Voulpaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voulpaix
Église de Voulpaix.
Église de Voulpaix.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Marle
Intercommunalité Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean-Paul Renaux
2014-2020
Code postal 02140
Code commune 02826
Démographie
Gentilé Voulpaisiens, Voulpaisiennes
Population
municipale
416 hab. (2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 24″ Nord, 3° 49′ 53″ Est
Altitude Min. 114 m – Max. 187 m
Superficie 11,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voulpaix

Voulpaix (prononcé [vulpe][1] ; en prononciation ancienne [vupe][2]) est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Situé en Thiérache, le village de Voulpaix est une commune rurale du canton de Marle, établie sur deux coteaux séparés par une étroite vallée qui est traversée par une rivière appelée Le Beaurepaire. Bourg rural avec des champs de blés, de betteraves et de maïs ainsi que des paysages de bocage, celui-ci subit un exode rural, perdant une part importante de sa population à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Le village comporte aussi des écarts avec les fermes du Haut-Goulet et du Val-Fleury qui se situent sur le territoire de la commune.

Les habitants de la commune s'appellent les Voulpaisiens et les Voulpaisiennes[3].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Voulpaix, commune de la Thiérache, est situé dans le Nord de la France, dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

À vol d'oiseau, elle se situe de 5,7 km, de Vervins, chef-lieu de l'arrondissement auquel la commune appartient[Note 1]. Elle est distante de 11,7 km de Marle[Note 2], bureau centralisateur du canton, de 33,4 km de Laon, préfecture du département[Note 3], de Lille de 103,9 km, préfecture de région[Note 4] et de 152,8 km de Paris[Note 5].

Voulpaix est limitrophe de six autres communes : Fontaine-lès-Vervins, Gercy, Haution, Laigny, La Vallée-au-Blé, Lemé et Saint-Pierre-lès-Franqueville. La commune fait partie du bassin de vie de Vervins[Insee 1].

Communes limitrophes de Voulpaix
La Vallée-au-Blé Haution/Laigny Fontaine-lès-Vervins
Lemé Voulpaix Fontaine-lès-Vervins
Saint-Pierre-lès-Franqueville Saint-Pierre-lès-Franqueville Gercy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Voulpaix a un sous-sol datant essentiellement du crétacé supérieur, lorsque le bassin parisien était recouvert d'eau de mer.

Au niveau local, le sol géologique de la commune est principalement composée d'un limon lœssique, favorable à une production de brique ou extraction de sable. Dans la vallée où coule le Beaurepaire, des alluvions modernes forment le sol géologique dû au cours d'eau. Des couches de l'époque stratigraphique turonien sont également observables[4]. Une ancienne carrière d'extraction ayant servi dans l'extraction de matériaux destinés à la construction, permet de mieux connaître en profondeur le sol de la commune[5].

Le risque sismique est considéré comme très faible soit en zone 1 selon la carte du zonage définie par le gouvernement[6],[7]. Cependant la commune se trouve à quelques kilomètres de communes étant en zone sismique 2 soit de niveau faible comme Saint-Algis, à 6,7 kilomètres de Voulpaix[8].

La commune se situe entre deux lignes de crête. La première culmine à 187 mètres altitude, et descend progressivement jusqu'au village de Voulpaix à 114 mètres d'altitude. Le terrain remonte ensuite vers la seconde crête, variant entre 177 mètres et 184 mètres d'altitude. L'altitude de la commune varie de 114 mètres à 187 mètres avec une moyenne de 150,5 mètres[9].

La rivière le Beaurepaire à Voulpaix.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voulpaix est principalement traversé par Le Beaurepaire qui prend sa source à Laigny, au lieu-dit du même nom[10]. Cette rivière reçoit le cours de petits ruisseaux tel Le Goulet jaillissant au bois de la Reculée situé sur la commune. Voulpaix se situe ainsi sur le bassin versant de la Seine car le cours d'eau du Beaurepaire se jette dans le Vilpion. Ce cours se conflue alors avec la Serre, qui est un sous-affluent de la Seine car il se jette dans l'Oise. La présence de ces petits ruisseaux ou de sources d'eau a permis leur utilisation par des fontaines publics ou des lavoirs.

Pour faire face au risque d'inondation et de coulée de boue à cause de la topographie des lieux, la commune a adopté un PPR pour prévenir ces risques. Ce plan a été approuvé par la préfecture en 2008[7]. Le PPR de la commune définit des interdictions sur les aménagements de nouvelles constructions postérieurs à la date d'approbation.

Climat[modifier | modifier le code]

Voulpaix est soumis au condition climatique de la Thiérache. Voulpaix est situé dans un climat océanique dégradé, comme toute la Picardie et la Thiérache. La proximité du massif ardennais fait que la région est aussi soumis à une influence continental d'où la possibilité d'avoir des gelés tardives et une température moyenne de 9,5 °C mais cette influence s'amenuise en allant vers l'ouest de la région. L'hiver en Thiérache est ainsi humide mais en cas de chute de neige, celle-ci peut persisté quelques jours. Dans la région de Vervins, il pleut en moyenne entre 800 millimètres et 900 millimètres d'eau par an[11].

Le station climatique la plus proche est celui de Saint-Quentin[12], situé sur l'aérodrome de Saint-Quentin - Roupy de 44,9 km de vol d'oiseau à l'ouest de Voulpaix. Une autre station climatique se situe à Fontaine-lès-Vervins de 3,3 km de la commune, mais les données ne sont pas publiques[13].

Relevé Saint-Quentin - Roupy 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,4 2,2 4,2 7,6 10,3 11,9 11,8 9,8 7 3 0,9 5,7
Température moyenne (°C) 2,3 3,4 5,8 8,6 12,3 15,2 17,1 17,1 14,6 10,8 5,9 3,2 9,7
Température maximale moyenne (°C) 4,6 6,3 9,4 13 17 20,1 22,3 22,3 19,4 14,7 8,7 5,6 13,6
Ensoleillement (h) 50,4 83,5 119,6 166,8 205 209,7 219,3 205,8 161,6 118,9 69,9 47,5 1 658,2
Précipitations (mm) 57,1 47,5 57,1 50,2 63 66,2 59,5 51,6 56,7 59,1 68,1 61,1 697,1
Source : Infoclimat : Saint-Quentin (1961-1990)[14]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Voulpaix est au carrefour de deux routes départementales. La première, la D 771 arrive de Saint-Pierre-lès-Franqueville en provenance de Gercy par Saint-Gobert et elle traverse le village pour rejoindre ensuite Laigny. La deuxième route est la D 960. C'est un des axes de moyenne importance au niveau du département. Elle relie Vervins à Cambrai par Guise. Voulpaix se situe ainsi à 5,7 kilomètres de Vervins et à 16,1 kilomètres de Guise. Des petits chemins communaux relient aussi les communes d'Haution, de Gercy, de Franqueville, de Saint-Pierre-lès-Franqueville, de La Vallée-au-Blé et de Laigny.

Avec la D 960, Voulpaix se situe à 5,2 kilomètres de la RN 2 et à 17,6 kilomètres de la D 1029 (ex-RN 29). Ces deux axes sont des axes majeurs au niveau département et national. La sortie d'autoroute la plus proche du village est la sortie 13 de l'A 26 qui est à 32,6 kilomètres du village. La préfecture Laon est à 39,3 kilomètres et Paris est à 223 kilomètres.

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne Romery - Liart.

Au niveau du réseau ferroviaire, l'ancienne ligne ferroviaire de Romery à Liart a desservi la commune avec une gare, ouvert en 1912. La ligne a été en activité de 1912 à 1951, date à laquelle la ligne cesse d'être en activité ainsi que la gare. La gare, actuellement la plus proche de la commune, est celle de Vervins, située sur la ligne de La Plaine à Hirson et desservie par la ligne 5 (LaonMarle-sur-SerreHirson) du TER Picardie.

La ligne 460 du réseau de la Régie des transports de l'Aisne (RTA) traverse la commune. Elle relie HirsonVervinsSains-RichaumontSaint-Quentin[15]. Aucune ligne du réseau RTA ne permet de relier Voulpaix à Guise. Pour se rendre à Guise, deux arrêts à Sains-Richaumont sur la ligne 460 permettent de reprendre la ligne 350 reliant GuiseSains-RichaumontCrécy-sur-SerreLaon[16]. Cependant, un service de transport à la demande, dénommé Herbus, permet aux habitants de relier, des bourgs de la Thiérache vers d'autres bourgs de la même région ou du département comme Vervins, Guise, Sains-Richaumont et Hirson. Ce service a été mis en place par le pays de Thiérache en [17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le bourg de Voulpaix s'organise autour de deux routes départementales que sont la D 771 et la D 960 et qui se croisent au niveau de l'église. Depuis les années cinquante, le village a tendance à se développer du côté de la rue Fleurie et de la rue du Moulin Bleu. La commune comporte deux cimetières, l'un sit[ué autour de l'église et l'autre, ouvert en 1959, à la sortie du village sur la D 960 en allant vers Vervins. L'habitat est groupé mais il existe deux exploitations agricoles à l'écart. Il s'agit du Haut-Goulet et du Val-Fleury situées sur la route vers Vervins[18].

Cette morphologie urbaine est typique de cette partie de la Thiérache, considérée comme une zone de transition entre les grandes plaines agricoles du Laonnois et des paysages de bocage de cette région. L'habitat est groupée et concentrique comme les villages du Laonnois et du Marlois dans les vallées. En périphérie des bourgs, les constructions sont essentiellement limitées à l'agriculture. La morphologie urbaine s'organise ainsi en fonction des axes routiers et du relief avec des espaces intermédiaires vides[19].

Logement[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2012, le nombre totale de logements dans la commune était de 173 logements, dont 150 résidences principales, 9 résidences secondaires et 14 logements vacants, alors qu'il était de 166 en 2007[Insee 2].

Parmi ces logements, 86,7 % étaient des résidences principales, 5,2 % des résidences secondaires et 8,1 % des logements vacants. Ces logements étaient tous des maisons individuelles[Insee 3].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 85,3 %, en hausse sensible par rapport à 2007 (84,6 %). La part de logements HLM loués vides est inexistant comme en 2007 mais 12,7 % sont locataires de leurs domiciles principales dans le parc locatif privé et 2 % sont logés gratuitement[Insee 4].

L'âge moyen du parc immobilier est essentiellement ancien. Les constructions neuves sont moins importantes : seulement 13,9 % des résidences principales date de 1991 à 2009. Au contraire, les constructions antérieures à 1946 représentaient 61,8 % des résidences principales et 24,3 % des constructions datent de 1946 à 1990[Insee 5].

La plupart des habitations possèdent, en majorité, 3 pièces (10 %), 4 pièces (20,7 %) ou 5 pièces et plus (67,3 %). La commune ne dispose pas de petits logements avec une pièce comme en 2007 mais les logements de 2 pièce restent minoritaires (2 %). En moyenne, une habitation comporte 5 pièces au lieu de 4,8 en 2007[Insee 6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bospatium[20] au IXe siècle (dans un acte de Charles le Chauve[21]), puis sous les formes latinisées altare de Vulpasio en 1065, puis Vulpasium en 1130. De plus, elle est mentionnée sous sa forme picarde Woupais sur une carte du XIIe siècle, ainsi que sous les formes Vospaix, Vuspais, Wospais, Woulpais, Woupaix[22].

L'étymologie du nom de Voulpaix est obscure. Des auteurs comme Albert Dauzat, Charles Rostaing[23] et Ernest Nègre[24] n'ont pas traité cette question dans leurs ouvrages respectifs, sans doute parce qu’ils n'ont pas trouvé d'explication satisfaisante.

À partir de la forme Bospatium, Jacques Chaurand évoque une hésitation ou une alternance entre B et W initiaux, ensuite, le passage de B à W d'où Wospais, Woupais, etc. puis de W à V, forme moderne[25], ce qui signifie que les formes primitives ont d'abord été en B- puis en W- et que le passage à V- est postérieur. Il rejette donc les formes latinisées tels que Vulpasio, ou Vulpasium comme étant fautives et provenant des étymologies de clercs. De plus, même si dans le groupe -ul- devant consonne, le [l] s'est effectivement vocalisé en français, d'où -ou-, ce n'est pas le seul cas : le groupe -os- a aussi évolué en -ou-, comme dans « coût » (ancien français coste) ou « broutter » (anciennement broster), ce qui est tout à fait conforme à la nature des formes anciennes de Voulpaix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ruine du château de Voulpaix

Peu de trace existent avant l'attestation du nom de la localité par Charles le Chauve, mais des silex découverts sur le territoire de la commune, datant de l'époque moustérien[26],[27],[28] indique une présence humaine dans la région.

L'existence de la localité est attesté, par un acte de Charles le Chauve en 867, parlant de la donation d'une villa carolingienne, Bospatium, à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Le roi donne 70 manses avec tous les hommes et les femmes travaillant sur ces terrains à l'abbaye. Cette villa est mentionnée à nouveau en 871 sur un nouvel acte du roi à la même abbaye[21]. Ce domaine comportait également trois chapelles dans la donation[29].Le village apparaît à nouveau en 1065 sur un acte sous le nom de « Altare »[23] et l'historien régional Maximilien Melleville mentionne également qu'en 1066, l'évêque Élinand de Laon donne l'autel de l'église du village au chapitre de Saint-Jean-au-Bourg à Laon[30]. Au XIIe siècle, la localité comportait également un hospice[31]. Pendant cette période, Voulpaix est une seigneurie dépendant du comté de Marle. Cela est attesté par la charte dressée par Raoul de Coucy donné à la ville de Vervins en 1163 qui affranchit ses habitants et l'érige en commune. Des seigneurs locaux ont signé cette charte dont Mathieu, seigneur de Voulpaix.

Voulpaix est cependant un bourg comportant deux châteaux en motte féodale d'où la mention de deux fiefs par Maximilien Melleville dans son recensement des seigneurs du village[30]. Il donne une liste des seigneurs laïcs:

  •  ?-1120? : à Guy Ier de Voulpaix, qui a pour enfant Clarembaud, Mathieu et Hugues, où ce dernier devient seigneur de Beaurepaire.
  • 1120-1144?: à Clarembaud de Voulpaix qui est le fils du précédent
  • 1144-1169 : à Mathieu Ier de Voulpaix qui est le frère du précédent
  • 1180-?: Guy II de Voulpaix qui est le fils de Mathieu Ier). Celui-ci est le neveu de Godefroi de Hauteville. Il est marié avec Catherine et a pour enfants Mathieu, Hugues, Pierre et Guillaume.
  • 1236-1274 : à Mathieu II de Voulpaix qui est chevalier
  • 1324 : à Gérard de Neufmenil, qui est chevalier et également seigneur de Lerzy. Il est marié avec Luce de Lerzy
  • 1353-1363: à Jean Ier de Beaurepaire qui est écuyer
  • 13? : à Jean II de Beaurepaire
  • 1438; à Bicher le Bosseux qui est marié avec Pierrette. Il est l'héritier du précédent seigneur.

Il recense également deux seigneurs dans le second fief du village, dénommé fief de la Motte:

  • 1311: à Raoul de Coucy-Vervins
  • 1530: à Pierre de Fay qui est souligné comme bâtard de Marfontaine et avec pour femme, Marie de Monampteuil

La seigneurie de Voulpaix demeure indépendante jusqu'en 1438, selon l'historien, date à laquelle le village entre dans les possession des seigneurs de Vervins et celle-ci le reste jusqu'à la révolution française[30]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du XVIe siècle, le calvinisme commence à pénétrer en Thiérache avec deux foyers principaux basées à Lemé et Landouzy-la-Ville[32], une petite communauté protestante s'établit à Voulpaix, ayant laissé une trace dans la toponymie locale avec une rue baptisée « Rue des Protestants »[33].

Entre le XVIe siècle et le milieu du XVIIe siècle, les conflits entre les rois de France et les rois d'Espagne et la proximité de la frontière entre les Pays-Bas espagnols et la France entrainent la fortification des églises par les communautés villageoises, dont celle de Voulpaix, face aux risques de pilleurs espagnols et des campagnes militaires menées dans la région par les Espagnols[34].

En 1598, la signature de l'édit de Nantes et la paix de Vervins permettent de ramener le calme dans la région et à Voulpaix. Lors de la guerre franco-espagnole de 1635 à 1659, Turenne s'installe dans le village le , avec ses troupes, pour reprendre la ville de Vervins, aux mains des troupes espagnoles depuis l'été 1652. Celle-ci est reprise rapidement en deux jours, puis il repart avec ses soldats[35].

La révocation de l'édit de Nantes par l'édit de Fontainebleau en 1685 entrainent la fuite des huguenots vers l'étranger, mais certains décident de rester et de pratiquer leur culte en secret. Une correspondance du comte de Pontchartrain adressé à l'intendant de la généralité de Soissons en 1703 demande au nom du roi un procès contre des Voulpaisiens qui se sont rebellés contre un messager du roi. Celui devait arrêter une nouvelle convertie[36].

Sous l'Ancien Régime, Voulpaix se situait dans la province de Picardie. Elle relevait également de la généralité de Soissons, du bailliage et élection de Laon. Elle faisait partie du diocèse de Laon.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, Voulpaix fut alors érigé en commune indépendante avec un hameau qui s'appelait « la Vallée aux Bleds ». La commune est rattachée au canton de Vervins dans le district du même nom. Lors de la création des arrondissements, le , la commune est rattachée à l'arrondissement de Vervins.

Le , le hameau de « la Vallée aux Bleds »[37] est érigé en commune, le territoire communal est amputé pour former la nouvelle commune.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, le village fut occupé par les troupes ennemies en . Avec le traité de Francfort, les Prussiens quittent Voulpaix en pour rejoindre l'Allemagne.

En , la France déclare la guerre à l'Allemagne. À la fin du mois, une bataille eut lieu dans la région. C'est la bataille de Guise où son front s'étend jusqu'à Voulpaix. Après cette bataille, la commune sera occupée jusqu'à la fin de la guerre.

Le , la matrice cadastrale établit la superficie de la commune. Celle-ci est de 1113 ha 38 a 33 ca, il résulte que 172 ha 38 a 40 ca auraient été distraits au profit de La Vallée-au-Blé lors de son érection en commune.

Lors de la débâcle de , la commune fut de nouveau occupée et fit partie de la zone de peuplement allemand décidée lors de l'armistice avec les Allemands. Cette zone interdisait le retour des réfugiés. Voulpaix est libéré le par les Américains.

Depuis la 2e guerre mondiale, Voulpaix a connu une désertification des services au profit de Vervins. En , la commune est rattaché au canton de Marle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, la commune est rattachée au canton de Marle, même si elle l'a contesté devant le Conseil d'État[38]. Avant ce redécoupage, elle faisait partie du canton de Vervins. À l'issue du second tour des élections départementales de 2015, Isabelle Ittelet (UDI) et Pierre-Jean Verzelen (Les Républicains) sont élus conseillers départementaux du canton de Marle[39].

Voulpaix est rattachée à l'arrondissement de Vervins et à la 3e circonscription de l'Aisne. Le député de cette circonscription, élu le 17 juin 2012, est Jean-Louis Bricout, PS[40].

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

L'électorat voulpaisiens n'a pas un choix constant dans ses votes politiques puisqu'il suit deux attitudes différentes, mais il se mobilise plus que la moyenne nationale. Lors des élections présidentielle et européenne, le choix de l'électorat reflète très souvent le résultat final du scrutin tandis que celui-ci fait un choix plutôt à gauche pour des élections législatives, cantonales et régionales. Seulement, depuis la dernière élection présidentielle de 2012, le FN effectue une percée et bouleverse le schéma électoral traditionnel[Note 6]. Il est même arrivé en tête lors des élections européennes de 2014[41] et au premier tour des élections régionales de 2015[42].

Élections présidentielles les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy, UMP, élu, avait obtenu 55,08 % des suffrages et Ségolène Royal, PS, 44,92 % des suffrages ; le taux de participation était de 86,75 %[65].

Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012, François Hollande, PS, élu, avait recueilli 52,47 % des suffrages et Nicolas Sarkozy, UMP, 47,53 % des suffrages ; le taux de participation était de 89,07 %[66].

Élections locales les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections départementales de 2015, le binôme Isabelle Ittelet (UDI) et Pierre-Jean Verzelen (UMP), élu, avait obtenu 61,76 % des suffrages et le binôme Romain Dumand et Marie-Jeanne Parfait, FN, 38,24 % des suffrages ; le taux de participation était de 62,15 %[67].

Lors du second tour des élections régionale de 2015, la liste de Xavier Bertrand, Les Républicains, élu, avait recueilli 53,22 % des suffrages et la liste de Marine Le Pen, FN, 46,78 % des suffrages ; le taux de participation était de 58,93 %[68].

Élections municipales les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2008, sur les 11 conseillers municipaux, 8 ont été élus dès le premier tour et 3 ont été élus au second tour; le taux de participation était de 87,99 % dès le premier tour et de 83,12 % au second tour[69].

Lors des élections municipales de 2014, les 11 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 71,50 %[70].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants lors du dernier recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[71], à la suite des élections de 2014[Note 7] comme ceux de 2008[Note 8]. Le maire actuel de la commune est Jean-Paul Renaux, SE, depuis mars 2008, accompagné de deux adjoints élus par le conseil municipal. Elle porte également le code commune 02826[Insee 1].

Conseil municipal de Voulpaix (2014-2020)
Chef de file lors des élections Effectif Statut
Jean-Paul Renaux 11 majorité

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Voulpaix.

Le nombre des maires de Voulpaix qui se sont succédé depuis 1947 sont au nombre de quatre, d'où les noms ci-dessous :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1947 mars 1965 Gaston Louvet   Agriculteur (1894-1988)
mars 1965 juin 1995 Guy Renaux   Agriculteur (1923-2011)
juin 1995 mars 2008 Michel Degardin   Professeur d'anglais retraité
mars 2008 en cours
(au 10 janvier 2016)
Jean-Paul Renaux DVD Clerc de notaire retraité et fils de l'ancien maire Guy Renaux
Réélu pour le mandat 2014-2020[72]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin de 2009, les habitants de Voulpaix relevaient de la juridiction du tribunal d'instance de Vervins. La réforme de la carte judiciaire, mise en place le 1er janvier 2010 a supprimé le tribunal d'instance de Vervins, le tribunal d'instance de Laon qui est également le tribunal de grande instance du département, prend la compétence de Vervins. À l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel, ces juridictions siègent à Amiens, préfecture de la Somme[73]. En matière de commerce, les habitants de Voulpaix relevaient également de la juridiction du tribunal de commerce jusqu'à la fin 2008, mais la réforme de la carte judiciaire a supprimé cette juridiction pour la rattacher au tribunal de commerce de Saint-Quentin au 1er janvier 2009[74].

La commune de Voulpaix est du ressort de la circonscription de gendarmerie de la brigade de proximité de Vervins[75].

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Voulpaix fait partie de la communauté de communes de la Thiérache du Centre (CCTC) depuis sa création le , regroupant 68 communes des cantons de Marle et de Vervins, situés dans l'arrondissement de Vervins. L'organisme intercommunal intervient dans plusieurs domaine: Action sociale, tourisme, développement et aménagement social et culturel, développement et aménagement économique, assainissement, traitement et collecte des déchets, etc[76].

Le SIVOM du canton de Vervins assure également des compétences d'action sociale et d'activité péri-scolaire. Fondé le , elle regroupe les 24 communes du canton de Vervins, rattachés avant le redécoupage cantonal de 2014, avec la commune d'Étréaupont[77].

Le Syndicat des eaux de Le Sourd s'occupe essentiellement du traitement, de l'adduction et de la distribution en eau des commune membres. Le SIVU a été créé le pour permettre l'acheminement en eaux, avec la création d'un réseau d'eau courante dans les cinq communes membres, depuis le château d'eau situé sur la commune de La Vallée-au-Blé[78].

La commune est également membre de deux regroupements s'occupant essentiellement de l'entretien des cours d'eau, celui du syndicat intercommunal pour la gestion du bassin versant de l'Oise Amont[79] et syndicat intercommunal d'aménagement et de gestion du Vilpion amont et de ses affluents[80].

Le syndicat de scolarisation de Vervins et des communes environnantes sert essentiellement au financement et à la scolarisation en primaire dans les établissements scolaires des communes membres. Créé le , Voulpaix rejoint le SIVU en 2003, à la suite de la fermeture de la dernière classe de son école primaire[81].

Voulpaix est membre de l'Union des secteurs d'énergie du département de l'Aisne (USEDA), regroupant quasiment l'ensemble des communes du département de l'Aisne. Il a pour mission de s'occuper de l'enfouissement des câble du réseau téléphonique, de l'entretien du réseau d'éclairage publique et de l'organisation du service public de la distribution électricité[82],[83].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ce domaine de compétence est pris en charge essentiellement par la communauté de communes de la Thiérache du Centre pour l'ensemble de la commune sauf pour l'eau potable.

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

L'alimentation en eau potable de Voulpaix et de quatre autres communes est assurée par le syndicat des eaux de Le Sourd. Elle est entièrement mutualisée, à partir d'un forage, exploitant une nappe du Turonien ou Cénomanien[84]. En juillet 2014, 654 abonnées étaient raccordés à ce réseau et Véolia, par délégation de service, assure la distribution[85].

L'assainissement des eaux usées de la commune est assuré, de manière non-collective, par des fosses septiques dans chaque maisons individuelles[86].

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Une déchèterie, sur le territoire de la commune de Vervins, est accessible aux habitants de Voulpaix comme des autres localités de la communauté de communes. Une autre déchèterie de la communauté de commune est également accessible sur le territoire de la commune de Sains-Richaumont[87]. Les déchets ménagers recyclables ou non, sont collectés en porte-à-porte de manière hebdomadaire[88].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente quelques éléments sur des finances locales de Voulpaix, durant une période de dix ans[89] :

Comptes de la commune de Voulpaix de 2004 à 2014
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 250 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
Années Résultat comptable Besoin (Besoin) ou capacité (Capacité) de
financement des investissements
Capacité
d'autofinancement (CAF)
Voulpaix Moyenne de
la strate
Voulpaix Moyenne de
la strate
Voulpaix Moyenne de
la strate
2004
61 137 Besoin 104 Capacité 4 139 321
2005
92 145 Besoin 2 Capacité 9 161 353
2006
80 158 Capacité 35 Capacité 3 186 382
2007
38 165 Capacité 213 Besoin 14 437 396
2008
131 166 Besoin 151 Capacité 16 417 427
2009
77 164 Besoin 184 Besoin 3 239 444
2010
93 168 Capacité 117 Capacité 15 254 488
2011
130 191 Capacité 44 Besoin 5 398 521
2012
164 160 Besoin 164 Besoin 1 342 452
2013
129 147 Capacité 127 Besoin 11 393 451
2014
74 141 Capacité 60 Capacité 19 74 150

Quelques remarques peuvent être faites, en comparant Voulpaix aux autres communes de la même strate (communes de 250 à 500 habitants)[Note 6]. Le résultat comptable[Note 9] et la capacité d'autofinancement[Note 10] évoluent de manière assez comparable, sans qu'aucune de leurs valeurs soient particulièrement remarquables. La capacité de la commune à financer ses investissements[Note 11] subit les mêmes fluctuations que la moyenne de sa strate, avec toutefois une amplitude plus forte.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

Avant la mise en place des recensements individuels, les registres paroissiaux de Voulpaix, connus à partir de 1697[91], indiquent une population de 197 feux en 1709[92], soit environ 985 habitants habitants[Note 12]. Ce chiffre de 197 feux reste stable pendant tout le long du XVIIIe siècle comme en 1720[93], en 1753[94] et en 1766[95]

Le premier recensement individuel connu commence en 1793 où Voulpaix compte 1 035 habitants. La population continue de progresser jusqu'en 1836 pour se stabiliser, même si celle-ci connait un pic en 1821 avec 1 211 habitants, mais l'érection du hameau de La Vallée aux Bleds en commune indépendante en 1829, ampute Voulpaix d'environ 200 habitants soit 982 habitants au recensement de 1831. Comme l'évolution de la population de la plupart des communes rurales française, Voulpaix connait un exode rural, amorcé dès les années 1860. Celui-ci connait une amplification dès 1880 pour arriver à une stabilisation dès les années 1920, hormis une baisse en dessous de 500 habitants en 1921 et 1946 à cause des deux guerres mondiales qui viennent de se terminer. Depuis les années 1970, l'évolution de la population amorce une nouvelle pour arriver à 368 habitants au recensement de 1999. Depuis le recensement de 2007, Voulpaix semble connaitre un nouvel accroissement de sa population avec 392 habitants en 2007 et 417 habitants en 2012.

En 2013, la commune comptait 416 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 13],[Note 14].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 035 1 110 1 119 1 211 982 1 075 1 027 1 048 1 063
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012 1 015 978 937 937 824 742 702 653
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 607 556 464 514 547 559 442 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
528 516 503 434 404 368 392 396 417
2013 - - - - - - - -
416 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[96] puis Insee à partir de 2004[97].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2012, sur les 417 habitants de Voulpaix, 49,88 % sont des hommes et 50,12 % sont des femmes.

Pyramide des âges à Voulpaix en 2012 en pourcentage[Insee 7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,7 
75 à 89 ans
7,2 
13,5 
60 à 74 ans
15,3 
22,6 
45 à 59 ans
17,7 
21,6 
30 à 44 ans
21,1 
16,3 
15 à 29 ans
18,2 
19,2 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges de l'Aisne en 2012 en pourcentage[Insee 8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,4 
75 à 89 ans
10,1 
14,4 
60 à 74 ans
14,9 
21,2 
45 à 59 ans
20,3 
19,2 
30 à 44 ans
18,5 
17,9 
15 à 29 ans
16,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,6 

Variation annuelle de la population et taille des ménages entre 1968 et 2012[modifier | modifier le code]

L'évolution de la population voulpaisienne sur la période 1968-2012 est surtout calquée sur son solde migratoire, très négatif jusqu'à la fin du XXe siècle qui est devenu positif lors des deux derniers recensements en 2007 et 2012. Le solde naturel n'offre aucune tendance claire[Insee 9],[Note 15].

Sur la même période, la diminution de la taille des ménages est notable, 2,8 personnes en 2012 au lieu de 4 personnes en 1968[Insee 10].

Soldes de variation annuelle de la population de Voulpaix
exprimés en pourcentages.
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2007 2007 - 2012
Taux de variation annuel de la population - 0,4 - 2,1 - 0,9 - 1,0 + 0,8 + 1,2
Solde naturel + 0,6 + 0,3 + 0,1 + 0,3 + 0,2 + 0,4
Solde migratoire - 1,0 - 2,3 - 1,0 - 1,4 + 0,6 + 0,8

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Voulpaix est rattachée à l'académie d'Amiens. Cette académie fait partie de la Zone B pour son calendrier de vacances scolaires.

Aucun établissement d'enseignement n'est présent à Voulpaix depuis la fermeture de l'école primaire de la commune en 2003. Le syndicat de scolarisation de Vervins et des communes environnantes[98], un Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) auquel la commune a adhéré en 2003, assure la scolarisation, au niveau de l'enseignement primaire à Vervins, des enfants des seize communes adhérentes dans trois établissements différents[99]. Deux écoles s'occupent en 2016 de 156 élèves de maternelle, 55 élèves[100] et 101 élèves[101]. Le dernier regroupe l'ensemble des 241 élèves du cours élémentaire du regroupement[102]. L'enseignement primaire est aussi assuré par un établissement privée situé également à Vervins[103].

Deux collèges se trouve l'un à Vervins pour le public[104] et l'autre à Fontaine-lès-Vervins pour le privé[105]. Le Lycée en France public d'enseignement général[106] et d'enseignement technique[107], le plus proche, est situé à Hirson. Un lycée privé d'enseignement général[108] et d'enseignement technique[109] est aussi présent à Fontaine-lès-Vervins.

Les établissements d'enseignement supérieur sont tous situés à Amiens ou dans quelques villes de la région comme Beauvais, Compiègne, Saint-Quentin, Laon et Soissons. La proximité de Reims[Note 16], par rapport à Amiens[Note 17], permet également un attrait des élèves vers ces établissements supérieurs. Dans le domaine agricole, le Lycée agricole de la Thiérache, situé à Fontaine-lès-Vervins, prépare des diplômes du baccalauréat professionnel et du brevet de technicien supérieur (BTS, Bac+2)[110].

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Quatre associations ont leur siège social dans la commune de Voulpaix. Le comité d'animation, s'occupent des manifestations culturelles et festivités de la commune.

Trois associations opèrent dans le domaine sportif, le Foot Club de Voulpaix (FCV), le club de football de la commune affilié à la FFF[111]; le Tennisclub, l'association de tennis de la commune non-affilié à la FFT et l'Union cycliste Voulpaisien et de la Thiérache (UCVT), dit le Tiot Vélo, regroupant des pratiquants du cyclotourisme de la commune et de la région[112].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Deux manifestations importantes ont lieu chaque année sur la commune. La fête communal est organisé lors du week-end de la Pentecôte avec des soirées et des activités de manèges prévus. Le 3e dimanche de septembre a lieu la brocante annuel de la commune. Ceux-ci sont organisé par le comité d'animation de la commune comme les festivités du 14-Juillet, dernière manifestation importante de la commune.

Le Tiot Vélo organise le 3e dimanche de juin, sa randonnée annuelle « Au cœur de la Thiérache », proposant plusieurs parcours balisées, ouvertes à tous.

Équipements sportifs, culturels et de loisir[modifier | modifier le code]

Plusieurs plans d'eau artificiel payants, géré par la pisciculture de la commune, sont ouverts au public pour pratiquer la pêche. Le terrain de football de la commune sert essentiellement aux entrainements et au match du club de football de la commune. Un terrain de tennis est également présent, mais celui-ci est géré par le Tennisclub de Voulpaix.

D'autres équipements sportifs et loisirs se situent à Vervins pour l'athlétisme, le rugby, la musique, la dance... Pour la natation, des piscines sont présentes à Guise, à Hirson et à Marle.

Santé et service d'urgence[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2016, aucun médecins généraliste n'exercent sur la commune de Voulpaix. Les praticiens les plus proches exercent à Vervins. Il en est de même pour l'officine pharmaceutique. Quelques médecins spécialisés sont présent également à Vervins pour la dermatologie, la podologie, pour la gynécologie. Pour d'autres médecins spécialistes, il faut se rendre à Laon, ou à Fourmies ou à Hirson. Dans le domaine dentaire, le dentiste le plus proche se situe à Vervins. Dans le domaine paramédicale, une infirmière exerce sur la commune et des kinésithérapeute sont présent à Vervins.

L'hôpital le plus proche est à Vervins, mais celui-ci ne pratique aucune chirurgie et sert surtout à la convalescence. Pour les urgences et la chirurgie, le centre hospitalier le plus proche est celui d'Hirson, voir de Laon pour certains cas. Les deux EHPAD les plus proches se situent l'un à Vervins et l'autre à La Vallée-au-Blé.

Pour la sécurité en matière d'incendie et de sauvetage, les pompiers du centre de secours de Vervins, rattaché au SDIS de l'Aisne, sont compétent[113].

Médias et télécommunication[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional L'Union consacre quelques pages de son édition de l'Aisne, à l'actualité d'Hirson et de la Thiérache[114]. Le quotidien départemental L'Aisne nouvelle parle également de l'actualité de Vervins et de ses environs dans son édition sur la région de Saint-Quentin et de la Thiérache[115]. La Thiérache est l'hebdomadaire d'informations locales sur Vervins et la Thiérache sauf Hirson et sa région[116]. Le Démocrate de l'Aisne, dernier hebdomadaire en France imprimé avec des caractères en plomb, annonce aussi l'actualité de Vervins et de son arrondissement.

Parmi les chaines de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) accessibles à tous les habitants de Voulpaix, depuis l'émetteur d'Hison-Landouzy situé à Landouzy-la-Ville, France 3 Picardie relaient les informations locales. Parmi les nombreuses stations de radio disponibles, on peut citer France Bleu Picardie et Écho FM[117], basée à Anor, plus spécialement dédiée à la musique et aux informations locales du Sud-Avesnois et de la Thiérache.

En 2016, l'internet haut débit via la technique ADSL 2+ est possible pour tous les abonnés à un réseau de téléphonie fixe depuis le NRA installée sur la commune ou celui de Vervins[118].

Cultes[modifier | modifier le code]

Église de la commune (XVIIe siècle)

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Sainte-Anne en Thiérache, au sein de la zone de Thiérache, lui-même partie du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin, au même titre que les quarante-deux autres paroisses[119]. En 2016, l'église Saint-Quentin de Voulpaix est l'un des lieux de culte de cette paroisse et des offices y sont célébrés en alternance avec les autres églises paroissiales[120]. Monseigneur Renauld de Dinechin est à la tête du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin depuis 2015[121].

Pour les protestants, le temple le plus proche se situe à Landouzy-la-Ville, faisant partie de l'Église protestante unie de France. Pour le judaïsme, la synagogue la plus proche est celle de Saint-Quentin. Pour l'Islam, la mosquée la plus proche est celle de Laon.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2012, le revenu disponible médian par unité de consommation (UC) est de 17 511 € sur les 146 ménages fiscaux de la commune[Insee 11]. Les revenus de la population de Voulpaix est en dessous de la moyenne nationale situé à 19 786 €[Insee 12], mais elle se situe juste en-dessous de la moyenne départementale à 17 766 €[Insee 13].

À titre de comparaison, Voulpaix se place au 26 942e rang parmi les 32 932 communes de plus de 49 ménages et plus[Insee 14].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres clé de l'emploi à Voulpaix et leur évolution sur les cinq dernières années[Insee 15],[Insee 16]

Structure de la population active de Voulpaix (02)
entre 2007 et 2012.
Voulpaix (2007) Voulpaix (2012) Évolution
Population de 15 à 64 ans 256 281 + 9,8 %
Actifs (en %) 67,3 68,8 + 1,5  %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 57,7 62,9 + 5,2 %
Chômeurs (en %) 9,6 5,9 - 3.9 %
Évolution de l'emploi à Voulpaix (02) en 2007 et 2012.
Voulpaix (2007) Voulpaix (2012) Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 63 48 - 31,25 %
Indicateur de concentration d'emploi 39,0 29,6 - 31,76 %

Sur cinq ans, la population potentiellement active (habitants âgés de 15 à 64 ans) de Voulpaix a fortement augmenté. Son taux d'emploi s'est amélioré et le taux de chômage a diminué également. Le nombre d'emplois dans la zone (« offre ») a largement diminué et le nombre mais le nombre d'actifs (« demande ») a augmenté, ce qui à conduits à une dégradation de l'indicateur de concentration d'emploi; seuls 29 emplois sont proposés pour 100 actifs[Note 6].

En 2012, les actifs résidant à Voulpaix travaillent en très grande majorité dans une autre communes du département (81,6 %), soit les trois quarts ; 3 % travaillent hors du département, voire de la région. Ils ne sont que 14,7 % à occuper un emploi dans leur commune de résidence. Par rapport à 2007, le nombre de travailleurs dans une autre commune du département est en progression de 10,2 % tandis que ceux travaillant hors du département et de la région observe une diminution de 2 %. Les actifs travaillant dans la commune ont fortement diminué de 8,7 %[Insee 17].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Voulpaix selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 18] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 24 100,0 14 10 0 0 0
Agriculture, sylviculture et pêche 10 41,7 6 4 0 0 0
Industrie 3 12,5 0 3 0 0 0
Construction 2 8,3 2 0 0 0 0
Commerce, transports, services divers 6 25,0 4 2 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 1 4,2 0 1 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 3 12,5 2 1 0 0 0
Champ : ensemble des activités.

Toutes les entreprises implantées à Voulpaix sont en 2013 des très petites entreprises (TPE) employant au maximum 9 salariés — les 10 entreprises concernées n'emploient au total que 32 salariés — mais la majorité d'entre elles (58,34 %) sont des entreprises individuelles sans recours à la main d'œuvre salariale[Insee 19]

Agriculture et pisciculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Voulpaix, observées sur une période de 22 ans[122] :

Évolution de l’agriculture à Voulpaix (02)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 19 10 7
Équivalent Unité de travail annuel 26 15 11
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 1 035 655 657
Cheptel (nombre de têtes) 1219 760 909
Terres labourables (ha) 546 388 393
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 54,48 65,5 93,86

Si Voulpaix reste une commune agricole, puisque quasiment la moitié des établissements actifs opèrent dans ce domaine en 2012, le nombre d'exploitation a diminué de 63,15 % depuis 1988. En contrepartie, et même si la SAU a diminué de presque la moitié entre 1988 et 2010, la surface moyenne des exploitations approche en 2010 de la centaine d'hectares. L'agriculture communale, spécialisée dans la culture des céréales et des oléagineux, conserve une activité d'élevage non négligeable et le cheptel est même en augmentation sur la dernière décennie. Ce type d'activité peut employer aucune main d'œuvre salariée : seul le chef d'exploitation travaille sur sa ferme[Note 6].

En lien avec l'agriculture, une entreprise d'activités de soutien aux cultures, est présent sur la commune[123]. Une exploitation d'aquaculture en eau douce est également installée à Voulpaix. La pisciculture dispose de plusieurs étangs pour mener son activité, dont certains sont ouvert au public pour la pratique de la pêche[124].

Entreprises, commerces, services et tourisme[modifier | modifier le code]

Peu d'artisan sont installés sur la commune, avec une entreprise de transport logistique disposant d'un local sur la commune. Ce sont surtout des services destinés, aux particuliers, qui se sont développés avec une coiffeuse, un garagiste et un boulanger.

Pour le tourisme, Voulpaix ne dispose pas de lieu d'accueil et d'hébergement[Insee 20], même si l'église est une églises fortifiée de Thiérache, non classée aux monuments historiques.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Quentin de Voulpaix.

L'église de Voulpaix est une des églises paroissiales de Sainte-Anne-en-Thiérache. L'édifice est construit au XIIe siècle avant d'être fortifiée au XVIIe siècle. Ainsi l'édifice religieux est une église fortifiée de Thiérache qui est non classée au monument historique. Le saint patron de l'église est saint Quentin dont une relique est présente dans l'église. Avec l'église, le village a deux cimetières dont l'un autour de l'église et l'autre à l'extérieur du village sur la D 960.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de la commune se situe en face de l'église. Il commémore la mémoire des jeunes du village morts lors de la Première Guerre mondiale et de la Deuxième Guerre mondiale. Les morts de Voulpaix de la Seconde Guerre mondiale sont des déportés. Des cérémonies de commémoration sont effectuées le 11 novembre, le 8 mai, le 14 juillet, le 18 juin et lors de la journée des déportés.

Château[modifier | modifier le code]

Le château de Voulpaix n'existe plus aujourd'hui mais il reste des vestiges du château. Elle est visible sur les photos aériennes du village. Le château à l'origine est un château de la motte. Elle fut le lieu où vécurent les seigneurs de Voulpaix jusqu'en 1438. Le château va se dégrader lentement avant d'être détruit lors de la Révolution française. Les dernières parties restantes du château furent détruite en 1836

Ancienne gare[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Voulpaix.

La gare de Voulpaix se situait sur la ligne de Romery à Liart. Cette gare sera ouverte de 1912 à la fermeture de la ligne en 1951. En 1954, la gare devient la mairie du village avant de déménager dans un nouveau local en 1975. Aujourd'hui, c'est une propriété de la commune et elle est louée à un particulier.

Mairie[modifier | modifier le code]

Mairie de Voulpaix

Installée d'abord à côté de l'école du village et sur la place de l'église au début des années 1900, la mairie déménagea en 1954 par décision du conseil qui loua la gare à la compagnie de chemin de fer avant de racheter en 1960. Celle-ci resta à la gare jusqu'en 1975, date à laquelle, elle s'installa dans un nouveau local construit dans le même bâtiment que la nouvelle salle des fêtes du village. En 2004, le conseil municipal décida de déménager pour aller dans les locaux scolaire, inutilisé depuis la fermeture de l'école en 2003. Grâce aux subventions, les travaux des nouveaux locaux commence à partir du . Ces travaux se sont terminés en . Les Voulpaisiens découvrirent les nouveaux locaux de la mairie lors des élections européennes avant qu'elle soit inaugurée[125] le en présence du maire, du président du conseil général de l'Aisne, du député, de la sous-préfète, Mme Élodie Shes et de nombreux habitant de la commune.

Salle des fêtes[modifier | modifier le code]

En 1945, la salle des fêtes se situait dans un autre bâtiment que les locaux actuels. En 1961, la commune vendit le bâtiment de la salle des fêtes à l'entreprise du village. Au début des années 1970, la commune décida de la construction d'un nouveau bâtiment pour accueillir la salle des fêtes et la mairie. Ces travaux se sont terminés en 1975 et le bâtiment est inauguré la même année. Avec le déménagement de la mairie dans les locaux scolaires en 2009, des travaux sont entrepris pour agrandir cette salle pour se terminer pour la fin du premier semestre 2012.

Étang[modifier | modifier le code]

L'étang de Voulpaix appartient à la pisciculture de Voulpaix mais le lieu est ouvert au pêcheur avec expérience et il est payant pour pêcher. les poissons doivent ^tre remis à l'eau, de même que les poissons-chats. Dans cet étang on trouve du silure, des sandres, des brochets, des perches, des tanches, des brèmes et du poisson blanc.

Lavoirs[modifier | modifier le code]

Les lavoirs de Voulpaix sont des retenues d'eau de petits ruisseaux pour laver autrefois le linge des habitants. Aujourd'hui, ils ne sont plus utilisés mais ce sont des éléments décoratifs entretenus par la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Émile Faucheux[modifier | modifier le code]

Émile Faucheux[126] est né le à Haution sous les prénoms de Léon, Émile, Albin Faucheux. Après sa naissance, ses parents viennent s'installer à Voulpaix. Il aimait collectionner les armes à feu de la première guerre d'où son arrestation par les nazis pour détention d'arme à feu vide sur lui. Il est emmené à Compiègne. Il est déporté à Buchenwald le où il meurt le . Aujourd'hui, la place de l'église porte le nom de place Émile-Faucheux en son honneur, un portrait de lui est affiché à la mairie et son nom est inscrit au monument aux morts du village. Depuis la publication du JO du , il est apposé sur son acte de décès le terme de « mort en déportation »[127].

Marcel Serent[modifier | modifier le code]

Marcel Serent[128] est né le à Voulpaix. Il y grandit et en 1944, il est dénoncé aux nazis et arrêté pour être emmené à Compiègne. Il part dans le même convoi qu’Émile Faucheux pour Buchenwald. À son arrivée, il est emmené dans des camps de travail pour travailler jusqu'à la libération du camp. Il rentre à Voulpaix le . Après la déportation, il devient conseiller municipal de Voulpaix et sera dans l'opposition au maire sortant jusqu'à sa mort en 1966. Aujourd'hui, une rue porte le nom de rue Marcel-Serent, un portrait de lui est affiché à la mairie et son nom est inscrit au monument aux morts du village.

Robert Lécuyer[modifier | modifier le code]

Robert Lécuyer est né le à Voulpaix. Médecin neuropsychiatre et psycho-pédagogue, il est membre titulaire de la Société médico-psychologique et de la Société de neuropsychiatrie infantile (SFPEADA), où il continue régulièrement à communiquer ; et chevalier de l’ordre du Mérite. Depuis sa thèse sur la trisomie 21 (Le Mongolisme, Lille 1957-58, avec deux éditions japonaises), il a particulièrement travaillé sur les actions psycho-pédagogiques permettant la plus valable intégration sociale des personnes gravement handicapées mentales, devenant depuis 1961, un des concepteurs-théoriciens des centres d’aide par le travail très ouverts (c’est-à-dire acceptant même les très peu performants) reconnu internationalement (une centaine de publications).

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Aisne. Les 816 communes, Édition Delattre, 2008.
  • Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, Auguste Matton, 1871
  • Dictionnaire historique du département de l'Aisne. Tome II (de L à W), Maximilien Menneville, 1865

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Vervins, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Vervins », sur le site Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  2. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Marle, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Marle », sur le site Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  3. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Laon, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Laon », sur le site Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  4. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Lille, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Lille », sur le site Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  5. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Paris, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Paris », sur le site Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  6. a, b, c et d Ces remarques ne résultent pas d'une analyse statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  7. Le chiffre de la population officiellement retenu pour l'élection municipale de 2014 était celui du recensement 2011, soit 411 habitants pour Voulpaix.
  8. Le chiffre de la population officiellement retenu pour l'élection municipale de 2008 était celui du recensement 1999, soit 368 habitants pour Voulpaix.
  9. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  10. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[90].
  11. Le besoin ou capacité de financements des investissements est la différence entre les ressources et les emplois d'investissement ; si les ressources sont supérieures aux emplois, on parle de capacité de financement ; des emplois supérieurs aux ressources expriment un besoin de financement.
  12. Sous l'Ancien Régime, le feu désigne un foyer pour dénombrer la population et servir à la fiscalité. Pour estimer, le nombre d'habitants, certains appliquent le coefficient multiplicateur de 5, même si cela n'est pas une règle, mais un indicateur moyen. Ici, le coefficient utilisé est de 5.
  13. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  14. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  15. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent apparaître inexacts.
  16. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Reims, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Reims », sur le site Lion 1906 (consulté le 23 janvier 2016).
  17. L’orthodromie considérée, séparant Voulpaix de Amiens, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Voulpaix et Amiens », sur le site Lion 1906 (consulté le 23 janvier 2016).

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche communale » (consulté le 8 janvier 2016).
  2. « LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie », sur insee.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015).
  3. « LOG T2 - Catégories et types de logements », sur insee.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation », sur insee.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « LOG T7 - Résidences principales selon la période d'achèvement », sur insee.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces », sur insee.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015).
  7. « Pyramide des âges de Voulpaix, en 2012 » (consulté le 13 janvier 2016).
  8. « Pyramide des âges de l'Aisne en 2012 » (consulté le 13 janvier 2016).
  9. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 13 janvier 2016).
  10. « FAM G1M - Évolution de la taille des ménages » (consulté le 13 janvier 2016).
  11. « Insee - Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2012 - Voulpaix » (consulté le 24 janvier 2016).
  12. « Insee - Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2012 - France Métropolitaine » (consulté le 24 janvier 2016).
  13. « Insee - Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2012 - Aisne » (consulté le 24 janvier 2016).
  14. « Revenus et pauvreté des ménages en 2012 » (consulté le 24 janvier 2016)
  15. « EMP T1 - Population de 14 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 24 janvier 2016).
  16. « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 24 janvier 2016).
  17. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone » (consulté le 24 janvier 2016).
  18. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Voulpaix (02) au 31 décembre 2013 » (consulté le 24 janvier 2016).
  19. « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2013 » (consulté le 24 janvier 2016).
  20. « Chiffes clés - Tourisme 2013 » (consulté le 23 mars 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Vladimír Buben, Influence de l'orthographe sur la prononciation du français moderne, Universum, 241 pages, 1935.
  2. Revue internationale d'onomastique
  3. « Nom des habitants des communes françaises, Voulpaix », sur www.habitants.fr, SARL Patagos (consulté le 4 avril 2012).
  4. BRGM, « Notice de la carte géologique n°66 de Vervins au 1/50000 » [PDF],‎ (consulté le 25 juillet 2015).
  5. Amédée Piette et Léandre Papillon, « La Thiérache, Recueil de document concernant l'histoire, les Beaux-arts, les sciences naturelles et l'industrie de cette ancienne subdivision de la Picardie : Volume II » [PDF], Vervins, Imprimerie de A. Flem, lithographe,‎ (consulté le 25 juillet 2015), p. 122-123.
  6. BRGM, « Zonage sismique sur planseisme.fr » (consulté le 28 juillet 2015).
  7. a et b « Bouquet prévention risques majeurs sur prim.net de Voulpaix », sur www.prim.net (consulté le 28 juillet 2015).
  8. « Bouquet prévention risques majeurs sur prim.net de Saint-Algis », sur www.prim.net (consulté le 28 juillet 2015).
  9. Bornes géodésiques et repères de nivellement IGN de Voulpaix sur Géoportail (consulté le 28 juillet 2015).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Beaurepaire (H0115000) » (consulté le 28 juillet 2015)
  11. Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt du Nord-Pas-de-Calais, « Le Hainaut et la Thiérache » [PDF], sur https://www.yumpu.com/ (consulté le 25 janvier 2016).
  12. « Fiche d'information de la station climatique de Saint-Quentin », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 28 juillet 2015).
  13. « Fiche d'information de la station climatique de Fontaine-lès-Vervins », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 28 juillet 2015).
  14. « Relevé Saint-Quentin - Roupy 1961-1990 », sur www.infoclimat.fr (consulté le 28 juillet 2015).
  15. « Horaires de la ligne 460 de la RTA », sur cita.asso.fr (consulté le 7 avril 2012).
  16. « Horaire de la ligne 350 », sur cita.asso.fr (consulté le 7 avril 2012).
  17. « Transport à la demande du Herbus », sur cita.asso.fr (consulté le 7 avril 2012).
  18. Carte topographique IGN de Voulpaix sur Géoportail (consulté le 28 juillet 2015)..
  19. Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement de l'Aisne, « Paysage de l'Aisne - Centre et Nord du département » [PDF], sur picardie.developpement-durable.gouv.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2015), p. 166.
  20. Nouvelle revue d'onomastique n°41-42, (lire en ligne), p. 109
  21. a et b Dom. Jacques Bouillart, Histoire de l'Abbaye royale de Saint Germain des Prez, Paris, Chez Grégoire Dupuis, (lire en ligne), p. XVIII.
  22. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 301.
  23. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  24. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1-4, Librairie Droz, Genève
  25. « À propos du nom de Voulpaix », Revue internationale d'onomastique, mars 1959. Extrait de la Revue d'onomastique internationale
  26. Présence de silex à Voulpaix
  27. Société archéologique de Vervins et de la Thiérache, 1978, consulté le 16 juillet 2012
  28. Gallia préhistoire, Volume 22, numéro 2, 1979, consulté le 16 juillet 2012
  29. Dom Jean Becquet (dir.), Revue Mabillon - Janvier-Juin 1986, t. 303 304, Poitiers (no 303304), (lire en ligne), p. 236.
  30. a, b et c Maximilien Melleville, Dictionnaire historique, généalogique et géographique du département de l'Aisne, Laon-Paris, (lire en ligne), p. 298.
  31. L'Aisne, les 816 communes, Édition Delattre, coll. « Votre département, votre commune », (ISBN 9782915907490), p. 352.
  32. Société de l'Histoire du Protestantisme Français, Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, vol. 8, Paris, Agence centrale de la société, (lire en ligne), p. 392.
  33. « Rue des Protestants à Voulpaix sur Google Maps », sur https://www.google.fr/maps (consulté le 23 septembre 2015)
  34. Jean Paul Meuret et Robert Poujol, Les Églises fortifiées de la Thiérache, Vervins, SAHVT, , 150 p.
  35. Histoire du vicomte de Turenne : Maréchal général des armées du Roi, vol. 4, Paris, , 342 p. (lire en ligne), p. 205
  36. Georges-Bernard Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV entre le Cabinet du roi, les secrétaires d'État, le Chancelier de France et les Intendants et gouverneurs des Provinces : Les présidents, procureurs, et avocats généraux des Parlements et autres cours de justice, le gouverneur de la Bastille, les évêques, les corps municipaux, etc, etc, vol. 4, Paris, Imprimerie Impériale, , 850 p. (lire en ligne), p. 470
  37. Celle-ci prit plus tard le nom de la Vallée-au-Blé en 1961
  38. « Conseil d'État, 2ème sous-section jugeant seule, 16/07/2014, n°378093, inédit au recueil Lebon », sur www.legifrance.gouv.fr/,‎ .
  39. « Élections départementales 2015 - Département de l'Aisne - Canton de Marle (11) - Résultats du second tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 janvier 2015).
  40. « Jean-Louis Bricout », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 9 janvier 2016).
  41. « Résultats des élections européennes 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  42. « Résultats des élections régionales 2015 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  43. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  48. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  49. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  50. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  51. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  52. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  53. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  54. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  55. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  62. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  63. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  64. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  65. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  66. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  67. « Résultats de l'élection départementale 2015 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  68. « Résultats de l'élection régionale de 2015 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  69. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  70. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 janvier 2016).
  71. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  72. « Le nouveau conseil municipal est bien installé : Première réunion de conseil », La Thierache, no 2577,‎ , p. 14
  73. « Les juridictions », sur le site de la préfecture de l'Aisne (consulté le 10 janvier 2016).
  74. Décret n°2008-146 du 15 février 2008 modifiant le siège et le ressort des tribunaux de commerce publié au JORF du 17 février 2008.
  75. « Brigade la plus proche / Voulpaix », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 10 janvier 2016).
  76. « CC de la Thiérache du Centre », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  77. « SIVOM du Canton de Vervins », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  78. « Syndicat des eaux de Le Sourd », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  79. « Syndicat intercommunal pour la gestion du bassin versant de l'Oise Amont », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  80. « Syndicat intercommunal d'aménagement et de gestion du Vilpion amont et de ses affluents », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  81. « Syndicat de scolarisation de Vervins et des communes environnantes », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  82. « Historique et mission de l'USEDA », sur le site http://www.useda.fr/ (consulté le 12 janvier 2016).
  83. « Union des secteurs d'énergie du département de l'Aisne », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  84. « La qualité de votre eau en 2011 - Syndicat du Sourd » [PDF], sur le site ARS (consulté le 12 janvier 2016).
  85. « Syndicat des eaux de le Sourd » [PDF], sur le site http://www.pays-aisne.org (consulté le 12 janvier 2016).
  86. « Fiche d'identité d'une commune - Voulpaix », sur le site http://www.services.eaufrance.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  87. « Les horaires d'ouverture des déchetteries », sur le site de la CCTC (consulté le 12 janvier 2016).
  88. « La collecte sélective », sur le site de la CCTC (consulté le 12 janvier 2016).
  89. « Comptes de la commune de Voulpaix », sur le site du ministère des Finances (consulté le 13 janvier 2016).
  90. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  91. « Les registres paroissiaux et d'état-civil de la commune de Voulpaix », sur le site de la archives départementales de l'Aisne (consulté le 12 janvier 2016).
  92. Inconnu, Dénombrement du royaume par généralité, élections, paroisses et feux, Paris, Charles Saugrain, (lire en ligne), p. 90.
  93. Inconnu, Nouveau dénombrement du royaume par généralité, élections, paroisses et feux, Paris, Saugrain l'ainée, (lire en ligne), p. 68.
  94. Inconnu, Le Royaume de France et les états de Lorraine, Paris, N. Tilliard, (lire en ligne), p. 1112.
  95. Abbé Explilli, Dictionnaire géographique, historique, et politique des Gaules et de la France - Tome Quatrième, (lire en ligne), p. 148.
  96. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  97. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  98. « Syndicat de scolarisation de Vervins et des communes environnantes », sur le site https://www.banatic.interieur.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2016).
  99. « Aisne (02), Vervins, école » », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2016).
  100. « École maternelle publique Pascal Ceccaldi - Vervins (02) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2016).
  101. « École maternelle publique Marie Moret - Vervins (02) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2016).
  102. « École élémentaire publique Brimbeuf Ceccaldi - Vervins (02) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2016).
  103. « Notre-Dame, Maternelle et primaire - Vervins (02) », sur http://www.stjoseph-ndame.fr/ (consulté le 14 janvier 2016).
  104. « Collège Condorcet - Vervins (02) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2016).
  105. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Collège Saint-Joseph », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  106. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée Joliot Curie », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  107. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée professionnel Juliot Curie », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  108. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée Saint-Joseph », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  109. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée professionnel Saint-Joseph », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  110. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée agricole de la Thiérache », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 23 janvier 2015).
  111. « F.C. VOULPAIX », sur le site de la FFF (consulté le 23 janvier 2015).
  112. « Union cycliste Voulpaisien et de la Thiérache », sur le site de l'Union cycliste Voulpaisien et de la Thiérache (consulté le 23 janvier 2015).
  113. « SDIS Aisne (02) », sur le site https://www.pompiercenter.com (consulté le 10 janvier 2016).
  114. « Page d'accueil », sur le site http://www.lunion.fr/ (consulté le 23 janvier 2016).
  115. « Page d'accueil », sur le site http://www.aisnenouvelle.fr/ (consulté le 23 janvier 2016).
  116. « Page d'accueil », sur le site http://www.la-thierache.fr (consulté le 23 janvier 2016).
  117. « Page d'accueil », sur le site http://www.echo-fm.fr/ (consulté le 23 janvier 2016).
  118. « Commune de Voulpaix », sur le site de la société Ariase SARL (consulté le 23 janvier 2016).
  119. « La paroisse Sainte-Anne en Thiérache », sur le site du diocèse de Soissons (consulté le 23 janvier 2016).
  120. « Église Saint-Quentin de Voulpaix », sur le sité Église-Info de la conférence épiscopale des évêques de France (consulté le 23 janvier 2016).
  121. « Mgr Renauld de Dinechin », sur le site du diocèse de Soissons (consulté le 23 janvier 2016).
  122. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 22 novembre 2014).
  123. « Travaux agricole Noel - Couvercelle », sur le site Infogreffe (consulté le 24 janvier 2016).
  124. « EARL du Moulin de Voulpaix », sur le site Infogreffe (consulté le 24 janvier 2016).
  125. Inauguration de la nouvelle mairie sur le site de la Thiérache
  126. Fiche d'Émile Faucheux lors du convoi parti de Compiègne le 17 août 1944
  127. Apposition du terme de « mort en déportation » sur son acte de décès, publié au JO du 10 décembre 1989
  128. Fiche de Marcel Serent lors du convoi parti de Compiègne le 17 août 1944