Jean Delannoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delannoy.
Jean Delannoy
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Delannoy dans les années 2000.

Nom de naissance Jean-François Henri Delannoy
Naissance
Noisy-le-Sec, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 100 ans)
Guainville
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables L'Éternel Retour
La Symphonie pastorale
Notre-Dame de Paris
La Princesse de Clèves
Les Amitiés particulières

Jean Delannoy est un réalisateur et scénariste français, né le à Noisy-le-Sec (département de la Seine[1]) et mort le [2] à Guainville (Eure-et-Loir).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce cinéaste français, dont le nom fut synonyme de « qualité française » a réalisé ses films les plus significatifs sous un patronage littéraire. Réalisateur de plusieurs mélodrames, il avait déjà connu le succès, notamment avec Pontcarral, colonel d'empire (1943), lorsqu'il put réaliser l'Éternel Retour (1943), avec la collaboration de Jean Cocteau. Plus tard, ce dernier adapta pour lui la Princesse de Clèves (1961).

Au classicisme un peu froid de La Symphonie pastorale (1946), de Les jeux sont faits (d'après le scénario de Jean-Paul Sartre, 1947) ou de Maigret tend un piège (1958) ont succédé nombre de films académiques qui ont conduit leur réalisateur vers la télévision à partir de 1976, puis à tourner une trilogie purement hagiographique : Bernadette (1988), la Passion de Bernadette (1990) et Marie de Nazareth (1995).

Jean Delannoy fut aussi connu pour ses films avec costumes, dits « de capes et d'épées ».

Avec l'âge, à partir des années 1980, il acquiert une nouvelle aura, semblable à celle d'un patriarche : il est souvent consulté par de jeunes cinéastes de la nouvelle génération, et il demeure le grand témoin de l'âge d'or du cinéma français. Il fut aussi l'un des grands témoins du monde du cinéma français sous l'occupation, dirigé en partie par la Continental, entre 1940 et 1944.[réf. nécessaire]

Le 12 janvier 2008, il fête ses 100 ans, et devient le patriarche des cinéastes français, ayant connu l'age d'or du cinéma français des années 1930 à 1940, et ayant débuté aux débuts du cinéma parlant, à partir de la fin des années 1920.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Monteur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Témoignage

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le département de la Seine est aujourd'hui la Seine-Saint-Denis
  2. LaDépêche.fr : Décès du réalisateur Jean Delannoy

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Guiguet, Emmanuel Papillon et Jacques Pinturault, Jean Delannoy : filmographie, propos, témoignages, Aulnay-sous-Bois, Institut Jacques Prévert Amis de Ciné-sous-Bois,‎ (ISBN 978-2-9501-0040-5, OCLC 16735346).
  • Guy Paqui (préf. Gilbert Prouteau), Jean Delannoy : ses années lumière, 1938-1992, Toulon, Presses du Midi,‎ , 407 p. (ISBN 978-2-8127-0171-9, OCLC 670409930).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]