Philip Seymour Hoffman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoffman.
Philip Seymour Hoffman
Description de cette image, également commentée ci-après

Philip Seymour Hoffman en 2011 à l'avant-première parisienne des Marches du pouvoir.

Naissance
Fairport, État de New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 46 ans)
Manhattan (New York, États-Unis)
Profession Acteur
Films notables Boogie Nights
Happiness
Magnolia
Personne n'est parfait(e)
Truman Capote
Mission impossible 3
La Famille Savage
La Guerre selon Charlie Wilson
Doute
Good Morning England
The Master
The Big Lebowski
Hunger Games

Philip Seymour Hoffman, né le à Fairport (État de New York) et mort le à Manhattan, était un acteur et réalisateur américain. Il a reçu en 2006 l'Oscar du meilleur acteur ainsi qu'un Golden Globe pour le rôle-titre du film Truman Capote.

Hoffman a commencé sa carrière d'acteur en 1991, et l'année suivante, a commencé à apparaître dans des films. Il acquiert une certaine reconnaissance de son travail pour ses seconds rôles dans Le Temps d'un week-end (1992), Twister (1996), Boogie Nights (1997), The Big Lebowski (1998), Docteur Patch (1998), Magnolia (1999), Le Talentueux Mr Ripley (1999), Presque célèbre (2000), Dragon Rouge (2002), La 25e Heure (2002) et Retour à Cold Mountain (2003).

En 2005, Hoffman a joué le rôle-titre dans Truman Capote, qui lui a valu plusieurs prix, dont celui de l'Oscar du meilleur acteur. Ses trois nominations aux Oscars sont obtenus pour ses rôles dans La Guerre selon Charlie Wilson (2007), Doute (2008) et The Master (2012). Il a tourné dans des longs-métrages acclamés par la critique tels que Owning Mahowny (en) (2003), 7 h 58 ce samedi-là (2007), La Famille Savage (2007), Synecdoche, New York (2008), Le Stratège (2011) et Les Marches du pouvoir (2011). En 2010, il a fait ses débuts de réalisateur avec Rendez-vous l'été prochain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hoffman au Festival de Toronto lors de la première du Stratège, en septembre 2011.

Philip Seymour Hoffman est né le à Fairport, dans la banlieue de Rochester, dans l'État de New York[1],[2]. Fils de Marilyn O'Connor (née Loucks), juge et avocate au tribunal familial originaire de la ville voisine de Waterloo, et de Gordon Stowell Hoffman, ancien cadre de Xerox[3],[4], il a deux sœurs, Jill et Emily, et un frère, Gordy, scénariste de Love Liza, dans lequel Hoffman a joué. Hoffman est d'ascendance irlandaise, allemande, anglaise et néerlandaise[5],[6]. Bien que son père soit protestant et sa mère catholique, il n'a pas été élevé plus particulièrement dans une confession[5],[7],[8]. Ses parents divorcent en 1976[8].

