Vadencourt (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vadencourt.
Vadencourt
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Guise
Intercommunalité Thiérache Sambre et Oise
Maire
Mandat
Vacant
2017-2020
Code postal 02120
Code commune 02757
Démographie
Population
municipale
573 hab. (2014 en diminution de 9,62 % par rapport à 2009)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 48″ nord, 3° 34′ 47″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 152 m
Superficie 12,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Vadencourt

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Vadencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vadencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vadencourt

Vadencourt est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Vadencourtois et les Vadencourtoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vadencourt est parcouru par 2 rivières, le Noirieu et l'Oise, et abrite aussi le canal de la Sambre à l'Oise. Les champs et les patures entourent le village ainsi qu'un petit bois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vadencourt, du cas latin Oudoncurtis, métaierie prés d’un gué, s’écrivait Wadencourt 1132, Waudencourt en 1201, Vaudencourt en 1266, Vuadncourt en 1286 et Vadoncourt en 1710.

Le domaine de Vadencourt fut entre les mains des seigneurs :

  • Eudes de Vadencourt en 1137
  • Richer de Vadencourt en 1145
  • Gantier de Vadencourt de 1171 à 1175
  • Eudes II de Vadencourt ou Oudart de 1210 à 1236
  • Jean de Vadencourt 1240
  • Renaude de Vadencourt en 1243, chevalier
  • Henri de Vadencourt en 1253
  • Eudes III ou Oudart de Vadencourt de 1283 à1299
  • Jean II de Vadencourt, son fils, de 1312 à 1322
  • Fauvel de Vadencourt en 1325, grand bailli de Vermandois
  • Jean III de Conflans en 1470, aussi seigneur de Viels-Maisons (cette famille portait d’azur, serné de billettes d’or, aulieu de même)
  • Jean IV de Conflans en 1505
  • Antoine de Conflans en 1535
  • François de Lorraine en 154…, duc de Guise
  • Jean Blondeau ou Blondel, par acquisition au précédent
  • Antoine Blondel, son fils, de 15…à 1618, conseiller au parlement, vicomte de wVadencourt
  • Nicolas de Fons en 1650, aussi seigneur de la Glévoy
  • Louis d’obancourt en 1665, par acquisition au précédent, lieutenant au gouvernement général de Saint-Quentin
  • Joseph de Ximerès en 16…, aussi seigneur de Longchamps, lieutenant général des armées du roi
  • Augustin de Ximerès en 1760, aussi seigneur de Longchamps, brigadier des armées du roi
  • Charles de la Fons en 17…
  • Hypolite-Marie de la fons en 1760, aussi seigneur de marly, vicomte de Vadencourt
  • Charles de la Fons en 1780, vicomte de Vadencourt.

Les fiefs concédés sur le territoire de Vadencourt étaient le Chastelain, Maubeuge et la Framboisière.

Vadencourt est très ancien. En 1846 on y a découvert des médailles de cuivre à l’effigie de Cétricus et d’autres en argent à l’effigie de Constantin, d’Adrien et de Sabine sa femme

L’ancienne voie ferrée[modifier | modifier le code]

Vadencourt a possédé une gare qui faisait de la ligne de chemin de fer de Guise au Catelet, ligne à voie métrique réalisée sous le régime des « voies ferrées d'intérêt local » reliant Le Catelet-Gouy à Bohain puis Guise. Elle servait pour le transport du courrier, des marchandises, des betteraves vers la sucrerie de Bohain et surtout des habitants et des ouvriers qui se rendaient soit à Bohain , pour travailler dans les usines textiles, soit à Guise.
Après 1945, le trafic décline, du fait de l’essor du transport des marchandises par camion et des voyageurs par autobus. Le Département de l’Aisne, propriétaire de la ligne, décide de son déclassement le 1er janvier 1951.
Aujourd'hui, la gare, profondément remaniée est devenue une habitation.
Vadencourt avait la particularité de posséder deux lignes de chemin de fer: la ligne de Bohain à Guise ligne à voie métrique (écartement des rails de 1m la ligne et la ligne Guise -Busigny à voie normale(écartement de 1m435): ces 2 voies se rapprochaient un peu avant le canal de la Sambre à l'Oise se côtoyaient , franchissaient ensemble le canal près de l'écluse sur un pont de fer dont il reste les piliers aujourd'hui et poursuivaient leur chemin par Lesquielles-Saint-Germain jusque Guise.Les Vadencourtois pouvaient aussi se rendre à la gare de Grand-Verly-Vadencourt située sur la ligne Guise-Busigny.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Vadencourt a été créée en 1793, dans le canton de Guise

En 1801 elle faisait toujours partie du canton de Guise et de l'arrondissement de Vervins.

En 1811 elle a absorbé Bohéries et été renommée Vadencourt-et-Bohéries pour redevenir Vadencourt en 1970 après avoir absorbé la commune de Longchamps

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Charles Guyotat    
mars 2008 juillet 2017 Danièle Le Bitouzé[1] DVD Retraitée de l'Éducation nationale
Décédée en cours de mandat[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Vadencourt[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2014, la commune comptait 573 habitants[Note 1], en diminution de 9,62 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
457 451 494 523 628 660 694 663 780
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
750 867 912 907 869 755 698 762 721
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738 656 574 632 640 626 583 564 580
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
552 548 709 664 631 605 627 630 633
2013 2014 - - - - - - -
577 573 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avant les fusions de Bohéries et de Longchamps[modifier | modifier le code]

Vadencourt-et-Bohéries[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Vadencourt-et-Bohéries
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
480 465 541 523 628 660 694 663
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
780 750 867 912 907 869 755 698
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
762 721 738 656 574 632 640 626
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
583 564 580 552 548 - - -
À partir de 1962 : Population sans doubles comptes
(Sources : Cassini[7],[8])
Vadencourt[modifier | modifier le code]
Évolution démographique de Vadencourt
1793 1800 1806
457 451 494
Habitants
(Sources : Cassini[9])
Bohéries[modifier | modifier le code]
Évolution démographique de Bohéries
1793 1800 1806
23 14 47
Habitants
(Sources : Cassini[9])

Longchamps[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Longchamps
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
280 303 283 332 341 357 370 388
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
441 444 440 487 475 484 474 470
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
466 427 367 364 297 214 212 203
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
181 195 228 231 206 - - -
À partir de 1962 : Population sans doubles comptes
(Sources : Cassini[10])

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église Sainte-Geneviève de Longchamps
  • L'abbaye cistercienne de Bohéries.
    • Après la Révolution, le bâtiment des moines de l'abbaye a été transformé en usine de tissage; pour cela, le cloître a été couvert.
    • Le bâtiment de la ferme contient une belle tour-pigeonnier, déclarée monument historique.
    • L'église a disparu mais on trouve encore les traces au sol.
    • Le moulin à eau de l'abbaye sur la Sambre.
  • Maisons de Nicolas Grain, 5 et 7 rue Nicolas-Grain à Vadencourt, datant de 1775 (propriété privée). Les deux maisons sont l'œuvre et la propriété du maître maçon Nicolas Grain (1750-1823), maçon de métier, mais également sculpteur, relieur, poète et mémorialiste amateur. La première maison est appelée Maison du Soleil (motif central du pignon). La seconde maison, édifiée vers 1775, dite Maison de la Fidélité-conjugale, comporte des détails sculptés et des thèmes évoquant la vie conjugale de Nicolas Grain.
  • Monuments de guerre
    • Monument aux morts de Vadencourt et plaque commémorative dans l'église de Vadencourt
    • Monument aux morts de Longchamps
    • Mémorial de la Résistance de Bohéries (plaques et photographies)
  • Canal de la Sambre à l'Oise : ce canal a été construit de 1834 à 1839 pour acheminer rapidement la charbon de Belgique vers Paris. Curiosités :
    • Le grand large à Vadencourt: zone où le canal s'élargit fortement, permettant à une péniche de faire demi-tour.
    • Le pont-canal de Vadencourt permettant au canal de franchir l'Oise. En 2006, le pont-canal a été fermé à la navigation.
    • L'écluse de Longchamps.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

Un souterrain relierait le château de Vadencourt au château des ducs de Guise distant de plusieurs kilomètres. Ce souterrain passerait sous plusieurs rivières et voies navigables. Une des entrées de ce souterrain serait visible dans les caves de l'ancien presbytère du village proche du château.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le maire de Vadencourt, Danièle Le Bitouzé, est décédée », sur L'Aisne nouvelle, (consulté le 31 août 2017).
  2. « Les maires s'installent pour six ans de mandat », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 28 (ISSN 0183-8415)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. sur Cassini
  8. Addition de la population des 2 anciennes communes entre 1793 et 1806
  9. a et b Notice de Bohéries sur Cassini
  10. Notice de Longchamps sur Cassini