Chevennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Aisne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aisne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Chevennes
La mairie.
La mairie.
Blason de Chevennes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Marle
Intercommunalité Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Patrick Legoux
2014-2020
Code postal 02250
Code commune 02182
Démographie
Population
municipale
140 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 57″ nord, 3° 44′ 00″ est
Altitude 124 m (min. : 115 m) (max. : 161 m)
Superficie 6,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Chevennes

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Chevennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevennes

Chevennes est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La latitude du village de Chevennes est 49.8167 et la longitude de la ville de Chevennes est 3.7333 Chevennes est situé en Picardie, dans le département de l'Aisne, son code postal est 02250. Le village de Chevennes appartient à l'arrondissement de Vervins et au canton de Sains-Richaumont. Les habitants de Chevennes sont appelés les Chevennois, Chevennoises. Les villes voisines sont La Neuville-Housset, Sains-Richaumont, Housset, Lemé, Marfontaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie romaine Saint-Quentin Macquenoise traversait la commune de Chevennes dans l'Antiquité, d'après l'historien axonais Amédée Piette (1808-1883)[1]

Lors de la démolition de l'église en 1875, on a découvert des fûts de colonnes (diamètre 36 cm) en remploi sciés dans le sens de la hauteur. En 1885, lors de la démolition partielle du sanctuaire pour orienter l'église à l'occident et faciliter la construction de la porte d'entrée à l'orient sous la supervision du curé, on découvrit un trésor de monnaies (7 pièces en or, 56 en argent, 242 en billon)[2] sous des pavés trouvés à une profondeur de 50 cm.

  • les pièces en or étaient anglaises, espagnoles et françaises (du règne de François Ier, à l'exception d'une médaille commémorative de l'Institution de l'Ordre de Saint Michel datée de 1469) ;
  • les pièces en argent étaient pour la plupart espagnoles, mais quelques-unes portaient cependant l'effigie de Henri VII et Henri VIII rois d'Angleterre. Les autres étaient françaises, c'étaient des spadins d'Antoine duc de Lorraine, et des testons à fleur de coin de François Ier et de Henri II. Quelques-uns de ces testons frappés sous le règne de François Ier portaient l'effigie de Louis XII ;
  • les pièces de billon étaient pour la plupart espagnoles, mais aussi quelques françaises : des blancs au soleil de Louis XI, des blancs à la couronne du même roi et de Charles VIII, des grands blancs de Charles VIII et de Louis XII, des carolus de Charles VIII, des douzains de François Ier et de Henri II, des gros de Nesles et enfin des blancs de Henri II et de Jean III d'Albret rois de Navarre.

Les monnaies les plus communes étaient du règne de Henri II au millésime de 1549, 1550, 1551 et 1552. Cette dernière date indique qu'elles avaient été cachées au commencement de l'année 1553 pour être soustraites à l'invasion du comte de Rœux qui causa dans le royaume la destruction de 700 à 800 villages.

On[Qui ?] a découvert au XIXe siècle une meule gallo romaine (F. Rogine, 1876 a)[1].

Au nord-est du village, dans une dépression en direction de Sains Richaumont, on a découvert fortuitement au XIXe siècle du mobilier gallo romain (Barrot, 1882)[1].

On[Qui ?] a découvert une hache polie en silex bleu d'une conservation remarquable, aux côtés réguliers et bien équarris. Ses dimensions sont les suivantes : 0,205 m de longueur, 0,06 m de largeur au tranchant et 0,026 m de largeur au sommet, 0,02 m maximum d'épaisseur médiane. La hache va en s'amenuisant aux deux extrémités. Elle est aujourd'hui conservée au musée de Vervins[3],[4].

Au nord du Bon Vaillant en 1991, M. Bazzali a repéré lors d'une prospection au sol, des substructions gallo romaines (une villa ?). Il y a observé des tuiles et des tessons de céramiques (CA SRA)[1].

Au sud du Bon Vaillant en 1992, M. Bazzali a découvert lors d'une prospection au sol, du mobilier gallo romain (tégula et tessons de céramique grise) (CA SRA)[1].

Le plus vieux document écrit administratif date de 1667, il s'agit d'un acte de mariage[5]. Il est conservé dans les archives départementales de l'Aisne, à la préfecture de Laon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à l'aigle éployée de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 Victor-Abel Sarrazin-Wateau[6]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 2001 André Compère    
mars 2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Patrick Legoux DVD Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 140 habitants, en diminution de -1,41 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
426 459 546 623 573 563 560 580 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
576 534 512 460 426 383 361 350 316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
291 267 283 213 214 201 217 202 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
194 157 132 146 136 155 142 140 140
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Chevennes.
Article détaillé : Église Saint-Martin de Chevennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Blaise Pichon, Carte Archéologique de la Gaule : L'Aisne (02), Gap, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, , 598 p. (ISBN 2-87754-081-2, lire en ligne), http://books.google.fr/books?id=3LwG4d_tdGsC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=chevennes&f=false
  2. La Thiérache, revue de la Société Archéologique de Vervins, 1875, Léandre Papillon, Edouard Fleury, (lire en ligne)
  3. Pol Baudet, Bulletin de la Société Préhistorique de France, Crécy-sur-Serre, , p. Volume 5, numéro 3, page 123
  4. Edouard Fleury, Antiquités et Monuments de l'Aisne, G et A de Mortillet, Le Préhistoriue,
  5. Archives d'état civil de Chevennes sur le site des archives départementales de l'Aisne
  6. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1879, p270.
  7. « Patrick Legoux conforté dans son fauteuil de maire : Sans difficulté particulière, Patrick Legoux est entré tout en douceur dans son troisième mandat avec une équipe inchangée. », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 41 (ISSN 0183-8415)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .