Renneval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renneval
L'église fortifiée aperçue depuis l'entrée dans la commune par le Nord (route D110).
L'église fortifiée aperçue depuis l'entrée dans la commune par le Nord (route D110).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Vervins
Intercommunalité Portes de la Thiérache
Maire
Mandat
Pierre Braem
2014-2020
Code postal 02340
Code commune 02641
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2014 en augmentation de 2,29 % par rapport à 2009)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 28″ nord, 4° 02′ 58″ est
Altitude Min. 139 m
Max. 206 m
Superficie 6,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Renneval

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Renneval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renneval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renneval

Renneval est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se dresse aussi haut que la butte de Laon, il a donc droit aux assauts de la neige assez tôt du fait de l'altitude, mais aussi aux premiers rayons de soleil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Laon pour intégrer l'arrondissement de Vervins[1].

Les Seigneurs de Renneval[2][modifier | modifier le code]

L’ancienne Maison de Rayneval (ou Renneval) s’est illustrée par ses alliances , ses services militaires dans tous les temps et la possession d’une des premières charges de la couronne. La filiation de cette Maison remonte à Nicolas de Renneval (XIIIe siècle).

Raoul II, chevalier, sire de Renneval, rendit ses services importants aux rois de France, Jean, Charles V et Charles VI. Il servit à Paris en avril 1360, lorsque le roi d’Angleterre vint mettre le siège devant la capitale. Il accompagna souvent le roi de France dans ses voyages et il fut l’un des douze chevaliers nommés pour gouverner le royaume pendants la démence du roi Charles VI. Il s’était marié trois fois et ses trois femmes sortaient des plus anciennes et des plus illustres maisons de Picardie. Son sceau était: Une croix chargée de cinq Coquilles, un casque couronné, surmonté d’une tête de dragon-volant. Sa légende était: Raoul de Renneval, pannetier de France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Renneval

Les armes de Renneval se blasonnent ainsi : D’or à la croix de sable chargée de cinq coquilles d’argent.

Renneval et La Hollande[modifier | modifier le code]

La déclaration du 29 décembre 1698 permettait aux protestants fugitifs de rentrer en France et de reprendre la possession de leurs biens, à la condition de vivre dans la religion catholique et de ramener avec eux leurs femmes et leurs enfants.

Jean-Charles de Renneval profita de cette permission et abjura le protestantisme pour embrasser la religion de ses ancêtres. Il avait été porte-étendard des gardes-du-corps du Roi; les blessures qu’il avait reçues ne lui permettant plus de continuer son service, il se retira sur sa terre de Renneval où il vécut sans alliance.

En 1708, il abandonna de nouveau la France pour cause de protestantisme. Ses biens furent séquestrés et mis en règle le 28 juillet 1709. Il mourut à Voorburg, près de La Haye (Hollande). Son frère Francois, comte de Renneval était passé au service de la République de Hollande et commandait les troupes entretenues dans la colonie de Surinam, en Amérique. Le 26 mai 1702 il avait épousé Anne-Elisabeth de Glimmer, d’une famille ancienne et patricienne de la ville d’Amsterdam.

Source: ‘Le canton de Rozoy-sur-Serre’ par I.P. Mien (1865)

Le Château[modifier | modifier le code]

Le château a gardé sa façade en briques
Le Château a gardé sa façade en briques

Le Château a gardé sa façade en briques, un incontournable du circuit de visite du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 cagneux[3]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Pierre Braem  
Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2014, la commune comptait 134 habitants[Note 1], en augmentation de 2,29 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 379 438 432 490 503 501 456 425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406 395 391 375 356 353 309 308 277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
293 299 264 221 235 214 208 233 219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
219 184 181 161 163 133 131 131 134
2014 - - - - - - - -
134 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église fortifiée
  • Le château d'eau nouvelle génération distribuant aussi de l'eau
  • Monument aux morts
  • Pigeonnier
  • Salle des fêtes, qui est l'ancienne école primaire
  • La fameuse reserve à incendie érigée sur les ruines de l'ancien lavoir
  • chemin du tour de ville avec son fameux labyrinthe
  • Le Château
Le monument aux morts se dresse à côté de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

RONSIN Gilbert ancien gérant du café du centre, retraité aujourd'hui il est devenu un jardinier hors pair...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de l'Aisne - Recueil n°195 des actes administratifs du 21 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 12 janvier 2017).
  2. Source: Le canton de Rozoy-sur-Serre par I.P. Mien (1865)
  3. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p171.
  4. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  5. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 12 août 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.


Liens externes[modifier | modifier le code]