Remies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Remies
Remies
Mairie de Remies.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Serre
Maire
Mandat
Bernard Collet
2020-2026
Code postal 02270
Code commune 02638
Démographie
Population
municipale
237 hab. (2019 en augmentation de 1,28 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 47″ nord, 3° 31′ 16″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 88 m
Superficie 8,98 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Laon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marle
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Remies
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Remies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Remies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Remies

Remies est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

Village situé dans le nord de l'Aisne. La Serre passe en limite du territoire communal, au nord. Ses villages voisins sont Assis-sur-Serre, Couvron-et-Aumencourt, Monceau-lès-Leups, Pont-à-Bucy (commune de Nouvion-et-Catillon) et Mesbrecourt-Richecourt. Aucune route ne relie Remies à Mesbrecourt, la Serre séparant ces deux communes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Panorama du village depuis la route de La Fère.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Remies est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Laon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 106 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,2 %), forêts (9,1 %), prairies (4,2 %), zones urbanisées (3,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est très ancien :

  • une maison date du XVIe siècle ;
  • une autre du XVIIe siècle ;
  • une dernière du XVIIIe siècle.

L'église Saint-Brice fait partie des églises fortifiées de Thiérache. La partie la plus ancienne date vraisemblablement du XIIIe siècle, l'abside du seizième. L'édifice a subi une profonde restauration en 1885, date figurant sur le clocher[8].

Occupation allemande[modifier | modifier le code]

1918
Un convoi militaire allemand à Remies vers la fin de la Première Guerre mondiale, à l'intersection de la rue de Couvron et de la rue du Burguet.

Remies fut sous occupation allemande de 1914 à 1918 (à l'est de la ligne de front[9]) lors de la Première Guerre mondiale, puis de 1940 à 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale.

Passé ferroviaire du village[modifier | modifier le code]

Remies
L'intérieur vers 1905.
La gare de Remies n'est plus en service de nos jours. Sa présence est évoquée par la Rue de la gare.

De 1878 à 1959, Remies a été traversée par la ligne de chemin de fer Dercy-Mortiers à Versigny, qui , venant d'Assis-sur-Serre, passait au nord du village et se dirigeait vers Pont-à-Bucy.
Cette ligne servait aux transport de passagers, de marchandises, de betteraves sucrières, de pierre à chaux. A partir de 1950, avec l'amélioration des routes et le développement du transport automobile, le trafic ferroviaire a périclité et la ligne a été fermée en 1959. Les rails ont été retirés. De l'ancienne gare qui se trouvait au nord du village, il ne reste aucune trace.Sa présence est rappelée par La rue de la gare.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Entrée du village, par la route venant de Couvron.
Le monument aux morts.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Remies est membre de la communauté de communes du Pays de la Serre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Crécy-sur-Serre. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[11]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Marle pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[11], et de la première circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Edouard Batillot   Exploitant agricole
? mars 1965 Lucien Batillot   Exploitant agricole
mars 1965 mars 2001 Étienne Nuttens   Exploitant agricole
mars 2001 En cours
(au 23 mai 2020)
Bernard Collet DVD Représentant de commerce
Réélu pour le mandat 2020-2026[13],[14]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2019, la commune comptait 237 habitants[Note 3], en augmentation de 1,28 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
384483498494584567557567572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
554514505490464485507470440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
429404353330316286311299329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
289272245243220230239240238
2017 2019 - - - - - - -
235237-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église fortifiée de Remies.
  • Mairie ;
  • Salle du foyer rural ;
  • Ancien presbytère.
  • L'oratoire de Remies et d'Assis-sur-Serre

Cet oratoire, édifié après la guerre 39-45, situé en pleine campagne entre les communes de Remies et d'Assis-sur-Serre, est en 2021 à l'abandon et ouvert aux quatre vents. À l'intérieur est écrit : Les paroissiens de Remies et d'Assis-sur-Serre reconnaissants envers la Ste-Vierge de la protection spéciale qu'elle leur a accordée pendant la guerre 1939-1945 lui ont édifié cet oratoire.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Remies - Eglise Saint-Brice », sur sauvegardeartfrancais.fr (consulté le )
  9. après l'offensive de la Somme en mars 1917, la ligne de front se rapprocha à une dizaine de kilomètres à l'ouest du village
  10. « communauté de communes du Pays de la Serre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  11. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Remies », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  13. « Les maires installés », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 16 (ISSN 0183-8415)
  14. « Bernard Collet réélu à l'unanimité à Remies », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :