John Cleese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cleese.
John Cleese
Description de cette image, également commentée ci-après
John Cleese en 2008.
Nom de naissance John Marwood Cleese
Naissance (78 ans)
Weston-super-Mare (Somerset, Angleterre)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Profession Acteur, Scénariste, Humoriste
Films notables Monty Python : Sacré Graal !
La Vie de Brian
Le Sens de la vie
Un poisson nommé Wanda
Meurs un autre jour
Séries notables Monty Python's Flying Circus
L'Hôtel en folie

John Marwood Cleese (/ˈkliːz/), né le à Weston-super-Mare (Angleterre), est un acteur, scénariste et humoriste anglais. Il est notamment connu comme l’un des cofondateurs des Monty Python.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

John Cleese naît à Weston-super-Mare en Angleterre, fils unique de Reginald Francis Cleese (1893-1972), vendeur d'assurances, et de Muriel Evelyn (née Cross, 1899-2000)[1]. Son nom de famille était originellement Cheese, mais son père, qui en avait honte, décide de le changer au moment de s'engager dans l'armée durant la Première Guerre mondiale[2]. Petit, John Cleese était un supporter des clubs Bristol City FC et du Somerset County Cricket Club[3]. Il va à l'école au St Peter's Preparatory School, où il reçoit un prix en anglais et où il a des bons résultats en sport au cricket et à la boxe. A 13 ans, il obtient une bourse pour aller au Clifton College, une public school à Bristol. Il était déjà très grand, mesurant 1.83 m.

Il est admis en droit au Downing College de l'Université de Cambridge[2]. Avec son habileté naturelle à faire rire, il est invité à se joindre à la troupe de théâtre Footlight dès la première année. C’est là qu’il rencontre son futur partenaire d’écriture Graham Chapman.

Carrière[modifier | modifier le code]

Grâce à son talent d’auteur comique, il est engagé par la BBC, où il travaille notamment pour l'émission de radio The Dick Emery Show. Bientôt, il quitte ses fonctions pour rejoindre le Cambridge Circus en tournée en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, à Broadway.

John Cleese décide de rester aux États-Unis pendant quelque temps, et collabore à un magazine appelé Help!, dont le rédacteur en chef adjoint est Terry Gilliam, futur comparse des Monty Python. Cleese rédige ensuite, sans véritable succès, des articles de politique internationale pour Newsweek. Après quoi, il rejoint l’American Establishment Review, mais finit par rentrer à Londres en 1965.

Avec Graham Chapman, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin, il écrit pour deux émissions de télévision, The Frost Report et At Last The 1948 Show. Puis, lorsque Terry Gilliam arrive des États-Unis commence l’aventure de la fameuse série Monty Python's Flying Circus, présentée pour la première fois en octobre 1969 sur les petits écrans britanniques. C'est un succès considérable et immédiat. Une deuxième saison est présentée. Le film And Now For Something Completely Different (La Première Folie des Monty Python), à destination du marché américain qui n'avait pas accès à la série télévisée sort, début 1971, réunissant les meilleurs morceaux de leur série télévisée, retournés pour l'occasion. Une troisième saison du Flying Circus démarre en septembre 1972, incluant quelques spectacles sur scène.

Préoccupé par le manque d’originalité des sketches de la troupe, John Cleese décide de quitter le Flying Circus qui se dissout après sa quatrième saison. L’équipe se réunit néanmoins au complet à nouveau pour réaliser le film Monty Python : Sacré Graal !, qui sort au printemps 1975.

En 1974, Cleese écrit avec Connie Booth Romance With a Double Bass, adapté d’un roman d'Anton Tchekhov. En décembre 1974, il tourne le pilote de L'Hôtel en folie (Fawlty Towers). Cette série télévisée connaît un immense succès et devient un véritable classique, au point d'être désignée par le British Film Institute comme l’émission de télévision la plus populaire de toute l’Histoire. John Cleese et Connie Booth divorcent en 1978, mais créent une autre série de six épisodes de L'Hôtel en folie (Fawlty Towers) l’année suivante.

Même si les Pythons poursuivent chacun des carrières solo, ils font une tournée aux États-Unis et au Canada, puis réalisent en 1978 Monty Python : La Vie de Brian (Monty Python's Life of Brian), le film préféré de John Cleese (selon ses propos dans le making-of de The Meaning of life). Ensuite vient le film Monty Python : Le Sens de la vie (Monty Python's The Meaning of Life) en 1983.

Monty Python n’est qu’une des nombreuses facettes du talent de John Cleese. En Grande-Bretagne, il est apparu dans Le Muppet Show, a joué le rôle de Petrucho dans Taming of The Shrew, une série de la BBC. En dehors de Monty Python, Cleese a été de la distribution de nombreuses comédies durant les années 1980, telles que Privates on Parade (1982), Yellowbeard (1983) et Clockwise (1986).

John Cleese est aussi un visage familier aux États-Unis. Il apparaît dans de nombreuses publicités, participe à The Great Muppet Caper (1981), Lawrence Kasdan's Silverado (1985), The Big Picture (1989), et prête sa voix pour le film d’animation An American Tale 2: Fievel Goes West (1991).

Le plus grand succès de Cleese au cinéma demeure Un poisson nommé Wanda (A Fish Called Wanda, 1988), une comédie mettant en vedette Cleese, Kevin Kline, Jamie Lee Curtis et Michael Palin. Le film, écrit et produit par Cleese, a été récompensé d’un British Academy Award (meilleur acteur : Cleese), en plus d’être nommé aux Oscars.

Plus tard, il est apparu avec Eric Idle et Rick Moranis dans le film Grandeur et Descendance (1993) (Splitting Heirs) et a retrouvé l’équipe de son film Wanda dans Créatures féroces (1997) (Fierce Creatures). Il incarne le scientifique Q dans la série James Bond et tient un rôle dans Rat Race (2000) de Jerry Zucker. John Cleese tient le rôle du fantôme Nick Quasi-Sans-Tête dans la série des films adaptés des romans de Harry Potter, apparaît dans Pluto Nash, puis fait à nouveau partie de l'aventure James Bond dans Meurs un autre jour (Die another day).

Outre le cinéma et la télévision, Cleese a appuyé Amnesty International tout au long de sa carrière. Il a participé à de nombreux concerts de charité depuis 1975, incluant le fameux The Secret Policeman's Ball en 1979. Il connaît également beaucoup de succès en affaires. En 1972, il a fondé Video Arts. Il a aussi coécrit deux livres avec le psychiatre Robin Skynner : La famille, comment s'en dépêtrer (Families and How to Survive Them, 1984) et Comment être un névrosé heureux (Life and How to Survive It, 1993).

Vie privée[modifier | modifier le code]

John Cleese rencontre l’actrice américaine Connie Booth aux États-Unis et se marient en 1968[4]. En 1971, ils ont une fille, Cynthia Cleese. Le couple écrit le script et joue ensemble dans la série Fawlty Towers, même si le divorce est prononcé, en 1978, avant que la seconde saison de la série soit terminée et diffusée. Ils seraient restés bons amis depuis. John Cleese a aujourd'hui deux petits-enfants, Evan et Olivia, du mariage de sa fille avec Ed Solomon.

John Cleese se remarie avec l’actrice américaine Barbara Trentham en 1981[5], époque pendant laquelle il déménage à Los Angeles, avant de divorcer en 1990. Ils ont ensemble une fille, Camilla, en 1984.

Sa troisième épouse est la psychothérapeute américaine Alyce Faye Eichelberger, de 1992 à 2008. Le divorce permet à cette dernière d'obtenir 12 millions de livres sterling et une pension de 600.000 livres pendant sept ans[6].

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Politiquement, John Cleese est proche des Liberal Democrats, parti centriste. Il a d'ailleurs enregistré des vidéos de propagande politique en leur faveur. Il a également refusé le prestigieux Ordre de l'Empire britannique (Order of the British Empire), décoration qui lui avait été proposée par le parti conservateur. En 2016, il prend position pour le Brexit parce que, selon lui, l'Union européenne est irréformable[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • 1964–1973 : I'm Sorry, I'll Read That Again
  • 1972 : I'm Sorry I Haven't a Clue

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Michel Prud'homme[9] est la voix française régulière de John Cleese. Il y a également Frédéric Cerdal qui l'a doublé à quatre reprises.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (mai 2013).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « John Cleese Biography (1939-) », sur filmreference.com (consulté le 26 octobre 2017)
  2. a et b (en) Matthew Stadlen, « John Cleese says: 'I’ve finally found true love – in a fish and three cats’ », sur telegraph.co.uk, (consulté le 26 octobre 2017)
  3. (en) Amy Raphael, « 'Ross and Brand were astoundingly tasteless' », sur theguardian.com, (consulté le 26 octobre 2017)
  4. (en) Cahal Milmo, « Life after Polly: Connie Booth (a case of Fawlty memory syndrome) », sur independent.co.uk,
  5. (en) « John Cleese », sur nndb.com (consulté le 26 octobre 2017)
  6. (en) Andrew Pierce, « John Cleese in £12 million divorce settlement », sur telegraph.co.uk, (consulté le 26 octobre 2017)
  7. « Des personnalités britanniques pour le Brexit », sur liberation.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  8. (en) « Alison Steadman, John Cleese and Jason Watkins to star in brand new BBC One comedy series Edith », sur bbc.co.uk,
  9. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé John Cleese en France », sur RS Doublage.
  10. (en) U. Thalmann et T. Geissmann, « New Species of Woolly Lemur Avahi (Primates: Lemuriformes) in Bemaraha (Central Western Madagascar) », American Journal of Primatology, no 67,‎ , p. 371-376 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :