Vigneux-Hocquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vigneux-Hocquet
Vigneux-Hocquet
L'église fortifiée sous la neige.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes des Portes de la Thiérache
Maire
Mandat
Claude Lefèvre
2020-2026
Code postal 02340
Code commune 02801
Démographie
Population
municipale
272 hab. (2019 en diminution de 1,09 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 20″ nord, 3° 59′ 28″ est
Altitude Min. 116 m
Max. 201 m
Superficie 13,72 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vervins
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Vigneux-Hocquet
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Vigneux-Hocquet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vigneux-Hocquet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vigneux-Hocquet

Vigneux-Hocquet est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée du hameau de Hocquet.
Entrée du village.

Un paysage champêtre de vallons et d'arbres dont la pousse est favorisée par une pluviométrie abondante ne permet pas de comprendre l'évolution démographique récente.

Vigneux tient son nom de la culture ancienne des vignes.

Les Prés du château étaient le domaine de la seigneurie antérieure. Ils se nomment de cette manière car autrefois s'y trouvait un château. Comme il n'y a plus rien dans ces prés que les douves pour le rappeler, douves elles-mêmes qui ont pris la forme d'un étang, le ton est donné : l'ensemble des détails rapportés ici confinent à une profonde réflexion nostalgique des temps d'autrefois. La construction dans la vallée n'était pas vraiment un château, mais une maison forte. On appelait ainsi une grosse maison que le roi autorisait à un notable du village, en général, le prévôt. Alors que Vigneux est située dans une vallée abritée des vents, et s'est développée selon plusieurs axes routiers, l'ancien hameau du Hocquet est lui un village-rue tout en longueur, qui surplombe le village précédent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1162 dans une charte de l'abbaye Saint-Médard sous l'appellation de Viniacus. L'orthographe variera ensuite de nombreuses fois au fil des ans en fonction des différents transcripteurs: Vinoit, Vinnoit, Vinioit, Vinoiz, Vinetum, Vignoi, l'Ignatum en 1261, Vigneulx, Vignieux et enfin l'orthographe actuelle Vigneux sur la Carte de Cassini [1] vers 1750 [2].
Le nom qui vient du latin vinetum (vignoble) atteste la présence de la culture de la vigne au Moyen Âge.
Le Hocquet était un hameau appartenant à la commune de Vigneux; son nom s'écrivait Hauquet en 1626 [3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vigneux-Hocquet est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (82,5 %), zones agricoles hétérogènes (7,7 %), zones urbanisées (4,7 %), prairies (3,9 %), forêts (1,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et tout au long de l'Ancien Régime, la zone est constituée en seigneurie.

Carte de Cassini

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).
Carte postale des ruines du château avant 1914.

La carte de Cassini montre qu'au XVIIIè siècle, Vigneux est une paroisse située sur le rive droite du ruisseau Le Poncelet nommé de nos jours Ruisseau de Vrigny. Un château, dont il ne reste plus de traces, est réprésenté sur la carte.
Au nord, le Hoquet est un simple hameau.
La Ferme Jean Roux est probablement de nos jours l'entreprise de travaux agricoles située Route de Renneval.

Avant la révolution, le chapitre de Rozoy dîmait dans la paroisse de Saint-Martin de Vigneux pour 2/9; le curé, pour 3/9 et le prieur de sainte Léocade, pour 4/9[11]. Dix arpents de terre à la solle et vingt verges de pré étaient attachés à la cure qui, suivant une déclaration du , produisait annuellement 371 livres. La chapelle de Sainte-Marie-Madeleine fondée autrefois en la maladrerie de Vigneux, appartenait aussi au chapitre de Rozoy. Cette chapelle possédait dix jallois de terre à la solle qui, en 1728, étaient affermés moyennant une redevance annuelle de trente six quartels de blé (mesure de Montcornet) quinze liards et deux chapons[12]

La commune du Hocquet est constituée pendant la Révolution.

Vigneux-Hocquet devient une commune unique par regroupement le .

