Sylvester Stallone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stallone.
Sylvester Stallone
Description de cette image, également commentée ci-après
Sylvester Stallone en 2014.
Nom de naissance Michael Sylvester Gardenzio Stallone
Naissance (72 ans)
New York, NY, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur, producteur, réalisateur et scénariste
Films notables Rocky (saga)
Rambo (saga)
Cop Land
Expendables (saga)
Site internet www.sylvesterstallone.com
Sylvester Stallone en 1977.

Sylvester Stallone est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain né le à New York, dans le quartier de Hell's Kitchen.

Après avoir commencé dans des petits rôles au début des années 1970, il se révèle au grand public en 1976 dans Rocky où sa prestation lui vaut d'être nommé aux Oscars, aux Golden Globes et aux BAFTA du meilleur acteur et du meilleur scénario original. Ce succès considérable lance sa carrière, engendre une série de sept films rencontrant un important succès critique et commercial, dont le récit narre l'histoire d'un boxeur originaire de Philadelphie. Outre l'incarnation du rôle principal, il y assure régulièrement la réalisation et l'écriture. Son interprétation de Rocky Balboa s'étale sur plus de quarante ans et lui permet de remporter le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle en 2016 ainsi qu'une troisième nomination aux Oscars dans la même catégorie.

En parallèle, il poursuit dans le registre sérieux et dramatique avec des films comme F.I.S.T. (1978), La Taverne de l'enfer (1978), Les Faucons de la nuit (1981) et travaille pour des réalisateurs réputés tels Norman Jewison et John Huston. En 1982, son incarnation d'un soldat traumatisé par la guerre du Viêt Nam dans Rambo lui permet d'obtenir le deuxième rôle le plus emblématique de sa carrière. Le succès du film entraine la production d'une série de trois suites centrées autour du personnage éponyme. À partir du milieu des années 1980, il s'oriente vers les productions à gros budget : les suites de Rambo, Tango et Cash, Cliffhanger, Demolition Man ou encore la série de films Expendables. Hormis quelques drames tels Cop Land, les suites de Rocky et plusieurs tentatives dans la comédie, les films d'action deviennent son principal genre d'interprétation.

Il possède depuis 1984 son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Sylvester Stallone, Francesco dit "Frank", est né à Gioia del Colle, province de Bari, dans les Pouilles, en Italie, et est arrivé aux États-Unis lorsque ses parents ont émigré dans ce pays dans les années 1930[1]. Sa mère, Jackie Stallone née Jacqueline Labofish, d'ascendance ukrainienne et française[2],[3],[4], est née aux États-Unis à Washington, D.C.

Suite à des complications survenues à sa naissance en 1946, Sylvester Stallone souffre d’une paralysie faciale du côté gauche (un nerf facial fut touché et abîmé par les forceps). Sa bouche est donc légèrement tordue et sa langue est à moitié paralysée, lui causant alors un défaut de prononciation[5],[6].

Durant une interview sur Canal+ (1992) présentée par Michel Denisot, Stallone dit être allé à l'école en Suisse pour apprendre le français[7].

Les débuts[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone a étudié l'art dramatique à Miami. De retour à New York, il apparaît dans plusieurs pièces off-Broadway. Durant une période de chômage, il se retrouve brièvement sans domicile fixe et tourne un film érotique, The Party at Kitty and Stud's, pour lequel il touche, selon son propre témoignage, un salaire de 200 dollars. Il s'agit de sa première apparition au cinéma[8]. Le film ressort plusieurs années plus tard, après le triomphe de Rocky et pour profiter du succès naissant de l'acteur, sous le titre L'Étalon italien - surnom de Rocky Balboa ; le mot italien « stallone » signifiant par ailleurs « étalon » - accompagné d'une campagne publicitaire qui tente de le faire passer pour un film pornographique[9]. La majeure partie de ses autres rôles le cantonnent dans des apparitions brèves de loubard, comme dans Bananas où il chahute un pauvre Woody Allen. Il fait également quelques apparitions dans des séries télévisées comme Kojak, mais sa carrière tarde à prendre son envol. Au milieu des années 1970, il commence à obtenir des seconds rôles plus importants, comme dans Capone ou dans la série B La Course à la mort de l'an 2000 où il interprète le méchant principal.

C'est durant cette période que Stallone écrit le scénario de Rocky, l'histoire d'un boxeur minable qui se voit offrir la chance de sa vie le jour où le champion du monde de boxe lui propose de l'affronter sur le ring. Son histoire est inspirée d'un combat de boxe auquel il assista en tant que spectateur et qui mit aux prises Mohamed Ali avec un boxeur inconnu, Chuck Wepner. Contre toute attente, ce dernier résista et donna une réplique acharnée au grand champion.

Conscient que le rôle de Rocky Balboa, à l'image du combat contre Apollo Creed pour son personnage, peut faire basculer sa vie, Stallone refuse de vendre son scénario s'il n'obtient pas la garantie de jouer le rôle-titre. Les producteurs firent monter très haut les enchères pour acheter ce script, mais ils voulaient une star confirmée sur l'affiche : dans un premier temps, le rôle fut proposé à James Caan, Robert Redford, Burt Reynolds ou Ryan O'Neal. Les producteurs ne sont guère enthousiastes à l'idée de confier le rôle principal à Stallone, qui n'est alors qu'un acteur de second plan.

La révélation[modifier | modifier le code]

Stallone en 1978 à la première projection de FIST.

C'est finalement en 1976 qu'il obtient gain de cause et que sort Rocky réalisé par John G. Avildsen. Le tournage est un exploit car il fut bouclé en à peine un mois et avec un budget dérisoire. À l'image de son personnage, Stallone se retrouve propulsé sur le devant de la scène, le film connaissant un succès inespéré et décrochant dix propositions pour les Oscars. En définitive, le film remporte 3 Oscars, dont le plus important, celui du meilleur film de l'année. L'histoire universelle de Rocky Balboa, celle des « petits » qui s'affirment et se réalisent à force de courage, mais aussi grâce au coup de pouce du destin - en somme une allégorie du rêve américain - fait naître un mythe du cinéma américain moderne et façonne aussi une dimension hors normes à son interprète.

Stallone retrouvera le personnage de Rocky Balboa à six reprises, en 1979, 1982, 1985, 1990, 2006 et 2015. Stallone a écrit tous les scénarios de la saga et a réalisé Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4 et le sixième volet, intitulé Rocky Balboa. La série des Rocky présente un parallèle troublant entre la carrière de l'acteur et du boxeur qui s'embourgeoisent tous deux au fil des ans : on quitte le petit « tocard » paumé de Philadelphie pour évoluer vers une superstar accaparée par son image (Rocky 3), voire un fer de lance du patriotisme américain en pleine relance de la guerre froide (Rocky 4 où il affronte un boxeur de l'Union soviétique). La série perd en fraîcheur ce qu'elle gagne en spectacle et aussi en recettes, puisque les épisodes successifs ne cessent d'améliorer les scores du box-office, allant jusqu'aux 300 millions de dollars récoltés dans le monde par le 4e épisode. Seul le 5e volet viendra perturber cette success story, en raison d'un retour aux sources et d'un scénario, axé sur le déclin du boxeur, qui heurtera les fans habitués au triomphe de leur idole.

L'homme d'action des années 1980[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone en 1983.
Sylvester Stallone en Rambo dans Rambo 3 en 1988.

En 1982, Stallone interprète dans Rambo l'autre rôle qui marquera sa carrière : celui d'un vétéran du Viêt Nam sans domicile fixe qui est pris en grippe par un shérif de province qui ne veut pas voir déambuler dans « sa » ville le symbole d'une Amérique qui a perdu. Stallone reprendra le rôle de John Rambo à trois autres reprises (1985, 1988 et 2008). Le personnage de Rambo, que Stallone considère comme son « côté obscur » (Rocky étant son « côté clair »), reprend quelques éléments de la vie de Stallone comme la saga Rocky.

Sylvester Stallone en juin 1988 durant la promotion de Rambo 3 en Suède.

Rambo est vraiment le rôle qui le consacre superstar mondiale du cinéma : son personnage de vétéran guerrier devient une icône et suscite une véritable « Rambomania ». Le personnage et ses exploits sont habilement exploités par le gouvernement Reagan, alors que la guerre froide connaît ses derniers soubresauts. Rambo, surtout avec le deuxième épisode de la trilogie (le premier étant plus ambigu), redonne de la fierté aux Américains qui pansent encore les plaies douloureuses du « bourbier » vietnamien : non seulement Stallone rompt avec un cinéma américain très virulent à l'égard de l'attitude des troupes de l'Oncle Sam pendant la guerre du Viêt Nam (Apocalypse Now, Voyage au bout de l'enfer, Platoon, Full Metal Jacket), mais en plus la trame du film Rambo 2 : La Mission – le héros repère et libère des soldats américains encore détenus dans les geôles vietnamiennes – véhicule l'idée selon laquelle ce nouveau héros américain venge à lui seul un pays déshonoré et gagne une guerre perdue par les bureaucrates.

C'est pour cela que Rambo, et par la même occasion Stallone, deviennent en quelque sorte l'image de l'Amérique fière et patriotique des années 1980 et provoquent de nombreuses réactions de rejet ou de moquerie, très vives en France avec les Nuls et surtout avec Les Guignols de l'info, où la marionnette de Stallone est choisie comme avatar pour représenter les pires travers de l'Amérique au travers du personnage de Monsieur Sylvestre.

Stallone est la superstar des films d'action à cette époque, mais les rôles de Rocky et Rambo ont tellement marqué les esprits et sa carrière que ses autres films de la décennie n'ont pas vraiment marché, même s'il s'est essayé à plusieurs genres : le thriller policier avec Les Faucons de la nuit, le film de guerre avec À nous la victoire (1981), la comédie musicale avec Le Vainqueur (Rhinestone, 1984), la comédie policière avec Tango et Cash (1989) ou encore le film carcéral avec Haute Sécurité (1989), sans oublier le film d'action policier avec Cobra (1986) (le public et la critique ont cependant tendance à rattacher la plupart de ces films au terme générique « film d'action », ce qui explique en partie pourquoi Stallone a souvent été accusé de faire toujours le même type de film).

La fin d'une époque[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Stallone laisse derrière lui les personnages de Rocky et de Rambo. Voulant s'arracher au carcan de ces deux personnages, il essaye (pour marcher sur les traces de son rival et ami Arnold Schwarzenegger mais sans succès) de percer dans la comédie, avec L'embrouille est dans le sac et Arrête ou ma mère va tirer ! Sa cote chute et Stallone traverse une première période de vaches maigres. C'est son ami, mais concurrent de toujours, Schwarzenegger, qui devient la star du box-office, mais à cette époque également émerge une nouvelle génération de héros d'actions (Steven Seagal, Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis) qui renouvellent le genre et marchent sur ses plates-bandes.

Ayant retenu la leçon de ses échecs, il décide alors de revenir au cinéma d'action, avec des fortunes diverses : il joue ainsi dans des films comme Cliffhanger : Traque au sommet, Demolition Man et L'Expert qui sont de vrais succès, alors que Judge Dredd, Assassins ou encore Daylight sont de nouvelles déceptions au box-office américain. Mais ses films continuent à remporter un certain succès à l'étranger comme le film Daylight qui a réalisé plus de 126 millions de $.

Ces dernières années, le rôle qui a le plus marqué la critique lui a été offert par James Mangold en 1997, avec Cop Land. Il y incarne le shérif Freddy Heflin, fatigué et bedonnant, d'une petite ville de policiers tenue par la mafia. Il prend 20 kilos pour ce rôle et étonne de nombreux observateurs. Stallone prouve en effet qu'il n'est pas un simple paquet de muscles, mais un véritable acteur. Salué par de nombreux amateurs, le film n'est pas suivi par le grand public qui semble avoir du mal à accepter Stallone dans un rôle d'homme « faible », ne mettant pas en valeur ses prouesses physiques. Cette expérience n'a donc pas de suite.

La traversée du désert[modifier | modifier le code]

Après le simple succès d'estime de Cop Land, Sylvester Stallone, qui a franchi la barre des 50 ans, traverse de nouveau une période peu fructueuse : Driven et Get Carter, nouveaux films d'action grand public tous deux sortis en 2001, sont de sévères échecs commerciaux. D-Tox (2002) ne connaît qu'une sortie tardive et limitée aux États-Unis.

En 2004, il présente sur NBC une émission de télé-réalité The Contender dans laquelle on voit le quotidien de boxeurs qui se battent pour devenir le meilleur d'entre eux. En France, l'émission fut diffusée par Canal+ et W9. Stallone n'a visiblement plus de projets et doit se contenter d'apparitions clin-d'œil dans des séries télévisées comme Las Vegas ou des films tels que Taxi 3 et Spy Kids 3. En 2005, il fit entrer Hulk Hogan au WWE Hall of Fame.

Retour[modifier | modifier le code]

Stallone dans Rocky Balboa.

Après de longues années passées à essayer de convaincre les producteurs, Stallone revient sur le devant de la scène en 2006, avec le sixième volet de Rocky. Le projet semble fou, car pour beaucoup, Stallone est trop vieux pour incarner le rôle du boxeur et l'acteur n'échappe pas aux railleries. Néanmoins, il s'accroche à son projet, comprenant que le personnage lui colle à la peau et que le public apprécie de le voir dans ce rôle.

Rocky Balboa, axé sur la nostalgie et le retour aux valeurs du tout premier épisode permet finalement à Stallone de renouer avec le succès critique et les premières places du box office. Après le retour bien accueilli de Rocky, Stallone tente la résurrection de l'autre rôle de sa vie, John Rambo. Il s'agit là du quatrième film de cette saga et il le nomme - à l'image de son dernier Rocky - simplement par le nom du personnage : John Rambo. Le film présente une intrigue proche de celle de Rambo 2, mais revient également à la source du personnage découvert dans le premier opus, le film se situe entre la dénonciation du génocide du peuple karen par la junte birmane et la réflexion de John Rambo sur son passé de guerrier et fait preuve d'une violence totalement assumée.

Stallone, réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone à la Mostra de Venise 2009.
Sylvester Stallone à l'avant-première parisienne d'Expendables 2 en août 2012.

Sylvester Stallone est aussi réalisateur : il a mis en scène les volets 2, 3, 4 et 6 de la saga Rocky ainsi que La Taverne de l'enfer (1978) et Staying Alive (1983) avec John Travolta (la suite de La Fièvre du samedi soir), sans oublier le dernier volet de la saga Rambo. Il est également le scénariste ou le coscénariste de tous les films qu'il a mis en scène et de plusieurs films qu'il a interprétés sans les avoir réalisés (FIST, Cobra, Cliffhanger, etc.).

Le tournage de son film Expendables : Unité spéciale a démarré au mois d'avril 2009 au Brésil, avec Stallone dans le rôle principal avec à ses côtés Jason Statham, Jet Li, Charisma Carpenter, Dolph Lundgren qui fait son retour avec Stallone après avoir été remarqué dans Rocky IV, Randy Couture (Champion de MMA), Stone Cold Steve Austin, Eric Roberts, Mickey Rourke et une courte apparition d'Arnold Schwarzenegger et de Bruce Willis. Le film est sorti le 13 août 2010 aux États-Unis et le 18 août en France. Il raconte l'histoire d'une bande de mercenaires envoyés sur une île d'Amérique du Sud pour y déloger un dictateur, incarné par David Zayas. Le film est un immense succès international au box-office, malgré les critiques, et relance Sylvester Stallone dans le cinéma d'action à 64 ans.

En 2012, il reprend son rôle dans Expendables 2 : Unité spéciale (The Expendables 2) mais ne se charge pas de la réalisation qui est confiée à Simon West. Le film tourné en grande partie en Bulgarie accueille quelques nouveaux acteurs tels queChuck Norris, Scott Adkins mais surtout Jean-Claude Van Damme qui incarne l'antagoniste principal. Pour cette suite, les personnages d'Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis prennent plus d'importance. Le film est sorti le 22 août 2012 en France.

Le troisième volet Expendables 3, avec comme nouveaux acteurs Harrison Ford, Antonio Banderas, Wesley Snipes ou encore Mel Gibson mais cette fois sans Bruce Willis, est diffusé en salle en août 2014. Encore une fois, le succès est au rendez-vous.

Retour en haut de l'affiche[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone tourne le film Du plomb dans la tête aux côtés de Jason Momoa, il incarne un tueur à gages forcé à faire équipe avec un flic pour retrouver l'assassin de leurs équipiers respectifs. Il retrouvera Arnold Schwarzenegger dans Évasion, qui raconte l'histoire d'un concepteur de prisons les plus sûres en matière de sécurité qui sera lui-même arrêté et emprisonné.

En 2015, est sorti sur les écrans américains, Creed : L'Héritage de Rocky Balboa, un spin-off de Rocky, centré sur le fils d'Apollo Creed. Stallone remporte le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour le rôle de Rocky Balboa et est nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur dans un second rôle. Il avait déjà été nominé pour le même rôle en 1977 aux Golden Globes et aux Oscars.

En octobre 2017, il annonce qu'en plus d'en être le scénariste, il sera le réalisateur de Creed 2, la suite du spin-off Creed : L'Héritage de Rocky Balboa. Ce huitième film de la saga Rocky verra par ailleurs le retour du personnage Ivan Drago, incarné par Dolph Lundgren dans Rocky 4[10]. Cependant, en décembre 2017, Steven Caple Jr. reprend le poste de réalisateur[11].

Engagements[modifier | modifier le code]

Il soutient le candidat républicain John McCain lors de l'élection présidentielle de 2008. Après la victoire de Donald Trump lors de celle de 2016, ce dernier lui propose la présidence du National Endowment for the Arts mais il décline l'offre[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

  • décembre 1974-février 1985 : il est marié avec Sasha Czack avec qui il aura deux fils, Sage Moonblood (1976-2012)[13] et Seargeoh (1979). Seargeoh est autiste[14].
  • décembre 1985-juillet 1987 : il est marié à l'actrice et mannequin Brigitte Nielsen, qui joue la partenaire de Drago, dans Rocky 4.
  • mai 1997 : il épouse l'ancien mannequin Jennifer Flavin (en). Ils ont trois filles ensemble : Sophia Rose (1996), Sistine Rose (1998) et Scarlet Rose (2002)[15].

Le 13 juillet 2012, Sage Stallone, alors âgé de 36 ans, est retrouvé mort dans sa maison d'Hollywood. La cause serait une défaillance cardiaque (athérosclérose coronaire). Lors de l'autopsie, aucune trace de drogue n'a été retrouvée dans son organisme excepté du Vicodin, un analgésique morphinique. Sage Stallone est inhumé au cimetière Westwood Memorial Park de Los Angeles.

En janvier 2013, le New York Post écrit que l'acteur aurait, dans son adolescence, abusé de sa demi-sœur Toni-Ann Filiti. Ayant menacé en 1987 de révéler cette histoire, elle aurait reçu de l'acteur 2 millions de dollars, une rente de 16 666 dollars par mois à vie et des frais de suivi psychiatrique de 50 000 dollars. Le fils de Toni-Ann Filiti affirme que sa mère lui aurait confirmé les faits sur son lit de mort. L'entourage de Sylvester Stallone prend la défense de ce dernier et soutient qu'il n'aurait versé de l'argent à sa sœur que par générosité. Selon leur mère Jacqueline Stallone, sa fille aurait tout inventé afin de faire chanter son fils pour de l'argent[16].

En février 2016, le journal The Baltimore Post-Examiner publie un article selon lequel Sylvester Stallone aurait en 1986, et en compagnie de son garde du corps, abusé sexuellement d'une adolescente de 16 ans. Le journal s'appuie sur un rapport de police datant de la même année, et sur les déclarations de la victime présumée[17]. En novembre de l'année suivante, dans le contexte de l'affaire Harvey Weinstein, le quotidien britannique Daily Mail reprend les informations du Baltimore Post-Examiner[18]. L'acteur réagit alors en niant catégoriquement, et en soulignant qu'il n'a jamais été interrogé par les autorités[19]. Brigitte Nielsen, épouse de Sylvester Stallone à l'époque, intervient pour contester ces accusations[20]. En décembre 2017, il est visé par une nouvelle plainte pour agression sexuelle, bien que la période prévue par la prescription soit écoulée. Pour l'avocat de l'acteur, « il est évident que cette femme a déposé cette plainte pour se faire de la publicité dans les médias »[21].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]
Années 1970[modifier | modifier le code]
Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

Prochainement :

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Police Story saison 3, épisode 2, The Cutting Edge : Caddo
  • 1975 : Kojak saison 3, épisode 3 Une ombre au tableau (My Brother, My Enemy) : Le détective Rick Daly
  • 1979 : Le Muppet Show (The Muppet Show) saison 3, épisode 20, Sylvester Stallone : Lui-même
  • 1991 : Dream On saison 2, épisodes 1 et 2, La Deuxième Plus Grande Histoire jamais contée (The Second Greatest Story Ever Told) : Lui-même
  • 2002 : Liberty's Kids: Est. 1776 (Liberty's Kids) saison 1, épisode 5, Midnight Ride : Paul Revere (voix)
  • 2005 : Las Vegas saison 2, épisodes 12 et 18, Course contre la montre et Le réparateur (When You Got to Go, You Got to Go) et (To Protect and Serve Manicotti) : Frank
  • 2005 : The Contender saison 1 : Lui-même
  • 2017 : Ultimate Beastmaster saison 1, 3 épisodes : Lui-même
  • 2017 : This Is Us saison 2, épisode 3, Déjà-Vu : Lui-même

Doublage de jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
Films Budget Recettes mondiales
La Taverne de l'Enfer (1978) 8 000 000 $ 7 185 518 $
Rocky 2 : La Revanche (1979) 7 000 000 $ 200 100 000 $
Rocky 3 : L'Œil du Tigre (1982) 25 000 000 $ 270 000 000 $
Staying Alive (1983) 22 000 000 $ 64 800 000 $
Rocky 4 (1985) 28 000 000 $ 300 400 000 $
Rocky Balboa (2006) 24 000 000 $ 155 700 000 $
John Rambo (2008) 50 000 000 $ 113 200 000 $
Expendables : Unité Spéciale (2010) 82 000 000 $ 274 500 000 $
Total 246 000 000 $ 1 385 885 518 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie Catégorie Film
1977 David di Donatello Awards David di Donatello Award du meilleur acteur étranger Rocky
Kansas City Film Critics Circle Awards KCFCC Award du meilleur acteur
1979 ShoWest Convention Star de l'année
1982 Jupiter Awards Jupiter Award du meilleur acteur international Rambo et Rocky 3
1983 Walk of Fame Étoile - Star du Walk of Fame - 29 juin 1983, 6712 Hollywood Boulevard
1984 ShoWest Convention Star des stars
1985 Golden Apple Awards Sour Apple
1986 Hasty Pudding Theatricals Homme de l'année
People's Choice Awards Acteur favori Rambo 2 et Rocky 4
1990 Grand Prix International du Spectacle Acteur international le plus populaire
1992 César César d'Honneur
1996 Golden Apple Awards Star masculine de l'année
1997 Golden Apple Awards Star masculine de l'année
Festival International du Film de Stockholm Meilleur acteur Cop Land
1998 Palm Springs International Film Festival Desert Palm Achievement Award
2002 Video Dealers Software Association Action Star of the Millennium Award
2004 Golden Camera Meilleur acteur international
2005 World Stunt Awards Taurus d'Honneur
2006 Boxing Writers Association of America Boxing Lifetime Cinematic Achievement pour le personnage de Rocky Balboa Rocky, Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4, Rocky 5 et Rocky Balboa
2008 Festival du Film de Zürich Golden Icon Award
2009 Mostra de Venise Prix Vive le Cinéaste
2010 IGN Award IGN's Action Heroes Hall of Fame
The Hollywood Reporter Ket Art Visionary Award
Hollywood Film Festival Lifetime Achievement Award
2011 Hollywood Union Publicists Lifetime Achievement Award
2012 CinemaCon ComicCon Award Career Achievement
2013 CineRockom International Film Festival Lifetime Achievement Diamond Award du meilleur acteur dans un blockbuster historique Rocky 4
2015 National Board of Review Awards NBR Award du meilleur acteur dans un second rôle Creed
Top 10 Films (en tant que producteur)
Boston Online Film Critics Association Awards BOFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Southeastern Film Critics Association Awards SEFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Austin Film Critics Association Awards AFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Phoenix Film Critics Society Awards PFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Las Vegas Film Critics Society Awards LVFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
St. Louis Film Critics Association Awards SLFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Utah Film Critics Association Awards UFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Black Film Critics Circle Awards BFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Georgia Film Critics Association Awards GFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
2016 Golden Globes Awards Golden Globe du Meilleur acteur dans un second rôle
Denver Film Critics Society Awards DFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Critics' Choice Movie Awards Critics' Choice Movie Award du meilleur acteur dans un second rôle
Golden Schmoes Awards Golden Schmoes Award du meilleur acteur dans un second rôle
Golden Schmoes Award de la plus grande surprise de l'année (en tant que producteur)
Awards Circuit Community Awards ACCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Gold Derby Awards Golden Derby Award du meilleur acteur dans un second rôle
Festival international du film de Santa Barbara Montecito Award - Grande, importante contribution au cinéma

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie Catégorie Film
1977 Oscars du cinéma Oscar du meilleur scénario Rocky
Oscar du meilleur acteur
Golden Globes Golden Globe du meilleur scénario
Golden Globe du meilleur acteur
Writers Guild of America WGA Award du meilleur drame adapté directement pour le cinéma
People's Choice Awards Acteur favori
1978 British Academy Film Awards BAFTA du meilleur scénario
BAFTA du meilleur acteur
People's Choice Awards Acteur favori F.I.S.T et La Taverne de l'enfer
1980 People's Choice Awards Acteur favori Rocky 2
2015 Satellite Awards Satellite Award du meilleur acteur dans un second rôle Creed
New York Film Critics Online Awards NYFCO Award du meilleur acteur dans un second rôle
Washington D.C. Area Film Critics Association Awards WAFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Boston Society of Film Critics Awards BSFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
San Francisco Film Critics Circle Awards SFFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Houston Film Critics Society Awards HFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Indiana Film Journalists Association Awards IFJA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Online Film Critics Society Awards OFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Chicago Film Critics Association Awards CFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Florida Film Critics Circle Awards FFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Alliance of Women Film Journalists Awards AWFJ Award du meilleur acteur dans un second rôle
North Carolina Film Critics Association NCFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Indiewire Critics' Poll 2e position pour l'ICP Award du meilleur acteur dans un second rôle
Village Voice Film Poll 2e position pour l'VVFP Award du meilleur acteur dans un second rôle
2016 Central Ohio Film Critics Association Awards COFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
National Society of Film Critics Awards NSFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Seattle Film Critics Association Awards SFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
NAACP Image Awards Image Award du meilleur film (en tant que producteur)
Black Reel Awards BR Award du meilleur film (en tant que producteur)
Vancouver Film Critics Circle Awards VFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Oscars du cinéma Oscar du meilleur acteur dans un second rôle
Iowa Film Critics Association Awards 2e position pour l'IFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
MTV Movie Awards MTV Award du meilleur film (en tant que producteur)
AARP Movies for Grownups Awards AARP Award du meilleur acteur dans un second rôle
All Def Movie Awards All Def Movie Award - Most Helpful White Person
Online Film & Television Association OFTA Award du meilleur acteur dans un second rôle
BET Awards BET Award du meilleur film (en tant que producteur)
NAACP Image Awards NAACP Image Award du meilleur film (en tant que producteur)
Teen Choice Awards Teen Choice Award du meilleur film (en tant que producteur)
2017 Jupiter Awards Jupiter

Award du meilleur acteur international

    • Razzie Award

Sylvester Stallone a, à partir des années 1980, été régulièrement pris pour cible par les Razzie Awards. Il est devenu avec le temps l'une de leurs cibles favorites, et a reçu 10 Razzie Awards et 30 propositions, ce qui constitue un record pour cette manifestation parodique. Les Razzies l'ont proclamé en 1990 pire acteur des années 1980 et en 2000 pire acteur du siècle[22]. En 2016 par contre il reçoit le Razzie Award de la rédemption, qui célèbre le retour en grâce d'un lauréat des Razzies.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Alain Dorval est la voix régulière de Sylvester Stallone depuis Rocky[23],[24]. Cependant, il y a eu une période où l'acteur a été doublé par Richard Darbois[23],[24] à huit reprises.

