Saint-Pierre-lès-Franqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Pierre-lès-Franqueville
Saint-Pierre-lès-Franqueville
Église de Saint-Pierre-lès-Franqueville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean-Luc Lefebvre
2020-2026
Code postal 02140
Code commune 02688
Démographie
Gentilé Saint-Pierrois(es)
Population
municipale
53 hab. (2017 en diminution de 22,06 % par rapport à 2012)
Densité 7,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 13″ nord, 3° 49′ 28″ est
Altitude 121 m
Min. 106 m
Max. 182 m
Superficie km2
Élections
Départementales Canton de Marle
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville

Saint-Pierre-lès-Franqueville est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée du village.
Rose des vents Lemé Voulpaix Rose des vents
Franqueville N Gercy
O    Saint-Pierre-lès-Franqueville    E
S
Franqueville Franqueville Saint-Gobert

Village voisin de Franqueville, Lemé et de Voulpaix.

Panorama du village, niché dans la vallée du ruisseau de Beaurepaire, depuis les hauteurs de "La Grande Cailleuse".

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village apparaît pour la première fois en 1144 sous l'appellation de Parochia de Sancto-Petro dans un cartulaire de l'Abbaye de Thenailles. L'orthographe variera ensuite de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs: Saint-Pierre-de-la Frankville, Sanctus-Petrus-juxta-Francovillain, Sainct-Pierre-les-Franqueville, Sainct-Pierre, Saint-Pierre-les-Vervins, puis Saint-Pierre sur la carte de Cassini vers 1750 et enfin Saint-Pierre-lès-Franqueville pour différencier le village des nombreux autres commune dénommée Saint-Pierre en France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).
Les églises fortifiées de Thiérache

Lors de la Guerre franco-espagnole de 1635 à 1659, les villages de la région furent constamment ravagés aussi bien par les troupes françaises qu'étrangères. C'est à cette époque que les villages de Thiérache, comme Saint-Pierre-lès-Franqueville, transforment leur clocher en forteresse pour permettre aux habitants de s'y réfugier an cas d'attaque[2].

Carte de Cassini

La carte de Cassini montre qu'au XVIIIe siècle, Saint-Pierre-lès-Franqueville est une paroisse située sur le Ru de Laigny qui se jette dans la Vilpion.

A l'ouest, sont représentés deux hameaux: La Grande Cailleuse, qui est déjà mentionnée en 1616 sous le nom de Grande Caillieuse, est aujourd'hui une ferme; à côté, le hameau de la Petite Cailleuse, aujourd'hui disparu, comptait encore une douzaine de maisons sur le plan cadastral de 1824[3].

Un moulin à eau qui fabriquait du papier, représenté par une roue dentée, en aval, a été construit en 1777 par Jean-Nicolas Loison, ouvrier papetier demeurant à Grande Cailleuse, hameau de Saint-Pierre[4].

M. Leroy, instituteur, a publié une monographie sur le village consultable sur le site des Archives Départementales de l'Aisne en 1880[5].

Une fontaine dite Fontaine Saint-Pierre, qui se situait au lieu-dit éponyme, où avaient lieu d'importants pèlerinages, existait autrefois sur le terroir de la commune. Faute d'entretien cette fontaine était à peine visible à la fin du XIXe siècle[6].

En 1880, il existait sur la commune un moulin à farine et une scierie mécanique qui fonctionnaient grâce à l'eau du Ru de Laigny qui leur servait de moteur par l'intermédiaire de roues à auge[7].

Première guerre mondiale

Le 28 août 1914, soit moins d'un mois après la déclaration de la guerre, le village est occupé par les troupes allemandes après le défaite de l'armée française lors de le bataille de Guise. Pendant toute la guerre, Franqueville restera loin du front qui se stabilisera à environ 150 km à l'est aux alentours de Péronne. Les habitants vivront sous le joug des Allemands: réquisitions de logements, de matériel, de nourriture, travaux forcés. Ce n'est que début novembre 1918 que les Allemands seront chassés du village par les troupes françaises.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Plaque hommage dans la porche de l'église.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Pierre-lès-Franqueville est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Marle pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant inférieur à 100, le nombre de membres du conseil municipal est de 7[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours
(au 13 juillet 2020)
Jean-Luc Lefebvre[12]   Réélu pour le mandat 2020-2026
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2017, la commune comptait 53 habitants[Note 1], en diminution de 22,06 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416439392405424427399359346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
319325308293268248224203185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
176164144135132123118100105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
899174715260586454
2017 - - - - - - - -
53--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre de Saint-Pierre-lès-Franqueville : l'un des seigneurs de Saint-Pierre, Mathieu de la Simonne, et sa femme, Marie de la Hillière, sont inhumés dans l'intérieur de l'église, où l'on voit dans la chapelle de droite, en face de l'autel de saint Pierre, une pierre tombale de forme rectangulaire enchâssée dans le pavé ; elle porte en marge l'inscription suivante[17] :

Mathieu de la Simonne, escuyer, seigneur de Saint-Pierre, ex-gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, aide de camp aux armées de sa majesté sous le règne de Henri-le-Grand, roi de France et de Navarre, Demoiselle Marie de la Henrierre (pour de la Hillière), femme épouse de Mathieu de la Simonne, écuyer, seigneur de Saint-Pierre, laquelle trépassa le . On lit encore au bas de la pierre:

Dans cette fosse profonde

Deux amends sont en fermés.

Vivant tous deux en ce monde

Jusque-ci se sont aimés.

Hommes et femmes priez Dieu pour son âme.

source Société Archéologique de Vervins, tome dixième MDCCCLXXXIV

Lire l'exhaustive description de l'église faite par M. Leroy, instituteur, dans sa monographie sur le village sur le site des Archives Départementales de l'Aisne en 1880 [18].

  • Le château de Saint-Pierre : a été entièrement détruit.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Saint Pierre :

  • Geoffroy d'Apremont 1512 ;
  • Jean d'Apremont 1529 ;
  • Jacques d'Apremont, chevalier de Saint Jean, 1547 dont une fille Simonne ;
  • Jean de La Hillière 1580, son épouse Simonne d'Apremont ;
  • Charles de La Hillière,fils du précédent, son épouse Anne d'Y ;
  • Robert de La Hillière, fils du précédent, son épouse Marguerite de Paillard[19] : dont Marie ;
  • Matthieu de La Simonne, château de Saint Pierre, auteur du traité : L'alphabet du soldat et vray esclaircissement de l'art militaire en 1623 son épouse Marie de La Hillière. Lieutenant pour le Roy en la Citadelle de Pignerol ( Nicolas Fouquet, le masque de fer), gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, commandant des chevau-légers au siège du Catelet en contre les Espagnols. Témoin à l'âge de 70 ans en 1634 pour preuves de noblesse de la Maison de Recourt. Fils de François et Marie de Martin de Maleyssye cousine de Henri, marquis de Maleyssye, premier gouverneur de Pignerol. Enfants : Guillaume et Isabeau qui épouse Michel Henry de Cotty, commandant à Pignerol ;
  • Guillaume de La Simonne 1662, sergent major en la citadelle de Pignerol, major de la ville de Péronne, fils du précédent, épouse Jacqueline de Riencourt de Parfondru y décédée en 1677 dont : Adrienne qui épouse en la cathédrale de Pignerol le Robert Hertault de Beaufort, Anne Marie qui épouse à Eppes le Jean de Grimberg seigneur de Turcy, Gabriel Dominique et Isabelle ;
  • Gabriel Dominique de La Simonne, fils du précédent, décédé le à l'âge de 79 ans et inhumé dans l'église, épouse Louise Madeleine des Fossez décédée en 1697 à l'âge de 63 ans et inhumée dans l'église, sa seconde épouse Marie Anne de Monjot du château de Cambron à quelques lieux à Fontaine-lès-Vervins est inhumée dans la chapelle de l'église en 1709 ;
  • Charlotte Françoise (voir Lislet) et Augustin Gabriel Dominique de La Simonne, seigneur de Saint Pierre, Brécy-Brières qui épouse le Marie Anne de la Goille, enfants du précédent[20].

Blason La Simonne : De gueules à un cerf d'argent, accorné d'or, reposant sur une terrasse de sinople ayant derrière luy un buis aussi d'or, sur lequel sont perchés deux éperviers affrétés d'argent[21].

  • le sieur de Coigny.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 250.
  2. SAHVT, La Thiérache : Bulletin de la société archéologique de Vervins (Aisne), t. XX, Vervins, Imprimerie du Républicain Vervinois, 1901-1903, 144 p. (lire en ligne), p. 32.
  3. « 3P0873_02 - Saint-Pierre-lès-Franqueville : Section A, 1ère feuille - 1824 », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 20 juin 2020).
  4. Auguste Matton, Les anciennes papeteries de l'Aisne, Laon, Imprimerie du Journal de l'Aisne, coll. « Société académique de Laon », , 80 p. (lire en ligne).
  5. « 13 T 411 - Saint-Pierre-lès-Franqueville - s.d. », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 20 juin 2020).
  6. « 13 T 411 - Saint-Pierre-lès-Franqueville - s.d. », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 20 juin 2020).
  7. « 13 T 411 - Saint-Pierre-lès-Franqueville - s.d. », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 20 juin 2020).
  8. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  9. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Pierre-lès-Franqueville », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  10. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. SAHVT, La Thiérache : Bulletin de la société archéologique de Vervins (Aisne), t. X, Vervins, Imprimerie du Républicain Vervinois, 1884-1885, 176 p. (lire en ligne), p. 39.
  18. « 13 T 411 - Saint-Pierre-lès-Franqueville - s.d. », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 20 juin 2020).
  19. Milleville
  20. registres paroissiaux de St Pierre
  21. armorial de Picardie par Borel d'Hauterive