Saint-Algis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Algis
Saint-Algis
Vue du village et de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Martine Basse
2020-2026
Code postal 02260
Code commune 02670
Démographie
Gentilé Saint-Algissois(es)
Population
municipale
156 hab. (2017 en diminution de 3,11 % par rapport à 2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 55″ nord, 3° 49′ 29″ est
Altitude 180 m
Min. 112 m
Max. 191 m
Superficie 6,89 km2
Élections
Départementales Canton de Vervins
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Algis
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Algis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Algis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Algis

Saint-Algis est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).

Toponymie

Le village apparaît pour la première fois en 1123 sous l'appellation de Sanctus Algisus dans un cartulaire de l'Abbaye de Saint-Michel. L'orthographe variera ensuite de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs: Saint-Augis, Saint-Aulgis, Sainct-Algy, Saint-Algy en 1709 puis l'orthographe actuelle sur la Carte de Cassini [1],[2] .

Histoire
Au VIIe siècle, des gentilshommes irlandais disciples du moine saint Fursey, arrivent dans la région. C'est tout une fratrie qui vient évangéliser avec Gobain (devenu saint Gobain), Wasnon (devenu saint Wasnon qui fonde Leschelle), Eloque, Boelian, Momble et Aldalgis[3]. Ce dernier après avoir évangélisé la région de Laon et la Thiérache, s'installe près de la rivière Oise et termine sa vie en ermite. Sa grande piété et sa renommée attirent des personnes qui viennent s'installer autour de la cellule de celui qui devient saint Adalgis ou saint Algis. C'est ainsi que va naître le hameau puis la paroisse qui prendra le nom du saint décédé le [4].

Algis ou Adalgis est une forme latine d'un nom issu du germain : Adalguis qui signifie : noble-sage. La carte de Cassini ci-contre montre qu'au milieu du XVIIIè siècle Saint-Algis est une paroisse; au sud, est figuré le calvaire de Saint-Algis qui existe encore de nos jours. A l'est sur le cours du ruisseau d'Ambercy est représenté le moulin à eau de la Coupille.
Les églises fortifiées de Thiérache
Lors de la Guerre franco-espagnole de 1635 à 1659, les villages de la région furent constamment ravagés aussi bien par les troupes françaises qu'étrangères. C'est à cette époque que les villages de Thiérache, comme Saint-Algis, transforment leur clocher en forteresse pour permettre aux habitants de s'y réfugier an cas d'attaque [5].
L'ancienne ligne de chemin de fer de Guise à Hirson
Saint-Algis possédait une gare de la ligne de Guise à Hirson qui est aujourd'hui transformée en habitation. La desserte voyageurs fut supprimée en 1951 et la ligne fermée au trafic fret en 1978. L'axe vert de la Thiérache est aménagé sur l'ancienne plateforme ferroviaire. Quatre trains s'arrêtaient chaque jour dans cette gare (voir les horaires [6]).

Première guerre mondiale
Le 28 août 1914, soit moins d'un mois après la déclaration de la guerre, le village est occupé par les troupes allemandes après la bataille de Guise [7]. Pendant toute la guerre, le village restera loin du front qui se stabilisera à environ 150 km à l'ouest aux alentours de Péronne. Les habitants vivront sous le joug des Allemands: réquisitions de logements, de matériel, de nourriture, travaux forcés. Ce n'est que début novembre 1918 que les Allemands seront chassés du village par les troupes françaises.
Sur le monument aux morts, on peut lire "Aux enfants de Haution, Féronval et Ambercy morts pour la France".Sur le monument aux morts sont écrits les noms des 16 soldats du village morts pour la France au cours de la Guerre 14-18 [8].
Seconde Guerre mondiale
Un réseau s'était formé au hameau de la Coupille, il enrôlait des résistants du village et des communes proches. L'occupant, désirant détruire ce réseau, va lancer un assaut où l'on relèvera cinq victimes. Un mémorial est érigé en leur mémoire [9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La marie
Le Monument aux morts.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Algis est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[11]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vervins pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[11], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 1989 André Dumange    
1989 1995 André Fourdrain DVD  
juin 1995 mars 2008 Bernard Canon   Professeur de mathématiques
mars 2008 mai 2020 Régis Guillemin DVD Retraité de l'agriculture[13]
mai 2020[14] En cours
(au 18 juin 2020)
Martine Basse    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2017, la commune comptait 156 habitants[Note 1], en diminution de 3,11 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
607534582582537538543519530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501492472463449431406381345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
314291283310294270253257255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
257232207182174146155156157
2013 2017 - - - - - - -
162156-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

P1040120WK Eglise-de-St-Algis.JPG

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Algis ou Adalgis, un moine irlandais et disciple de saint Fursey qui a donné son nom à la commune.
  • Charles Bernard, prêtre-curé de la paroisse de 1668 à 1691, utilise les registres paroissiaux pour donner des anecdotes historiques ou locales, créant ainsi une petite histoire du village.
  • Arnaud Bisson (1909-1944), résistant français, Compagnon de la Libération. Responsable des opérations de parachutages dans l'Aisne, il avait installé son P. C. à Saint-Algis, au lieu-dit du Moulin de la Coupille où une stèle commémorative porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  2. « Dictionnaire d'hagiographie : mis à jour à l'aide des travaux les plus récents / par Dom Baudot, O.S.B. », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  3. Bulletin de la Société archéologique de Vervins, Tome II, 1874, page 108
  4. « Etudes historiques et statistiques sur le Nouvion-en-Thiérache, son canton et les Communes limitrophes : suivies de Notices monographiques sur chacune des localités du Canton, ouvrage orné de cartes, de dessins d'églises et d'une vue du Nouvion en 1870 / par L. H. Catrin... », sur Gallica (consulté le 7 juin 2020).
  5. « La Thiérache : recueil de documents concernant l'histoire, les beaux-arts, les sciences naturelles et l'industrie de cette ancienne subdivision de la Picardie », sur Gallica, (consulté le 7 juin 2020).
  6. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Ligne_Hirson-Guise_Horaires_1910.jpg
  7. « Ecole supérieure de guerre. Cours d'histoire militaire. La bataille de Guise : 29-30 août 1914 / Colonel Lestien et Lt-Colonel d'Argenlieu », sur Gallica (consulté le 7 juin 2020).
  8. https://www.geneanet.org/cimetieres/view/6084219/persons/?individu_filter=LEROUX%2BAlbert
  9. https://www.geneanet.org/cimetieres/view/6080596/persons/?individu_filter=BRONARD%2BRen%C3%A9e
  10. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  11. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Algis », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  12. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  13. « Les maires s'installent », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 14 (ISSN 0183-8415)
  14. « Saint-Algis : Martine Basse élue maire », La Thiérache, no 2899,‎ , p. 2 (ISSN 0183-8415)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.


Liens externes[modifier | modifier le code]