Au Québec, Pierre Chagnon est la voix régulière de l'acteur depuis le début des années 1990[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Frank Stallone, polo player and father of actor Sylvester Stallone, dies at 91 », sur Washington Post (consulté le 28 mars 2013)
  2. (fr) Sylvester Stallone, 13emerue
  3. VIDEO. Sylvester Stallone : un maire révèle les origines bretonnes de l'acteur
  4. (en) Will Stewart, « Rambo-ski – Hollywood star Sylvester Stallone's Russian secret », Daily Mail, London,‎ (lire en ligne)
  5. « Sylvester Stallone », sur Première (consulté le 19 octobre 2017)
  6. « Le combat perdu de Stallone. Notre enquête », sur Paris Match, (consulté le 19 octobre 2017)
  7.  (). Canal+ le journal du mercredi cinema 1992 (FLV) [Production de télévision]. Italie : CANAL+. Consulté le . La scène se produit à 43 min 30 s. “Interview de Sylverster Stallone par Michel Denisot”
  8. (en) Interview de Sylvester Stallone, Playboy, septembre 1978
  9. The 'Italian Stallion' Hoax: Stallone Never Did Hardcore, AVN, 6 février 2008
  10. « Creed 2 : Sylvester Stallone derrière la caméra pour le retour d’Ivan Drago », sur Allociné, (consulté le 10 octobre 2017).
  11. (en) Justin Kroll, « Steven Caple Jr. to Direct ‘Creed 2’ Starring Michael B. Jordan and Sylvester Stallone (EXCLUSIVE) », Variety, (consulté le 19 mars 2018)
  12. Stéphane Lauer, « Sylvester Stallone s’éloigne du casting de Donald Trump », lemonde.fr, 20 décembre 2016.
  13. Hélène Pagesy, "Sage Stallone : une carrière trop vite interrompue", Lefigaro.fr, 16 juillet 2012
  14. http://www.stallone.biz/10-categorie-150213.html
  15. https://akas.imdb.com/name/nm0000230/bio
  16. « Sylvester Stallone aurait abusé de sa demi-sœur », gala.fr, 24 janvier 2013.
  17. Sylvester Stallone accused 30 years ago of allegedly having group sex with teen, police say, The Baltimore Post-Examiner, 16 février 2016
  18. « Agression sexuelle : le nom de Sylvester Stallone figurerait dans un rapport de police », LCI,‎ (lire en ligne)
  19. Sylvester Stallone Denies Sexually Assaulting 16-Year-Old in 1980s, Time, 17 novembre 2017
  20. Anne-Yasmine Machet, « Sylvester Stallone accusé d’agression sexuelle : son ex-femme Brigitte Nielsen le défend », gala.fr, 21 novembre 2017.
  21. Noémie Sato, « Sylvester Stallone visé par une nouvelle plainte pour agression sexuelle », 20minutes.fr, 25 décembre 2017.
  22. All-Time Razzie Champions, Razzies.com, 26 février 2005
  23. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone en France » sur Doublagissimo
  24. a, b, c, d, e, f et g « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone en France » sur AlloDoublage
  25. a, b et c « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 17 octobre 2014.
  26. Bien que Sylvester Stallone n'apparaisse qu'à la télévision lors d'un extrait du film Rambo, la scène tirée du film a bien été doublée par Alain Dorval.
  27. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone en France » sur RS Doublage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

David Da Silva, Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière, LettMotif, La Madeleine, 2016.

Mohamed Mamou, Sylvester Stallone : Une revanche sur la vie, Ed. Broché, Paris, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]