Crupilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crupilly
Église de Crupilly
Église de Crupilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Guise
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Guise
Maire
Mandat
Odile Valliet
2014-2020
Code postal 02120
Code commune 02244
Démographie
Population
municipale
74 hab. (2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 34″ N 3° 45′ 22″ E / 49.9261111111, 3.7561111111149° 55′ 34″ Nord 3° 45′ 22″ Est / 49.9261111111, 3.75611111111  
Altitude 171 m (min. : 129 m) (max. : 185 m)
Superficie 3,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Crupilly

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Crupilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crupilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crupilly

Crupilly est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme latinisée Crupeliacum en 1169[1].

Du nom d'homme gaulois *Cruppellius, suivi du suffixe -acum[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Crupilly a été de tout temps un hameau de Chigny érigé en fief. La seigneurie dépendait des ducs de Guise. Le hameau est devenu paroisse au XVé siècle.

Le 6 novembre 1918, le 171ème régiment d'infanterie libère le village occupé depuis quatre années. Les Poilus n'ayant pas de provisions du fait de leur avancée rapide et de la difficulté au ravitaillement de passer l'Oise à Guise, la population va offrir de quoi manger à ces affamés et faire montre d'une grande joie pour les libérateurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant inférieur à 100, le nombre de membres du conseil municipal est de 7[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1742   Pierre Floquet    
1796   Joseph Dieux    
1812   Pierre Derbecq    
1831 1847 Jean-François Delaby    
1848 1851 Jean Louis Tordeux    
1852 1855 Jean-Baptiste Lemux    
1855 1870 Jean Louis Désiré Tordeux    
1870 1892 Louis Joseph Bondon    
1892 1919 Louis Eugène Baron    
1919 1932 Edmond Lefèbvre    
1932 1940 Louis Valliet    
1941 1942 Norbert Philippe    
1943 1945 Louis Valliet    
1946 1964 Emile Soulier    
1965 1982 Gaston Baron    
1982 1982 Norbert Monfront    
mars 1982 mars 1994 Josiane Coquizart    
mars 1994 mars 2008 Christine Watremez FN  
mars 2008 en cours
(au 3 avril 2014)
Odile Valliet   Retraité de l'enseignement
Réélue pour le mandat 2014-2020[5]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 74 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
313 298 290 270 266 256 261 273 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
193 186 171 155 162 158 147 133 130
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
136 117 113 93 109 103 98 94 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
91 87 64 63 76 64 56 71 74
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cimetière et église
Article détaillé : Église Saint-Michel de Crupilly.

Le lavoir en bordure du Brulé, a été construit par le duc d'Aumale.

En 1906, à l'initiative du maire -M. Baron- fut créée la première coopérative laitière en Thièrache.

Blason : de gueules, au chevron d'or accompagné de trois gerbes de blés d'or, deux en chef, une en pointe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 232.
  2. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Op. cité.
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. Les maires de France
  5. « Les maires s'installent », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 48 (ISSN 0183-8415)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.