Fahrenheit 9/11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fahrenheit (homonymie) et 9/11.
Michael Moore remportant la Palme d'or au festival de Cannes 2004.

Fahrenheit 9/11 est un film américain documentaire réalisé par Michael Moore, lauréat de la Palme d'or du Festival de Cannes 2004. Il s'agit du deuxième documentaire ayant obtenu cette récompense, après Le Monde du silence en 1956.

Thème[modifier | modifier le code]

Revendiqué par Michael Moore comme un acte politique visant à la non-réélection de George W. Bush à la présidence des États-Unis en novembre 2004, ce film est un réquisitoire contre George Bush. Il prétend en particulier que ce dernier et ses partisans ont manœuvré pour assurer leur victoire aux élections américaines en 2000, en truquant le recomptage des bulletins de vote. Le film établit également une part des liens qui existent entre la famille Bush et la famille Ben Laden, et comment l'administration américaine a facilité le départ de membres de cette famille après les attentats du 11 septembre 2001. Il expose enfin que la mainmise sur le pétrole irakien serait un des motifs, sinon le seul motif réel, de l'invasion américaine de 2003 en Irak : le développement du film révèle des images tirées de conférences préparatoires à la reconstruction en Irak, illustratrices de la collusion entre les financeurs du complexe militaro-industriel américain, les compagnies de mercenaires privées, et les grandes compagnies américaines, équipementiers pétroliers en tête.

Sur les mêmes thèmes, Michael Moore a écrit les livres Mike contre-attaque ! et Tous aux abris !.

Michael Moore avait lié le succès de son film à la défaite de George W. Bush à l’élection présidentielle du 2 novembre 2004. Il fut effectivement projeté, et pesa dans le débat politique ; en revanche, le président fut réélu, la presse indiquant alors que, conformément à l'Histoire américaine, le peuple américain ne change pas de destrier lorsqu'un conflit est en cours.

Difficultés de distribution[modifier | modifier le code]

La société mère de Miramax (la société de production du film), Disney, a utilisé une clause du contrat liant les deux sociétés pour empêcher la distribution du film. La clause utilisée permet à Disney de refuser de distribuer un film si ce dernier dépasse le budget ou s'il a un contenu pouvant être censuré (trop violent, ou sexuellement explicite). Les responsables de Miramax ont déclaré que cette clause ne s'appliquait pas pour Fahrenheit 9/11.

Selon une source non officielle de Disney, il semblerait que cela soit plus un problème d'image de marque. Disney a peur de s'aliéner un groupe de personnes en distribuant un film très politique juste avant le début de la campagne électorale pour la Maison-Blanche.

De son côté, Michael Moore pense que le refus de Disney est plus d'ordre financier. Disney a, en effet, pu avoir des aides financières de la Floride pour son parc d'attraction. Et le fait que Disney autorise la distribution risquerait de compromettre l'accord. Également, le gouverneur de Floride est Jeb Bush, le frère de George W. Bush.

Le film a finalement été distribué aux USA par une coentreprise entre Lion's Gate, IFC Films et le Fellowship Adventure Group, une société créée pour l'occasion par les dirigeants de Miramax.

Le film a connu un succès très important dès sa sortie aux États-Unis. Il a recueilli plus de 60 millions de dollars en deux semaines. Michael Moore a dit lui-même qu'il était très surpris par le succès du film.

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre du film est inspiré du roman Fahrenheit 451, de Ray Bradbury, adapté au cinéma par François Truffaut. Dans le livre, cette température était supposée être celle de la combustion du papier des livres, qui étaient systématiquement brûlés. En remplaçant le nombre 451 par la date du 11 septembre, Michael Moore a voulu dire que cette date marque le début de la création de lois liberticides, comme le Patriot Act.

Ray Bradbury a fait savoir qu'il n'avait pas été contacté par Michael Moore pour avoir son autorisation pour s'inspirer du titre de son livre. Et qu'il avait attendu six mois avant que Michael Moore le rappelle pour se dire embarrassé de la situation. À la question de savoir s'il allait porter plainte, il répondit que non et qu'il espérait « régler cela comme deux gentlemen, s'il accepte de me serrer la main et de me redonner mon livre et mon titre ».

Prix[modifier | modifier le code]

Il est le seul documentaire avec Le Monde du silence à avoir reçu la plus haute récompense du festival de Cannes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]