Régie des transports de l'Aisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RTA.

Régie départementale des transports de l'Aisne
logo de Régie des transports de l'Aisne
Panneau d'un arrêt de bus de la R.T.A.
Forme juridique Établissement public à caractère industriel et commercial
Siège social Gauchy
Drapeau de France France
Direction Conseil général de l'Aisne
Actionnaires Aucuns
Activité Transports routiers réguliers de voyageurs, transport urbain, scolaires, à la demande et tourisme
Produits Autocars et Autobus
Site web www.rta02.com

La Régie départementale des Transports de l'Aisne (RTA) est un Établissement Public rattaché au conseil départemental de l'Aisne. Elle assure essentiellement le transport scolaire et lignes régulières pour sa collectivité territoriale de tutelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La loi du permet la construction de lignes de chemin de fer d’intérêt local et encourage certains notables de l'Aisne à concevoir un projet de ligne ferroviaire pour relier la ville de Guise à celle de Saint-Quentin.

Ainsi, le , le conseil général de l’Aisne concéda cette ligne ferroviaire à la « compagnie du chemin de fer de Saint-Quentin à Guise ». Elle fut déclarée d’utilité publique le . Cette ligne fut ouverte le pour sa première partie et en pour le dernier tronçon. Elle était longue de 40 kilomètres, elle desservait 14 communes.

En 1905, le Conseil d’Administration de la compagnie était favorable à une politique d’extension. La compagnie créa une filiale, la « Compagnie des Chemins de Fer Départementaux de l’Aisne ». Cette société va exploiter 200 kilomètres de lignes nouvelles jusqu’en 1922. À cette date les deux sociétés fusionnent pour donner naissance à la « Compagnie des Chemins de Fer du Nord-Est ». La Seconde Guerre mondiale va porter un coup au réseau ferré du département. De plus les nouvelles conditions économiques ainsi que la concurrence routière rendent l'exploitation du chemin de fer aléatoire.

Ainsi, les pouvoirs publics décident de créer la Régie Départementale des Transports de l’Aisne en pour exploiter les chemins de fer du département et répondre à la demande du transport en commun. La RTA était alors une régie départementale directe.

En , la RTA abandonne son activité ferroviaire car le trafic a considérablement diminué depuis sa création[1]. La SNCF reprend le réseau ferré de la RTA. Grâce à l'initiative du conseil général de l'Aisne, la RTA. devient un EPIC (Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial) le .

En septembre 2017, à la suite de la récupération de la capacité transport du « Situs » (syndicat intercommunal des transports urbains soissonnais) et du « Tul » (transport urbain laonnois). La RTA, effectue leurs transports scolaires avec d'autres compagnies de transport scolaire. Elle effectue toujours son transport scolaire départemental.

Trafic[modifier | modifier le code]

Trafic, données brutes en milliers de voyages[réf. nécessaire]
Type de personnes Nombre d'utilisateurs
Voyageur 15 000
Élèves 9 490
Total 24 490

Véhicules[modifier | modifier le code]

Irisbus Karosa (Récreo) (sans AdBlue) --> En 11m80 / 12m. Les deux en 59 places, sans PMR (PMR = Personne à mobilité réduite). Non Climatisé.

Temsa Tourmalin (euro 4) (sans AdBlue) --> En 13m 59 places ou 63 places, sans PMR, non climatisé.

Irisbus Récreo (euro 4/5/eev) (avec AdBlue) --> En 11m90 en 55 places avec PMR. Ou en 13m 61/63 places sans PMR. Non climatisé (seulement 1 ou 2 véhicules climatisé).

Irisbus Arway (euro 4) (avec AdBlue) --> En 13m 63 places avec 2 places PMR, climatisé

Iveco Crossway (euro 6) (avec AdBlue) --> En 12m10 55 places avec PMR , climatisé. Aussi en 13m 63 places avec PMR, non climatisé.

VDL Bova --> En 13m 59 places, sans PMR, climatisé, avec toilettes

Temsa Safari --> En 13m 59 place, sans PMR, climatisé, avec toilettes.

Setra S516HD (euro 6) (avec AdBlue) --> En 13m 49 places ou 59 places, sans PMR, climatisé, avec toilettes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. puisqu’il ne subsistait plus que 62 kilomètres de lignes utilisés uniquement au transport de marchandises