Volver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Volver

Titre québécois Volver
Titre original Volver
Réalisation Pedro Almodóvar
Scénario Pedro Almodóvar
Acteurs principaux
Sociétés de production El Deseo S.A
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Drame
Sortie 2006
Durée 121 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Volver est un film espagnol de Pedro Almodóvar, sorti en 2006. Volver signifie « revenir » en espagnol.

Il fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2006 : l'ensemble des actrices du film a été récompensé par un prix d'interprétation collectif ; le film a obtenu aussi le prix du meilleur scénario dans ce festival. Le film est produit par El Deseo S.A., la société de production du réalisateur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Raimunda vit à Madrid avec son compagnon Paco, et sa fille de 14 ans, Paula. Par un jour de grand vent, elle se rend dans son village natal avec sa sœur Sole pour entretenir la tombe de ses parents, morts trois ans auparavant dans un incendie. Elle en profite pour rendre visite à sa tante Paula qui perd un peu la tête. Quelques jours plus tard, Sole appelle : la tante Paula est morte. Au même moment à Madrid, Paula, la fille de Raimunda, tue d'un coup de couteau Paco qui tente d'abuser d'elle. À la suite de ces deux morts, la vérité sur le passé va peu à peu apparaitre au grand jour.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autour du film[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Pour le scénario de Volver, Pedro Almodóvar s'est en grande partie inspiré de son enfance: "Je suis retourné à mes racines et à la mémoire de ma mère. Je me base entièrement sur ma vie, mes souvenirs et ceux de ma famille."[3]. La pièce de Federico García Lorca intitulée La Maison de Bernarda Alba a également été une source d'inspiration pour Pedro Almodóvar.

Producteur et réalisateur[modifier | modifier le code]

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Pour son film, Almodóvar a fait appel à des actrices qu'il connaissait déjà bien, souvent surnommées chicas Almodóvar. Carmen Maura était l'actrice principale d'Almodóvar à ses débuts, la première chica Almodóvar: elle fut en effet l'héroïne principale de Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980), Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? (1984), La loi du désir (1986) et Femmes au bord de la crise de nerfs (1987) et avait été second rôle dans Matador (1986) et Dans les ténèbres (1983). Chus Lampreave avait été second rôle dans Dans les ténèbres, Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? (1984) et Femmes au bord de la crise de nerfs (1987). Penélope Cruz avait été second rôle dans En chair et en os (1997) et Tout sur ma mère (1999). Lola Dueñas avait été second rôle dans Parle avec elle (1999). Yohana Cobo, quant à elle, âgée de seulement 20 ans au moment du tournage de Volver, faisait sa première apparition dans un film d'Almodóvar.

Production[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

  • Granátula de Calatrava (province de Ciudad Real, Castille-La Manche) : le village natal d'Almodovar, où fut tournée la première scène du film, celle du cimetière.
  • Almagro (province de Ciudad Real, Castille-La Manche) : Almodovar y avait déjà tourné "La fleur de mon secret". Il y recréé ici le village fictif de Alcanfor de las Infantas (Camphre des Infantes), censé représenter le village de son enfance. Le camphre est une substance aromatique provenant du camphrier, une substance anaphrodisiaque qui amortit les désirs sexuels. Cela est intéressant quand on note qu'aucune des femmes du film n'a de compagnon après la mort du mari de Raimunda, et d'autant plus que le camphre est un poison lorsqu'il est ingéré en trop grande quantité. On pense alors à la scène du film où Raimunda refuse de faire l'amour à Paco et à la scène où Paula tue Paco car elle n'a aucun désir sexuel pour celui qu'elle considère comme son père. Le choix de ce nom de village par Almodovar n'a donc sans doute rien d'anodin. Quant au terme infante, il désigne en Espagne les enfants non héritiers du roi: on pourrait penser qu'Almodovar souhaite faire ici allusion au thème de l'inceste abordé dans le film, Paula n'étant pas la fille, l'héritière de Paco, donc l'Infante. La maison d'Agustina se trouve en réalité sur la Plaza Mayor tandis que la rue où sont censées se faire front les maisons d'Agustina et de la tia Paula est la Calle de Federico Relimpio[4].
Le Júcar à Alarcón
  • La Mancha : communes de Tébar, Vara de Rey et Atalaya del Canavate. Le parc éolien que l'on voit dans le film se trouve à Sisante[5]. Dans le film, il symbolise la frontière métaphorique entre la ville et la campagne, le présent et le passé, la vie et la mort. À Casas de Benitez se trouve le lieu près du Rio Júcar où est enterré Paco, au lieu-dit La Losilla[4]. La rivière joue un rôle important dans le film car pour le réalisateur, "Les souvenirs les plus joyeux de mon enfance sont liés avec la rivière. (...) La rivière, les rivières, c'était toujours la fête. C'est dans l'eau d'une rivière que j'ai découvert la sensualité. De mon enfance et mon adolescence c'est sans aucun doute la rivière ce qui me manque le plus."[6]
  • Madrid : Quartier de Numancia, dans le district Puente de Vallecas. C'est le quartier où habite Raimunda. Le quartier de Vallecas est connu à Madrid pour le caractère de ses habitants, solidaires et revendicatifs. Cette solidarité apparait bien dans le film à de nombreuses reprises (Raimunda qui accepte de garder le restaurant pendant l'absence d'Emilio, voisines qui donnent à Raimunda de la nourriture pour le repas de l'équipe de production, voisines qui aident Raimunda à déplacer le frigo...). Quartier de Bellas Vistas, dans le district de Tetuán. C'est le quartier où habite Sole, un des quartiers préférés des immigrants, notamment sudaméricains et subsahariens. On retrouve une allusion à cette population immigrée dans le film lors d'un dialogue entre Irene et Sole.
  • Puertollano

Musique[modifier | modifier le code]

Carlos Gardel

La chanson du film Volver (Revenir en français) qui lui donne son titre est à l’origine un tango nostalgique sur l’exil écrit par le poète argentin, Alfredo Le Pera en 1935 et interprété par Carlos Gardel. Trois mois après l’avoir enregistré, l’auteur et le chanteur se sont tués dans un accident d’avion; par superstition, la chanson sera longtemps exclue des bals. Elle est ici interprétée dans le style du flamenco par Estrella Morente, qui prête sa voix à Penélope Cruz. Le couplet retenu dans le film résume parfaitement l'état d'esprit de Raimunda mêlant crainte et espoir au moment où elle l'interprète, alors que sa mère, qu'elle croit toujours morte, l'écoute dissimulée dans la voiture de Sole: "J'ai peur de la rencontre avec le passé qui revient se confronter avec ma vie. J'ai peur des nuits peuplées de souvenirs qui enchaînent mes rêves (...) Et bien que l'oubli qui détruit tout a tué ma vieille illusion, je garde cachée l'humble espérance qui est toute la fortune de mon cœur"[7].

Fleur de safran

Le générique de début du film, durant la scène où les femmes nettoient les tombes, est agrémentée de la chanson Las Espigadoras (la Rosa Del Azafrán). C'est à l'origine une zarzuela, ou opérette espagnole, composée par Jacinto Guerrero, écrite par Federico Romero et Guillermo Fernández Shaw et interprétée dans ce film par Conchita Panadés. L'action de cette opérette se situe dans La Mancha, ce qui nous ramène à un des thèmes principaux du film, à savoir les traditions de cette région espagnole. Cette chanson apparait dans l'acte I, scène 3 de l'opérette, alors que les femmes travaillent à extraire les stigmates de la fleur de safran (azafrán), un travail pénible et intense. Cela laisse donc déjà deviner un des angles de vue du film, à savoir la force et le courage de femmes qui travaillent seules (dans le film, Raimunda multiplie les emplois et travaille sans relâche pour faire vivre sa famille). De plus, il est dit dans l'opérette que l'amour est fragile comme cette fleur de safran: leur floraison se fait à l'aube, puis elle se fane rapidement durant la journée. Cela renvoie dans le film aux thèmes de la mort et de l'amour impossible avec les hommes.

Pendant la fête de fin de tournage dans le restaurant, on peut entendre la chanson A good thing du groupe Saint Etienne. Le refrain de cette chanson est: "It's a good thing, the best thing, last thing you should have left behind. Out of nowhere, out there. It's gone, It's gone, It's gone, It's gone, It's gone."[8]. On peut établir un lien avec la mort de Paco, la réaction de Raimunda ayant été la meilleure chose qu'elle aurait eu à faire, et une chose qui doit désormais faire partie du passé.

Alberto Iglesias, qui avait déjà travaillé avec Almodóvar sur La Fleur de mon secret, Tout sur ma mère, Parle avec elle et La Mauvaise Éducation, a signé la musique originale du film Volver composée de 17 morceaux: Las vecinas, Titulos, Dicen que la han visto, Irene bajo la cama, El año seco, Arrastran el cadaver, Paco congelado, Tema lloron, Dos en la furgoneta', Irene y Agustina, Se aparece + Trabajo, Las vecinas (variacion), En el hospital, Ferreteria, El polvo del tractor, La bicicleta estatica, Comida casera.


Thèmes du film[modifier | modifier le code]

Les femmes[modifier | modifier le code]

Dans ce film où la femme est plus que jamais mise à l’honneur, Almodóvar nous propose une solidarité, entre mère et fille, entre sœurs, entre amies, mais aussi entre générations.

La mort[modifier | modifier le code]

La mort joue un très grand rôle dans le film car c'est la mort de la tante Paula qui réunit la famille. Il y a aussi le mystère de la mort d'Irene qui est résolu vers la fin. Le film nous laisse ensuite sur une note tragique en nous laissant entendre qu'Agustina ne va pas survivre.

