La Flamengrie (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Flamengrie
La Flamengrie (Aisne)
Entrée de l'agglomération.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean Fourdrignier
2020-2026
Code postal 02260
Code commune 02312
Démographie
Gentilé Flamengrois(es)
Population
municipale
1 088 hab. (2020 en diminution de 8,65 % par rapport à 2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 17″ nord, 3° 55′ 16″ est
Altitude Min. 171 m
Max. 232 m
Superficie 26,43 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vervins
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Flamengrie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Flamengrie
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
La Flamengrie
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
La Flamengrie
Liens
Site web laflamengrie.fr

La Flamengrie est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

La Flamengrie est située au nord du département de l'Aisne et fait partie de la communauté de communes de la Thiérache du Centre. La commune est traversée par la route nationale 2 reliant Paris à Bruxelles.

La mairie est un des bâtiments le plus imposant du village, en raison de son beffroi, au même titre que les trois églises, celle de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge au centre, celle de Saint-Martin à Roubay et celle de Saint-Denis au Petit Bois.

En sillonnant les chemins de campagne, on rencontre aussi des calvaires et de nombreux oratoires, intégrés dans un paysage bocager.

Le village est limitrophe du département du Nord et se situe à 15 km de la Belgique.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Flamengrie est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (89,5 %), terres arables (5,1 %), forêts (3,2 %), zones urbanisées (2,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Anciens noms : Flamengueria, (1209) Flamingeria (cartulaire blanc de l’abbaye Saint-Denis), (1212) Flamengeria, (1223) Flamineria (petit cartulaire de Chaourse), 1223 La Flamengria (cartulaire de la seigneurie de Guise), (1226) Flamengria (manuscrit du Sieur l’Elleu), 1360 : Flamenguerie (Trésor des Chartres, registre 90), 1681 : La Flamengry (bailliage de Marfontaine), 1704 : Flammengrie (bailliage de Ribemont), 18e siècle : La Flammengry (carte du Gouvernement de La Capelle), Fin 18e : La Flamangrie (carte de Cassini)
  • Étymologie : Il n'est pas souvent aisé de trouver l'origine d'un nom de localité qui a évolué au fil du temps et a été marqué par l'influence de différentes langues. Trois pistes ont été soulevées ; la 3e semble la plus plausible : 1) Hypothèse latine : Flamen et Geria. Pour Flamen, le latin se traduit par : vent, brise, souffle. Pour Geria, le latin donne : arbre. Ce qui peut donner : vent dans les arbres. 2) Un historien axonais, Amédée Piette, donne une version plus réaliste en faisant dériver ces formes latines de deux noms d’origine hollandaise : vlamen greuze qui signifie : frontière des Flamands ou de la Flandre. Une version issue des travaux de M. LEBEAU sur la description de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe. C’est l’endroit où se rencontraient les limites des pays gaulois Rémes (Rémi) et celui des Gaulois Nerviens (Nervii) symbolisé par les bords de la grande forêt d’Arrouaise. Frontière qui était la même sous Louis XIV et qui séparait le Royaume de France avec les Provinces de Flandres (Hainaut). De nos jours ces limites sont celles des départements de l’Aisne et du Nord. 3) Un historien belge signale que c’est un nom d’origine populaire, né du parler roman et latinisé en Flamingeria. L’appellation La Flamengrie a désigné divers endroits, principalement dans le Hainaut, indiquant des terres occupées par des immigrants flamands (Flamingi) ; le suffixe -erie – indiquant le caractère collectif du mot. Le nom de la commune n’apparaît qu’à partir de la fin du 12e siècle, époque où une émigration se fit depuis la Flandre.

Histoire[modifier | modifier le code]

  •  : le cessez-le-feu de la Grande Guerre a retenti le à La Flamengrie, au hameau d’Haudroy. La Pierre d’Haudroy témoigne encore aujourd’hui de la ténacité du Poilu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Flamengrie est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vervins pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 Liévin-M.[11]    
Les données manquantes sont à compléter.
1993 mai 2020 Nicole Meurisse UDI Retraitée de l'Éducation nationale
Réélue pour le mandat 2014-2020[12]
mai 2020[13],[14] En cours
(au 23 mai 2020)
Jean Fourdrignier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2020, la commune comptait 1 088 habitants[Note 2], en diminution de 8,65 % par rapport à 2014 (Aisne : −1,93 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2451 3411 3331 4261 7441 7241 7081 6951 730
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6881 6741 6131 5361 5031 5021 5131 5041 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2611 2701 2521 1661 1651 1491 1761 0801 060
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0931 0419511 0231 0731 0991 0531 0481 138
2017 2020 - - - - - - -
1 1181 088-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Troignon, lieutenant du capitaine Moneuse, chauffeur, brigand de grand chemin, assassin, pillard... mort dans des circonstances mystérieuses début 1795.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  9. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Flamengrie », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  11. Almanach-annuaire de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, 18e année, Matot-Braine, Reims, 1876, p193.
  12. « Les maires s'installent : Nicole Meurisse, 61 ans, retraitée de l"éducation nationale, entame son cinquième mandat », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 49 (ISSN 0183-8415)
  13. « L'élection du maire et des adjoints s’est déroulée à huis clos à La Flamengrie », sur aisnenouvelle.fr, L'Aisne nouvelle, (consulté le ).
  14. « La Flamengrie, Jean Fourdrignier élu maire », La Thiérache, no 2896,‎ , p. 8 (ISSN 0183-8415)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :