Gercy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gercy
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Philippe Lemoine
2014-2020
Code postal 02140
Code commune 02341
Démographie
Population
municipale
290 hab. (2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 50″ N 3° 52′ 06″ E / 49.8138888889, 3.8683333333349° 48′ 50″ Nord 3° 52′ 06″ Est / 49.8138888889, 3.86833333333  
Altitude 130 m (min. : 108 m) (max. : 189 m)
Superficie 6,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Gercy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Gercy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gercy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gercy

Gercy est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.


Géographie[modifier | modifier le code]

C'est une commune située en Thiérache. l'église de Gercy fait partie du circuit des églises fortifiées.

Les communes Gercy et Fontaine-lès-Vervins se partagent le territoire du hameau de Cambron.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paix de Vervins fut signée, le à Vervins (actuelle Aisne) entre les rois Henri IV de France et Philippe II d'Espagne. Ce traité assurait la Picardie à la France et mettait fin à la guerre qui depuis plus de quarante années existait entre la France et l'Empire.

Pierre de Genart, seigneur et châtelain de Gercy en Thiérache (Aisne - 02) en 1590, capitaine de gens à pied (infanterie) sous Henri IV et gouverneur de Vervins, avait épousé Claude de DEY (Armes : D'azur à trois chevrons d'or) veuve de Claude de Flavigny avocat du roi, dont il eut deux enfants Charlotte et François de Genart. François fut seigneur de Gercy et gouverneur de Vervins (1605-1646).

La seigneurie de Gercy, dont Henri IV avait hérité d'Antoine de Bourbon son père, fut aliénée par ce Prince en 1590 au profit de Pierre de Genart capitaine d'une compagnie de gens à pied à son service. L'acte fut passé devant Jacques de Convers et Sébastien Princèpre, notaires à Saint-Quentin, le 9 décembre de ladite année, moyennant 1366 écus deux tiers d'écus d'or qui représentaient 4000 livres tournois. Le roi avait mis, entre autres conditions, que le fief de Gercy serait tenu de lui en foi et hommage, qu'il ne pourrait être aliéné, qu'il passerait aux aînés mâles de l'acquéreur seulement et qu'ils prendraient le titre de Châtelains de Gercy. À défaut de descendance mâle, la terre de Gercy devait faire retour au Domaine de Marle. (Manuscrit de Saint-Germain-des-Près, N°380, folio 43 recto, Bibliothèque Nationale). (Source : Le nobiliaire universel (Paris) 1877 Volume 12 SER2 Page 8)

Ses derniers seigneurs avant la révolution française sont en 1751, Jean Emmanuel de Rambour seigneur de Gercy en Thiérache, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, lieutenant-colonel de cavalerie, qui épouse Marie Cécile Agnès Joseph de Maulde (fille de Jean-Baptiste de Maulde et de Thérèse Aldegonde de Haynin), dame héritière de Cerfontaine, du Cornet, de la Deuze, etc. Jean de Rambures décédera sans hoir, le 19/02/1780, au château de Cerfontaine, par-devant maître Humbert, tabellion et garde-notes royal des ville et prévôté de Maubeuge, son épouse se remarie à son cousin issu de germains, Charles François Joseph van der Straten, chevalier, seigneur de Waillet, du Mont, de Frénoy, de Ponthoz, des Enneilles, officier au régiment de Publa au service de S.M. l’empereur d’Autriche, membre de l’État Noble du Duché de Luxembourg et Comté de Chiny, élevé au titre de comte par le roi de France, député de la noblesse aux États du Hainaut français où il siège jusqu’en 1789 au titre de seigneur de Cerfontaine. Charles décède le 13/07/1791. (Archives de Cerfontaine ; année 1780 ; La Belgique Héraldique par CH. Poplimont, t10, 1867, p366. et 368)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1877 Gustave Beau    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 René Fouan[1]    
2014[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Philippe Lemoine    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 290 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
453 397 601 692 747 749 728 649 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
579 590 564 529 532 511 524 532 472
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 420 407 407 409 436 425 401 395
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
362 349 314 291 332 315 304 301 290
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Enguerrand III de Coucy y mourut en 1242, transpercé par son épée, en voulant traverser un gué[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ (consulté le 26 juillet 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  5. Le Magasin pittoresque, par Edouard Charton, janvier 1863, page 182

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :