Marly-Gomont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marly et Gomont.
Page d'aide sur l'homonymie Pour la chanson du rappeur Kamini voir Marly-Gomont.
Marly-Gomont
La mairie de Marly-Gomont
La mairie de Marly-Gomont
Blason de Marly-Gomont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Guise
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Guise
Maire
Mandat
Dominique Delache
2014-2020
Code postal 02120
Code commune 02469
Démographie
Gentilé Marlysiens
Population
municipale
435 hab. (2012)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 19″ N 3° 47′ 33″ E / 49.9052, 3.792449° 54′ 19″ Nord 3° 47′ 33″ Est / 49.9052, 3.7924  
Altitude Min. 107 m – Max. 184 m
Superficie 12,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Marly-Gomont

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Marly-Gomont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marly-Gomont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marly-Gomont

Marly-Gomont (prononcé [maʁ.li gɔ.mɔ̃ ]) est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie. Ses habitants sont appelés Marlysiens[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Marly-Gomont est située à l'est de Guise, sur la route départementale D 31, à mi-chemin entre cette ville et Étréaupont. Le village actuel était constitué à l'origine de deux localités, Marly (la plus importante) et, jouxtant parfaitement celle-ci par le sud-ouest, Gomont.

Ce village est installé au milieu d'une vallée verdoyante sur la rive gauche de l'Oise sur la pente d'une colline.

Le village est desservi par l'Axe vert de la Thiérache (39 km) reliant Guise à Hirson. Il est aménagé pour les piétons et les cyclistes depuis 2013. La voie verte est incluse dans la véloroute Transeuropéenne Paris-Moscou.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 octobre 2001 Raymond Celet    
décembre 2001[3] avril 2014 Odile Gourlin[4]    
avril 2014[4] en cours
(au 10 avril 2014)
M. Dominique Delache   Chargé de Mission à la Maison des entreprises
de Thiérache et de la Serre (METS)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 435 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
878 959 926 940 1 022 1 033 1 062 1 092 1 092
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 035 1 006 1 025 981 949 962 890 867 813
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
800 803 812 736 697 679 668 600 606
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
614 551 507 420 464 429 420 418 435
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Histoire[modifier | modifier le code]

L'église, comme ailleurs en Thiérache, était protégée des assaillants par sa position élevée et par des lignes plus ou moins concentriques de haies.

Le début de l'histoire du village est estimé vers l'année 1100. Le village est noté alors Marley. En 1464, on trouve la graphie Marli, puis Marly. Entre 1100 et 1700, les terres sont dirigées par le seigneur de Marly qui dépend alors du duché de Guise. Les hameaux dépendants de Marly étaient Béchaué et Gomont.

Le 6 novembre 1918, le 30e bataillon de chasseurs à pied libère le village de l'occupant allemand. Gomont, hameau de Marly. 14 kil. Marly

En 2006, le village se fait connaître grâce au rappeur Kamini.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Marly-Gomont (1926)

  • Marly : Marli (1134), Marliaco (1241), Marly (1793).
  • Gomont : Goumunt (1161), Gomunt (1163), Goumont (1217), Gosmont (1685), Gaumonts (1758).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Marly-Gomont Blason Parti : au 1er coupé au I fascé de gueules et d’argent de huit pièces, au II d’azur à trois fleurs de lis d’or et à la bordure de gueules, au 2e d’azur semé de fleurs de lis d’or ; sur le tout, d’or au lion de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Kamini, rappeur, auteur et interprète de la chanson Marly-Gomont. Dans cette chanson, Kamini évoque sur un ton plutôt humoristique la vie d'une famille noire dans un petit village picard, et ses problèmes avec les railleries ambiantes — mais aussi, de manière plus générale, les difficultés des jeunes du monde rural[7]. Le clip vidéo diffusé sur internet a rencontré un énorme succès en automne 2006 et a propulsé Kamini sur de nombreux médias en France et à l'étranger. La nouvelle notoriété nationale de Marly-Gomont a entraîné le vol des trois panneaux de la commune en janvier 2007. En juillet 2008, de nouveaux panneaux en béton sont situés à l'entrée du village. Ces deux panneaux, peints par MIcowËL, illustrent chacun un titre du chanteur Kamini.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marly-Gomont sur habitants.fr
  2. Entretien avec Kamini sur dailymotion
  3. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  4. a et b « Les maires s'installent », La Thiérache, no 2576,‎ , p. 37 (ISSN 0183-8415)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  7. Clip de Kamini

Liens externes[modifier | modifier le code]