais et thaïlandais sans préciser leur liberté de mouvement. L'ONU a annoncé qu'une équipe d'évaluation rapide de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) se rendrait en Birmanie dans les 24 heures pour déterminer les besoins les plus urgents[48].

La population birmane s'organisa elle-même pour recueillir des denrées alimentaires et pour dégager les débris. Ceci s'est fait par des initiatives individuelles et de groupes communautaires, comme le FFSS du populaire acteur Kyaw Thu. La junte contraria les efforts de ces bénévoles alors qu'ils ont été arrêtés aux barrages fermant la région sinistrée et qu'il leur fut ordonné de laisser là leur cargaison pour qu'elle soit distribuée par l'armée. Plutôt que de risquer que cette aide se retrouve sur le marché noir, certains font demi-tour et d'autres en offrent une partie comme pot-de-vin aux soldats pour les laisser passer[52]. Un étudiant en médecine a déclaré au retour d'un des centres gouvernementaux de réfugiés de Bogalay : « Je suis terriblement en colère. Ils ne veulent pas que nous restions, que nous parlions aux gens. Ils veulent que nous laissions notre aide pour qu'ils la distribuent »[52].

Vent et pluie avec Nargis le 3 mai 2008

Le 20 mai, l'ONU a reçu le feu vert de la junte militaire birmane pour affréter neuf hélicoptères et acheminer des vivres aux victimes du cyclone alors que seuls 20 % des survivants avaient eu accès à l'aide internationale jusque là. John Holmes, sous-secrétaire général des Nations-Unis pour les affaires humanitaires, avait été envoyé en Birmanie pour tenter de convaincre le gouvernement d'autoriser une plus grande intervention de l'aide internationale[53]. Le 23 mai, après une rencontre entre Ban Ki-moon et Than Shwe dans la capitale Naypyidaw, l'ONU a annoncé que la junte militaire acceptait d'autoriser l'entrée de tous les travailleurs humanitaires pour aider les survivants, « tant qu'il s'agit de véritables travailleurs humanitaires et que l'on sait clairement ce qu'ils font ». L'ONU, qui comptait déjà une centaine d'employés sur place, précisa que les experts seraient les premiers sur le terrain afin d'évaluer les besoins[54].

Malgré cet accord, le 25 mai les autorités birmanes refusaient toujours de laisser accoster le bâtiment militaire français Mistral transportant 1 000 tonnes métriques d'aide humanitaire. Il mouillait au large de la zone sinistrée depuis le 17 mai. Le gouvernement français a alors décidé de procéder au déchargement du bateau à Phuket, en Thaïlande où elle serait réceptionnée par le PAM (Nations unies) avant d'être acheminée dans les zones sinistrées en Birmanie[55]. D'autres navires des marines américaines et britanniques étaient également dans le secteur, prêts à débarquer aide et personnel, mais la junte refusait également de les laisser entrer de peur d'une invasion armée[56]. Pendant ce temps à Rangoon, une conférence internationale des donateurs, organisée par l'ONU et l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), réunissait les représentants de 52 pays[56].

Le mardi 27 mai, l'ONU et Médecins sans frontières ont confirmé que les travailleurs humanitaires internationaux commençaient à gagner le delta de l'Irrawaddy, la Birmanie ayant enfin accordé un nombre significatif de visas à ceux-ci. Des hélicoptères ont également commencé à acheminer de la nourriture dans la zone. La porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Maureen Birmingham, a déclaré que le risque d'épidémies demeurait important, surtout pour les maladies transmises par l'eau ou les moustiques[57]. Le 2 juin, un mois après le passage de Nargis, la moitié des victimes du cyclone n'avaient toujours pas été secourues selon les ONG sur place et les blocages imposés par le gouvernement birman étaient toujours importants[58].

Le 4 juin 2008, après le refus du Mistral de la Marine Nationale, c'est au tour des quatre navires de l'US Navy, conduits par le bâtiment d'assaut amphibie USS Essex (LHD-2), de quitter la zone après le refus de leur aide par la junte[59]. Les autres navires sont les transports USS Juneau (LPD-10), USS Harpers Ferry (LSD-49) et le destroyer USS Mustin (DDG-89) [60].

Référendum[modifier | modifier le code]

D'autre part, la junte militaire a refusé de reporter un référendum constitutionnel, prévu le 10 mai, visant à ratifier une nouvelle Constitution. Seules les régions sinistrées ont vu le référendum repoussé au 24 mai[48]. Ce texte, comportant des élections multipartites en 2010, a été unanimement décrié par l'opposition, menée par la lauréate du Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, qu'elle juge n'être qu'un essai d'officialiser l'emprise des militaires sur le pouvoir. Le vote s'est donc déroulé dans la majeure partie du pays et la télévision d'État a diffusé des clips musicaux enjoués appelant à voter « oui »[45]. Les militaires se sont réjouis des résultats en déclarant le 15 mai avoir obtenu 92,4 % de « oui » et une participation de plus de 99 % des 22 millions d'électeurs inscrits[48]. Un résultat visiblement truqué selon l'opposition et les organisations de défense des droits de l'homme à l'étranger[48].

En prévision du scrutin le 24 mai dans les zones touchées par Nargis, le gouvernement birman, davantage préoccupé par l'organisation du référendum que par l'aide aux sinistrés, a chassé les réfugiés qui avaient trouvé abri dans les écoles. En effet, la junte prévoyait de les utiliser comme bureaux électoraux malgré le fait que la majorité de la population dormait toujours dans des tentes plantées près de leurs maisons effondrées ou s'entassait dans des monastères et autres abris de fortune, sans pratiquement aucune aide sanitaire et alimentaire[95].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Post-Nargis Joint Assessment, rapport de l'ASEAN, ONU et gouvernement Birman, juillet 2008, p38
  2. a, b et c (en) Daily Mirror, « Floods leave thousands homeless »,‎ 30 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  3. a et b (en) Bureau de la coordination des affaires humanitaires, « Myanmar: Cyclone Nargis OCHA Situation Report No. 40 », ReliefWeb,‎ 17 juillet 2008 (consulté le 30 novembre 2008)
  4. (en) « Burma aid effort 'requires $1bn' », BBC news,‎ 21 juillet 2008 (consulté le 21 décembre 2008)
  5. (en) Reuters Inde, « Cyclone Nargis -- Urdu for "daffodil" », Reuters,‎ 7 mai 2008 (consulté le 11 mai 2008)
  6. a et b (en) « May 2, 2008 Shipping Bulletin for Met. Area VIII North of Equator », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  7. a et b (en) « Cyclone Nargis Warning NR 023 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  8. (en) Charlie Forecast Team, « April 25 Significant Tropical Weather Advisory », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  9. (en) Charlie Forecast Team, « April 26 Significant Tropical Weather Advisory », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  10. (en) India Meteorological Department, « Depression over southeast Bay of Bengal »,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  11. (en) « Deep Depression over southeast and adjoining Southwest Bay of Bengal », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  12. (en) « Tropical Cyclone 01B Warning NR 001 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  13. (en) « Tropical Cyclone 01B Warning NR 002 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  14. a et b (en) « Cyclonic storm “NARGIS” over southwest and adjoining southeast and west central Bay of Bengal », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  15. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 004 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  16. (en) « Severe Cyclonic storm “NARGIS” over southwest and adjoining southeast and west central Bay of Bengal », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  17. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 005 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  18. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 006 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  19. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 007 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  20. (en) « Very Severe Cyclonic storm “NARGIS” over westcentral and adjoining southwest and southeast Bay of Bengal », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  21. (en) Sify News, « Cyclone Nargis triggers fears in Tamil Nadu »,‎ 28 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  22. (en) « Cyclone Nargis poised to strike in 4-5 days », The Daily Star,‎ 29 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  23. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 008 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  24. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 009 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  25. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 010 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  26. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 012 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  27. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 017 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  28. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 020 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  29. (en) « Tropical Storm “Nargis" Advisory No. Thirty-Six Issued At 1100 UTC of 2 May, 2008 Based on 0900 UTC Charts of 2 May, 2008 », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  30. (en) « Tropical Storm “Nargis" Advisory No. Forty-One Issued At 0200 UTC of 3 May, 2008 Based on 0000 UTC Charts of 3 May, 2008 », India Meteorological Department,‎ 2008 (consulté le 2 mai 2008)
  31. (en) « Cyclone Nargis Warning NR 025 », Joint Typhoon Warning Center,‎ 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  32. (en) Steve Herman, « Bangladesh's Farmers Told Not to Panic About Approaching Cyclone », VOA News,‎ 29 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  33. (fr) Agence France-Presse, « L'Inde affirme avoir averti la Birmanie 48 heures à l'avance », Le Parisien,‎ 6 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  34. (en) « India says it warned Burma about cyclone », Time Magazine en ligne,‎ 6 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  35. a et b (en) T. V. Padma, « Ignored warnings 'worsened' Myanmar cyclone disaster », SciDev.net,‎ 9 mai 2008 (consulté le 10 mai 2008)
  36. (fr) Agence France-Presse, « Cyclone Nargis en Birmanie: plus de 22.000 morts et 41.000 disparus », Google (consulté le 7 mai 2008)
  37. (fr) « Faire un don pour la Birmanie », Avaaz.org,‎ 9 mai 2008 (consulté le 9 mai 2008)
  38. (en) Lakshmi de Silva, « Over 35,000 affected by floods, landslides », Upali Newspapers Limited,‎ 30 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  39. (en) Press Trust of India, « Orissa heat deaths rise to eight as cyclonic storm forms over Bay »,‎ 28 avril 2008 (consulté le 3 mai 2008)
  40. (en) Nuwan Waidyanathaon, « Cyclone “Nargis” – time series before, during, and after », LIRNEasia,‎ 9 mai 2008 (consulté en 200-02-11)
  41. a et b (fr) Agence France-Presse, « La Birmanie dévastée par le cyclone Nargis », Batiactu,‎ 5 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  42. (fr) Agence France-Presse, « Cyclone en Birmanie: arrivée du premier avion de l'Onu », Google,‎ 8 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008)
  43. (fr) Hla Hla HTAY, « Cyclone Nargis en Birmanie: plus de 22.000 morts et 41.000 disparus », Le Point,‎ 6 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  44. (fr) KHIN MAUNG WIN de l'agence France-Presse, « Le bilan du cyclone en Birmanie pourrait atteindre 100 000 morts, selon les États-Unis », Le Monde,‎ 8 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008)
  45. a et b (fr) Agence France-Presse, « En pleine tragédie, la junte fait voter pour prouver son pouvoir », Cyberpresse,‎ 10 mai 2008 (consulté le 10 mai 2008)
  46. (fr) Hla Hla Htay pour Agence France-Presse, « Cyclone: l'ONU plaide pour un pont aérien, le Myanmar reste sourde », Cyberpresse,‎ 10 mai 2008 (consulté le 13 mai 2008)
  47. (fr) NouvelObs.com, « Le cyclone a fait près de 78 000 morts et 56 000 disparus »,‎ 18 mai 2008 (consulté le 19 mai 2008)
  48. a, b, c, d et e (fr) Associated Press, « La Croix-Rouge redoute jusqu'à 128 000 morts », Portail web.iquebec,‎ 15 mai 2008 (consulté le 15 mai 2008)
  49. (fr) Agence France-Presse, « Près de 78 000 morts et 56 000 disparus au Myanmar », Portail Cyberpresse,‎ 16 mai 2008 (consulté le 16 mai 2008)
  50. a, b, c et d (fr) Agence France-Presse, « Myanmar, l'incompréhension », Société Radio-Canada,‎ 9 mai 2008 (consulté le 9 mai 2008)
  51. (en) 13th Air Force Public Affairs, « Air Force delivers 400,000 short tons of relief to Burma », US Air Force,‎ 17 mai 2008 (consulté le 7 juin 2008)
  52. a et b (fr) Associated Press, « Dans le chaos, l'héroïsme des gens ordinaires », Portail Canoë inc.,‎ 17 mai 2008 (consulté le 17 mai 2008)
  53. (fr) Associated Press, « La Birmanie autorise neuf hélicoptères à acheminer l'aide internationale », Portail Canoë inc.,‎ 20 mai 2008 (consulté le 22 mai 2008)
  54. (fr) Associated Press, « Feu vert aux travailleurs humanitaires », Portail Canoë inc.,‎ 23 mai 2008 (consulté le 23 mai 2008)
  55. (fr) Associated Press, « La France renonce à débarquer l'aide humanitaire du Mistral en Birmanie », Portail Matin.qc,‎ 25 mai 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  56. a et b (fr) Associated Press, « Nouvel appel aux dons pour les victimes de Nargis », Portail web.ifrance,‎ 25 mai 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  57. (fr) Associated Press, « Les humanitaires étrangers atteignent les zones dévastées », Portail web.ifrance,‎ 27 mai 2008 (consulté le 28 mai 2008)
  58. (fr) Associated Press, « Moins de la moitié des victimes du cyclone ont reçu de l'aide », Portail web.ifrance,‎ 2 juin 2008 (consulté le 3 juin 2008)
  59. (fr) Agence France-Presse, « Les États-Unis renoncent à délivrer leur aide en Birmanie », Portail France 24,‎ 4 juin 2008 (consulté le 6 juin 2008)
  60. (en) US Navy, « Vidéos sur la force navale américaine », Truveo Video,‎ 11 mai au 27 juin 2008 (consulté le 7 juin 2008)
  61. (en) Journaliste, « Aid starting to trickle into Burma: agencies », CTV,‎ 6 mai 2008 (consulté le 6 mai 2008)
  62. (en) « Burma agrees to accept ASEAN cyclone aid », CNN,‎ 19 mai 2008 (consulté le 19 mai 2008)
  63. (en) « Aus increases aid », Sky News Australia,‎ 7 mai 2008 (consulté le 11 mai 2008)
  64. (en) « Australia's cyclone contribution the biggest », Daily Telegraph,‎ 14 mai 2008 (consulté le 14 mai 2008)
  65. (en) « Brunei to send relief supplies for Myanmar cyclone-hit », Brunei Times,‎ 8 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008)
  66. (en) Xinhua, « Cambodia donates $50,000 to cyclone-hit Myanmar », Quotidien du peuple,‎ 7 mai 2008 (consulté le 5 mars 2009)
  67. CBC News, « MPs condemn Burma's 'deplorable' cyclone response », Canadian Broadcasting Corporation,‎ 9 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  68. (en) CNA News, « Tents 'still lacking' for quake survivors, says Chinese premier », Canadian Broadcasting Corporation,‎ 24 mai 2008 (consulté le 5 mars 2009)
  69. (da) Karen Nielsen, « Fogh lufter militær nødhjælp til Myanmar », Indland,‎ 13 mai 2008 (consulté le 5 mars 2009) [""]
  70. (en) « Finland to send emergency assistance to Myanmar », Ministère des affaires étrangères de Finlande,‎ 7 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  71. (en) Barbara Starr & David Ariosto, « Relief boat sinks, leaving aid in Myanmar river », CNN,‎ 11 mai 2008 (consulté le 11 mai 2008)
  72. (en) « Statement of FM Ms. Bakoyannis regarding provision of humanitarian aid to Myanmar/Burma », Greek Ministry of Foreign Affairs,‎ 8 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008)
  73. (en) « India sends doctors to Burma », BBC News,‎ 16 mai 2008 (consulté le 16 mai 2008)
  74. (en) « India works to end Myanmar's isolation », Times of India,‎ 18 mai 2008 (consulté le 18 mai 2008)
  75. (en) « Italy Flight to Myanmar », Minister for Foreign Affairs (Italy),‎ 9 mai 2008 (consulté le 9 mai 2008)
  76. (en) BBC News, « Burma shuns foreign aid workers », BBC,‎ 9 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  77. (en) Journaliste, « More countries send aid to Burma », Mizzima,‎ 8 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  78. (en) ELTA, « 200,000 litas allocated to each Myanmar and China », Baltic pages,‎ 16 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  79. (mk) Нетпрес, « Владата испраќа помош за Мјанмар », Net Press,‎ 9 mai 2008 (consulté le 5 février 2009) [::::]
  80. (en) Winston Peters, « Peters announces additional cyclone aid to Myanmar », Gouvernement de la Nouvelle-Zélande,‎ 23 juillet 2008 (consulté le 5 février 2009)
  81. (en) « Norway prepared to provide NOK 10 million for cyclone victims in Burma/Myanmar », Ministère des affaires étrangères de Norvège,‎ 8 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008)
  82. (en) « Relief goods sent to Myanmar », Daily Times (Pakistan),‎ 12 mai 2008 (consulté le 12 mai 2008)
  83. (en) « Filipino medical workers ready for Myanmar mission », Philippine Daily Inquirer,‎ 9 mai 2008 (consulté le 10 mai 2008)
  84. « Cyclone Nargis: Six months on », Department for International Development,‎ 3 novembre 2008 (consulté le 7 novembre 2008)
  85. (en) Journaliste, « Cameron urges aid drops for Burma », Politics, BBC NEWS,‎ 12 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  86. (ru) « Самолет МЧС России доставил в Мьянму гуманитарную помощь », Газета.Ru,‎ 10 mai 2008 (consulté le 10 mai 2008)
  87. (it) « Congresso di Stato: San Marino riconosce il Kosovo », San Marino RTV,‎ 11 mai 2008 (consulté le 13 mai 2008)
  88. (sr) « Usvojen memorandum o budžetu », B92,‎ 15 mai 2008 (consulté le 7 août 2008)
  89. (en) « Singapore sends off first batch of relief supplies to Myanmar », Channel NewsAsia,‎ 7 mai 2008 (consulté le 7 mai 2008)
  90. (en) « Ministry of Foreign Affairs grants a financial assistance in the amount of $100,000 USD to Myanmar, following “Cyclone Nargis" », Thai Ministry of Foreign Affairs,‎ 6 mai 2008 (consulté le 6 mai 2008)
  91. (tr) « Cunta'nın İnadı Öldürüyor », Milliyet.com.tr,‎ 9 mai 2008 (consulté le 9 mai 2008)
  92. (en) « USAID.gov » (consulté le 7 novembre 2008)
  93. (en) « Vietnam joins int’l assistance to Nargis victims », VOV News,‎ 27 mai 2008 (consulté le 5 février 2009)
  94. « Vietnamese medical experts head to Myanmar for Nargis victims », VOV News,‎ 3 juin 2008 (consulté le 5 février 2009)
  95. (fr) Associated Press, « Des rescapés du cyclone chassés des écoles qui serviront de bureaux de vote », Portail Canoë inc.,‎ 21 mai 2008 (consulté le 22 mai 2008)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 4 mars 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.