Rocquigny (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rocquigny
Rocquigny (Aisne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Paul Seret
2020-2026
Code postal 02260
Code commune 02650
Démographie
Gentilé Rocquignien(ne)s
Population
municipale
361 hab. (2017 en diminution de 7,2 % par rapport à 2012)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 27″ nord, 3° 58′ 56″ est
Altitude 217 m
Min. 157 m
Max. 231 m
Superficie 10,99 km2
Élections
Départementales Canton de Vervins
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Rocquigny
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Rocquigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rocquigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rocquigny

Rocquigny est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Icône Sainte Face Laon 150808.jpg

Sur le territoire de Rocquigny se trouvait l'ancienne abbaye de moniales cisterciennes de Montreuil-les-Dames.

C'est de cette abbaye que provient la célèbre icône de la sainte Face de Laon, peinture byzantine (serbe ?) qui aurait été offerte en 1249, d'après une tradition ancienne, par Jacques Pantaléon de Troyes, le futur pape Urbain IV, qui l'aurait acheté à Bari (Italie).

Vers le milieu du XVIIe siècle, les moniales de Montreuil quittèrent Rocquigny et allèrent s'installer dans la banlieue de Laon.

Elles y apportèrent avec elles leur icône précieuse.

Soustraite aux déprédations iconoclastes des Révolutionnaires en 1795, l'œuvre fut donnée à la cathédrale de Laon où elle est aujourd'hui encore conservée[1],[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Rocquigny est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[4].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[5]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vervins pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[5], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[6].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793   Jean-Louis Betin    
Les données manquantes sont à compléter.
1801   Nicolas Louis Lemirre    
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1875 après 1876 Fouan[7]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marie-France Crohin    
mars 2008 En cours
(au 13 juillet 2020)
Paul Seret DVD Retraité de l'agriculture
Réélu pour le mandat 2020-2026[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2017, la commune comptait 361 habitants[Note 1], en diminution de 7,2 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500529519608625656674638626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
627683680659690659696699669
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
629526566507556507472435440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
431438426407424392395391359
2017 - - - - - - - -
361--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix de chemin.
  • Église Sainte-Geneviève.
  • Kiosque à musique, dans le style des kiosques à danse de l'Avesnois, région voisine.
  • Monument aux morts.
  • Oratoire Saint-François et Sainte-Marie-Madeleine : Il a été érigé en 1828 par Madeleine Geoffroi, pour accomplir un vœu de son mari, François Lemirre, et est dédié à leurs saints patrons.[14]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. GRABAR, La Sainte-Face de Laon. Le Mandylion dans l'art orthodoxe, Prague, 1931
  2. J. DURAND (éd.), Byzance. L'art byzantin dans les collections françaises, Paris, p. 475.
  3. J.-M. SPIESER, E. YOTA, Mandylion ou Sainte-Face de Laon, in : Catalogue d'exposition Il Volto di Cristo, éd. G. MORELLI, G. WOLF, Milan, 2000, p. 97-99.
  4. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  5. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Rocquigny », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  6. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  7. Almanach-annuaire de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, 18e année, Matot-Braine, Reims, 1876, p193.
  8. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  9. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 12 août 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. France. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale Picardie., Plouvier, Martine. et Impr. Mame), La Thiérache, Aisne : sur une frontière de la France, Association pour la généralisation de l'Inventaire régional en Picardie, (ISBN 2-906340-43-X et 978-2-906340-43-5, OCLC 468545952, lire en ligne)