Haplologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En linguistique, l’haplologie (du grec ancien ἁπλόος haploos « simple » + λόγος logos « parole ») est une modification phonétique, un cas particulier de dissimilation consistant en la chute de l’un des phones (sons) ou groupes de phones identiques ou se ressemblant, qui se succèdent dans un mot ou dans des mots voisins[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Exemples d’haplologie dans quelques langues[modifier | modifier le code]

Des segments identiques ou semblables sont apparus généralement entre morphèmes au cours de la formation des mots par composition ou par dérivation, puis certains mots ainsi formés ont évolué dans la même langue en subissant l’haplologie, éventuellement à côté d’autres modifications phonétiques. En latin, par exemple, le mot nutrīx aurait évolué d’une forme non attestée *nutrītrīx[3], ou le mot labilis « labile » – de labibilis[8].

Certains mots non affectés par l’haplologie ont été empruntés par d’autres langues et intégrés y compris par haplologie. En français, par exemple, le mot du latin ecclésiastique idololatria a été adopté sous la forme idolâtrie[9].

On a appliqué également l’haplologie dans le processus de formation de mots dans des périodes relativement récentes de l’histoire des langues. Par exemple, des mots devenus internationaux comme (fr) tragi-comique[1] et tragi-comédie[9], cf. (ru) трагикомедия (traguikomedia)[7], (ro) tragi-comic[5], se sont formés par composition des mots correspondant à tragique + comique et comédie, respectivement, par le procédé habituel dans les langues romanes qui recourt à l’emploi de la voyelle de liaison -o-, ce qui a donné en français tragico-comique et tragico-comédie[9]. L’haplologie en a fait les formes consacrées par les standards actuels.

Des cas d’haplologie entre mot base et suffixe de dérivation sont, par exemple :

(fr) analyse + -iste > analyste (suppression du i du suffixe)[10];
(en) prevent « prévenir » + -ative > preventative > preventive « préventif » (suppression du groupe at du suffixe)[3];
(ru) розов(ый) [rozov(y)] « rose » + -оват (-ovat) > розововатый (rozovovaty) > розоватый (rozovaty) (suppression de l’un des groupes ov) « rosâtre »[7];
(hu) ok + vet + -etlen > okvetetlen > okvetlen (suppression de l’un des groupes et) « impérieux »[8] ;
(hr) bez- « sans » + zakonit « legal » > bezzakonit > bezakonit « illégal »[11].

Certains mots composés existent dans la variété standard de la langue, même dans la terminologie linguistique, en variantes sans haplologie et avec haplologie, par exemple même le terme (en) haplology > haplogy[3], ou le terme (fr) morphophonologie > morphonologie[12].

L’haplologie a des application syntaxiques aussi, entre mots qui se succèdent dans des syntagmes. En français standard, par exemple, on dit Il écrit dans Le Monde, où l’article défini Le fait partie du titre du journal et il se conserve, mais on supprime l’article défini le qui devrait suivre normalement la préposition. Un autre exemple est J’irai à la place de *J’y irai, même quand dans le contexte précédent il y a un complément auquel devrait se référer le pronom y[13]. Un exemple d’haplologie dans le cas de segments non pas identiques mais seulement semblables est la suppréssion du pronom personnel atone complément d’objet direct devant le pronom personnel atone complément d’objet indirect, les deux de la 3e personne, suppression qui n’a pas lieu d’ordinaire : Ma chère maman, si jolie, si élégante, et qui me plaisait tant sans que j’ose lui dire (Paul Léautaud), au lieu de le lui dire[14].

Les cas d’haplologie ci-dessus, étant standard, sont rendus par l’écriture correcte des langues en cause. Il y a cependant des cas, également standard, où l’haplologie n’apparaît pas à l’écrit. C’est le cas de l’élimination de l’hiatus entre voyelles identiques ou très ressemblantes en français. Par exemple, dans une proposition comme Il va à Arras, les deux hiatus entre les trois [a] qui se succèdent est éliminé par haplologie et l’allongement d’un seul [a] : [ilvaːʁɑs][15].

L’haplologie est présente dans des variétés non standard aussi, par exemple dans les registres de langue familier et populaire, ou en tant que phénomène individuel dans la parole fluide et rapide. Elle est rendue par écrit seulement dans un but stylistique. Exemples :

(fr) pa < papa[16], lycéen [liˈsɛ̃] < [liseˈɛ̃][17] ;
(ro) jumate < jumătate « moitié »[5];
(en) library [ˈlaɪbrɪ] < [ˈlaɪbrərɪ] « bibliothèque »[4] ;
(hr) Tankosa (prénom féminin) < Tankokosa « aux cheveux fins » < tanka « fine » + kosa (féminin singulier) « cheveux »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dubois 2002, p. 230.
  2. Grevisse et Goosse 2007, p. 234.
  3. a b c et d Bussmann 1998, p. 500.
  4. a et b Crystal 2008, p. 224.
  5. a b et c Bidu-Vrănceanu 1997, p. 234.
  6. Constantinescu-Dobridor 1998, article haplologie.
  7. a b et c Yartseva 1990, article Гаплоло́гия « haplologie ».
  8. a b et c Tótfalusi 2008, article haplológia.
  9. a b et c Grevisse et Goosse 2007, p. 191.
  10. Grevisse et Goosse 2007, p. 176.
  11. Barić 1997, p. 621.
  12. Dubois 2002, p. 230.
  13. Grevisse et Goosse 2007, p. 234.
  14. Grevisse et Goosse 2007, p. 842.
  15. Grevisse et Goosse 2007, p. 26.
  16. Grevisse et Goosse 2007, p. 36.
  17. Grevisse et Goosse 2007, p. 174.
  18. Barić 1997, p. 613.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (hr) Barić, Eugenija et al., Hrvatska gramatika [« Grammaire croate »], 2de édition revue, Zagreb, Školska knjiga, 1997 (ISBN 953-0-40010-1) (consulté le )
  • (ro) Bidu-Vrănceanu, Angela et al., Dicționar general de științe. Științe ale limbii [« Dictionnaire général des sciences. Sciences de la langue »], Bucarest, Editura științifică, 1997 (ISBN 973-440229-3) (consulté le )
  • (en) Bussmann, Hadumod (dir.), Dictionary of Language and Linguistics [« Dictionnaire de la langue et de la linguistique »], Londres – New York, Routledge, 1998 (ISBN 0-203-98005-0) (consulté le )
  • (ro) Constantinescu-Dobridor, Gheorghe, Dicționar de termeni lingvistici [« Dictionnaire de termes linguistiques »], Bucarest, Teora, 1998 ; en ligne : Dexonline (DTL) (consulté le )
  • (en) Crystal, David, A Dictionary of Linguistics and Phonetics [« Dictionnaire de linguistique et de phonétique »], 4e édition, Blackwell Publishing, 2008 (ISBN 978-1-4051-5296-9) (consulté le )
  • Dubois, Jean et al., Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse-Bordas/VUEF, 2002
  • Grevisse, Maurice et Goosse, André, Le bon usage. Grammaire française, 14e édition, Bruxelles, De Boeck Université, 2007 (ISBN 978-2-8011-1404-9)
  • (hu) Tótfalusi, István, Idegenszó-tár. Idegen szavak értelmező és etimológiai szótára [« Dictionnaire étymologique de mots étrangers »], 3e édition, Budapest, Tinta, 2008 ; en ligne : Idegenszó-tár. Digitális tankönyvtár (consulté le )
  • (ru) Yartseva, V. N. (dir.), Лингвистический энциклопедический словарь [« Dictionnaire encyclopédique de linguistique »], Moscou, Sovietskaïa Entsiklopedia, 1990 (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]