  • Le remembrement des terres est un grand sujet des agriculteurs.
  • Abandon graduel de la fête foraine annuelle.
  • Subissant un exode rural manifeste après la Seconde Guerre mondiale, avec des prolongements tardifs, ce village négligé des médias sort de l'oubli par une arrivée sur la scène médiatique nationale grâce à l'émission La Carte aux trésors diffusée sur France 3 le 16 août 2005. Elle fut tournée en juin avec un atterrissage des hélicoptères - bleu (équipe de Septime) et rouge (équipe de Fabienne) - sur des commentaires de Sylvain dans les prés du château. Un inédit local surpassant l'arrivée de l'ULM lors de la décennie précédente sur la colline menant à Montcornet. Le terrain d'aviation, son hangar et la piste ont disparu en 2012. Les activités aéronautiques ont cessé en raison des trop nombreux actes d'« incivilité » subis par les installations[13].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Laon pour intégrer l'arrondissement de Vervins[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Vigneux-Hocquet est membre de la communauté de communes des Portes de la Thiérache, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Rozoy-sur-Serre. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[15].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[16]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vervins pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[16], et de la première circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[17].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 Bauchart[18]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 En cours
(au 11 juin 2020)
Claude Lefèvre DVD Retraité de l'agriculture
Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2019, la commune comptait 272 habitants[Note 2], en diminution de 1,09 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5838188119701 0261 0341 0521 031988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
965890853816819754718731653
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
615586557528518560547509492
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
455440391342297265274276284
2014 2019 - - - - - - -
270272-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts est surmonté d'un coq.
  • Le remblai boisé vu du cimetière de l'église est une portion des fortifications du village.
  • Ce remblai, est une levée de terre pratiquée par les Romains, entourant le nord du village d'est en ouest, partant et redescendant dans la vallée, l'inondation de celle-ci protégeant le village. La voie romaine passe à l'ouest du village à deux kilomètres, elle reliait Reims à Bavay (Durocotorum à Bagatum).
  • Un calvaire sépare Vigneux de Hocquet en haut de la colline.
  • Le ruisseau du Poncelet était, jusque dans les années 1980, le point de rencontre lors de la visite de la f’seuse ed goutte (« faiseuse » de goutte[25]).
  • Un lavoir alimente un affluent du ruisseau principal. Il fut restauré voilà une vingtaine d'années par une équipe de jeunes bénévoles accueillis au village.
  • Le Chemin vert est le nom connu des habitants de Vigneux pour rallier le val ; mais tout cela c'était avant l'arrivée de l'automobile et de ses routes goudronnées… Ce chemin vert faisait partie de la route qui partant de Montcornet, longeait Chaourse et traversait Vigneux, vers Hocquet, puis Nampcelles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille des Religieux fait partie de la notabilité locale autant que les Villelongue. Le maire est également une figure incontournable par le renouvellement de ses mandats, quoique assumer cette fonction dans les petites communes relève du sacerdoce.

Expressions populaires[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre Jeantes avec Bancigny, dit-on par ici lorsque l'on se trompe de bouton en passant sa chemise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isidore-Philoximène Mien-Péon, Le Canton de Rozoy-sur-Serre : histoire, géographie, biographie, statistique, Saint-Quentin, Jules Moureau, , 519 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Vigneux-Hocquet_Cassini.jpg
  2. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques » Accès libre, sur Gallica, (consulté le ).
  3. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques » Accès libre, sur Gallica, (consulté le ).
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Isidore-Philoximène Mien-Péon, Le Canton de Rozoy-sur-Serre : histoire, géographie, biographie, statistique, Saint-Quentin, Jules Moureau, , 519 p. (lire en ligne)
  12. Archives de l'Aisne
  13. « L'Union du 11 février 2012 »
  14. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de l'Aisne - Recueil n°195 des actes administratifs du 21 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le ).
  15. « communauté de communes des Portes de la Thiérache - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  16. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Vigneux-Hocquet », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  18. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p172.
  19. « Le maire sortant retrouve son fauteuil… », La Thiérache, no 2576,‎ , p. 18 (ISSN 0183-8415)
  20. « Claude Lefèvre conserve son fauteuil de maire », La Thiérache, no 2898,‎ , p. 8 (ISSN 0183-8415) « Ainsi aux commandes de la commune de 269 habitants, élu pour la première fois en 1965 et maire depuis 1971, Claude Lefèvre conserve son fauteuil ».
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. eau-de-vie alambiquée à partir de restants de tonneaux de vieux cidre / expression traduite du picard thiérachien local).

Liens externes[modifier | modifier le code]