Wassigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wassigny
Wassigny
La mairie
Blason de Wassigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité CC Thiérache Sambre et Oise
Maire
Mandat
Franck Lépousez
2020-2026
Code postal 02630
Code commune 02830
Démographie
Gentilé Wassignien(ne)s[1]
Population
municipale
955 hab. (2019 en diminution de 1,14 % par rapport à 2013)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 50″ nord, 3° 36′ 03″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 161 m
Superficie 6,79 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Guise
Législatives 3e circonscription de l'Aisne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wassigny
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Wassigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wassigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wassigny

Wassigny (/wa.si.ɲi/) est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés Wassignien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes.

Wassigny est un petit village situé dans le département de l'Aisne, région Hauts-de-France .

À vol d'oiseau, elle se situe à 49,99 kilomètres de Laon, préfecture du département et à 78,24 kilomètres de Lille, préfecture de région. Par rapport à Paris, la commune se trouve à 157,27 kilomètres.

La superficie de la commune est de 6,79 km2 ; son altitude varie de 137 à 161 mètres (50° 00'50° nord, 3° 36'03° est).

Son sous-sol est principalement constitué de craie du Coniacien (Sénonien Inférieur) et de limon, limon sableux, sables de couverture (Quaternaire)[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Wassigny est limitrophe de sept autres communes : Ribeauville au nord, Mazinghien au nord-est, Oisy et Etreux à l'est, Vénérolles au sud-est, Hannapes au sud, Mennevret au sud-ouest et La Vallée-Mulâtre à l'ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wassigny est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,1 %), prairies (33,8 %), zones urbanisées (11,1 %), forêts (1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 449, alors qu'il était de 449 en 2013 et de 434 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 88,4 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 10,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 84 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 15,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Wassigny en 2018 en comparaison avec celle de l'Aisne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,3 %) inférieure à celle du département (3,5 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 64,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (63,6 % en 2013), contre 61,6 % pour l'Aisne et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Wassigny en 2018.
Typologie Wassigny[I 1] Aisne[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 88,4 86,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,3 3,5 9,7
Logements vacants (en %) 10,2 9,8 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Wassigny se trouve à 118 km à l'est d'Amiens, 92 km au sud de Lille, et 202 km au nord-est de Paris. La ville dispose d'une position géographique intéressante (proche de la frontière Nord-Pas-de-Calais) : on peut rejoindre Le Cateau par la, Bohain en Vermandois par la,

Transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches sont les gares de Busigny, Bohain et Maurois, Bertry, Landrecies, situées toutes entre 11 et 15 km de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Marie-Thérèse Morlet, le nom de la commune dérive du latin Wassiniacum, formé à l'aide du nom d'origine gauloise Vasso (cf. mot gaulois *uassos), qui aurait subi l'influence germanique (à l'époque mérovingienne) et aurait changé son initiale v en w[10], suivi du suffixe -(i)acum. Pour Ernest Nègre, le nom de la commune dérive d'un nom de personne d'origine germanique, Watzo[11].

Le village est cité pour la première fois sous l'appellation latine de Vassenis en 1190. Le nom variera encore ensuite de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs : Wassignis, Wassegnies, Wasseignies, Ville de Wassigny, Vassignies, Vassigny, Wassegnie , et enfin l'orthographe actuelle Wassigny au XVIIIe siècle sur la carte de Cassini[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La carte de Cassini montre qu'au XVIIIe siècle, Wassigny est une paroisse située sur la route reliant Le Cateau-Cambrésis à Guise.

A nord, est représenté un moulin à vent en bois.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La gare au début du XXe siècle.

Sur le plan cadastral de 1830 sont dessinés trois moulins aujourd'hui disparus[13].

La ferme Marronnier existe encore actuellement à la sortie du bourg sur la route de Bohain.

La gare de Wassigny était située au croisement des lignes de Laon au Cateau et de Busigny à Hirson. Le dernier tronçon encore exploité pour le trafic de marchandises de Busigny à Guise a fermé dans les années 1980.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Wassigny est membre de la communauté de communes Thiérache Sambre et Oise, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Guise. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Guise pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Liste des mlaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[17]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Léon Robert    
1947 1953 Émile Verecke    
1953 1971 Lucien Robert    
1971 1975 Jean Dubrux   Décédé en fonction
1975 mars 2008 Henri Macaigne[20]    
mars 2008[21] 2014 Bernard Lederle    
avril 2014[22] En cours
(au 26 août 2021[23])
Franck Lépousez SE Agent de La Poste
Réélu pour le mandat 2020-2026[24],[25]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose du groupe scolaire Marcel Foulon et accueille le collège Simone-Veil.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2019, la commune comptait 955 habitants[Note 2], en diminution de 1,14 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7509059711 0851 1551 1341 1981 2241 247
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3141 3401 3791 3341 2941 2491 3161 1791 223
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1721 1231 0771 1141 0841 0301 0469771 004
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 0251 0361 0111 0471 0431 026995986966
2018 2019 - - - - - - -
953955-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

En 1696, le Trésor Royal est vide. Le roi Louis XIV signe un édit imposant à tous les sujets du Royaume possédant un blason de le déclarer officiellement. Il confie cette charge à une compagnie de financiers. Si les villes, ordres religieux, provinces, confréries ou certains sujets déclarent leur blason spontanément, d’autre, les plus nombreux, se font prier pour le faire.

Protégée par les lois royales, la compagnie financière chargée de l’enregistrement va réaliser une véritable chasse au blasonnable et doter nos fidèles aïeux de blasons parfois du plus parfait mauvais goût ou profondément insultants.

Les membres du Tiers-État, de la Noblesse, du Clergé ou les communautés humaines, si leurs revenus le permettaient, bien que parfois limites, n’échapperont pas à la traque des limiers de la compagnie financière.

Wassigny est une communauté d’habitants. Ses revenus étant suffisants, elle fit, ou fut obligée de faire, enregistrer son blason vers 1696 dans les registres de Charles d’Hozier ; cela lui coûta 20 livres en plus les frais d’enregistrements

.

Blason de Wassigny Blason
Écartelé : au 1er et 4e d’argent au loup de sable, au 2e et 3e d’azur à la gerbe de blé d’or[31].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
La commune de Nouvion-sur-Meuse dans le département des Ardennes partage le même blasonnement[31]. Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Wassigny », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/aisne-02
  2. BRGM, « Carte géologique simplifiée de la Région Picardie » [jpg], Sciences de la Vie et de la Terre - Académie d'Amiens (consulté le ).
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Marie-Thérèse Morlet, « La toponymie de la Thiérache », In: Revue Internationale d'Onomastique, 5e année no 3, Septembre 1953, pp. 185-200.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, 1996, p. 869.
  12. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39289w/f347.item
  13. « Plan cadastral de Wassigny : Section A, 1ère feuille sans date », sur https://archives.aisne.fr, vers 1830 (consulté le ).
  14. « communauté de communes Thiérache Sambre et Oise - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Wassigny », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. A la marge de plusieurs territoires - Wassigny, un village sans histoire? M. Dematte, R. Lesage, M.J. Mette (Livre - 2020)
  18. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1878, p252.
  19. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1879, p270.
  20. « Wassigny : L'ancien maire, Henri Macaigne n'est plus », La Thiérache,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  22. « Franck Lépousez, nouveau maire : C'est sans surprise et dans une salle des fêtes comble que, vendredi, à 19 heures, Franck Lépousez est devenu maire du chef-lieu de canton », La Thiérache, no 2576,‎ , p. 38 (ISSN 0183-8415)
  23. Xavier Hénocq, « Wassigny : le conseil retire sa délégation de 1er adjoint à Jérôme Wattelle : Le conseil municipal a approuvé la proposition du maire de retirer sa délégation au 1er adjoint. Les explications de Franck Lépousez. La réaction de Jérôme Wattelle », La Thiérache,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Le maire de Wassigny repart avec une équipe chamboulée : Un tiers du groupe a été remplacé à l’occasion des prochaines échéances électorales », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « À Wassigny, le maire et ses adjoints ont tous été reconduits lors de l’installation du conseil : Le maire et les adjoints ont été reconduits lors du conseil municipal », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. « L’ancien musée Louis-Cornu de Wassigny est en sursis : La municipalité a décidé de rejeter le legs qui fait d’elle la propriétaire du musée crée par le peintre Louis Cornu depuis sa mort en 2014. Elle travaille avec la famille de l’artiste pour trouver une solution pour le futur des œuvres exposées », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b « 02830 Wassigny (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).