300 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 300 (homonymie).

300

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Titre original 300
Réalisation Zack Snyder
Scénario Zack Snyder
Kurt Johnstad
Michael B. Gordon
d'après le roman graphique de
Frank Miller
Lynn Varley
Acteurs principaux
Sociétés de production Legendary Pictures
Virtual Studios
Cruel and Unusual Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Péplum
Sortie 2006
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

300 est un péplum américano-britannique coécrit et réalisé par Zack Snyder, sorti en 2006. Tiré du roman graphique 300 de Frank Miller et Lynn Varley, le film donne une vision fantastique de la Bataille des Thermopyles en -480 et a été tourné en grande partie à l'aide de la technique d'incrustation afin de restituer l'imagerie de la bande dessinée de Frank Miller.

Dans les semaines qui ont précédé et suivi sa sortie, le film a soulevé une controverse portant sur la représentation des Perses dans le contexte international des tensions entre les États-Unis et l'Iran. Malgré cette controverse et des critiques partagées, le film a été un très grand succès commercial.

Une suite, 300 : La Naissance d'un Empire, réalisée par Noam Murro, est sortie en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Léonidas est devenu roi de Sparte à la suite des épreuves rituelles spartiates dont il a triomphé. Il apprend d'un messager perse que le roi Xerxès envisage d'envahir la Grèce et de soumettre sa cité mais refuse de négocier un quelconque arrangement. Contre l'avis des éphores corrompus par l'or perse, il part à la rencontre de l'ennemi avec les 300 meilleurs soldats de sa cité, et est rejoint sur la route par Daxos et ses Arcadiens. Léonidas choisit de combattre l'armée perse dans le passage étroit et rocheux des Thermopyles, appelées les Portes chaudes dans le film. Il refuse d'enrôler Éphialtès, un Spartiate exilé, car celui-ci, bossu, ne peut lever convenablement son bouclier à cause de son handicap au dos et au cou

Face à l'armée gigantesque conduite par le roi Xerxès en personne, la résistance est héroïque mais désespérée. Xerxès, frappé par les importantes pertes subies par son armée lors des premiers assauts, tente de gagner Léonidas à sa cause mais essuie un échec. Il envoie alors ses meilleurs guerriers, les Immortels, ceux-ci étant également repoussés par les Spartiates. Mais Éphialtès, meurtri par le refus de Léonidas, révèle à Xerxès l'existence d'un sentier secret qui contourne les Thermopyles. Les Atheniens battent en retraite en apprenant la nouvelle et Léonidas, conscient que son destin est désormais scellé, envoie Dilios, un de ses guerriers, à Sparte avec ordre de narrer l'histoire du sacrifice de ses camarades.

Pendant ce temps à Sparte, la reine Gorgô, épouse de Léonidas, doit faire face aux machinations de Théron, un politicien à la solde des Perses qui cherche à faire destituer Léonidas de son titre pour avoir contrecarré les éphores. Théron fait chanter Gorgô et abuse d'elle en échange de la promesse de son soutien quand elle plaidera la cause de son époux devant le Conseil de la cité. Mais, le moment venu, il l'accuse au contraire d'adultère et Gorgô le poignarde à mort. La dague perce au passage la bourse de Théron, et l'or perse qui en tombe révèle sa trahison.

Aux Thermopyles, les Perses ont encerclé les Spartiates survivants et Xerxès exige leur soumission. Léonidas feint d'accepter avant de blesser Xerxès à la joue d'un lancer de javelot. Léonidas et ses hommes sont ensuite massacrés. Un an plus tard, Dilios conclut son récit devant une armée de Spartiates, expliquant comment cette résistance valeureuse a touché le moral de l'armée perse et poussé les cités grecques à s'unir, 40 000 Grecs faisant désormais face à 100 000 Perses sur le champ de bataille de Platées.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche est établie à partir du générique du film.

Distribution[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Zack Snyder a réalisé le film courant 2006. Le film a recours aux mêmes procédés techniques que le film Sin City (adapté lui aussi d'une bande dessinée de Frank Miller), avec l'utilisation massive d'images de synthèse.

Même si toutes les scènes présentes dans la bande dessinée originale sont fidèlement reconstituées sur grand écran, le scénario a été complété de quelques personnages et scènes supplémentaires :

  • dans la bande dessinée, Éphialtès, qui finit par trahir les Spartiates (et qui est une sorte de monstre difforme dans le film), tente de se suicider lorsque Léonidas refuse de faire de lui un guerrier. Dans le film, la scène fut tournée, mais coupée au montage.
  • toutes les scènes se déroulant à Sparte qui impliquent la reine et montrent les intrigues politiques au sein de la cité ont été ajoutées pour renforcer l'unique rôle féminin.
  • des éléments fantastiques et divers monstres comme le rhinocéros ont été ajoutés.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été presque entièrement tourné sur fond bleu et vert, aux Ice Storm Studios de Montréal[4]. Seule la scène de chevauchée des messagers au début du film, impossible à réaliser en studio, a été tournée en extérieur.

Près de 1 300 effets visuels ont été nécessaires, soit une moyenne d'un effet visuel par plan.

Les acteurs ont suivi un entraînement sportif intensif de plus de huit semaines avant le début du tournage.

Dans ce film, les acteurs Gerard Butler et Andrew Pleavin jouent à nouveau ensemble, cinq ans après leur collaboration dans Attila le Hun de Dick Lowry. Gerard Butler avait là encore le rôle principal, tandis qu'Andrew Pleavin interprétait Flavius Oreste, un fidèle général d'Attila.

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 456 068 181 $ dans le monde entier dont 210 614 939 $ rien que sur le territoire américain[1]. Il a réalisé 1 661 288 entrées en France, 449 512 entrées au Québec et 150 062 entrées en Suisse[5].

Il détient le record de fréquentation en Grèce avec 325 000 spectateurs en 4 jours.

Box-office mondial par pays du film 300 (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 210 614 939 $ Drapeau du Brésil Brésil 11 207 791 $ Drapeau de la Norvège Norvège 2 246 901 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 27 994 700 $ Drapeau du Mexique Mexique 10 101 034 $ Drapeau de la Belgique Belgique 2 216 126 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 20 762 055 $ Drapeau de la Russie Russie 10 040 438 $ Venezuela Venezuela 2 030 133 $
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 19 902 209 $ Drapeau de la Turquie Turquie 4 861 226 $ Hong Kong Hong Kong 1 963 536 $
Drapeau de l'Italie Italie 14 618 081 $ Drapeau de l’Argentine Argentine 4 587 738 $ Drapeau du Danemark Danemark 1 942 519 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 14 570 919 $ Drapeau de la Pologne Pologne 3 091 535 $ Drapeau de la Suisse Suisse 1 851 658 $
Drapeau de la France France 13 900 000 $ Drapeau de l'Inde Inde 2 582 794 $ Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 848 409 $
Drapeau du Japon Japon 13 036 817 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 546 452 $ Drapeau de Thaïlande Thaïlande 1 806 471 $
Drapeau de l'Australie Australie 12 304 031 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 2 458 709 $ Philippines Philippines 1 671 166 $
Drapeau de la Grèce Grèce 11 376 293 $ Drapeau de la République de Chine Taïwan 2 281 146 $ Drapeau de la Colombie Colombie 1 662 904 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film recueille 60 % de critiques positives, avec un score moyen de 6,1/10 et sur la base de 223 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[6]. Il obtient un score de 51/100, sur la base de 35 critiques, sur le site Metacritic[7]. En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 337e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[8].

En France, les critiques sont totalement divisés. Le Figaroscope évoque un défi relevé « avec intelligence et brio », L'Écran fantastique une « adaptation époustouflante de la bande dessinée éponyme », Paris Match « une œuvre d'une beauté visuelle à couper le souffle mais d'une violence inouïe », Ouest-France « un délire de kitsch et de baroque d'une extrême sophistication », Première « un triomphe de direction artistique », Rolling Stone « des scènes de bataille admirablement rendues et surréalistes mais des scènes intimistes inutiles et absurdes », Le Parisien « un bide artistique », L'Humanité « une esthétique proche du fantastique plombée par des dialogues pompeux », Les Inrockuptibles un résultat « saisissant de laideur », Libération « un atroce film de propagande », et Positif un film « sans scénario, ni personnages »[9].

Controverse[modifier | modifier le code]

Critiques iraniennes[modifier | modifier le code]

Le film, bien que non diffusé en Iran, a soulevé des critiques de la part du gouvernement et des intellectuels iraniens[10],[11],[12],[13],[14].

La critique porte sur le travestissement de la réalité, associé à une critique plus politique : celle de tenter de porter atteinte à l'image de l'Iran dans un contexte politique tendu entre ce pays et les États-Unis.

En effet, la représentation qui est faite des Perses à la période achéménide est fausse. Cette période est considérée comme un âge d'or dans l'histoire de l'Iran, avec en particulier l'écriture sur le Cylindre de Cyrus de ce qui est considéré comme la première charte des droits de l'homme. Dans le roman graphique dont est inspiré le film, les Perses sont dépeints comme une horde barbare, décadente, opposés aux nobles grecs. De manière générale, le film ne respecte ni les costumes ni les coiffures perses de l'époque achéménide.

D'un point de vue plus politique, Javad Shamghadri, conseiller culturel du président Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré que les États-Unis essayaient de modifier la réalité historique afin d'humilier l'Iran, présentant l'empire comme une contrée barbare et stupide.

Le quotidien Āyande No a dit dans ses pages que « le film dépeint les Iraniens comme des démons sans culture, sans sentiments et sans humanité, qui ne pensent à rien d'autre qu'à attaquer les autres nations et à tuer », ce que le journal assimile à « un nouvel effort pour discréditer le peuple iranien et sa civilisation vis-à-vis de l'opinion publique internationale à un moment où les menaces américaines contre l'Iran s'intensifient »[15].

Autres critiques[modifier | modifier le code]

D'autres critiques ont été émises sur divers aspects de ce film:

Le journal The Arab American News parle d'« une propagande guerrière irréfléchie » (mindless war propaganda)[16].

Ephraim Lytle, professeur d'histoire hellénique à l'Université de Toronto, écrit que « la manière dont le film idéalise sélectivement les Spartiates est troublante »[17], notamment sur les points suivants :

  • Xerxès Ier est dépeint comme bisexuel.
  • les Perses sont montrés sous un aspect monstrueux tandis que les Spartiates sont des hommes au physique avantageux (sauf le traître Éphialtès, un monstre difforme aussi). Les Éphores, qui s'opposent à l'action héroïque de Léonidas, sont eux aussi hideux.

L'idéalisation de certains éléments dans le film est également critiquée par Touraj Daryāi, professeur d'histoire antique à l'Université de Californie à Fullerton. Il critique le thème central du film, à savoir l'opposition entre le monde « libre » et « aimant la démocratie », représenté par les Spartiates, et le monde guerrier perse[18].

On peut ajouter que les Athéniens, que le film décrit comme des philosophes pédérastes, ont également joué un rôle majeur dans les guerres médiques, aspect qui est laissé dans l'ombre.

D'autres critiques s'attardent sur l'aspect fascisant du film. Pour Kyle Smith, du New York Post, « Le film aurait plu aux Jeunesses hitlériennes (Adolf's boys) ». Dana Stevens, dans Slate, compare 300 au film de propagande national-socialiste Der ewige Jude (Le Juif éternel[19]). Roger Moore, critique de cinéma à l'Orlando Sentinel, considère que le film correspond à la définition que donne Susan Sontag de l'art fasciste[20].

En réponse à ces critiques, le réalisateur, les producteurs du film et l'auteur de la bande dessinée ont souligné[réf. nécessaire] que cette adaptation cinématographique d'une bande dessinée n'est qu'une version heroic fantasy de la bataille des Thermopyles et qu'il n'y avait aucun aspect historique à retenir du film[21]. Dans une interview en , Frank Miller, interrogé au sujet de la situation politique des États-Unis, fait remarquer que les États-Unis se comportent comme un empire en déclin, et que les grandes civilisations ne sont jamais conquises mais qu'elles se désagrègent de l'intérieur. Il affirme aussi que la guerre de l'empire américain contre l'Irak, tout comme la Seconde Guerre mondiale, s'inscrit dans une lutte contre un fascisme global[22].

D'après, Florent Pallares, docteur en études cinématographiques et chercheur associé au CRHISM, les déclarations de Frank Miller (coproducteur de 300) datent du 24 janvier 2007 [23] et ne laissent aucun doute sur les intentions du film  : « Il me semble évident que notre pays et tout le monde occidental sont en conflit avec un ennemi qui sait parfaitement ce qu'il veut - et nous nous comportons comme un empire qui s'effondre […] Je pense qu’une partie de cela, vient de notre éducation. On nous dit constamment que toutes les cultures sont égales, et que tout système de croyance est aussi valable qu’un autre. […] Pour une raison que j'ignore, personne ne parle de ceux que nous combattons et de cette barbarie du VIe siècle qu'ils représentent en réalité. Ces gens-là décapitent. Ils soumettent leurs femmes à l'esclavage et infligent des mutilations sexuelles à leurs filles. Leur comportement n'obéit à aucune norme culturelle compréhensible […] Pourquoi avons-nous attaqué l'Irak? […] Et bien, nous nous en prenons à une idéologie. Personne ne demande pourquoi, après Pearl Harbor, nous avons attaqué l'Allemagne nazie. C'était parce que nous étions confrontés à une forme de fascisme global  : nous faisons la même chose aujourd'hui » [24]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[25].

Récompenses[modifier | modifier le code]

2007[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

2007[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dessin parodique d'une scène du film.

De nombreuses parodies de 300 ont vu le jour, généralement basées sur l'affiche du film ou les deux phrases emblématiques « This is Sparta! » et « Tonight, we dine in Hell! »[26]. Le film a été à l'origine d'un mème internet consistant à incruster la tête de Leonidas dans des images ou des vidéos accompagnées d'une version souvent modifiée de la phrase « This is Sparta! », notamment la musique techno Sparta Remix dont l'instrumental a été lui-même repris dans d'autres vidéos[27],[28]. D'autres médias ont également parodié le film, tel que le court-métrage United 300 qui a obtenu le Movie Spoof Award au MTV Movie Awards de 2007. 300 a également inspiré de nombreux sketches à la télévision, tels que dans l'émission Saturday Night Live, la série Robot Chicken, et dans G-Win !, un épisode de South Park. Des films parodiques ont également été réalisés : Spartatouille en 2008 et National Lampoon's 301: The Legend of Awesomest Maximus en 2009. Plusieurs allusions au film 300 existent dans le film Yes Man : Carl Allen loue cette vidéo, et plus tard rend visite à son ancien patron Norman, durant une fête costumée ayant pour thème 300.

Il y a aussi une allusion a 300 dans le film Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté. Les Bretons poussent les Romains du haut de la falaise, comme les Spartiates poussant les Perses du haut de la falaise.

Le film, et notamment ses citations, ont été reprises par les supporters des Spartans, surnom des équipes de sports de l'Université d'État du Michigan, avec le chant Spartans, what is your profession?[29].

Suite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 300 : La naissance d'un Empire.

Une suite , intitulée 300 : La naissance d'un Empire (300: Rise of an Empire), est sortie le 5 mars 2014. Le film est réalisé par Noam Murro avec comme acteurs principaux Sullivan Stapleton dans le rôle de Thémistocle, Eva Green dans celui d'Artémise Ire et Rodrigo Santoro reprenant le rôle de Xerxès Ier[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Fiche du film sur Box Office Mojo.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i crédité sur la page technique liée à la version française du DVD Zone 2.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j 300 sur Doublage.qc.ca.
  4. Information visible dans le générique du film.
  5. « 300 », sur base de données Lumière (consulté le 24 septembre 2011)
  6. « 300 », Rotten Tomatoes
  7. « 300 », Metacritic
  8. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 26 mars 2011)
  9. « Critiques presse 300 », AlloCiné
  10. iranian.com: Peyvand Khorsandi, 300 movie petitions
  11. Review: '300' far from perfect - CNN.com
  12. article from Ghandchi
  13. article from an Iranian archeologist
  14. The battle epic 300 reviewed. - By Dana Stevens - Slate Magazine
  15. Nasser Karimi, « Iranians Outraged by ‘300’ Movie », Guardian Unlimited, 13 mars 2007
  16. "300" is mindless war propaganda
  17. Sparta? No. This is madness, Toronto Star, 11 mars 2007
  18. Go tell the Spartans. How "300" misrepresents Persians in history, par Touraj Daryāi sur Iranian.com
  19. A Movie Only a Spartan Could Love Dana Stevens, Slate
  20. 300 as Fascist Art Orlando Sentinel 7 mars 2007
  21. Le roman graphique contient d'ailleurs l'avertissement suivant : « Ce livre est une pure fiction. »
  22. Transcription d'une interview de Frank Miller sur National Public Radio
  23. Le site de la radio NPR le confirme : http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=7002481
  24. « Représentations de la guerre et de la paix dans le cinéma à sujet antique hollywoodien. » in Images de guerre, guerre des images, paix en images : la guerre dans l’art, l’art dans la guerre, P.U.P, 2013. p.117
  25. Liste des distinctions sur IMDb
  26. David Q., Les parodies de 300 arrivent, Scifi-universe.com, 28 mars 2007, (page consultée le 7 février 2010).
  27. Steve Spalding, How To Explore Internet Memes, How to Split an Atom, 30 septembre 2007, (page consultée le 7 février 2010).
  28. Astrid Girardeau, Il mème un peu, beaucoup…, Écrans.fr, 13 avril 2008, (page consultée le 7 février 2010)
  29. Doug Charron, "300" cheer shows unity, reflects Spartan history, The Stae News, 18 septembre 2007, (page consultée le 7 février 2010)
  30. (en) « Sullivan Stapleton To Star In The Prequel Of '300' », sur http://moviepilot.com (consulté le 6 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florent Pallares, « Représentations de la guerre et de la paix dans le cinéma à sujet antique hollywoodien » in Images de guerre, guerre des images, paix en images : la guerre dans l’art, l’art dans la guerre, Perpignan, Presse Universitaire de Perpignan (PUP), coll. « Etudes »,‎ janvier 2013, 357 p. (ISBN 9782354121761, présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :