Années 1860

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

1860 - 1861 - 1862 - 1863 - 1864
1865 - 1866 - 1867 - 1868 - 1869

Décennies :

1840 1850 - Années 1860 - 1870 1880

Siècles :

XVIIIe siècle - XIXe siècle - XXe siècle

Millénaires :

Ier millénaire - IIe millénaire - IIIe millénaire

Événements[modifier | modifier le code]

Illustration du London News montrant des samouraïs vêtus à l’occidental (1866).
Illustration du London News montrant des samouraïs vêtus à l’occidental (1866).
  • France : second Empire.
  • États-Unis : guerre de Sécession (1861-1865). En 1867, achat de l'Alaska à l’Empire russe.
  • Japon : fin de la période Edo (ère Man'en 1860-61, ère Bunkyū 1861-64, ère Genji 1864-65 et ère Keiō 1865-68). Début de l'ère Meiji (1868-1912) qui lui succède. La restauration de Meiji, période correspondant au renversement du shogunat Tokugawa et au recouvrement des pouvoirs de l'Empereur, couvre à la fois la fin de l'époque d'Edo (souvent appelée bakumatsu) et le début de l'ère Meiji, et est marquée par une suite d'événements qui conduisent à d'énormes changements dans la politique et la structure économique et sociale du Japon. Un mouvement anti-occidental au Japon est dirigé par les clans Satsuma, Choshu et Tosa, qui prônent « l’expulsion des barbares ». Ils se rallient autour de l’empereur à Kyōto et, grâce au soutien impérial, prennent l’initiative d’attaques militaires sur terre et sur mer, dirigées contre les navires étrangers qui se trouvaient dans les ports japonais. Quelques mois après la restitution du pouvoir suprême à l'empereur, la guerre de Boshin de janvier 1868 à mai 1869 oppose d’une part les troupes appartenant au gouvernement shogunal d'Edo (aujourd’hui Tokyo) et les clans qui sont restés fidèles, et d’autre part les armées des autres clans et leurs alliés, proches de l'Empereur. Après la victoire des partisans de celui-ci, qui a quitté Kyoto pour Edo, fin 1868, après la chute d'Edo quelques mois plus tôt, est abandonnée la politique d'expulsion des étrangers et le pouvoir se lance dans une politique de modernisation continue.
  • Russie : abolition du servage.
  • Le domaine outre-mer de la France s'accroît et atteint un million de km² pour cinq millions d'habitants à la fin de la décennie, grâce à de nouvelles étapes dans la constitution du second empire colonial français.
  • À partir de 1860, la crise du pouvoir traditionnel provoque chez les Lubas du Kasaï la progression d’un culte nouveau, le lubuku : culte du salut, il annonce le retour de la paix, de la fécondité et de la prospérité, en même temps que la réconciliation et l’unification des Lubas qui sont alors morcelés en petites chefferies. La nouvelle religion préconise de fumer du cannabis pour communiquer avec les ancêtres. Les prédicateurs prolifèrent, comme Mukenge Kalamba, qui entre en contact avec des marchands-chasseurs chokwe, dont il reçoit des cotonnades et des armes à feu, éléments de prestige et de puissance, qu’il présente aux siens comme les outils de la prochaine renaissance. Il se met en contact en 1875 avec les commerçants luso-africains d’Angola puis, à partir de 1880 environ, avec les Européens du poste colonial de Luluabourg qui favorisent son ascension jusque vers 1890.
  • Australie : multiplications des missions (catholiques, luthériennes, anglicanes…) pour regrouper les populations aborigènes et les convertir au christianisme et éradiquer les pratiques dites « primitives », comme l’initiation des jeunes gens. La conversion des adultes s’avère difficile. On tente d’isoler les enfants dans des pensionnats pour leur inculquer les préceptes bibliques.

Unité italienne[modifier | modifier le code]

  • Le roi et le Parlement quittent Turin pour Rome. Les 443 membres du Parlement sont choisis par 300 000 électeurs (sur 20 millions d’Italiens). Les catholiques en sont exclus, le pape leur ayant interdit de se présenter. Le Parlement se scinde en deux, la droite (députés piémontais héritiers de Camillo Cavour et sympathisants italiens) et la gauche (mazziniens, républicains convertis, garibaldiens). De 1861 à 1876, l’électorat très restreint ramène la droite au pouvoir. Huit présidents du Conseil et treize gouvernements se succèdent. La droite applique à l’Italie tout entière le modèle administratif piémontais, lui-même hérité de la France.
  • Le nouvel État s’étend sur 259 320 km2 et a 21 777 000 d’habitants. Il vit principalement de l’agriculture (8 millions d’agriculteurs pour 3 millions de travailleurs de l’industrie et de l’artisanat).
  • Harmonisation des monnaies entre 1861 et 1870 (lire). Homogénéisation des finances publiques, en particulier de la dette en 1861.
  • Les élèves des écoles primaires et préparatoires sont 1 633 000 ; ceux des lycées, 15 848 (0,06 % de la population). 78 % d’analphabètes en moyenne, principalement dans les régions méridionales.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • En 1863, John Alexander Reina Newlands publie le premier tableau périodique des éléments, qui sont ordonnés en fonction de leurs masses atomiques relatives, et émet l'hypothèse, en 1865, de la loi des octaves selon laquelle les propriétés chimiques d'un élément de la table se retrouvent tous les huit éléments. En 1869, Dimitri Mendeleïev, présente à la société russe de chimie, indépendamment des travaux de Newlands, une forme plus élaborée de la table, également selon les masses atomiques, qui est à la base de celle que nous utilisons aujourd'hui (classée par numéro atomique).
  • Vers 1865, James Clerk Maxwell réalise une synthèse harmonieuse des diverses lois expérimentales découvertes par ses prédécesseurs (lois de l'électrostatique, du magnétisme, de l'induction…). Cette synthèse (connue sous le terme d’« équations de Maxwell ») n'est possible que parce que Maxwell a su dépasser les travaux de ses devanciers, en introduisant dans une équation un « chaînon manquant », appelé le courant de déplacement, dont la présence assure la cohérence de l'édifice unifié. La même année il publie en 1865 sa théorie sous la forme de 20 équations à 20 inconnues, écrit à l'aide de quaternions.

Maxwell publie aussi un article intitulé On governors dans Proceedings of Royal Society, vol. 16 (1867-1868), qui est souvent considéré classiquement comme le début de la théorie de la régulation. Dans cet article le régulateur renvoie à la notion de régulateur à boules des machines à vapeur.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1860 en arts plastiques.

Littérature et essais[modifier | modifier le code]

Illustration d'origine (1865), par John Tenniel, du roman de Lewis Carroll, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles.
Illustration d'origine (1865), par John Tenniel, du roman de Lewis Carroll, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles.

Économie et société[modifier | modifier le code]


  • En Allemagne, de 1850 à 1865, la production de houille est multipliée par quatre, celle de fer par trois. La consommation de coton triple. Le réseau ferroviaire passe de 5500 km à 14000 km. De puissantes entreprises se sont constituées : Phœnix, Gute Hoffnung, l’Usine des colorants de Mannheim. De grandes banques apparaissent : Diskontogesellschaft et Darmstädterbank. La Ruhr, la Silésie et la Sarre sont les grandes régions industrielle : la Prusse assure les 4/5 de la production allemande.
  • Les exportations annuelles britanniques sont de 160 millions de £ entre 1860 et 1869.
  • Manchester compte 400 000 habitants (90 000 en 1801, 237 000 en 1831).
  • L’Espagne compte 15,6 millions d’habitants.
  • De 1860 à 1880, le volume des exportations de céréales en Russie passe de 12 à 40 millions de quintaux.
  • Le sucre et les produits dérivés (mêlasse, rhum) représentent 70 % des exportations de Cuba. Cette économie réclame de nombreux esclaves, qui représentent vers 1860 plus de la moitié de la population. Cuba reçoit 387 216 esclaves entre 1835 et 1864, soit 13 000 en moyenne par an.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Photographie de constructeurs du premier chemin de fer transcontinental des États-Unis, participant à la cérémonie de pose du Golden Spike à Promontory Summit.
Photographie de constructeurs du premier chemin de fer transcontinental des États-Unis, participant à la cérémonie de pose du Golden Spike à Promontory Summit en 1869.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 1858-1870 : regain de prospérité du commerce caravanier de Tombouctou vers Fès et Mogador. Une importante communauté juive s’installe à Tombouctou. Outre les exportations traditionnelles (ivoire, peaux, poudre d’or, esclaves, noix de kola, tissus) se développent celles de la gomme arabique et des plumes d’autruches.
  • La traite clandestine des esclaves se maintient en Angola, au Bénin et en Oyo (sud du Nigeria actuel).
  • Début de la circulation de monnaie métallique au Sénégal et en Gambie. Ailleurs, les monnaies d’échanges entre africains sont diverses : cauris, objets métalliques, tissus, etc. Les échanges entre négociants européens et américains, négriers ou marchands « licites », se règlent par lettre de change et billets à ordre payable en Angleterre ou à La Havane. Entre les Africains et les étrangers, les échanges prennent le plus souvent la forme du troc (système des paquets).
  • Commerce des États interlacustres avec les Arabes de la côte swahili et les Khartoumiens, qui alimentent en armes à feu les États rivaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grande Coalition.
  2. Conférence de Charlottetown.
  3. Conférence de Québec
  4. Conférence de Londres.
  5. Pères de la Confédération.
  6. Acte de l'Amérique du Nord britannique.
  7. (de) Gregor Mendel (1866). "Versuche über Pflanzenhybriden". Verhandlungen des naturforschenden Vereines in Brünn, Bd. IV für das Jahr 1865, Abhandlungen, 3–47.
  8. C. E. van Kesteren, R. A. van Sandick, J. E. de Meyier, De Indische gids, vol. 5, J. H. de Bussy,‎ 1863 (présentation en ligne)
  9. a et b Frédéric Mauro, Histoire du Brésil, Editions Chandeigne,‎ 1994 (présentation en ligne)
  10. Renée Neher-Bernheim, Jérusalem, trois millénaires d'histoire : Du roi David à nos jours, Albin Michel,‎ 1997 (ISBN 9782226292025, présentation en ligne)
  11. Shreedhar Narayan Pandey, Economic History of Modern India (1757 to 1947), Readworthy,‎ 2008 (ISBN 9789350180884, présentation en ligne)