Pouilly-sur-Serre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouilly.
Pouilly-sur-Serre
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Marle
Intercommunalité Pays de la Serre
Maire
Mandat
Régis Destrez
2014-2020
Code postal 02270
Code commune 02617
Démographie
Population
municipale
501 hab. (2014)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 57″ nord, 3° 35′ 21″ est
Altitude Min. 56 m – Max. 90 m
Superficie 9,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Serre

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Serre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Serre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Serre

Pouilly-sur-Serre est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 3 km de Crécy-sur-Serre et à 13 km de Laon, Pouilly-sur-Serre est traversé par la Serre.

Pouilly se situe au milieu de vastes plaines agricoles déclinant les couleurs de la culture des légumes et des céréales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut donné par Clovis à saint Remi qui lui-même en fit don à l'église de Laon.

En janvier 1251, frère Guy de Bazainville[1], commandeur des maisons du Temple en France abandonne à l'évêque de Laon en échange d'une rente la maison, le moulin[2] et les terres (près et bois) que les templiers possédaient sur la Serre et au territoire de Sort[3].

En 1568, le village fut pillé par les calvinistes.

Pouilly a été le siège d'une léproserie réunie à l'Hôtel-Dieu de Laon.

1883 : Pouilly prend le nom de Pouilly-sur-Serre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1948 mars 1959 Théophile Michel    
1959 mars 2001 Dominique Arnould    
mars 2001 en cours
(au 3 avril 2014)
Régis Destrez DVG Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Sous l'administration révolutionnaire, Pouilly dépendait du département de l'Aisne, du district de Laon et du canton de Crécy-sur-Serre.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 501 habitants, en diminution de -7,22 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 594 608 644 683 660 680 730 718
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
707 704 756 767 816 742 733 693 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
631 576 579 453 515 523 485 491 512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
540 516 515 508 525 504 535 505 501
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard de style gothique.
  • Le monument aux morts.
  • Le calvaire.
  • La Tour à Pouilly-sur-Serre. XIIe siècle. Elle est entourée de murs importants.
  • L'ancienne gare, aujourd'hui transformée en salle des fêtes.
  • La ferme Saint-Jacques commune de Crecy sur serre
  • L'école accueille les enfants de Pouilly et des villages alentour. Il existe depuis maintenant quelques années une garderie ainsi qu'une cantine.

Art[modifier | modifier le code]

  • En juillet 2010, la commune a accueilli le tournage du premier court-métrage amateur réalisé par Aurélie Bévière, une enfant du pays et produit par l'Association Matoutou.

Intitulé "Le Crépuscule des Pouilleux Mutants", il est visible en ligne et a été diffusé le 22 avril 2010 sur la chaîne TéléMonsBorinage en Belgique puis diffusé et primé lors de l’Écran Libre 2011/2012 au centre culturel de Dour.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

William Saurin

Pouilly accueille une endiverie ainsi que de nombreuses exploitations agricoles produisant en général des céréales ainsi que de la betterave ou des pommes de terre.

Le site William Saurin emploie 343 personnes. 75 000 tonnes de plats italiens, exotiques et quenelles sont fabriquées chaque année. Ces produits sont de marque Garbit, Petitjean ou Panzani. Le site de Pouilly est le plus important des huit sites français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jochen Burgtorf, The Central Convent of Hospitallers and Templars : History, Organization, and Personnel (1099/1120-1310), Brill, , 761 p. (ISBN 978-9-0041-6660-8, lire en ligne), p. 549
    (la): « frater Guido de Basenvilla domorum milicie Templi in Francia preceptor ».
  2. La donation au templiers du moulin de Pouilly remonte à 1148 voir avant. Donation faite par Nicolas, châtelain de Laon et confirmée par l'évêque Barthélémy de « Vire » en 1149. cf. Acte n°208811 dans Chartae Galliae. Edition électronique: Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2014. (Telma). En ligne. Date de mise à jour : 16/09/11. Première version : 10 juin 2010. et Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 506.
  3. Auguste Matton, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures a 1790, Aisne, archives ecclésiatiques, séries G et H, t. III, (lire en ligne), p. 8-9 (G. 2, chartes 20 et 76)
    Gui de Basenville, maître de la milice du Temple abandonne à l'évêque de Laon une maison, un moulin et ses dépendances à Pouilly...
  4. « Les maires sinstallés », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 16 (ISSN 0183-8415)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :