Archon (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archon.
Archon
Église d'Archon, bretèche vue de la place
Église d'Archon, bretèche vue de la place
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Vervins
Intercommunalité Portes de la Thiérache
Maire
Mandat
Jean-Luc Villain
2014-2020
Code postal 02360
Code commune 02021
Démographie
Population
municipale
85 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 32″ nord, 4° 07′ 09″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 225 m
Superficie 6,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Archon

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Archon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Archon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Archon

Archon est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du grec archon (ἄρχων, pl. ἄρχοντες) qui signifie chef ou seigneur. Archium en 1124.

Histoire[modifier | modifier le code]

Église fortifiée d'Archon et ses deux tours

On y a retrouvé des silex taillés du moustérien et des poteries romaines. Au XIIIe siècle, la seigneurie fut cédée aux abbayes Saint-Rémi de Reims et Saint-Vincent de Laon et au chapitre de Rozoy.

Le village a de belles maisons et des granges anciennes construites en bois et torchis. Archon possède un château privé et restauré, le château d'Ogny, édifice du XVIe/XVIIe siècle avec un logis carré flanqué de deux tours aux angles opposés, un portail carré, deux tours carrées. L'ancien moulin d'Ogny est devenu une ferme. L'église Saint-Martin est fortifiée. La façade est protégée par deux tours rondes de chaque côté de la porte et reliées par une passerelle, meurtrières et bretèche.
Patrie de Jean d'Ongnies abbé de La Valroy en 1394, de Pierre Antoine Menu (1769-1844) né à Archon le 2 novembre 1769 Chevalier de la Légion d'honneur, et de Marcel Cury (1891-1984) historien local auteur du Glossaire d’Archon, Rozoy sur Serre et Parfondeval.

Archives : Les deux plus anciens actes d’état civil d’Archon, témoignent de baptêmes en l’église St-Martin, fin octobre 1660. Le premier est celui d’une fille, Jeanne LENGRENE, le second de Jacques CURY fils de Simon CURY et Claude MENNESSON. De 1660 à 1668, nous ne trouvons que des actes de baptême.

Apparaîtront ensuite les mariages. Le premier cité le 3 juillet 1668, est le mariage de deux veufs, Michel DUGARD et Marguerite LENGRENE, dont sont témoins Jean LENGRENE et Claude CHOLLET manouvriers et Louis de LABARRE.

Les inhumations enfin dès janvier 1669. Antoinette BOUCHE est inhumée le 23 janvier, mais nous ne savons pas la date précise du décès ni son âge. Les témoins cités, ses enfants Jacques et François JUMELET, permettent de savoir qu'Antoinette est adulte et l'épouse d'un certain JUMELET.

Les actes de décès et de mariages seront parfois plus riches en informations, permettant de remonter au début du XVIIe siècle, voire fin XVIe siècle. Ainsi le 20 février 1670 est inhumé Jean ROBINET âgé d’environ 85 ans, né donc vers 1585 sous le règne d’Henri III.

L’étude de ces documents aide à mieux tracer l’histoire des populations d’Archon sur 400 ans, donc à mieux comprendre les évolutions économiques et démographiques du village. Cette étude est en cours, elle s’appuie sur l’analyse des données suivantes :

a) L’évolution des naissances, mariages et décès de 1660 à 2010 (on a remarqué une très forte croissance de la population sous le 1er Empire, une chute très brutale de 1850 à 1900)

b) L’apparition et la disparition des patronymes : GRIMPRET, CURY, MENU, MARCHAND, LEFEVRE sont présents depuis au moins le milieu du XVIIe siècle, VILAIN depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. LENGRENE, MENNESSON, FOULON, TAUTE… ne sont plus portés à Archon depuis longtemps.

c) Apparitions, disparitions d’activités (tisserand, laboureur, maréchal-ferrant, maître d’école, boulanger)

État civil

Registres d'actes, 1660-1699 ; 1700-1749; 1750-1769 ; 1770-1789 ; 1790-1800 ; 1801-1819 (manque 1808) ; 1820-1835 ; 1836-1842 (reconstitué) ; 1843-1862 ; 1863-1892 (manque 1873-1882) ; lacune 1893-1918 (excepté 1913 qui est reconstitué) ; 1919-1956 ; 1957-1976. Tables, 1802-1952

Actes retrouvés fin 2010  : actes 1789 – 1790, 1791, Naissances 1793, An II, Décès An III, Naissances An V, Décès An VIII, Naissances An X, 2 naissances 1807, année 1808, 2 décès 1819, année 1835.

Population, économie sociale, statistique Recensements : an IV (hommes de plus de 12 ans) 1836-1906, 1926, 1931, 1936, 1954, 1962.

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Laon pour intégrer l'arrondissement de Vervins[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Gilles Bailliet    
1792   Nicolas Leroy    
An VIII   Jean-Louis Mathieu    
1814   Jacques Bailliet    
1816   Louis Duguet    
1821   Pierre Quaniaux    
1826   Robert Fleury    
1835   Pierre-Antoine Leroy    
1839   Alexandre Marchand   intérimaire
1840   Antoine Quaniaux    
1848   Jean-Louis Hennequin    
1871 1881 Jules Jean-Louis Quaniaux    
1881 1895 Eugène Carlier    
1895 1900 Bailliet    
1900 1906 Eugène Gosset    
1906 1915 Philidor Villain    
1915   Marchand    
1921 1930 Eugène Catrin    
1930 1931 Jules Férez    
1931 1941 Paul Vasseur    
1941 1944 Roger Fleury   Président de la Délégation spéciale
mai 1944   Paul Vasseur   Président de la Délégation municipale
1946 1953 Roger Fleury    
1953 1965 Michel Dufourg    
1965 1983 Roger Fleury    
1983 1989 Michel Dufourg    
1989 mars 2008 Alain Dufourg DVD  
mars 2008 [3] en cours
(au 12 mai 2014)
Jean-Luc Villain MoDem Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 85 habitants, en diminution de -5,56 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
329 370 384 398 388 388 389 376 362
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
323 298 278 258 234 231 221 205 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230 222 224 175 187 178 162 157 143
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
154 146 128 118 87 83 92 85 85
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Martin d'Archon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cadran d'Archon 1820

Pierre Antoine Menu (1769 - 1844) Soldat de l'An II à 24 ans. Après avoir combattu 22 ans dans toute l'Europe, il prendra sa retraite en Thiérache, à Beaumé, capitaine d'infanterie et chevalier de la Légion d'honneur [9].

Né au village d'Archon le 2 novembre 1769, dans une famille de tisserands. Du 22 avril 1793 au 1er septembre 1815, Pierre Antoine fait toute sa carrière militaire au 84e régiment d’infanterie de ligne. Blessé d’un coup de feu sous le téton droit le 26/7/1812 à Koukoviaczi près de Vitepsk, Bataille d'Ostrovno, il ne quitte l'armée qu'à la chute de l'Empire. Mort à Beaumé, le 15 janvier 1844. La stèle de sa sépulture existe toujours[10].

Marcel Cury (1891 - 1984) agriculteur et historien, auteur avec le Dr Georges Railliet du "Glossaire d'Archon, Rozoy sur Serre et Parfondeval" et de nombreux articles parus notamment dans "Linguistique Picarde" [11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les églises fortifiées de la Thiérache » - Guide de découvertes / Sites de Mémoire, balades et circuits - Coll. Guide « Pays côté Histoire » - p. 27 (éd. Chamina, 2006, format 14 x 21 cm, 48 pages, (prix de vente 2007 : 6 euros) - (ISBN 2-84466-110-6))
  • « Glossaire d'Archon, Rozoy sur Serre et Parfondeval » - de Marcel Cury et Georges Railliet. Musée de Picardie, Amiens, 1965. Avec une carte dépliante de la région de nageoire en volume. Collection de la Société de Linguistique Picarde III. Publié with Le Concours du CNRS. Broché, 107 pages coupées non, format 16,5 x 25 cm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de l'Aisne - Recueil n°195 des actes administratifs du 21 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 12 janvier 2017).
  2. Archives Municipales et Départementales.
  3. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  4. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Légion d’Honneur cote LH/1828/37(Archives Nationales)
  10. Inscrite à l'Inventaire du Patrimoine culturel de Picardie et à l'Inventaire général du Patrimoine culturel (Ministère de la Culture)
  11. Revue trimestrielle de la Société de linguistique picarde, Musée de Picardie, Amiens

Liens externes[modifier | modifier le code]