Les traditions régionales de la Mancha[modifier | modifier le code]

L'inceste[modifier | modifier le code]

Une Ford Granada Break, proche de celle utilisée dans le film (rouge)

L'inceste est le thème qui constitue le fil rouge de Volver, avec la tentative de viol de Paco, le mari de Raimunda, sur leur fille Paula, dont on apprendra à la fin qu'elle n'est en fait pas la fille biologique mais le résultat d'un inceste entre Raimunda et son père. Ce fil rouge est d'ailleurs marqué par la couleur rouge qui revient souvent dans le film : le sang de Paco ; la voiture de Sole qui leur permet de voyager de Alcanfor de las Infantas, lieu de l'inceste de Raimunda, à Madrid, lieu de l'inceste de Paula ; les vêtements de Raimunda et Paula (ainsi que d'Emilio) le jour de l'inceste subi par cette dernière ; le bus qui ramène Raimunda et qu'attend sa fille Paula, comme si celui-ci véhiculait l'inceste de la mère vers la fille ; le congélateur rouge dans lequel Raimunda entrepose Paco...

Le mensonge[modifier | modifier le code]

Volver est un tissu de mensonge : chaque personne a quelque chose qu'il veut cacher à une autre pour ne pas lui faire de mal.

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un succès commercial, avec 85 076 626 $ de recettes au niveau mondial pour un budget de 9,4 millions d'euros. Le film a réalisé 2 349 220 entrées en France[9], entrant ainsi à la quinzième place du box-office français de 2006, 151 440 en Belgique, 59 180 au Québec et 229 205 en Suisse[10].

Voici un tableau résumant les principaux résultats enregistrés au box-office par le film[11] :

Box-office mondial par pays du film Volver (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau de la France France 17 010 675 $ Drapeau de l'Australie Australie 1 282 126 $ Drapeau de la Finlande Finlande 682 635 $
Drapeau des États-Unis + Drapeau du Canada 12 899 867 $ Drapeau de la Belgique Belgique 1 183 758 $ Drapeau de la Grèce Grèce 679 545 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 12 241 181 $ Drapeau du Danemark Danemark 1 162 903 $ Drapeau du Portugal Portugal 620 153 $
Drapeau de l'Italie Italie 8 641 208 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 144 361 $ Drapeau du Chili Chili 391 743 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 5 979 287 $ Drapeau du Mexique Mexique 1 050 278 $ Drapeau de la Turquie Turquie 336 573 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 676 144 $ Drapeau de la Pologne Pologne 1 046 353 $ Drapeau de la Colombie Colombie 278 951 $
Drapeau de la Suisse Suisse 2 499 495 $ Drapeau de la Norvège Norvège 1 006 988 $ Drapeau de la République tchèque République tchèque 200 672 $
Drapeau du Brésil Brésil 1 774 894 $ Drapeau de l’Argentine Argentine 956 119 $ Drapeau de Porto Rico Porto Rico 197 159 $
Drapeau du Japon Japon 1 526 974 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 816 590 $ Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 187 988 $
Drapeau de la Suède Suède 1 364 028 $ Drapeau de la Russie Russie 718 527 $ Venezuela Venezuela 160 107 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

sortie Cérémonie Prix Lauréat
2006 Festival de Cannes Prix d'interprétation féminine Penélope Cruz, Lola Dueñas, Blanca Portillo,
Carmen Maura, Yohana Cobo et Chus Lampreave
Prix du scénario Pedro Almodóvar
2006 Oscars Nomination à l'Oscar de la meilleure actrice Penélope Cruz
2006 Golden Globe Award Nomination au Golden Globe du meilleur film étranger Volver
Nomination au Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique Penélope Cruz
2006 Prix Goya Prix Goya du meilleur film Volver
Prix Goya du meilleur réalisateur Pedro Almodóvar
Prix Goya de la meilleure actrice Penélope Cruz
Prix Goya de la meilleure musique originale Alberto Iglesias
Prix Goya du meilleur second rôle féminin Carmen Maura
Nomination au Prix Goya du meilleur second rôle féminin Lola Dueñas
Nomination au Prix Goya du meilleur second rôle féminin Blanca Portillo
Nomination au Prix Goya de la meilleure photographie José Luis Alcaine
Nomination au Prix Goya du meilleur scénario original Pedro Almodóvar
Nomination au Prix Goya du meilleur metteur en scène Salvador Parra
Nomination au Prix Goya des meilleurs costumes Sabine Daigeler
Nomination au Prix Goya du meilleur maquillage et le la meilleure coiffure Massimo Gattabrusi et Ana Lozano
Nomination au Prix Goya de la meilleure direction de production Toni Novella
Nomination au Prix Goya du meilleur son Miguel Rejas
2006 César du cinéma Nomination au César du meilleur film étranger Volver

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]