Anciennes unités de mesure françaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les anciennes unités de mesure françaises ont été nombreuses et variées. Sous l'Ancien Régime, plusieurs tentatives ont existé afin d'uniformiser les mesures.

Il faut attendre la création du système métrique lors de la Révolution pour qu'un système uniforme remplace les mesures anciennes mais il faut attendre près d'un demi-siècle de plus pour qu'il s'impose réellement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les systèmes de mesure à l’ancienne ont une tradition plurimillénaire. Ils furent donc conçus bien avant l’invention du système arithmétique positionnel décimal.

Unicité des unités de mesures jusqu’au IXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans la plus haute antiquité, les poids et mesures de l'Asie et de l'Égypte étaient universellement en usage dans tout le continent, en Europe, en Asie, en Afrique, et spécialement en Espagne[1].

En France, du temps des premiers rois, les poids et mesures étaient aussi uniformes. Les magistrats étaient chargés, par des ordonnances, non seulement d'en entretenir l'uniformité dans toutes les provinces, mais encore de les vérifier d'après les étalons qui, pour la garantie publique, étaient alors gardés soigneusement dans le palais du roi[1].

Multiplicité des unités de mesures du IXe jusqu’au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Vers la fin du règne de Charlemagne (qui introduisit la livre de 12 onces) et pendant celui de Charles II, de 840 à 877, cette uniformité commença à s'altérer. Les seigneurs suzerains, profitant alors des troubles de l'État, introduisirent des usages conformes à leurs intérêts, en créant des mesures plus grandes ou plus petites que le prototype. Bientôt chaque ville, chaque village eut ses poids et ses mesures particuliers ; il y avait même des cantons (comme dans la Bretagne), où l'on était obligé d'avoir jusqu'à six mesures différentes dans le même grenier. Que résultait-il de cette confusion ? Que les étalons étant abandonnés, on rétablissait les mesures à volonté ; ce qui donnait lieu à des injustices et à des procès qui ruinaient souvent les habitants des campagnes[1].

Philippe IV, Philippe V, Louis XI, François Ier, Henri II, et leurs successeurs, reconnaissant l'abus de cette confusion, nuisible à l'intérêt général, entreprirent de rétablir cette uniformité ; des commissions furent nommées, des ordonnances rendues et des procès-verbaux dressés à cet effet ; mais ces projets furent abandonnés ; on en comptait 490, souvent contradictoires, et presque autant de poids et de mesures que de lieux. Vers le milieu du règne de Louis XVI, un système décimal de poids et de mesures fut proposé et devait enfin rendre cette uniformité depuis si longtemps désirée, lorsque de nouveaux troubles empêchèrent le roi de mettre ce projet à exécution, projet qui fondait toutefois déjà l'idée du futur nouveau système métrique unique qui allait perdurer jusqu'à nos jours[1].

Naissance du mètre en 1791[modifier | modifier le code]

Les cahiers de doléance rédigés lors de la Révolution de 1789 réclamaient une mesure universelle pour s'affranchir de l'arbitraire des unités de mesure seigneuriales. Le climat de réforme qui suivit les événements révolutionnaires permit de précipiter le choix d'un étalon.

Une commission est instituée le pour définir cette unité universelle. Elle est composée de Jean-Charles de Borda, Nicolas de Condorcet, Pierre-Simon de Laplace, Joseph-Louis de Lagrange et Gaspard Monge. Le choix doit être fait entre trois références possibles : la longueur du pendule simple à secondes à la latitude de 45°, la longueur du quart du cercle de l'équateur ou enfin la longueur du quart du méridien terrestre. C’est cette dernière mesure qui est retenue le , date de création du mètre qui est défini comme la dix millionième partie du quart du méridien terrestre[2].

Le système métrique décimal est alors institué le 18 germinal an III () par la loi « relative aux poids et mesures » mais celui ne s'impose pas immédiatement dans la population.

Mesures usuelles[modifier | modifier le code]

En 1812, Pierre Daru, ministre de l'Intérieur de Napoléon Bonaparte, constate une « résistance à l'adoption d'une aussi utile institution » qui serait due au fait que les mesures métriques « ne sont peut-être pas assez appropriées aux besoins journaliers du peuple »[3].

Ainsi, un décret impérial du , tout en maintenant le système métrique comme seul légal et enseigné dans les écoles, autorise l'utilisation dans le commerce de détail de mesures usuelles nommées d'après les anciennes unités mais calculées sur la base du système métrique[3]. Ainsi sont par exemple utilisées une toise métrique de 2 mètres, une livre métrique de 500 grammes, etc.

Ce système reste en vigueur jusqu'à la loi du , sous le ministère de François Guizot, qui adopte le système métrique décimal en France[2] de manière exclusive.

Mesures d'Ancien Régime (jusqu'en 1795)[modifier | modifier le code]

Unités de longueur[modifier | modifier le code]

Unités de longueur dans le système du roi de France[modifier | modifier le code]

Nom d'unité correspondance en pied-du-roi en toise de l'Écritoire
d'avant 1667
en toise du Châtelet
d'après 1668
un point 1/12 ligne 1 / 1 728 0,189 mm 0,188 mm
une ligne 12 points 1 / 144 2,268 mm 2,256 mm
un pouce 12 lignes 1 / 12 2,722 cm 2,707 cm
un pied-du-roi 12 pouces 1 32,660 cm 32,484 cm
une toise 6 1,959 m 1,949 m
une perche-du-roi 3 toises 18 5,877 m 5,847 m
une perche ordinaire 10/9 perches-du-roi 20 6,532 m 6,497 m
une perche d'arpent[4] 11/9 perches-du-roi 22 7,185 m 7,146 m
un arpent 10 perches d'arpent 220 71,851 m 71,465 m
une lieue ancienne[5] 500 perches ordinaires 10 000 3,266 km
une lieue de Paris[6] 600 perches ordinaires 12 000 3,898 km
une lieue des Postes[7] 60 arpents 13 200 4,288 km
une lieue tarifaire[8] 720 perches ordinaires 14 400 4,678 km
En 1799 le mètre décimal fut déterminé être égal à 443,296 lignes-du-roi.
Depuis le pied-du-roi mesure 9 000 / 27 706 mètre.

Correspondance avec l'aune de Paris[modifier | modifier le code]

L’aune, instaurée en 1540 par un édit royal de François Ier était une tentative de rendre acceptable une unité de mesure nouvelle partout en Europe. Il voulait restaurer le pied romain, car l’aune de Paris se voulait de quatre pieds romains exactement. Cependant, les conseillers de François Ier partirent d’un ratio simplifié – voire erroné – du pied romain et du pied français, qu’ils estimèrent être de 11 à 10. Établi à l’origine pour mesurer 6 288 points-du-roi de la toise de l'Écritoire, on trouva à la fin du XVIIIe siècle que l’aune de Paris mesurait 6 322 points-du-roi.

Unités de longueur typographiques françaises[modifier | modifier le code]

Le point typographique français, le point Didot, égale 1/72 pouce, soit deux points-du-roi.

Le pica français, appelé « Cicéro », mesure 12 points Didot ou 24 points-du-roi.

Le point Didot de l'industrie de l'imprimerie égale tout juste0,376 mm. Un pied de 324,864 mm. Cet écart d'environ 0,0076 % est – et de loin – en deçà de toutes les précisions techniquement exigées.

Unités de superficie[modifier | modifier le code]

Nom d'unité en perche carrée en pied carré Équivalence
un pied carré 1 / 484 1 0,1055  0,1055 ca
une toise carrée 9 / 121 36 3,7987  3,7987 ca
une perche carrée 1 484 51,0720  0,510720 a
une vergée 25 12 100 1 276,7996  0,12767996 ha
une acre 100 48 400 5 107,1983  0,51071983 ha
La perche des arpenteurs fut généralement utilisée pour les superficies.
Cette perche carrée mesure donc 22 x 22 = 484 pieds-du-roi carrés.
Cent perches carrées, c'est l'arpent carré, autrement dit l'acre.
Les arpenteurs québécois ont toujours préféré la perche-du-roi carrée.

Unités de volume et de capacité[modifier | modifier le code]

Mesure du volume des liquides[modifier | modifier le code]

Nom d'unité en pinte en pouce cube Équivalence
un pouce cube 1 / 48 1 1,9836 cl
Il y a exactement deux cent cinquante-six roquilles dans une velte.
une roquille 1 / 32 2,9755 cl
un posson (ou poisson) 1 / 8 6 11,9018 cl
un demiard 1 / 4 12 23,8036 cl
une chopine 1 / 2 24 47,6073 cl
une pinte 1 48 0,952146 l
une quade 2 96 1,904292 l
une velte 8 384 7,617168 l
La pinte est la petite capacité principale. C'est un 1 / 36 pied-du-roi cube.

Cependant, la pinte anglaise et des États-Unis sont respectivement 1 / 50 et 1 / 60 pied anglais cube.
Le volume du pied cube – pour les liquides – fut appelé amphore dans l'Antiquité.

un pied cube 36 1 x 1 728 34,277 l
un quartaut 72 2 x 1 728 68,555 l
une feuillette 144 4 x 1 728 137,109 l
un muid 288 8 x 1 728 274,218 l
une pipe 432 12 x 1 728 411,327 l
Neuf veltes remplissent un quartaut. Le muid, du latin modius, est la mesure.

Mesure du volume des matières sèches[modifier | modifier le code]

Nom d'unité en boisseau en pied cube 10 pouces
cubes
Équivalence
un litron 1 / 16 5 / 216 4 79,345 cl
un quart 1 / 4 5 / 54 16 3,174 l
un boisseau 1 10 / 27 64 12,695 l
un minot 3 10 / 9 192 38,086 l
une mine 6 20 / 9 384 76,172 l
un setier 12 40 / 9 768 152,343 l
un muid 144 480 / 9 9 216 18,28116 hl
une toise cube 216 74,03832 hl
Il y a exactement vingt-sept boisseaux dans dix pieds-du-roi cube.
Note : L'usage français du mot boisseau ne correspondait pas à l'usage universel.
Le boisseau – mesure des matières sèches – est en principe égal d'un pied cube.
Le minot français correspondait à un pied-du-roi cube, et en plus son neuvième.
un pied cube 27 / 10 1 1 728 / 10 34,277 l

Selon ces mesures, chaque muid contient 12 setiers, ou 24 mines, ou 48 minots, ou 144 boisseaux. Mais ce ratio, qui est exact pour Paris et pour les mesures de chaux, blé, orge, fèves, lentilles et autres similaires, ne vaut pas pour certaines denrées. Ainsi le minot d'avoine contient 6 boisseaux (soit 288 boisseaux par muid), et celui de sel en contient 4 (soit 192 boisseaux par muid). Le muid de plâtre ne contient que 72 boisseaux (cette denrée se mesure en "sacs", avec 36 sacs de 2 boisseaux chacun par muid)[9].

Par ailleurs, le muid de Rouen contenait aussi 12 setiers (de Rouen), mais 14 setiers de Paris. Il pesait 3 360 livres poids de marc. Le muid d'Orléans pesait 600 livres, soit 12 mines ; il équivalait à 2 setiers 1/2 de Paris, ou 5 boisseaux de Bordeaux. Le muid du Berry faisait 21 boisseaux, avec 16 boisseaux pour un setier[9].

Unités de débit[modifier | modifier le code]

Outre les unités dérivées évidentes du type volume / temps, les fontainiers ont utilisé le pouce d'eau, débit d'un orifice d'un pouce de diamètre percé dans une paroi verticale mince, quand le niveau amont est maintenu sur une ligne au-dessus du haut de l'orifice. Il correspond à environ 19,2 mètres cubes par jour. L'origine de cette appellation vient du dispositif utilisé pour jauger le débit d'une source : un barrage percé de trous bouchés par des bouchons que l'on enlève jusqu’à ce que le niveau amont se stabilise à la bonne hauteur, le nombre de bouchons enlevés mesurant la puissance de la source. Ce dispositif était appelé une cuvette de jauge. On parle aussi de pouce fontainier ou de pouce de fontainier.

Un lexique de la fontainerie de 1814 définit le Pouce-d'eau comme l'ouverture d'un pouce de diamètre par laquelle l'eau sortant sans être forcée, donne quinze pintes d'eau par minute - ce qu'on nomme pouce de fontainier[10]

Gaspard de Prony était parvenu à définir un ajutage, de 17 millimètres de long, 20 de diamètre, débitant 20 mètres cubes par jour pour un niveau amont de 30 millimètres au-dessus du trou. Cette unité fut appelée nouveau pouce d'eau.

Unités de masse[modifier | modifier le code]

Les poids de marc de la pile dite de Charlemagne.

Unités d'intensité lumineuse[modifier | modifier le code]

Vers 1800, le carcel était l'unité de intensité lumineuse (On parlait alors de « pouvoir éclairant »)[11].

De la fin du XIXe siècle jusqu'à la première moitié du XXe siècle, l’unité pratique d'intensité lumineuse était la bougie, remplacée en 1948 par la candela, unité de mesure du système international d'unités de l'intensité lumineuse[12].

Unité agricole[modifier | modifier le code]

La botte, est le nom de tous les produits de l'agriculture réunis en masse et attachés par le moyen d'un lien circulaire. Presque partout la contenance de la botte est arbitraire mais cependant se rapproche d'un certain taux lié à l'habitude ou à l'usage. Dans quelques cantons toutefois, la botte est fixée pour la plupart des objets par des règlements de police. À Paris par exemple, en 1814, la botte de paille doit peser dix livres, celle de foin dix livres, etc.

En général les bottes diminuent de grosseur à mesure que la denrée devient rare parce qu’il est toujours difficile jusqu'à un certain point au vendeur de forcer l'acquéreur à payer le prix commun ou habituel[13].

Les premières bottes de petites raves sont de moitié plus petites que celles qui sont apportées au marché quinze jours plus tard. La disposition en botte favorise la fraude. On trouve souvent des herbes pourries ou de mauvaise nature au centre d'une botte de foin, des asperges très petites au milieu d'une botte dont celle du tour sont fort belles. Il faut donc lorsqu'on est prudent et qu'on ne connaît pas le vendeur visiter les objets qu on achète en botte[13].

« En agriculture, un cheval de manège doit avoir pour son ordinaire, une botte de foin de seine, c'est-à-dire du foin qui croit au long de la rivière de la Seine, car une botte de ce foin nourrit deux fois mieux que les bottes du foin qui est élevé loin des rivage de la seine[14]. »

Matériaux de menuiserie et charpenterie vendus en botte[modifier | modifier le code]

Début XIXe siècle, en termes de treillage, une botte est la réunion d'un certain nombre d'échalas propres à faire les treillages, contenant ensemble la quantité de trente-six toises linéaires[15].

En charpenterie, les lattes carrée pour la pose des tuiles se vendent à la botte, qui en contient cinquante deux: chaque latte a quatre pieds de longueur un pouce trois quarts ou deux pouces de large et deux à trois lignes d'épaisseur.

La latte à ardoise s'appelle latte volige; elle doit être de bois de chêne et avoir la même longueur que la latte carrée quatre à cinq pouces de large et trois lignes d'épaisseur; elle se débite aussi à la botte mais la botte n'en contient que vingt cinq.

La botte peut faire à peu près une toise et demie de couverture chaque latte est attachée par quinze clous quand elle est large et quand elle est étroite dix suffisent; on y attache l'ardoise avec deux ou trois clous on compte ordinairement une livre et demie de clous par botte de lattes[16].

Matériaux de serrurerie vendus en botte[modifier | modifier le code]

En termes de serrurerie, début XIXe siècle, certains fers se vendent en botte: Le fer en botte se livre lié par paquet ; tels sont le fer coulé, le fenton, la côte de vache, etc.; le fer de bandelette est un petit fer plat qui se livre en botte, et qui porte de 6 à 15 lignes de large sur 2 à 3 lignes d'épaisseur. Le Fer côte de vache est une espèce de fer en verge, refendu par les couteaux ou espatars des fenderies - Il est rude, carré, mal fait, et se vend lié en botte - Il porte de 5 à 10 lignes de grosseur[17].

Mesures usuelles (1812-1837)[modifier | modifier le code]

Des mesures usuelles sont autorisées sous le Premier Empire pour le commerce de détail afin de faciliter le passage du système ancien au système métrique dans la population[3]. Il s'agit d'unités équivalentes aux anciennes unités mais dont la valeur est définie par rapport au nouveau système métrique. Sont ainsi autorisées[18] :

  • La toise dont la valeur est établie à 2 m ; une toise est divisée en 6 pieds d'environ 333,3 mm ou 72 pouces de 27,78 mm ; le pouce est divisé en 12 lignes.
  • L'aune dont la valeur est établie à 120 cm ; l'aune est divisée en demi-aunes et en tiers d'aune.
  • Le litre est divisé en demis, quarts, huitièmes, seizièmes.
  • Le boisseau dont la valeur est établie à un huitième d'hectolitre ; il existe un double-boisseau, un demi-boisseau et un quart de boisseau.
  • La livre dont la valeur est établie à 500 g ; la livre est divisée en 16 onces, chaque once est divisée en 8 gros, chaque gros en 72 grains.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) Jean-François-Gaspard Palaiseau (1816), Métrologie universelle, ancienne et moderne : ou Rapport des poids et mesures des empires, royaumes, duchés et principautés des quatre parties du monde, introduction
  2. a et b « Histoire de la mesure », sur Métrologie française (consulté le 25 août 2009)
  3. a, b et c « Décrets impériaux et principaux actes du Gouvernement », sur ensmp.fr,‎ 1812
  4. La « perche d'arpent » est celle « des eaux et des forêts ». C'est la perche traditionnelle des arpenteurs.
  5. La « lieue ancienne » est l'ancienne « lieue de Paris ». Elle est d'un "myriapied". C'est la lieue officielle jusqu'en 1674.
  6. La « lieue de Paris » avec sa nouvelle définition de 1674 égale 2 000 toises. Après 1737, elle fut aussi appelée « des Ponts et des Chaussées ».
  7. La « lieue des Postes » de 2 200 toises du Châtelet fut créée en 1737.
  8. La « lieue tarifaire (du transport de grains) » de 2 400 toises date de la même année.
  9. a et b Dictionnaire universel de commerce, tome 3. par Jacques Savary Des Bruslons. 1748.
  10. J.M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment. Vocabulaire des arts et métiers en ce qui concerne les constructions (fontainerie), Carilian,‎ (lire en ligne)
  11. Le carcel de la Lampe à huile (de Bertrand Guillaume Carcel) ancienne unité d'intensité lumineuse qui valait un peu moins de 10 bougies
  12. La candela a été définie le par la neuvième conférence générale des poids et mesures.
  13. a et b Nouveau cours complet d'agriculture théorique et pratique Deterville. Paris 1814.
  14. Le Veritable parfait mareschal. Jacques de Solleysel. Chez André Molin, 1675; Consulter en ligne
  15. Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques. Tome quatrième.Panckoucke 1785.
  16. La Nouvelle maison rustique, ou Économie rurale, pratique et générale de tous les biens de campagne. Par J-F Bastien. Destray 1798. Consulter en ligne
  17. J.M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment. Vocabulaire des arts et métiers en ce qui concerne les constructions (serrurerie), Carilian,‎ (lire en ligne)
  18. « Arrêté pour l'exécution du décret impérial du 12 février 1812 », sur Gallica (consulté le 1 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François-Gaspard Palaiseau, Métrologie universelle, ancienne et moderne : ou Rapport des poids et mesures des empires, royaumes, duchés et principautés des quatre parties du monde, Bordeaux, Lavigne jeune,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]