Synthpop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Synthpop

Origines stylistiques Disco, new wave, électronique, pop, post-punk, glam-rock, krautrock
Origines culturelles 1977–80 en Allemagne, au Japon, en Angleterre
Instruments typiques Synthétiseur, boîte à rythmes, guitare basse, guitare, séquenceur, clavier, vocoder, chants
Popularité Élevée (1981–85 ; 21e siècle), modérée (1986–2000)
Voir aussi Synthpunk - Electronic body music et musique industrielle

Genres dérivés

House, électro, trance, chiptune, digital hardcore, indietronica, alternative dance, electronica, dance-pop[1]

La synthpop (également connue sous les termes electropop, ou technopop[2]) est un type de musique populaire émergeant des années 1980, dans laquelle le synthétiseur est le principal instrument. Ce dernier figurait auparavant dans les années 1960 et 1970 dans le rock progressif, l'electronic art rock, le disco et en particulier dans le « Krautrock » de groupes tels que Kraftwerk. Elle se popularise sous un genre distinct au Japon et au Royaume-Uni durant l'ère post-punk et fut largement impliqué dans le mouvement new wave à la fin des années 1970 et au milieu des années 1980.


La synthpop, appelée tout simplement "new wave" en France, a aidé à établir des éléments de synthétiseur dans des genres musicaux popularisés tels que la pop et le rock, a directement influencé des genres comme la house, la techno de Détroit, et la trance ainsi que d'autres genres musicaux.

Le groupe britannique Pet Shop Boys en concert en 2005 lors de la tournée mondiale Live 8

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La synthpop se définit par l'utilisation de synthétiseurs, boîtes à rythmes et séquenceurs, souvent utilisés pour remplacer d'autres instruments. Les synthétiseurs servaient habituellement à imiter les sons clichés des instruments orchestraux. Les chants étaient également inclus, et les paroles étaient généralement inspirés de thèmes optimistes comme la romance[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Glenn Appell, David Hemphill, American popular music: a multicultural history, Belmont, CA, Thomson Wadsworth,‎ 2006 (ISBN 0155062298, lire en ligne), p. 423 :

    « The 1980s brought the dawning age of the synthesizer in rock. Synth pop, a spare, synthesizer-based dance pop sound, was its first embodiment. »

  2. (en) T. Cateforis, Are We Not New Wave?: Modern Pop at the Turn of the 1980s, Ann Arbor MI: University of Michigan Press,‎ 2011 (ISBN 0-472-03470-7, lire en ligne), p. 51
  3. (en) S. Reynolds, One nation under a Moog,‎ 10 octobre 2009 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. Borthwick and R. Moy (2004), Popular Music Genres: an Introduction, Edinburgh: Edinburgh University Press
  • (en) P. Bussy (2004), Kraftwerk: Man, Machine and Music (3 ed.), Londres: SAF
  • (en) T. Cateforis (2011), Are We Not New Wave?: Modern Pop at the Turn of the 1980s, Ann Arbor MI: University of Michigan Press
  • (en) B. R. Parker (2009), Good Vibrations: the Physics of Music, Boston MD: JHU Press
  • (en) Simon Reynolds (2005), Rip It Up and Start Again Postpunk 1978–1984, Londres: Faber and Faber
  • (en) J. Stuessy and S. D. Lipscomb (2008), Rock and Roll: its History and Stylistic Development (6 ed.), Londres: Pearson Prentice Hall