Généralité de Soissons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte datant entre 1780 et 1783 de la généralité de Soissons

La généralité de Soissons est une circonscription administrative principalement de la province d'Île de France créée en 1595.

Elle se composait de sept élections ; vingt-quatre subdélégations (intendance).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1595, on chercha à doter Laon d'un bureau des finances, mais l'influente magistrature laonnoise s'y opposa, par crainte de la concurrence de ces nouveaux fonctionnaires. Soissons est alors choisie car c'était devenu une place de sûreté du duc de Mayenne à la suite de sa soumission à Henri IV, et la nouvelle généralité est créée par un édit de novembre 1595 daté du camp de La Fère.

La nouvelle généralité est formée :

Au moment de la Révolution, le bureau des finances de Soissons se composait d'un intendant, 22 trésoriers de France, un chevalier d'honneur, 2 avocats, 2 commissaires au département des tailles, un commissaire des ponts et chaussées, 2 receveurs généraux des finances, un receveur général des domaines et forêts et 2 procureurs.

En 1787 est créée une assemblée provinciale pour le Soissonnais dans le cadre de la généralité.

Lors de la création des départements, Louis XVI confie la tâche du découpage du futur département de l'Aisne à Jean Charles Joseph Hyacinthe de Sars (qui deviendra maire de Laon en 1800). On pense d'abord réunir le Vermandois et le Soissonnais, mettant Laon au centre. Face à l'opposition de Soissons, un nouveau plan est élaboré, coïncidant approximativement avec la principale partie de la généralité de Soissons (élections de Soissons, Laon et Guise) à laquelle est rattachée l'élection de Saint-Quentin prise à la généralité d'Amiens. Le choix du chef-lieu est tranché en faveur de Laon en 1790 par une réunion des électeurs à Chauny.

La généralité d'après le Règlement général du 24 janvier 1789 (États généraux)[modifier | modifier le code]

Noms des bailliages principaux, suivis du nombre de députés à élire et du nom des bailliages secondaires :

Liste des circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La généralité étant une des circonscriptions administratives majeures, la connaissance historique du territoire concerné passe par l'inventaire des circonscriptions inférieures de toute nature. Cet inventaire est la base d'une exploration des archives réparties entre les différentes Archives départementales des départements compris dans la généralité.

Cette liste ne comporte pas les bailliages ci-dessus, leurs appellations exactes restant à confirmer.

Articles connexes[modifier | modifier le code]