Tabagisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tabagisme
Classification et ressources externes
Papierosa 1 ubt 0069.jpeg
Cigarette : en orangé le filtre, en gris les cendres et en blanc le papier entourant le tabac
CIM-10 Z72.0
CIM-9 305.1
MeSH D012907
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le tabagisme est un terme médical désignant l'intoxication aiguë ou chronique provoquée par l'abus du tabac[1]. Par extension, il désigne également la consommation de tabac en général[2],[3]. Il est parfois spécifié tabagisme actif par opposition au tabagisme passif qui qualifie l'inhalation involontaire de la fumée de tabac contenue dans l'air environnant, ou l'inhalation de dépôts secondairement en suspension dans l'air (tabagisme résiduel). Outre la dépendance, le tabagisme est responsable de nombreuses maladies comme des cancers et des maladies cardiovasculaires, qu'il soit actif ou passif. Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable dans le monde, ce qui en fait un enjeu majeur de santé publique.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la culture du tabac.
Fleurs et fruits du tabac

Le tabac a été fumé en premier lieu par les Amérindiens depuis des temps indéterminés. En 1556, André Thévet introduit la plante en Europe et la cultive près d'Angoulême. C'est par Jean Nicot, diplomate français au Portugal, qu'il est popularisé en France. La première illustration botanique du tabac est donnée par Nicolas Monardes en 1571.

Appelé nicotiane en l'honneur de son découvreur, le tabac rencontre un grand succès à la cour de France, où on lui prête des vertus médicinales.

L'introduction du tabac rencontre toutefois une forte opposition dès son introduction. Le sultan Mourad IV, à la tête de l'empire ottoman de 1623 à 1640, essaie de l'interdire au nom de la morale et de la santé publique. À la même époque, l'empereur de Chine Chongzhen publie un édit interdisant sa consommation. Un peu plus tard en Chine, les mandchous de la dynastie Qing font de fumer un crime. Pendant l'époque d'Edo au Japon, le shogun reproche à la culture du tabac de concurrencer d'autres plantations plus utiles. En 1634, le patriarche de Moscou interdit la vente de tabac et impose des châtiments corporels sévères aux contrevenants. Le pape Urbain VII condamne aussi l'usage du tabac dans les lieux saints en 1624. Le roi Jacques Ier d'Angleterre, très hostile au tabac et auteur d'un traité intitulé « Riposte contre le tabac », essaie de contrecarrer cette nouvelle mode par une taxe de 4 000 %, mais il ne parvient pas à inverser la tendance.

Le Cardinal de Richelieu instaure une taxe sur le tabac, et Colbert établit un monopole d'État de la vente en 1674. L'usage du tabac se popularise, mais il devient aussi une marque de raffinement bourgeois. La cigarette est introduite en France en 1825.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, il n'était pas convenable de fumer en société[4].

Au début du XXe siècle le cigare devient un symbole de réussite et de pouvoir, attribut des hommes d'affaires et des magnats de la presse[4].

En 1950 Graham et Wynder publient la première étude épidémiologique faisant le lien entre tabac et cancer du poumon[4]. Les premières évocations du risque tabagique apparaissent dans la presse, ce qui entraine en 1952 l'invention de la cigarette filtre présentée comme moins toxique[4].

En 1964 le ministre de la Santé américain Luther Terry lance la première campagne de prévention[4].

Pratiques[modifier | modifier le code]

Formes de consommation[modifier | modifier le code]

Effet du mode prise sur l'absorption de la nicotine.

Le tabac est consommé de plusieurs manières :

  • fumé (cigarette, pipe, cigare, cigarillo, bidî, en vrac à rouler, en joint - c'est-à-dire mélangé à du cannabis, mélangé avec de la mélasse parfumée dans un narguilé, etc.) ; lorsqu'il est roulé, le tabac peut être « au filtre », au « maroco » ou « au toncar » ;
  • prisé (par inhalation nasale) ;
  • chiqué : par mastication ou en plaçant une boulette entre lèvre et gencive. Le snus suédois est un tabac fermenté présenté en petits sachets.

Toutes les formes sont aussi dangereuses[4]. On constate un fort attachement des utilisateurs à leur marque de cigarette[4].

Prévalence[modifier | modifier le code]

Consommation féminine
Consommation masculine échelle différente entre les hommes et les femmes
Consommateurs quotidiens par pays
Pays[5]  % de la population fumant quotidiennement
(en 2002-2003)
Autriche 36,3
Grèce 35,0
Maroc 34,4
Pays-Bas 34,0
Hongrie 33,8
Luxembourg 33,0
Turquie 32,1
Corée du Sud 30,4
Japon 30,3
France 28,6
Canada 21,8

L'OMS estime que 5 500 milliards de cigarettes sont produites dans le monde chaque année pour une consommation d'environ 11 milliards de cigarettes chaque jour. On compte plus d’un milliard de fumeurs dont 20 % environ sont des femmes. Plus de 80 % de ce milliard de fumeurs vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire[6]. l'incidence du tabagisme décroit de par le monde depuis le début des années 1980. Toutefois, le nombre total de fumeur tend à croître du fait de l'augmentation de la population mondiale[7].

En Europe, l'image sociale s'est fortement dégradée dans les pays nordiques (le fumeur est vu comme un individu incapable de maitriser ses pulsions) alors qu'elle est restée plus positive dans les pays latins[4].

En Belgique[modifier | modifier le code]

Le tabagisme belge a diminué de 2002 à 2007 chez les plus de 15 ans (27 % de la population fumait en 2007), mais a réaugmenté en 2008 (30 % de fumeurs) selon un sondage[8], + 11 % de fumeurs en 2008 par rapport à 2007.

5 860 000 Belges (48 % de la population) n'ont jamais fumé ; 2 840 000 fument (dont 3 % uniquement occasionnellement) et 1 630 000 sont ex-fumeurs (19 % de la population), avec de légères différences régionales ; 29 % des flamands fument, de même que 29 % des bruxellois mais ils sont 32 % en Région wallonne. L'augmentation récente serait due à un recul des campagnes de prévention et d'incitation (pas d'augmentation des taxes en 2008, et contrairement à ce qui se passe en France, l'interdiction de fumer dans les cafés n'est pas respectée, note la Fondation contre le cancer[9]. En Belgique, des règles spéciales existent pour l'horeca, l'interdiction n'est pas absolue. L'exploitant peut réserver un lieu spécial pour les fumeurs[10].

En France[modifier | modifier le code]

Le nombre de cigarettes vendues légalement est de 55 milliards par an. La consommation moyenne est de 15,1 cigarettes par jour pour les hommes et de 12,6 pour les femmes[11]. Parmi les 15-85 ans, environ un tiers des individus se déclarent actuellement fumeurs de tabac, soit 26,9 % de fumeurs quotidiens et 4,7 % de fumeurs occasionnels. Dans la tranche des 18 à 34 ans, un peu plus de 40 % déclarent fumer régulièrement[11].

Depuis l'introduction en France de la cigarette en 1825, et son industrialisation en 1840, la prévalence du tabagisme (pourcentage de consommateurs de tabac dans la population) n'a cessé de croître jusqu'en 1957 (75 % des hommes fument contre 15 % des femmes à cette époque, les risques de cancer du poumon dû au tabac commençant alors à être dévoilés au public[12]) puis de diminuer dans les décennies suivantes et à nouveau recroître à partir de 2008 (causes de cette reprise évoquées : informations préventives sur les risques du tabagisme devenues moins incitatives car répétitives, usage comme anxiolytique pour gérer le stress croissant au travail)[13]. Cette baisse pendant des décennies est en partie imputable aux dispositifs des lois Veil[Laquelle ?] et Evin : le tabac étant retiré de l'indice des prix de l'INSEE, les taxes furent augmentées significativement. Ainsi le prix des cigarettes a crû de 40 % sur la seule période octobre 2003 - janvier 2004, après déjà un doublement dans la décennie entre 1990 et 1999.

Depuis le 1er janvier 2008, l'interdiction de fumer est devenue effective dans tous les lieux publics[14]. L'accès des fumoirs et espaces-fumeurs est interdit aux mineurs et la signalétique d’interdiction de fumer et d’espace réservé aux fumeurs est téléchargeable sur un site gouvernemental dédié[15].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, 20,8 % de la population fume en 2006. Cette proportion a diminué de plus de moitié depuis 1965[16]. Parmi les jeunes, 21,7 % des lycéens et 8,4 % des collégiens fumaient en 2004[17]. Le tabagisme est responsable de près de 440 000 décès annuels (soit environ un cinquième des décès)[18]. Le coût a été estimé, à la fin des années 1990, à près de 75 milliards de dollars (prise en charge médicale) et à 82 milliards de dollars (en perte de productivité)[19].

En Asie[modifier | modifier le code]

L'Asie compte six cents millions de fumeurs en 2011 (près de un milliard dans le monde)[20]. Parmi eux, 350 millions sont chinois.

À l'heure où les ventes de cigarettes s'effondrent en Occident, les compagnies de tabac s'installent avec bonheur dans l'eldorado asiatique : Chine (premier producteur mondial), Cambodge, Inde, Indonésie, Laos, Vietnam, Philippines, Corée du Sud

Dans ces pays, les marques de cigarettes se livrent à un marketing offensif, bien moins réglementé qu'en Occident : les politiques de santé publique y sont à la traîne.

La fiscalité du tabac représente 7 % des recettes fiscales totales de la Chine. Yuxi, dans le Yunnan, est un haut lieu de cette activité.

Malgré cette fascination pour la cigarette, qui fait ressembler l'Asie de 2011 à l'Occident des années 1950, la totalité des pays de la zone, à l'exception de l'Indonésie, a ratifié la Convention cadre pour la lutte antitabac (FCTC) lancée en 2003 par l'OMS. Celle-ci déploie un arsenal de mesures destinées à limiter l'addiction : interdiction de toute publicité ou sponsoring, hausse des taxes, mise en place de zones non-fumeurs, répression de la contrebande.

En Corée du Sud, selon une étude récente de l'OCDE, les hommes coréens seraient les plus gros fumeurs du monde. Pour contrer le tabagisme, la ministre de la Santé a voulu multiplier par deux le prix peu élevé des cigarettes locales (1,50 euro) mais elle a dû reculer sous la pression du lobby du tabac.

Certains pays du continent peuvent néanmoins s'enorgueillir de réelles avancées. La prévalence tabagique a fortement baissé au Japon, passant d'environ 30 % en 2000 à environ 23-24 % en 2010. Il est interdit de fumer dans les lieux publics (mais les cafés et restaurants sont considérés comme des lieux privés) ; l'interdiction s'applique aussi aux lieux publics ouverts comme certaines rues ou places, où des espaces fumeurs peuvent être délimités. En trente ans, le taux de fumeurs est passé de 40 % à 20 % à Hong Kong. Autres bons élèves, Singapour, qui, avant la Norvège et la Nouvelle-Zélande, a réglementé la publicité et imposé des zones non-fumeurs, mais aussi la Thaïlande, qui reverse 2 % du revenu de la taxe sur les cigarettes à des campagnes de prévention contre le tabac et l'alcool.

Conséquences sanitaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Effets du tabac sur la santé.
Aspect d'un cancer (masse blanchâtre) survenu sur un poumon tabagique

Le tabagisme a un impact majeur sur la santé. Outre les problèmes de dépendance (évalués par le test de Fagerström), le tabagisme accroît le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires, de maladies pulmonaires ainsi que de nombreux cancers. Il provoque 7 500 000 morts chaque année[4] et réduirait l'espérance de vie de plus de 10 ans[21].

Le tabagisme pendant la grossesse a des conséquences pouvant être dramatiques pendant la grossesse et pour la santé ultérieure de l'enfant.

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

La consommation de tabac peut provoquer[22] :

Dépendance et toxicomanie[modifier | modifier le code]

Selon la commission Roger Henrion de 1995 : « les connaissances apportées ces dernières années dans le domaine de la neurologie et de la pharmacologie ne permettent pas de justifier la distinction actuelle entre drogues licites et illicites »[4].

Il entraine plus de problèmes de dépendance que l'alcool: environ 3 % des buveurs de bière ou de vin sont alcooliques alors qu’entre 80 % et 90 % des fumeurs sont dépendants[4].

Mais contrairement à la plupart des psychotropes, le tabac n'entraîne pas de fortes modifications de conscience, il n'empêche pas les activités habituelles de la vie en société[4].

Impact socio-économique et environnemental[modifier | modifier le code]

Au Bangladesh, certains fumeurs consacrent neuf fois plus d'argent au tabagisme qu'à l'éducation[23].

Le processus de séchage à l'air chaud des feuilles de tabac nécessite environ 20 kg de bois pour sécher 1 kg de tabac. Le séchage à l'air chaud se classe au premier rang par son taux d'utilisation avec environ 6 tonnes de tabac sur 10 traitées par ce processus. Ce séchage entraîne donc une déforestation importante[24].

Dans la partie septentrionale de l’Afrique, ce sont plus de 140 000 hectares de terrains boisés indigènes qui disparaissent chaque année pour servir de combustible pour le séchage du tabac, ce qui correspond à 12 % de la déforestation annuelle totale dans la région[25].

Coût pour la société[modifier | modifier le code]

En 2006 en France, le coût pour la société était estimé à 48 milliards d'euros en prenant en compte les dépenses de santé (18 milliards) et le manque à gagner en termes de fiscalité et de production en raison des décès prématurés [26]. Du point de vue strictement financier, ces décès prématurés entraînent également des économies de retraite et de dépenses de santé respectivement estimées à 7,5 milliards d'euros et à 800 millions d'euros[26].

Au Royaume-Uni, le National Institute for Health and Care Excellence estimait en 2010, dans l'hypothèse la plus limitative, le coût à 14 milliards de livres [26].

Aspects sociaux et culturels[modifier | modifier le code]

Proposer une cigarette a longtemps été un geste social de convivialité, un moyen d'entrer en contact ; il est devenu incongru voire déplacé depuis que la santé est valorisée et que l'acceptabilité sociale du tabac s'est dégradée[4].

Publicité et promotion[modifier | modifier le code]

Concours de fumeur 1932

Au début du XXe siècle le tabac bénéficiait d'une image positive et l'industrie du tabac pouvait mettre en avant des arguments de santé, comme avec la campagne de 1929 « Reach for a Lucky instead of a sweet » qui affirmait que pour rester mince il valait mieux fumer que manger une sucrerie[4].

Dans les années 1930 on organise des concours de fumeurs (cigares-vitesse, la plus gracieuse fumeuse…)[4].

Dans la seconde moitié du siècle, la communication devient plus défensive. En 1954, avec « A Frank Statement to Cigarette Smokers (en) » : l'industrie du tabac organise la première campagne de masse pour réfuter la nocivité du tabagisme[4]. Et en 1958 est fondé le Tobacco Institute Research Committee (en), organisme de recherche contrôlé par l'industrie du tabac[4].

En 1998 le Master Settlement Agreement, procès des états américains contre les cigarettiers, a imposé la publication de documents internes de l'industrie du tabac qui ont dévoilé la stratégie de communication des firmes[4] :

  • dénoncer l'interventionnisme abusif des États ;
  • relativiser les risques du tabagisme, comme dans la publicité Philip Morris de 1996 « La vie a toujours comporté certains risques. À vous de décider lesquels sont importants » ;
  • promouvoir la tolérance entre fumeurs et non-fumeurs.

Aujourd'hui l’article 13 de la convention cadre pour la lutte anti-tabac interdit toute publicité en faveur du tabac[27]. Cette convention est entrée en vigueur le 27 février 2005[28]. En juin 2013, la convention était signée par 168 pays[29].

Contournement de l'interdiction de publicité[modifier | modifier le code]

L'industrie du tabac a développé des stratégies pour contourner l'interdiction de faire de la publicité. L'industrie se mobilise notamment pour développer des campagnes de prévention contre le tabac à destination des enfants. Ces campagnes sont généralement inefficaces car elles ne donnent pas d'information précise sur les risques liés à la consommation du tabac [30].

Le tabac se fait également plus présent dans les films. Après une chute des années 1950 jusqu'aux années 1990, le niveau de tabagisme dans les films au début des années 2000 retrouve celui des années 1950[31]. Cette évolution va dans un sens contraire à celle constatée dans les pays riches (France, États-Unis d'Amérique, Japon, Royaume-Uni)[32]. Le tabagisme dans les films concerne également 65 % des films pour enfants, aux États-Unis d'Amérique en 2005[33]. De plus, dans les films, les fumeurs sont plutôt des mâles blancs aisés présentés sous un jour favorable (glamour, indépendant, rebelle…)[31]. Il ne s'agit pas d'un reflet de la réalité. En France en 2010, plus de la moitié des chômeurs sont des fumeurs, contre un tiers des personnes ayant un travail. Les personnes dont les revenus se trouvent dans le tiers supérieur, sont les moins enclines à fumer (23,5 % sont fumeurs, contre 29,4 % dans le deuxième tiers et 35,2 % dans le dernier tiers)[32]. Le tabagisme dans les films a un effet sur les adolescents : plus un adolescent voit de films avec du tabagisme, plus il risque de fumer[31]. L'inverse est également vrai, à savoir que rares sont les adolescents fumeurs parmi ceux qui ne sont pas soumis à des films tabagiques[34]. L'Organisation mondiale de la santé rappelle l'article 13 de la convention cadre anti-tabac et appelle à des mesures pour limiter la présence de tabac dans les films[35].

Religions[modifier | modifier le code]

Certaines campagnes de lutte contre le tabagisme s'appuient sur les religions[36].

Christianisme[modifier | modifier le code]

L'église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (mormonisme) interdit l'usage du tabac.

Islam[modifier | modifier le code]

Le narguilé est une tradition populaire dans de nombreux pays où l'islam est majoritairement pratiqué.

Bien que le tabac ait été inconnu à l'époque de Mahomet, le tabagisme est considéré comme illicite (haram)[37].

Le Coran édicte des enseignements généraux interdisant la consommation et la commercialisation de tout ce qui peut nuire à la santé (physique ou mentale) d'une personne, de gaspiller les biens, ce qui peut s'appliquer à de nombreuses formes de tabagisme :

  • « Allah dit : Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction » (sourate 2, verset 195).
  • « Ne vous tuez - entretuez pas » (Sourate 5, verset 29)
  • « Les gaspilleurs ont été (sont et seront) comme Satan » (Sourate 17, verset 27)

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : arrêt du tabac.

L'arrêt du tabac est impératif afin de réduire l'impact du tabac sur la santé. La tabacologie est la spécialité du sevrage tabagique. Le calcul du paquet-années permet de mesurer l'imprégnation tabagique.

Prévention[modifier | modifier le code]

Pictogramme « interdiction de fumer »

Des décisions telles que l'interdiction de la publicité, l'interdiction de fumer dans certains lieux publics, l'accroissement des taxes sur le tabac et les campagnes de communication permettent une réduction de la prévalence du tabagisme dans les pays où elles sont mises en œuvre. Une étude récente a étudié la pression des modèles présentés par le cinéma en inventant un nouvel indicateur : l' impression tabagique, définie par une personne voyant une image d'un acteur en train de fumer ou une image liée au tabac). Sur 572 films (sortis entre 2001 et 2006) étudiés aux États-Unis et au Royaume-Uni, 69 % comportaient des impressions tabagiques et 91 % de ces derniers étaient autorisés aux moins de 15 ans. Ces films ont généré 5,07 milliards d’impressions tabagiques dont 4,5 milliards (89 %) pour les films autorisés aux moins de 15 ans. Les Anglais de moins de 15 ans sont théoriquement exposés à 28 % d’impression tabagiques en plus que leurs homologues américains[38].

Des campagnes d'information sont relayées par les médias de façon régulière. Des films Tabac[39] de Nadia Collot ainsi que Thank You for Smoking de Jason Reitman sont des œuvres militantes dans la dénonciation de pratiques promotionnelles de l'industrie à la limite de la légalité. La série de courts-métrages Les 10 FUMER TUE[40] par exemple vise à dissuader de fumer.

La règlementation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Législation sur le tabac.

Progressivement, tous les pays se dotent d'une règlementation interdisant le tabagisme sur le lieu de travail ainsi que dans les lieux de convivialité (restaurants, bars, etc.). Mais la prohibition publique du tabac concerne encore seulement 7,4 % de la population mondiale en 2010[41].

C'est le tabagisme passif qui incite et légitime la réglementation limitant le droit de fumer[4] : sur l'annnée 2004, 600 000 décès dans le monde, dont 28 % d'enfants, sont dus au tabagisme passif[41].

En France, les dispositions qui sont actuellement en vigueur (6 août 2008, et aout 2011[42]) se trouvent actuellement codifiées dans le Code de la santé publique[43] : Lutte contre le tabagisme (articles L3511 et L3512), articles R3511 et R3512, D3511-14 et D3511-15. En 2011, une circulaire a rappelé -entre autres choses - que « l’accès aux emplacements réservés aux fumeurs pouvant être mis en place dans les lieux affectés à un usage collectif où il est interdit de fumer est interdit aux mineurs. Ces lieux comprennent les lieux de travail et les fumoirs ». C'est un des points du plan cancer 2009-2013.

La réduction du risque[modifier | modifier le code]

Compte tenu du caractère hautement addictif des cigarettes, la politique actuelle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vise à l'éradication complète du tabagisme, à l'instar de ce qui serait une épidémie mondiale. L'option consistant à viser une consommation modérée et raisonnée, en évitant la dépendance, est actuellement combattue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de l'ATILF en ligne.
  2. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/10/18/01016-20101018ARTFIG00722-tabac-la-consommation-repart-a-la-hausse.php
  3. http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/tabac/index.php?prevalence-du-tabagisme-au-quebec
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s L’image sociale du tabac, INPES 27/04/2012
  5. Sources : L'OCDE en chiffres 2005. Un supplément à L'Observateur de l'OCDE [1]; pour le Canada : Statistiques Canada (2005)
  6. « Fumer tue... la planète ! », sur www.natura-sciences.com (consulté le 23 mars 2012)
  7. Ng M, Freeman MK, Fleming TD, Smoking prevalence and cigarette consumption in 187 countries, 1980-2012, JAMA, 2014;311:183-192
  8. Sondage commandé par la Fondation contre le cancer à Ipsos qui a interrogé 4 000 Belges de plus de 15 ans ; Sondage présenté par le journal Le Vif
  9. Fondation contre le cancer
  10. A.R. du 22 août 2006 entré en vigueur le 1er janvier 2008 « Fumer dans les lieux publics : modifications dans l'air », pro-safe.be (consulté le 12 janvier 2008)
  11. a et b INPES, baromètre santé 2010, Évolutions récentes du tabagisme en France (octobre 2010)
  12. (en) Richard Doll et A. B. Hill, « Smoking and Carcinoma of the Lung », BMJ, vol. 2, no 4682,‎ 30 septembre 1950, p. 739-748 (DOI 10.1136/bmj.2.4682.739)
  13. Serge Karsenty, « Interdire le tabac, c'est tabou ? », émission La Tête au carré sur France Inter, 29 mai 2012
  14. Interdiction totale de fumer dans les lieux publics à partir du premier janvier 2008
  15. signalétique d’interdiction de fumer…
  16. (en) Centers for Disease Control and Prevention (CDC), « Cigarette smoking among adults--United States, 2006 », MMWR Morb Mortal Wkly Rep., vol. 56, no 44,‎ 2007, p. 1157-61. (PMID 17989644)
  17. AFP dans Le Monde, 11 novembre 2005
  18. (en) Mokdad AH, Marks JS, Stroup DF, Gerberding JL., « Actual causes of death in the United States, 2000 », JAMA, vol. 291,‎ 2004, p. 1238-1245. [Erratum, JAMA 2005;293:293-4, 298] (PMID 15010446, résumé)
  19. (en) National Institutes of Health state-of-the-science conference statement: tobacco use: prevention, cessation, and control, Ann Int Med, 2006;145;839-844
  20. GEO no 392 d'octobre 2011 p.5
  21. Jha P, Ramasundarahettige C, Landsman V, 21st-century hazards of smoking and benefits of cessation in the United States, N Engl J Med, 2013;368:341-350
  22. Collège des enseignants en pneumologie, [PDF] Item 73 (ex item 45) : Addiction au tabac, 2013
  23. Rapport de l'OMS, Le tabagisme aggrave la pauvreté des individus et des familles
  24. « Fumer tue… la planète! » (consulté le 23 mars 2012)
  25. Geist HJ. How tobacco farming contributes to tropical deforestation. Dans:, Abedian et al. eds. The Economics of Tobacco Control: Towards an Optimal Policy Mix. Cape Town, Applied Fiscal Research Centre, 1998
  26. a, b et c « Les politiques de lutte contre le tabagisme » [PDF], sur ccomptes.fr (Cour des Comptes),‎ décembre 2012
  27. « Convention cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac », sur whqlibdoc.who.int (OMS),‎ 2003 (consulté le 14 septembre 2013)
  28. « Convention cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac », sur www.who.int (OMS),‎ 2003 (consulté le 14 septembre 2013)
  29. « Liste complète des signataires et des Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac », sur www.who.int (OMS),‎ juin 2013 (consulté le 14 septembre 2013)
  30. (en) « Tobacco industry interference with tobacco control », sur whqlibdoc.who.int (OMS),‎ 2009 (consulté le 14 septembre 2013)
  31. a, b et c (en) Charlesworth A, Glantz SA., « Smoking in the movies increases adolescent smoking: a review », Pediatrics, vol. 116, no 6,‎ 2005, p. 1516-28. (PMID 16322180, DOI 10.1542/peds.2005-0141, lire en ligne)
  32. a et b « Prévalence du tabagisme en France et comparaisons internationales », sur www.inpes.sante.fr,‎ mai 2012 (consulté le 14 septembre 2012)
  33. (en) « Smoking Presentation Trends in U.S. Movies 1991-2008 »,‎ février 2009 (consulté le 14 septembre 2013)
  34. (en) Sargent JD., « Smoking in movies: impact on adolescent smoking », Adolesc Med Clin., vol. 16, no 2,‎ 2005, p. 345-70, ix. (PMID 16111622, DOI 10.1016/j.admecli.2005.02.003, lire en ligne)
  35. (en) « Smoke-free movies: from evidence to action », sur www.who.int (OMS),‎ septembre 2011
  36. http://www.emro.who.int/fr/tobacco/tobacco-and-religion/tabac-religion.html
  37. http://nabulsi.com/en/print.php?art=632
  38. Stacey J Anderson, Christopher Millett, Jonathan R Polansky, Stanton A Glantz ; Exposure to smoking in movies among British adolescents 2001-2006 ; Online First Tobacco Control
  39. Fiche du film tabac de Nadia Collet sur cinemovies.fr
  40. Fiche sur le court métrage les 10 fumer tue
  41. a et b Le tabagisme passif tue 600 000 personnes par an, Le Monde 26/11/2010
  42. Circulaire du 3 août 2011 relative aux mesures de lutte contre le tabagisme prévues par la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires
  43. Livre V, Titre Ier du code de Santé Publique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]