Resident Evil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Resident Evil (homonymie).

Resident Evil

Logo du premier opus de la série

Logo du premier opus de la série

Éditeur Capcom
Développeur Capcom
Personnalité clé Tokuro Fujiwara, Shinji Mikami, Hideki Kamiya
Genre

Survival horror

Plate(s)-forme(s)

Resident Evil, connue au Japon sous le nom Biohazard (バイオハザード, Baiohazādo?), est une série de jeux vidéo d'aventure, action et réflexion de type survival horror. La franchise appartient à la société japonaise Capcom.

Pionnier du genre sur console, il fait ses débuts sur PlayStation en 1996. Grâce à son succès, de nombreuses suites sont réalisées, sur la plupart des consoles. Resident Evil est une série importante dans l'industrie du jeu vidéo, et Nintendo convoite des contrats d'exclusivité. La série connaît un succès mondial et s'est écoulée à plus de 40 millions d'exemplaires[1] à ce jour.

Préambule[modifier | modifier le code]

Raccoon City, paisible petite ville du Middle West des États-Unis dont la stabilité économique ne repose que sur la multinationale pharmaceutique Umbrella Corporation, est le théâtre d'étranges disparitions. Des dizaines de personnes sont enlevées et ne sont jamais retrouvées. Les efforts de la police restent vains. Cependant, des témoins affirment avoir vu des groupes d'une dizaine de personnes, certains affirment que les victimes auraient été dévorées.

Les Zombies[modifier | modifier le code]

Logo de l'Umbrella Corporation.

À quelques kilomètres de Raccoon City existe un manoir où des scientifiques de Umbrella Corporation travaillent. Ils y font des tests pour créer un procédé biologique permettant de créer des armes biologiques plus résistantes aux balles, plus intelligentes et plus endurantes. En clair, Umbrella veut transformer un organisme vivant en arme de combat. Les recherches se poursuivent pendant plusieurs mois, jusqu'au jour où survient un accident, le docteur James Marcus, fondateur de Umbrella Corporation, trahi par ses collaborateurs, voulut se venger de la firme. Tous les habitants du manoir sont infectés et subissent peu à peu les conséquences de cette exposition au produit inachevé en devenant des êtres dépourvus de pensées ou de logique et agissant selon leur seul et unique instinct primaire: le besoin de manger. L'équipe Bravo des S.T.A.R.S. de Raccoon City arrive en reconnaissance par hélicoptère, mais le contact est soudainement perdu. C'est alors qu'intervient l'équipe Alpha, dont les membres font face à des chiens enragés, et le pilote les abandonne au fin fond de la forêt attenante au manoir…

Les personnages se retrouvent alors coincés dans ce manoir obscur, et déjà, un membre de l'équipe disparaît. Un coup de feu retentit dans le hall et le personnage (choisi en début de partie, accompagné ou non selon le choix précédent) doit rechercher l'origine du coup de feu. Le jeu démarre alors vraiment avec l'apparition du premier Zombie.

L'apocalypse[modifier | modifier le code]

Mais des événements plus problématiques ne tardent pas à se déclarer : des habitants de la ville se transforment en ce qu'on pourrait qualifier de "Zombies" affamés de chair humaine. Alors que de plus en plus de gens sont touchés par ce mal étrange, le gouvernement américain place la ville sous loi martiale et ferme ses portes, l'isolant complètement du reste du monde, cherchant une solution à une éventuelle pandémie…

Chronologie rapide

Resident Evil Zero
Resident Evil
Resident Evil 2 et Resident Evil 3
Resident Evil: Code Veronica
Resident Evil 4
Resident Evil: Revelation
Resident Evil: Degeneration
Resident Evil 5 : Perdu dans les cauchemars
Resident Evil 5
Resident Evil: Damnation
Resident Evil 6

Article connexe : Chronologie de Resident Evil.

Liste des jeux composant la série[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes en développement 
Resident Evil: Degeneration - Damnation - Downfall 3D sur Nintendo 3DS Resident Evil Armageddon- Resident Evil Neptune (rumeur)

Les compilations[modifier | modifier le code]

  • 2001 : La Biohazard 5th Anniversary Special Package: Nightmare Returns Edition limité à 10 000 exemplaires.
  • 2003 : La Biohazard Collector's Box sur GameCube comprenant les 5 premiers jeux de la série et un DVD bonus Wesker Report File I et II[2].
  • 2004 : La Biohazard Double Features Box Edition comprenant Resident Evil Rebirth et Resident Evil Zero sur GameCube.
  • 2007 : La Resident Evil: The Essentials Box sur PS2.
  • 2011 : Biohazard Revival Selection est une compilation regroupant Resident Evil 4 et Resident Evil: Code Veronica en haute définition disponible uniquement au Japon[3].
  • 2011 : La Biohazard 15th Anniversary Box sur PS3 comprenant les 3 premiers jeux vidéo PS1, la compilation Biohazard Revival Selection ainsi que les bandes originales de RE: Code Veronica et RE 4[4].

Origine du titre[modifier | modifier le code]

Biohazard, signifiant « Danger biologique », est né de la volonté de Mikami, un game designer de chez Capcom, à rechercher un titre court et marquant les esprits. Ce fut un membre de l'équipe décor qui le proposa. Malheureusement, pour une question de droit, ce titre ne put être accepté aux États-Unis. En effet, le groupe de musique Biohazard (groupe) s'était déjà approprié le nom à l'époque. La société japonaise Capcom cherche donc un nouveau nom avec la volonté de créer un titre qui serait encore plus explicite pour le consommateur occidental. Le premier opus se passant dans un manoir, le jeu fut nommé Resident (littéralement résident) et ils ont eu l'idée de le lier au mot Evil (mal). Le droit sur Biohazard n'était pas déposé en Europe mais Capcom tenant leur titre fétiche décida de ne plus le changer[5].

Inspirations[modifier | modifier le code]

La série Resident Evil est inspirée d'un jeu connu sous le nom de Sweet Home basé sur le film d'horreur japonais Suito homu (スイトホム). Sweet Home a été édité par Capcom dans les années 1980 seulement au Japon pour la console Famicom. Beaucoup d'éléments ont été réutilisés comme l'arrangement du manoir, les phases de résolution de casse-tête, et même l'écran de chargement. Shinji Mikami, responsable de plusieurs titres de Resident Evil, confirme d'ailleurs ces faits.

La plupart des jeux de la série est présentée avec une perspective objective (l'avatar contrôlé apparaît à l'écran), montrant le personnage généralement en utilisant une vue en légère plongée. Cela n'est pas sans rappeler le jeu vidéo Alone in the Dark sorti en 1992, souvent cité comme le premier jeu vidéo du genre survival horror. Le moteur graphique utilisé dès le premier épisode de Resident Evil (mélange 2D/3D avec décors pré-calculés et protagonistes/ennemis en 3D) est totalement identique dans le principe à celui inventé par les concepteurs d'Alone in the Dark. En outre, de nombreuses autres analogies existent entre les deux jeux (l'enfermement dans un manoir, les zombies, le monstre de la porte d'entrée, le système de clés, les mini-puzzles…).

L'ambiance générale rappelle le film la Nuit des morts-vivants, de (George Romero) sorti en 1969, qui partage quelques points communs d'intrigue, comme une ville où une grande partie des habitants se réveillent transformés en zombies. La plupart des angles de caméra du premier Resident Evil sont les mêmes que ceux du remake de la Nuit des morts-vivants réalisé par Tom Savini en 1990.

Les critiques ont souligné le fait que l'opus Resident Evil 4 est « un hommage vibrant aux plus grands moments des jeux d'action/aventure et aux meilleurs passages du cinéma d'action » tel Le Seigneur des Anneaux, Massacre à la tronçonneuse, Le monstre du Lac, Alien, L'Invasion des profanateurs (film), House of the Dead, Shenmue, Metal Gear Solid etc[6],[7].

Shinji Mikami a aussi confié qu'il s'était inspiré de Alfred Hitchcock, et surtout de Psychose, principalement pour Code Veronica.

Ventes totales[modifier | modifier le code]

Ventes comptabilisant les différentes éditions classées par ordre décroissant[8]

Titre Ventes (en millions)
Resident Evil 5 6,6
Resident Evil 6,44
Resident Evil 4 5,9
Resident Evil 6 5,8
Resident Evil 2 4,96
Resident Evil 3: Nemesis 3,5
Resident Evil Code: Veronica 3
Resident Evil: Operation Raccoon City 2,3
Resident Evil: Outbreak 1,45
Resident Evil: The Umbrella Chronicles 1,3
Resident Evil Zero 1,25
Resident Evil: Revelations 1,1

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Films utilisant la licence « Resident Evil »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Resident Evil (série de films).

Cinq films utilisant des élèments de l'univers des jeux sont réalisés avec comme actrice principale Milla Jovovich. Le jeu met en scène des agents du S.T.A.R.S. (Special Tactics And Rescue Service) contre la multinationale pharmaceutique Umbrella Corporation. Les films utilisant la licence Resident Evil n'utilisent pas la même trame scénaristique de la série vidéoludique. Par exemple, Alice, le personnage principal des films, n'existe pas dans la série de jeu. Cependant beaucoup d'éléments de divers opus y sont repris.

Année Titre Réalisateur(s)
2002 Resident Evil Paul W.S. Anderson
2004 Resident Evil: Apocalypse Alexander Witt
2007 Resident Evil: Extinction Russell Mulcahy
2010 Resident Evil: Afterlife Paul W.S. Anderson
2012 Resident Evil: Retribution
2015 Resident Evil: Rising

Romans[modifier | modifier le code]

Thomas Day a écrit des nouvelles tirées de l'univers du jeu vidéo. S. D. Perry a écrit les romans du jeu vidéo. Elle y fait notamment apparaître un personnage inédit, M. Trent.

Publié par Fleuve noir[modifier | modifier le code]

Les romans on été publiés par les éditions Fleuve noir, dans la collection Resident Evil de 2002 à 2005. Les éditions Milady ont entrepris de les rééditer à partir de 2014.

  1. La Conspiration d'Umbrella, 2002 (Umbrella Conspiracy, 1998) par S. D. Perry
  2. La Crique de Caliban, 2002 (Caliban Cove, 1998) par S. D. Perry
  3. La Cité des morts, 2002 (City of the Dead, 1999) par S. D. Perry
  4. Aux portes de l'enfer, 2003 (Underwood, 1999) par S. D. Perry
  5. Nemesis, 2003 (Nemesis, 2000) par S. D. Perry
  6. Code Veronica, 2003 (Code : Veronica, 2001) par S. D. Perry
  7. Zero Hour, 2004 (Zero Hour, 2004) par S. D. Perry
  8. Genesis, 2005 (Genesis, 2005) par Keith R. A. Decandido

Art Book[modifier | modifier le code]

Novelisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres séries[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]