Hoffman commence à jouer la comédie lorsqu'il était étudiant à la Fairport High School (en), après une blessure qui l'a obligé à abandonner la lutte[2]. À l'âge de 17 ans, il a été sélectionné pour participer à la 1984 Theater School à la New York State Summer School of the Arts (en), à Saratoga Springs, rencontrant ses futurs collaborateurs Dan Futterman et Bennett Miller[2]. Après avoir été diplômé du lycée de Fairport, Hoffman a assisté au programme d'été du Circle in the Square Theatre, en continuant sa formation d'acteur avec Alan Langdon. Il obtient en 1989 un Bachelor of Fine Arts en expression théâtrale à la Tisch School of the Arts de l'Université de New York. À l'université, il est, avec l'acteur Steven Schub et Bennett Miller, le fondateur de la compagnie théâtrale Bullstoi Ensemble[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Pour son premier rôle, Hoffman interprète un homme accusé de viol dans l'épisode The Violence of Summer de la série New York, police judiciaire, en 1991. Il fait sa percée au cinéma en 1992, apparaissant dans quatre longs-métrages, dont Le Temps d'un week-end, dans lequel il incarne le camarade de classe gâté et sans scrupules de Chris O'Donnell[9]. Par la suite, il mène une carrière cinématographique prospère et respectée en jouant des personnages divers et idiosyncrasiques dans des seconds rôles, en collaboration avec un large éventail de réalisateurs comme Todd Solondz (Happiness), Les Frères Coen (The Big Lebowski), Spike Lee (La 25e heure), Cameron Crowe (Presque célèbre), David Mamet (Séquences et conséquences), Bennett Miller (Truman Capote, Le Stratège), Robert Benton (Un homme presque parfait) et Anthony Minghella (Le Talentueux Mr Ripley). Il est à l'affiche de cinq des six premiers films de Paul Thomas Anderson, à savoir Double Mise, Boogie Nights, Magnolia, Punch-Drunk Love et The Master. Il apparait aussi dans le documentaire The Party's Over, consacré à l'élection présidentielle américaine de 2000. Tout au long de sa carrière, il lui est rarement donné la chance de jouer un rôle principal. Toutefois, en 2002, il incarne un veuf faisant face au suicide de sa femme dans Love Liza, film dont son frère Gordy a écrit le scénario. L'année suivante, il joue le rôle principal d'Owning Mahowny (en), celui d'un employé de banque qui détourne de l'argent pour nourrir sa dépendance au jeu.

Il continue à tenir des seconds rôles dans des films tels que Retour à Cold Mountain, en tant que prédicateur charnellement obsédé, Polly et moi, en tant que copain grossier de Ben Stiller et acteur has-been et Mission: Impossible 3, en tant que crapuleux trafiquant d'armes. Il obtient sa première nomination au Primetime Emmy Awards pour sa prestation dans la mini-série d'HBO, Empire Falls, mais a perdu face à son partenaire et idole personnelle Paul Newman[10], avec qui il avait déjà tourné une dizaine d'années auparavant dans Un homme presque parfait, dans lequel Hoffman incarnait un officier de police frappé au visage par le personnage de Newman. Il avait obtenu une seconde nomination aux Emmy Awards pour les Daytime Emmy Awards dans la catégorie meilleur interprète dans un programme d'animation pour la série d'animation Arthur en 2010[11].

En 2005, il incarne le rôle-titre dans le film Truman Capote, réalisé par Bennett Miller. Sa prestation lui vaut les éloges de la critique et plusieurs prix et distinctions, dont l'Oscar du meilleur acteur, le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur et le British Academy Film Award du meilleur acteur[12]. En outre, il est élu meilleur acteur par au moins dix associations de critiques de cinéma, dont le National Board of Review, le Toronto Film Critics Association et le Los Angeles Film Critics Association[12].

Hoffman à un événement au Hudson Union Society en septembre 2010.

En 2007, il incarne Gust Avrakotos, un agent de la CIA aidant le député Charles Wilson à soutenir une guerre secrète en Afghanistan dans La Guerre selon Charlie Wilson, de Mike Nichols. Sa prestation ne passe pas inaperçue puisqu'il obtient une nomination au Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle. En 2008, il est nommé à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle[12], mais perd face à Javier Bardem pour No Country for Old Men. La même année, il est apparu dans Synecdoche, New York, où il joue Caden Cotard, un metteur en scène tentant de construire une réplique grandeur nature de la ville de New York dans un entrepôt pour une pièce et dans Doute, dans lequel il interprète le père Flynn, prêtre respecté accusé d'abus sexuel sur mineur sur un élève par la mère supérieure d'une école catholique, incarnée par Meryl Streep. Pour Doute, il obtient deux nominations aux Golden Globes et au SAG Awards. Il est également nommé pour la seconde fois à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance[12]. En 2009, Hoffman incarne Le Comte dans la comédie Good Morning England de Richard Curtis, où il interprète un personnage excentrique et égocentrique dans les années rock'n'roll, aux côtés de Rhys Ifans et Bill Nighy. En 2010, il signe son premier film en tant que réalisateur, Rendez-vous l'été prochain, dans lequel il tient le rôle principal, aux côtés d'Amy Ryan, avec qui il avait joué dans Truman Capote.

En 2012, Hoffman est la vedette du drame de Paul Thomas Anderson, The Master, incarnant un leader charismatique de la Scientologie naissante dans l'Amérique d'après-guerre. Pour ce rôle, il est nommé pour la troisième fois à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle[12]. En 2013, il prête ses traits à Plutarch Heavensbee dans Hunger Games : L'Embrasement, suite d'Hunger Games[13].

Sa dernière apparition publique date du au Festival de Sundance, où il est venu présenter deux films dans lesquels il tenait un rôle, à savoir Un homme très recherché (A Most Wanted Man) et God's Pocket, dont il est également producteur[14],[15].

Au moment de sa mort, Hoffman filmait la deuxième partie de Hunger Games : La Révolte, épisode final de la saga cinématographique d'Hunger Games et avait déjà tourné la majorité de ses scènes[16]. En outre, il devait également réaliser son second film, Ezekiel Moss[17] et avait tourné un pilote d'une série, Happyish, pour Showtime et qui fut commandé pour une saison complète deux semaines avant son décès[18].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Philip Seymour Hoffman a également reçu des éloges pour son travail au théâtre. Il a rejoint le LAByrinth Theater Company (en) en 1995 et a mis en scène de nombreuses productions. En tant que metteur en scène, Hoffman a obtenu deux nominations au Drama Desk Award dans la catégorie meilleur metteur en scène pour une pièce, la première en 2001 pour Jesus Hopped the 'A' Train (en) et la seconde pour Our Lady of 121st Street, deux ans plus tard[19],[20].

Il s'est fait connaître comme acteur de théâtre en 2000 dans la pièce off-Broadway The Author's Voice, recevant une nomination au Drama Desk Awards du meilleur acteur dans une pièce de théâtre[20]. À Broadway, il a joué dans les reprises de True West (2000) et de Long Day's Journey Into Night (2003), qui lui vaut deux nominations aux Tony Awards[20].

En 2012, il tient le rôle de Willy Loman dans la reprise de Broadway de Mort d'un commis voyageur, d'Arthur Miller au Ethel Barrymore Theatre, incitant le critique Ben Brantley, du New York Times, à conclure que « M. Hoffman est l'un des meilleurs acteurs de sa génération [...] incontestable »[21]. Il recevra une troisième nomination au Tony Award, dans la catégorie meilleur acteur dans une pièce de théâtre[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philip Seymour Hoffman était en couple avec la costumière Mimi O'Donnell, durant les quinze dernières années de sa vie[2]. Ils s'étaient rencontrés en 1999 au Center Stage de New York, où il met en scène In Arabia We'd All Be Kings (en) de Stephen Adly Guirgis. Ils ont eu trois enfants : Cooper Alexander en mars 2003, Tallulah en novembre 2006 et Willa en octobre 2008[22],[23],[24]

Il mesurait 1,77 m[25]. Le New York Times le décrit comme « un homme trapu et souvent somnolent aux cheveux blonds, généralement mal peignés qui préférait les vêtements froissés plus associé à un acteur sans travail qu'à une star »[26]. Hoffman se teignait souvent les cheveux et a gagné ou perdu du poids pour des rôles et était connu pour son dévouement parfois douloureux à son métier[2].

Dans une interview donnée en 2006, il revèle avoir souffert d'alcoolisme et de toxicomanie et avoir fait une cure de désintoxication après avoir été diplômé de l'université à 22 ans : « je prenais tout ce que j'avais sous la main... tout était bon pour moi »[27]. Il fait toutefois une rechute plus de vingt ans plus tard, à l'héroïne et aux médicaments sur ordonnance. Il retourne en cure de désintoxication pendant une dizaine de jours en mai 2013[26],[28].

Décès[modifier | modifier le code]

Le , l'acteur de 46 ans est retrouvé mort[29],[30],[31],[32] dans la salle de bains de son appartement (au 4e étage d'un immeuble du West Village à Manhattan) par un de ses proches, le dramaturge et scénariste de cinéma David Bar Katz (en). Une fouille de l'appartement permet aux enquêteurs d'y trouver de l'héroïne. La police révèle aussi que l'acteur a été découvert avec une seringue plantée dans le bras[33].

Le , le cabinet médical new-yorkais chargé de l'examen du corps déclare que la mort est un accident causé par une intoxication aiguë à un mélange incluant drogues (héroïne, cocaïne, amphétamines) et médicaments (benzodiazépines)[34] [35]. L'examen ne permet pas de déterminer si la prise de toutes ces substances a eu lieu le jour même ou si certaines d'entre elles demeuraient dans son organisme du fait d'utilisations antérieures[36].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur au cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Philip Seymour Hoffman en 2009.

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Acteur à la télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Philip Seymour Hoffman est doublé en français par les acteurs suivants :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Personne n'est parfait(e)
Truman Capote
The Master

Nominations[modifier | modifier le code]

La Guerre selon Charlie Wilson

Doute

Les Marches du Pouvoir

The Master

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stuart Oldham, Pat Saperstein, « Philip Seymour Hoffman Dead: Actor Dies in New York »,‎ (consulté le 6 février 2014)
  2. a, b, c, d et e (en) Terence McArdle, « Philip Seymour Hoffman, Oscar-winning actor, found dead in NY apartment », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Philip Seymour Hoffman profile at », sur Filmreference.com (consulté le 14 août 2010)
  4. (en) David L. Shaw, « Oscar-Winner's Mother Was Born in Waterloo »,‎ (consulté le 2 février 2014), p. 78
  5. a et b (en) Stephen Whitty, « The Talented Mr. Hoffman », sur The Star-Ledger, Newark, New Jersey,‎ (consulté le 4 janvier 2009)
  6. (en) « Philip Seymour Hoffman family history », sur Ethni Celebs,‎ (consulté le 4 février 2014)
  7. a et b (en) « Transcript: Inside the Actor's Studio, 2000 » (consulté le 2 février 2014)
  8. a et b (en) « Philip Seymour Hoffman Biography », sur Yahoo! Movies (consulté le 2 février 2014)
  9. (en) « Philip Seymour Hoffman », sur Rotten Tomatoes (consulté le 6 février 2014)
  10. (en) « Empire Falls : Awards », sur IMDb (consulté le 6 février 2014)
  11. (en) « Arthur : Awards », sur IMDb (consulté le 6 février 2014)
  12. a, b, c, d et e (en) Philip Seymour Hoffman sur l’Internet Movie Database
  13. (en) Adam B. Vary, « Philip Seymour Hoffman cast as Plutarch in 'Catching Fire' », CNN,‎ (consulté le 5 août 2012)
  14. Susie Bourquin, « Philip Seymour Hoffman, la mort d'un géant », sur Europe 1.fr,‎ (consulté le 25 juillet 2014)
  15. https://www.bluewin.ch/fr/divertissement/people/2014/2/3/philip-seymour-hoffman---les-derniers-mois-avant-l.html
  16. (en) Andrew Stewart, « Philip Seymour Hoffman Was Nearly Finished Shooting 'Hunger Games' », sur Variety,‎
  17. « Amy Adams & Jake Gyllenhaal Join Philip Seymour Hoffman-Directed 'Ezekiel Moss' », Indiewire,‎ 1er février 2014 (consulté le 6 février 2014)
  18. (en) « Philip Seymour Hoffman's Showtime series 'Happyish' now in limbo after actor's death », sur Daily News (New York) (consulté le 6 février 2014)
  19. (en) « Philip Seymour Hoffman », sur Lortel.org (consulté le 6 février 2014).
  20. a, b, c et d (en) « Philip Seymour Hoffman (cliquer sur l'onglet "Awards") », sur IBDb (consulté le 6 février 2014).
  21. (en) Ben Brantley, « American Dreamer, Ambushed by the Territory »,‎ (consulté le 17 mai 2012)
  22. Noelle Hancock, « Philip Seymour Hoffman and Girlfriend Expecting Second Child », sur Us Weekly,‎ (consulté en 1er novembre 2006)
  23. Hirschberg, Lynn, « A Higher Calling », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  24. (en) « Philip Seymour Hoffman dead of suspected heroin overdose at 46: Body of Oscar-winning actor found with 'needle in his arm' at home », Daily Mail,‎ (consulté le 2 février 2014)
  25. Shimon Prokupecz, Steve Almasy, Catherine E. Shoichet, « Sources: Philip Seymour Hoffman dead of apparent drug overdose », CNN,‎ (consulté le 6 février 2014)
  26. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées NYT.
  27. « Philip Seymour Hoffman dead: 'It was anything I could get my hands on,' actor said of early drug use », The Independent,‎ (consulté le 2 février 2014)
  28. « Philip Seymour Hoffman Entered Detox for Narcotic Abuse », TMZ.com,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Award-winning Actor Philip Seymour Hoffman Found Dead in Manhattan Apartment, Law-Enforcement Official Said », sur The Wall Street Journal,‎ (consulté le 2 février 2014)
  30. Brice Lahaye, « L'acteur américain Philip Seymour Hoffman est mort », sur TF1.fr,‎ (consulté le 2 février 2014)
  31. « Mort de Philip Seymour Hoffman : l'acteur décède à l'âge de 46 ans », sur Le Huffington post.fr,‎ (consulté le 2 février 2014)
  32. « L'acteur américain Philip Seymour Hoffman est mort », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 2 février 2014)
  33. Goodman, J. David; Fitzsimmons, Emma G. (February 4, 2014). "Four People Arrested as Part of Inquiry Into Hoffman's Death". The New York Times. Retrieved February 5, 2014
  34. "Philip Seymour Hoffman Died From Drugs Mix". Sky News. Retrieved February 28, 2014
  35. "La mort de Philip Seymour Hoffman a jeté un froid sur Hollywood et le cinéma américain. À 46 ans, alors qu’on lui en donnait dix de plus, cet acteur de génie aux multiples facettes s’est éteint seul dans son appartement de Manhattan, le 2 février 2014, d’une overdose d’héroïne. Il avait avoué quelques mois auparavant une addiction à l’alcool et à la drogue dans sa jeunesse, et reconnaissait avoir rechuté suite à un traitement à la morphine. |...|" https://fr.news.yahoo.com/photos/ils-nous-ont-quittés-en-2013-1385388104-slideshow/philip-seymour-hoffman-photo-1415956949348.html;_ylt=AiAjAEGNm95s3NmKYTbFdZmuCeh_;_ylu=X3oDMTNrZThpMWNoBHBrZwNjMTFlNjA3MC02YmRmLTExZTQtYmZiYi0xODQzN2U0OWY1OWQEc2VjA01lZGlhQ2Fyb3VzZWxQaG90b0dhbGxlcnlDQVhIUgR2ZXIDYzIwMmE1ZjAtNmJkZi0xMWU0LTllZGYtOTcwMjMyZmJlNmUy;_ylg=X3oDMTBhN3R1NmhqBGxhbmcDZnItRlI-;_ylv=3
  36. "Hoffman Killed By Toxic Mix Of Drugs, Official Concludes". New York Times. Retrieved March 1, 2014
  37. a, b, c, d, e, f et g « Comédiens ayant doublé Philip Seymour Hoffman en France », sur RS Doublage,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  38. http://allodoublage.com/glossaire/definition.php?val=2099_homme+tres+recherche
  39. « Fiche de doublage français du film « The Master » », sur AlloDoublage (consulté le 26 avril 2013).
  40. « Fiche du doublage français du film « La 25e heure » », sur Voxofilm (consulté le 26 avril 2013)
  41. « Fiche du doublage français du film « Mission Impossible 3 » », sur Voxofilm (consulté le 26 avril 2013)
  42. « Fiche du doublage français du film « Le Talentueux Mr Ripley » », sur Voxofilm (consulté le 26 avril 2013)
  43. « Fiche du doublage français du film « Presque célèbre » », sur Voxofilm (consulté le 26 avril 2013)
  44. « Fiche du doublage français du film « Truman Capote » », sur Voxofilm (consulté le 26 avril 2013).
  45. Fiche partielle des doublages effectués par Julien Meunier sur Dsd-doublage.com
  46. a, b, c, d, e et f « Comédiens ayant doublé Philip Seymour Hoffman au Québec » sur Doublage.qc.ca

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]