Rhode Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rhode Island
Blason de Rhode Island
Sceau du Rhode Island.
Drapeau de Rhode Island
Drapeau de l’État du Rhode Island.
Rhode Island
Carte des États-Unis avec l'État de Rhode Island en rouge.

Surnom
The Ocean State ; Little Rhody
En français : « L’État de l’océan ; Petit Rhodes ».

Devise
Hope
« L’Espoir ».
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Providence
Adhésion à l’Union (232 ans)[1] (13e État)
Gouverneur Daniel McKee (D)
Sénateurs Jack Reed (D)
Sheldon Whitehouse (D)
Nombre de représentants 2
ISO 3166-2 US-RI
Fuseau horaire Heure de l’Atlantique (hiver : UTC−05:00 ; 
été  :UTC−04:00)
Démographie
Gentilé Rhode-Islandais(e) (en anglais : Rhode Islander)
Population 1 059 361 hab. (2019[2])
Densité 265 hab./km2
Rang 43e
Ville la plus peuplée Providence
Géographie
Altitude 60 m
Min. 0 m
Max. 247 m (Jerimoth Hill)
Superficie 4 002 km2
Rang 50e
– Terre 2 706 km2
– Eau (%) 1 295 km2 (41,19 %)
Coordonnées de 41° 18′ N à 42° 01′ N
de 71° 08′ W à 71° 53′ O
Divers
Langues officielles De jure : aucune
De facto : anglais
Liens
Site web ri.gov

Symboles du Rhode Island
drapeau
Le drapeau du Rhode Island.
Symboles vivants
Arbre Érable rouge
Fleur Violette
Fruit Rhode Island Greening
Insecte Nicrophorus americanus (en)
Mammifère Phoque commun
Oiseau Rhode-Island
Poisson Bar rayé
Symboles non vivants
Aliment Calmars
Boisson Coffee milk (en)
Chanson Rhode Island it's for Me (en)
Coquille Cyprine
Minéral Antigorite
Roche Cumberlandite
Tartan The State of Rhode Island
Pièce de 25 cents de l'État
1/4 de dollar
La pièce du Rhode Island émise en 2001.

Le[3] Rhode Island (prononciation en anglais : /ˈɹoʊd ˈaɪ.lənd/, littéralement « Île-de-Rhodes ») est le plus petit État des États-Unis, mais aussi l'un des plus densément peuplés. Lors du recensement de 2010, l’État compte 1 052 567 habitants[4]. Jusqu’au référendum de novembre 2020, son nom complet était « État du Rhode Island et des Plantations de Providence » (State of Rhode Island and Providence Plantations)[5]. La capitale et plus grande ville de l’État est Providence. L’État fait partie de la région de la Nouvelle-Angleterre, qui se situe dans le Nord-Est des États-Unis.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La première mention du nom Rhode Island par écrit (Isola di Rhode) a été faite par l’explorateur Giovanni da Verrazzano en 1524 (il fait référence à une île près de l’embouchure de la baie de Narragansett, qu’il compare à l’île de Rhodes en Méditerranée). Certains attribuent le nom à l’explorateur néerlandais Adriaen Block qui a nommé cette région Roode Eylandt, ce qui signifie l’« île rouge » en vieux néerlandais, en référence à l’argile rouge des côtes semblable à l’île grecque de Rhodes ; et c’est ce nom qui fut plus tard anglicisé en Rhode Island, lorsque la région passa sous contrôle britannique.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1524, le navigateur italien Giovanni da Verrazzano, envoyé par François Ier, fut le premier Européen à visiter une partie de ce qui est l’actuel État du Rhode Island. Il aperçut au large l’actuelle Block Island et la nomma Luisa en l’honneur de Louise de Savoie, reine-mère de France. Verrazzano décrivit l’île comme ayant « environ la taille de l’île de Rhodes ». Quand les fondateurs de la Colonie du Rhode Island et des plantations de Providence firent des relevés, ils pensèrent alors que l’île Aquidneck était l’île à laquelle Verrazzano faisait référence. Une erreur se produisit en 1614, quand Luisa fut cartographiée par l’explorateur néerlandais Adriaen Block et d’après qui Luisa fut renommée par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales en Block Island, cependant la raison en reste inconnue[6]. Les explications officialisées par l’État du Rhode Island pour l’origine du nom sont qu’Adriaen Block nomma la région Roodt Eylandt ce qui signifie l’« île rouge » en néerlandais en référence à l’argile rouge des côtes, et c’est ce nom qui fut plus tard anglicisé en Rhode Island lorsque la région passa sous le contrôle britannique[7].

Histoire coloniale et des débuts[modifier | modifier le code]

La colonie du Rhode Island a été fondée en 1644 par Roger Williams, un colon non conformiste exilé de la colonie de la baie du Massachusetts pour ses avis religieux. Il a fondé la première ville de la colonie, Providence, près de la baie de Narragansett comme un centre pour la liberté religieuse. Le territoire pour la colonie avait été acheté aux Amérindiens locaux, ainsi qu’au roi d’Angleterre. Avant la fondation de la colonie, la région avait déjà reçu la visite du marin néerlandais Adriaen Block dans les premières années du XVIIe siècle.

En 1652, le Rhode Island est la première région d’Amérique du Nord qui adopte une loi pour supprimer l’esclavage ; néanmoins, les négociants de Providence et de Newport continuent à gagner des bénéfices massifs du commerce des esclaves avec d’autres colonies[réf. souhaitée].

L’État est l’une des 13 colonies américaines qui participèrent à la guerre d’indépendance des États-Unis ; le gouvernement déclare son indépendance le . En revanche, il fut le dernier à ratifier la Constitution des 13 colonies originelles[8].

Après la guerre, le Rhode Island devient un centre industriel. En 1824, Providence devient le plus grand centre pour les transactions diamantaires. En même temps, les villes industrielles se sont peuplées d’immigrés européens (irlandais, italiens, anglais) ainsi que de québécois.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

L’État du Rhode Island est situé dans le nord-est des États-Unis, bordé au nord et à l’est par le Massachusetts, à l’ouest par le Connecticut et au sud par l’océan Atlantique[9].

Géographiquement, en contraste avec le nom de l’État, la majeure partie du territoire de l’État n’est pas insulaire ; néanmoins, toute la partie sud-est est constituée par la baie de Narragansett et un archipel d îles, dont l’île Aquidneck.

Cet État est le moins étendu des États-Unis. Le Rhode Island est un État densément peuplé, mais dans une moindre mesure que son grand voisin le Connecticut. La majorité de la population habite sur la côte, et près de deux habitants sur dix habitent dans la capitale Providence.

Le territoire du Rhode Island est connu pour les plages et les petites fermes, mais aussi pour une grande forêt-marais dans l’est de l’État.

Climat[modifier | modifier le code]

La plus haute température jamais enregistrée dans l’État du Rhode Island est 40 °C, le dans la ville de Providence tandis que la température la plus basse fut de −25 °C, le à Greene. Les températures moyennes de chaque mois vont d'un minimum de −7 °C (−6,7 °C) à un maximum de 28 °C (27,8 °C)[10]. Les données concernant les précipitations annuelles du Rhode Island de 1961 à 1990 peuvent être consultées sur les sites suivants :

Aires protégées[modifier | modifier le code]

Le monument national de la synagogue Touro.

Le National Park Service gère cinq aires protégées dans le Rhode Island[11] :

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Comtés[modifier | modifier le code]

L’État du Rhode Island est divisé en 5 comtés[12].

Agglomérations[modifier | modifier le code]

L’État fait partie intégrante du BosWash, une mégalopole s′étendant sur plusieurs États du Nord-Est des États-Unis entre Boston et Washington.

Aire métropolitaine[modifier | modifier le code]

Le Bureau de la gestion et du budget a défini une aire métropolitaine en partie dans l’État du Rhode Island[13].

Aire métropolitaine
Zone urbaine Population
(nationale)
(2010)
Population
(nationale)
(2013)
Variation
(nationale)
(2010 – 2013)
Rang national
(2013)
Providence-Warwick, RI-MA 1 052 567
(1 600 852)
1 051 511
(1 604 291)
−0,1 %
(+0,2 %)
(38)

En 2010, tous les Rhode-Islandais résidaient dans l’aire métropolitaine de Providence-Warwick.

Aire métropolitaine combinée[modifier | modifier le code]

Le Bureau de la gestion et du budget a également défini une aire métropolitaine combinée en partie dans l’État du Rhode Island.

Aire métropolitaine combinée
Zone urbaine Population
(nationale)
(2010)
Population
(nationale)
(2013)
Variation
(nationale)
(2010 – 2013)
Rang national
(2013)
Boston-Worcester-Providence, MA-RI-NH-CT 1 052 567
(7 893 376)
1 051 511
(8 041 303)
−0,1 %
(+1,9 %)
(6)

Municipalités[modifier | modifier le code]

La capitale du Rhode Island, Providence.

L’État du Rhode Island compte 39 municipalités[14], dont 10 de plus de 30 000 habitants.

Municipalités de plus de 30 000 habitants
Rang Municipalité Type Comté Population
(2010)
Population
(2013)
Variation
(2010 − 2013)
1 Providence City Providence 178 042 177 994 −0,0 %
2 Warwick City Kent 82 672 81 971 −0,9 %
3 Cranston City Providence 80 387 80 566 +0,2 %
4 Pawtucket City Providence 71 148 71 172 +0,0 %
5 East Providence City Providence 47 037 47 149 +0,2 %
6 Woonsocket City Providence 41 186 41 026 −0,4 %
7 Coventry Town Kent 35 014 34 935 −0,2 %
8 Cumberland Town Providence 33 506 34 055 +1,6 %
9 North Providence Town Providence 32 078 32 238 −0,5 %
10 South Kingstown Town Washington 30 639 30 615 −0,1 %

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Densités de population en 2010 (en mile carré).
Historique des recensements
Ann. Pop.  
179068 825
180069 122 +0,43 %
181076 931 +11,3 %
182083 059 +7,97 %
183097 199 +17,02 %
1840108 830 +11,97 %
1850147 545 +35,57 %
1860174 620 +18,35 %
1870217 353 +24,47 %
1880276 531 +27,23 %
1890345 506 +24,94 %
1900428 556 +24,04 %
1910542 610 +26,61 %
1920604 397 +11,39 %
1930687 497 +13,75 %
1940713 346 +3,76 %
1950791 896 +11,01 %
1960859 488 +8,54 %
1970946 725 +10,15 %
1980947 154 +0,05 %
19901 003 464 +5,95 %
20001 048 319 +4,47 %
20101 052 567 +0,41 %
Est. 20191 059 361 +0,65 %

Le Bureau du recensement des États-Unis estime la population du Rhode Island à 1 059 361 habitants au , soit une baisse de 0,65 % depuis le recensement des États-Unis de 2010 qui avait décompté 1 052 567 habitants[15]. Depuis 2010, l’État connaît la seule décroissance démographique des États-Unis.

Avec 1 052 567 habitants en 2010, le Rhode Island était le 43e État le plus peuplé des États-Unis. Sa population comptait pour 0,34 % de la population du pays. Le centre démographique de l’État était localisé dans le comté de Providence dans la ville de Cranston[16].

Avec 393,08  hab./km2 en 2010, le Rhode Island était le 2e État le plus dense des États-Unis après le New Jersey (461,55 hab./km2).

Le taux d’urbains était de 90,7 % et celui de ruraux de 9,3 %[17].

En 2010, le taux de natalité s’élevait à 10,6 [18] (10,4  en 2012[19]) et le taux de mortalité à 9,1 [20] (8,9  en 2012[21]). L’indice de fécondité était de 1,63 enfant par femme[18] (1,59 en 2012[19]). Le taux de mortalité infantile s’élevait à 7,1 [20] (6,5  en 2012[21]). La population était composée de 21,28 % de personnes de moins de 18 ans, 11,40 % de personnes entre 18 et 24 ans, 25,06 % de personnes entre 25 et 44 ans, 27,83 % de personnes entre 45 et 64 ans et 14,43 % de personnes de 65 ans et plus. L’âge médian était de 39,4 ans[22].

Entre 2010 et 2013, la décroissance de la population (−1 056) était le résultat d’une part d’un solde naturel positif (4 753) avec un excédent des naissances (35 614) sur les décès (30 861), et d’autre part d’un solde migratoire négatif (−5 672) avec un excédent des flux migratoires internationaux (11 659) et un déficit des flux migratoires intérieurs (−17 331)[23].

Selon des estimations de 2013, 84,8 % des Rhode-Islandais étaient nés dans un État fédéré, dont 57,8 % dans l’État du Rhode Island et 27,0 % dans un autre État (20,1 % dans le Nord-Est, 3,1 % dans le Sud, 2,4 % dans le Midwest, 1,4 % dans l’Ouest), 2,3 % étaient nés dans un territoire non incorporé ou à l’étranger avec au moins un parent américain et 12,9 % étaient nés à l’étranger de parents étrangers (45,6 % en Amérique latine, 21,3 % en Europe, 18,6 % en Asie, 12,5 % en Afrique, 1,6 % en Amérique du Nord, 0,3 % en Océanie). Parmi ces derniers, 51,3 % étaient naturalisés américains et 48,7 % étaient étrangers[24],[25].

Selon des estimations de 2012 effectuées par le Pew Hispanic Center, l’État comptait 35 000 immigrés illégaux, soit 3,3 % de la population[26].

Composition ethno-raciale et origines ancestrales[modifier | modifier le code]

Selon le recensement des États-Unis de 2010, la population était composée de 81,41 % de Blancs, 5,72 % de Noirs, 3,30 % de métis, 2,89 % d’Asiatiques (0,65 % de Chinois, 0,49 % de Cambodgiens), 0,58 % d’Amérindiens, 0,05 % d’Océaniens et 6,05 % de personnes n’entrant dans aucune de ces catégories.

Les métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (2,99 %), principalement blanche−noire (0,78 %) et blanche−autre (0,61 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (0,32 %).

Les non-hispaniques représentaient 87,59 % de la population avec 76,35 % de Blancs, 4,90 % de Noirs, 2,85 % d’Asiatiques, 2,23 % de métis, 0,38 % d'Amérindiens, 0,03 % d’Océaniens et 0,84 % de personnes n’entrant dans aucune de ces catégories, tandis que les Hispaniques comptaient pour 12,41 % de la population, principalement des personnes originaires de la République dominicaine (3,33 %), de Porto Rico (3,32 %), du Guatemala (1,79 %), du Mexique (0,86 %) et de la Colombie (0,79 %)[22].

Historique récent de la composition ethno-raciale du Rhode Island (en %)[22],[27]
1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Blancs 98,38 98,12 97,58 96,62 94,67 91,42 85,01 81,41
———Non hispaniques 93,40 89,30 81,89 76,35
Noirs 1,55 1,76 2,13 2,68 2,91 3,87 4,47 5,72
———Non hispaniques 3,42 4,00 4,90
Asiatiques (et Océaniens jusqu'en 1990) 0,04 0,07 0,14 0,40 0,56 1,83 2,26 2,89
———Non hispaniques 2,23 2,85
Autres 0,03 0,05 0,15 0,30 1,86 2,88 8,26 9,98
———Non hispaniques 3,22 3,49
Hispaniques (toutes races confondues) 2,08 4,56 8,66 12,41

En 2013, le Bureau du recensement des États-Unis estime la part des non-Hispaniques à 86,4 %, dont 74,6 % de Blancs, 5,3 % de Noirs, 3,1 % d’Asiatiques et 2,1 % de métis, et celle des Hispaniques à 13,6 %[28].

En 2000, les Rhode-Islandais s’identifiaient principalement comme étant d’origine italienne (19,0 %), irlandaise (18,4 %), anglaise (12,0 %), française (10,9 %), portugaise (8,7 %), canadienne-française (6,4 %), allemande (5,3 %), polonaise (4,1 %) et américaine (3,0 %).

L’État avait les plus fortes proportions de personnes d’origine italienne, portugaise et arménienne, la 3e plus forte proportion de personnes d’origine irlandaise, la 4e plus forte proportion de personnes d’origine canadienne-française ainsi que la 5e plus forte proportion de personnes d’origine française.

L’État abrite la 25e communauté juive des États-Unis. Selon le North American Jewish Data Bank, l’État comptait 18 750 Juifs en 2013 (22 280 en 1971), soit 1,8 % de la population[29].

Les Amérindiens s’identifiaient principalement comme étant Narragansetts (22,7 %), Wampanoags (4,1 %), Cherokees (3,2 %) et Pequots (2,1 %).

Les Hispaniques étaient principalement originaires de la République dominicaine (26,8 %), de Porto Rico (26,8 %), du Guatemala (14,4 %), du Mexique (7,0 %) et de la Colombie (6,3 %)[30]. Composée à 40,7 % de Blancs, 8,7 % de métis, 6,6 % de Noirs, 1,6 % d’Amérindiens, 0,4 % d’Asiatiques, 0,2 % d’Océaniens et 41,9 % de personnes n’entrant dans aucune de ces catégories, la population hispanique représentait 44,9 % des Océaniens, 33,6 % des Amérindiens, 32,5 % des métis, 14,3 % des Noirs, 6,2 % des Blancs, 1,5 % des Asiatiques et 86,1 % des personnes n’entrant dans aucune de ces catégories.

L’État avait la plus forte proportion de personnes originaires du Guatemala (1,79 %), les 2e plus fortes proportions de personnes originaires de la République dominicaine (3,33 %) et de la Bolivie (0,18 %), la 3e plus forte proportion de personnes originaires de la Colombie (0,79 %), la 6e plus forte proportion de personnes originaires de Porto Rico (3,32 %) ainsi que la 9e plus forte proportion de personnes originaires de l’Équateur (0,11 %).

L’État comptait également le 6e plus grand nombre de personnes originaires de la République dominicaine (35 008) et le 9e plus grand nombre de personnes originaires de la Bolivie (1 912).

Les Asiatiques s’identifiaient principalement comme étant Chinois (22,5 %), Cambodgiens (17,0 %), Indiens (15,3 %), Laotiens (9,4 %), Philippins (8,6 %), Coréens (7,0 %), Viêts (4,4 %) et Hmongs (3,0 %)[31].

L’État avait les plus fortes proportions de Cambodgiens (0,49 %) et de Laotiens (0,27 %).

L’État comptait également le 9e plus grand nombre de Cambodgiens (5 176).

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (90,4 %), principalement blanche−noire (23,6 %), blanche−autre (18,3 %), blanche−asiatique (12,7 %), noire−autre (11,8 %), blanche−amérindienne (9,3 %) et noire−amérindienne (5,8 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (9,6 %)[32].

Religion[modifier | modifier le code]

L’église anglicane Saint John Church à Newport.

Selon l’institut de sondage The Gallup Organization, en 2015, 32 % des habitants du Rhode Island se considèrent comme « très religieux » (40 % au niveau national), 30 % comme « modérément religieux » (29 % au niveau national) et 38 % comme « non religieux » (31 % au niveau national)[33]. Le territoire du diocèse catholique de Providence (érigé en 1872) coïncide depuis 1904 avec celui de l’État du Rhode Island.

Langues[modifier | modifier le code]

Langue parlée à la maison par la population âgée de plus de 5 ans[34],[35],[36],[37]
Langue 1980 1990 2000 2010 2016
Anglais 83,50 % 82,97 % 80,04 % 79,24 % 78,35 %
Français 4,55 % 3,22 % 1,97 % 1,37 % 0,94 %
Créole français (principalement haïtien) 0,15 % 0,44 % 0,57 % 0,75 %
Italien 3,16 % 2,20 % 1,40 % 0,90 % 0,67 %
Espagnol 1,35 % 3,79 % 8,06 % 10,35 % 11,63 %
Polonais 0,67 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % 0,00 %
Chinois 0,15 % 0,27 % 0,39 % 0,59 % 0,68 %
Portugais 6,61 % 4,27 % 3,80 % 3,33 % 3,16 %
Autres 3,13 % 3,33 % 3,67 % 3,82 %

Politique[modifier | modifier le code]

Équilibres partisans dans le Rhode Island à la suite des élections de 2018
Exécutif de l’État Assemblée générale de l’État Congrès
Gouverneur Lieutenant-gouverneur Secrétaire d’État Procureur général Trésorier Chambre des représentants Sénat Chambre des représentants Sénat
Gina Raimondo (D) Daniel McKee (D) Nellie Gorbea (en) (D) Peter Neronha (en) (D) Seth Magaziner (en) (D) D : 33 ; R : 5 D : 66 ; R : 9 D : 2 D : 2

L’électorat du Rhode Island compte environ 10 % de républicains, 40 % de démocrates et 50 % de non-affiliés. Ces derniers, s’ils votent pour le Parti démocrate aux élections présidentielles, ont longtemps soutenu des républicains modérés aux postes de gouverneur et sénateur[38].

Le nord de l’État — à l’exception de l’enclave libérale de Providence — a un électorat plutôt conservateur mais favorable à l’intervention du gouvernement en économie (des « Reagan Democrats »). Au contraire, le sud du Rhode Island accueille de nombreux « républicains Rockefeller », modérés, votant aujourd’hui pour le Parti démocrate. Le comté de Kent, au centre de l’État, est la région où les républicains réalisent généralement leurs meilleurs scores[38].

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Rhode Island a longtemps été un bastion whig (violet) puis républicain (bleu). Cependant, il fut en 1928 le seul État avec le Massachusetts à voter majoritairement pour le démocrate (jaune) Al Smith. L’État est depuis lors un bastion démocrate, même lorsque les États proches de Nouvelle-Angleterre votent massivement républicain.
Résultats des élections présidentielles
Année Républicain Démocrate
1972 53,00 % (220 383) 46,80 % (194 645)
1976 44,10 % (181 249) 55,40 % (227 636)
1980 37,20 % (154 793) 47,70 % (198 342)
1984 51,80 % (212 080) 49,90 % (197 106)
1988 43,93 % (177 761) 55,64 % (225 123)
1992 29,02 % (131 601) 47,04 % (213 299)
1996 26,82 % (104 683) 59,71 % (233 050)
2000 31,91 % (130 555) 60,99 % (249 508)
2004 38,67 % (169 046) 59,42 % (259 760)
2008 35,21 % (165 391) 63,13 % (296 571)
2012 35,24 % (157 204) 62,70 % (279 677)
2016 38,90 % (180 543) 54,41 % (252 525)
2020 38,61 % (199 922) 59,39 % (307 486)

Au XIXe siècle, le Rhode Island fut le bastion du parti Whig avant d’être constamment celui du parti républicain de 1856 à 1908. En 1912, avec 39,04 % des voix, Woodrow Wilson est le premier démocrate[réf. souhaitée] à remporter l’État depuis Franklin Pierce en 1852. Cette victoire acquise dans le cadre d’une élection triangulaire reste sans lendemain. En 1928, avec 50,16 % des suffrages, Al Smith est le premier démocrate à remporter l’élection[réf. souhaitée] dans l’État avec à la fois une majorité absolue de suffrages tout en étant battu au plan national par son adversaire républicain (Herbert Hoover).

De 1928 à 1980, les républicains ne remportent l’élection dans l’État qu’à 3 reprises[réf. souhaitée] (Dwight D. Eisenhower en 1952 et 1956 et Richard Nixon en 1972). En 1964, le candidat démocrate Lyndon B. Johnson y emporte 80,87 % des suffrages contre Barry Goldwater. En 1980, il fut l’un des six États (sur 50) à voter pour le démocrate Jimmy Carter, battu à l’échelon national par le républicain Ronald Reagan. En 1984, Reagan remporta l’élection dans le Rhode Island[réf. souhaitée] mais avec une marge plaçant l’État au 48e rang des 49 États dans lesquels il remporta l’élection[réf. souhaitée] cette année-là. Plus aucun candidat républicain n’a remporté le Rhode Island depuis 1984.[réf. souhaitée] En 1988 et 2000, le Rhode Island fut l’État qui apporta en pourcentage le plus de voix au candidat démocrate au niveau national. Lors de l’élection présidentielle de 2004, le démocrate John Kerry y obtient 59,42 % des voix, contre 38,67 % au président républicain George W. Bush, un de ses plus mauvais scores alors qu’il était réélu nationalement. En 2008, Barack Obama, le candidat démocrate, y obtint 64 % des suffrages et la majorité des voix dans la totalité des 39 villes et villages de l’État à l’exception de la ville de Scituate[39].

Lors des élections de 2016, la démocrate Hillary Clinton a remporté le Rhode Island avec 54,4 % des voix. Le Président élu, le républicain Donald Trump, a obtenu pour sa part 38,9 % des suffrages[40].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le gouverneur actuel du Rhode Island, Daniel McKee.
Rhode Island State Capitol

Depuis le , le démocrate Daniel McKee occupe le poste gouverneur du Rhode Island. Le lieutenant-gouverneur est la démocrate Sabina Matos.

Les deux chambres de l'Assemblée générale du Rhode Island sont contrôlées par les démocrates.

L’État du Rhode Island est l’un des 15 États des États-Unis, sur 50, à ne pas avoir la peine de mort dans sa législation.

Représentation fédérale[modifier | modifier le code]

Lors de la législature 2019-2021, la délégation des élus du Rhode Island au Congrès des États-Unis est composée des sénateurs démocrates Jack Reed et Sheldon Whitehouse et des représentants démocrates David Cicilline et James Langevin.

Police d’État du Rhode Island[modifier | modifier le code]

Compétente sur la totalité des grands axes et autoroutes de l’État, la RISP (Rhode Island State Police) dispose de 190 policiers et de 43 personnels administratifs sous les ordres d’un superintendant.[réf. souhaitée] Elle dispose de cinq sites principaux et des services suivants : Charitable Gaming Unit, Special Weapons And Tactics, Dive Team (plongeurs), Intelligence Unit, Detective Unit (police judiciaire), Governor's Security Unit, Commercial Vehicle Enforcement Unit, Training Academy. L’arme de service est le Sig-Sauer P226 DAK en .357 SIG (remplaçant le Smith & Wesson Model 19 en .357 Magnum).[réf. souhaitée]

Économie[modifier | modifier le code]

L’industrie (métallurgie, agroalimentaire, textile, électronique, chimie, mécanique) et les activités tertiaires (commerce, banques, tourisme) sont très développées. L’État possède des stations balnéaires et quelques monuments historiques (Friends Meetinghouse, 1699 ; la Synagogue Touro, la plus ancienne synagogue des États-Unis, construite en 1763 ; The Breakers, riche hôtel particulier construit en 1895).

Culture[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Sites d'importance[modifier | modifier le code]

Centres historiques

Centres culturels

Éducation et universités[modifier | modifier le code]

Un hall de l'université Brown.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les quahogs sont utilisés dans la cuisine du Rhode Island.

Parmi les plats les plus représentatifs du Rhode Island on retrouve[41],[42],[43] :

Sport[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Rhode Island's ratification » [html], sur USConstitution.net (consulté le ).
  2. (en) « Resident Population Data: Population Change », Bureau du recensement des États-Unis, (consulté le ).
  3. Office québécois de la langue française, « Préposition devant les noms d’États américains », sur bdl.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le ).
  4. « Why this state is the worst for business », sur CNBC (consulté le ).
  5. (en) « Constitution of the State of Rhode Island and Providence Plantations » [« Constitution de l’État du Rhode Island et des Plantations de Providence »], texte intégral de la constitution en vigueur [html], sur Assemblée générale de l’État du Rhode Island, (consulté le ).
  6. (en) « How Rhode Island got its name », sur sec.state.ri.us, State of Rhode Island, Secretary of State (consulté le ).
  7. (en) « Facts & History », sur ri.gov (consulté le ).
  8. (en) « Rhode Island’s Ratification of the Constitution | US House of Representatives : History, Art & Archives », sur history.house.gov (consulté le ).
  9. Carte de l’État du Rhode Island Carto-mondo.fr
  10. (en) « Average temperature range graphic », sur rssWeather.com
  11. (en) « National Park Service, Rhode Island », sur nps.gov
  12. (en) « Quick Facts Data — Maps — Rhode Island », sur quickfacts.census.gov (version du 3 novembre 2011 sur l'Internet Archive).
  13. (en) « Bulletin b13-01 », sur whitehouse.gov,
  14. (en) (en) « Data », sur census.gov
  15. (en) « Population estimates, July 1, 2015, (V2015) », sur quickfacts.census.gov (consulté le ).
  16. (en) US Census Bureau Geography, « State Centers of Population 1880 − 2010 : Alabama », sur www.census.gov (consulté le ).
  17. (en) « American FactFinder − Results », sur factfinder2.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  18. a et b (en) Joyce A. Martin, M.P.H.; Brady E. Hamilton, Ph.D.; Stephanie J. Ventura, M.A.; Michelle J.K. Osterman, M.H.S.; Elizabeth C. Wilson, M.P.H.; et T.J. Mathews, « Births: Final Data for 2010 », National Vital Statistics Reports, vol. 61, no 1,‎ (lire en ligne).
  19. a et b (en) Joyce A. Martin, M.P.H.; Brady E. Hamilton, Ph.D.; Michelle J.K. Osterman, M.H.S.; Sally C. Curtin, M.A.; et T.J. Mathews, « Births: Final Data for 2012 », National Vital Statistics Reports, vol. 62, no 9,‎ (lire en ligne).
  20. a et b (en) Sherry L. Murphy, B.S.; Jiaquan Xu, M.D.; et Kenneth D. Kochanek, « Deaths: Final Data for 2010 », National Vital Statistics Reports, vol. 61, no 4,‎ (lire en ligne).
  21. a et b (en) Sherry L. Murphy, B.S.; Kenneth D. Kochanek, M.A.; Jiaquan Xu, M.D.; et Melonie Heron, « Deaths: Final Data for 2012 », National Vital Statistics Reports, vol. 63, no 9,‎ (lire en ligne).
  22. a b et c (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  23. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  24. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  25. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  26. (en) « Unauthorized Immigrants in the U.S., 2012 », sur Pew Research Center’s Hispanic Trends Project (consulté le ).
  27. (en) Campbell Gibson et Kay Jung, « Historical Census Statistics on Population Totals by Race, 1790 to 1990, and by Hispanic Origin, 1970 to 1990, for the United States, Regions Divisions, and States » [PDF], .
  28. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  29. (en) « Jewish Population in the United States 2013 », sur jewishdatabank.org (consulté le ).
  30. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  31. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  32. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov, U.S. Census Bureau (consulté le ).
  33. (en) « State of the States », sur Gallup.com (consulté le ).
  34. (en) « Language spoken at home by ability to speak English for the population 5 years and over », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  35. (en) « Age by language spoken at home for the population 5 years and over », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  36. (en) « Language spoken at home by ability to speak English for the population 5 years and over », sur census.gov (consulté le ).
  37. (en) « Vol. 1. Characteristics of the Population », sur census.gov.
  38. a et b (en) Micah Cohen, « Rhode Island: The Most Elastic State », sur FiveThirtyEight.com, (consulté le ).
  39. (en) « CNN − Election results by town in Rhode Island », sur CNN.com, (consulté le ).
  40. (en) « Rhode Island Results », Election 2016, sur NYTimes.com, (consulté le ).
  41. (en) « 10 Must Try Rhode Island Foods », sur We3Travel, (consulté le ).
  42. (en) « Where To Eat », sur VisitRI.com
  43. (en) « Classic Foods of Rhode Island », sur VisitRI.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :