Michel Mayor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Mayor

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Mayor au VLT (pendant le tournage du documentaire "Les astres Errants" - 2003 - Chili)

Naissance 12 janvier 1942
Canton de Vaud (Suisse)
Nationalité Drapeau : Suisse suisse
Champs Astronomie
Institutions Université de Genève
Étudiants en thèse Didier Queloz
Renommé pour Découvertes des exoplanètes
Directeur de l'Observatoire de Genève de 1998 à 2004
Distinctions voir section dédiée

Michel Mayor (de son nom complet Michel G. E. Mayor, prononcé [ma.jɔʁ ]), né le 12 janvier 1942 dans le canton de Vaud, en Suisse, est un astrophysicien suisse. Membre de l'observatoire de Genève et professeur émérite à l'université de Genève, il est, avec Didier Queloz, le découvreur de la première planète extrasolaire autour d'une étoile de la séquence principale, 51 Pegasi b, en 1995[1]. Michel Mayor a passé son doctorat à l'université de Genève en 1971 et a dirigé l'observatoire de Genève entre 1998 et 2004.

51 Peg b et les autres[modifier | modifier le code]

En 1995, il identifie avec Didier Queloz la première exoplanète, 51 Peg b, près de l'étoile 51 Pegasi, grâce à la technique des vitesses radiales, en utilisant le spectrographe ELODIE installé à l'observatoire de Haute-Provence (France). Des centaines d'identifications similaires utiliseront ensuite la même méthode, et Michel Mayor, avec son équipe, développera des spectrographes encore plus fins[2], comme CORALIE, installé au télescope suisse de l'observatoire de La Silla, au Chili, et HARPS, installé au télescope de 3,6 m, dans le même observatoire. Depuis, des dizaines d'exoplanètes ont été découvertes, principalement (mais pas seulement) par la technique des vitesses radiales.

Le 25 avril 2007, il est cosignataire d'un papier rapportant la première découverte d'une exoplanète, Gliese 581 c aux caractéristiques terrestres, c'est-à-dire non seulement certainement rocheuse et non des géantes gazeuses comme précédemment publié, mais en plus située dans la zone habitable de son étoile[3].

Le 21 avril 2009, son équipe de l'observatoire de Genève annonce la découverte de Gliese 581 e, exoplanète tellurique deux fois plus massive que la Terre, mais se trouvant hors de la zone habitable de l'étoile.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Pour la découverte de la première exoplanète, il a reçu les prix suivants :

Par ailleurs, il a été élu membre associé étranger de la section « Sciences de l'univers » de l'Académie des sciences, le 19 avril 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Mayor & D. Queloz, A Jupiter-Mass Companion to a Solar-Type Star, Nature, 378, 355. Résumé disponible sur ADS : 1995Natur.378..355M
  2. Michel Mayor : le pape des autres mondes, Le Monde du 1er août 2007
  3. Une planète potentiellement habitable détectée pour la première fois hors du système solaire. Le Monde du 25 avril 2007.
  4. [ « Les astrophysiciens genevois Michel Mayor et Didier Queloz récompensés »], Tribune de Genève, 24 janvier 2012.
  5. [ « Avec sa planète "d'enfer", le Suisse Michel Mayor séduit la revue "Nature" »], Le Nouvelliste, 19 décembre 2013.
  6. [ « La revue «Nature» honore l'astrophysicien Michel Mayor »], Tribune de Genève, 18 décembre 2013.