Claude Giraud (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Giraud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Claude Pierre Edmond Giraud
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
Distinctions

Claude Giraud est un acteur français, né le à Chamalières (Puy-de-Dôme) et mort le à Saint-Priest-des-Champs (Puy-de-Dôme).

Très actif dans le milieu du doublage, il a été, entre autres, la voix française régulière des acteurs Robert Redford, Tommy Lee Jones et Alan Rickman et également Liam Neeson (notamment dans La Liste de Schindler et dans Batman Begins). Il est aussi connu pour être la voix d'Ulysse dans la série d'animation Ulysse 31 diffusée en 1981.

Au cinéma, ses rôles les plus connus sont celui de Philippe de Plessis-Bellière (dans la saga des Angélique) et celui de Slimane dans Les Aventures de Rabbi Jacob.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un chirurgien-gynécologue[1], Claude Giraud grandit à Clermont-Ferrand où son oncle possède plusieurs salles de cinéma[2].

C'est à dix-neuf ans que, jeune bachelier, il annonce à son père qu'il veut devenir acteur. Il monte alors à Paris où il s'inscrit en licence de lettres à la Sorbonne pour rassurer ses parents[3]. C'est par Pierre Fresnay qu'il rencontre Henri Rollan[4].

Élève de Tania Balachova au Vieux-Colombier, de Berthe Bovy et de Jean Meyer au Centre d'art dramatique de la rue Blanche, puis de Debucourt et de Fernand Ledoux au Conservatoire national d'art dramatique, il remporte au concours de 1962 les trois premiers prix (Tragédie, Comédie classique, Comédie moderne), une première chez les hommes, ce qui lui ouvre les portes de la Comédie-Française[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Claude Giraud débute à la Comédie-Française dans Valère de L'Avare, joue Arsace dans Bérénice, le récitant du Retour de l'enfant prodigue d'André Gide. Déçu qu'on ne lui confie que des petits rôles, il quitte une première fois la Comédie-Française en 1963[6],[7],[8] pour aller tourner Un roi sans divertissement, film de François Leterrier d'après Jean Giono (Grand prix du cinéma français). La Comédie-Française lui intente un procès pour rupture de contrat, qu'elle perd en appel[3].

Premier lauréat du prix Gérard-Philipe (1962), il reçoit le Theater World Award de New York en 1964 pour ses rôles de Titus et d'Hippolyte dans Bérénice et Phèdre avec Marie Bell.

Claude Giraud retrouve la Comédie-Française en 1972[9], et en devient le 460e sociétaire en 1976. Il la quitte fin 1982 pour participer à la création de la compagnie de Jean-Laurent Cochet au théâtre Hébertot où, à l'instar de sa « maison » précédente, plusieurs spectacles sont donnés en alternance, Le Misanthrope, Dom Juan, 29 degrés à l'ombre, La Parisienne, Le Pain de ménage, etc. Sans oublier les soirées poétiques avec : Au pays de Papouasie, Le Cœur innombrable, La Difficulté d'être, Arbres de vie, etc. Charlotte Corday de Daniel Colas, mise en scène de l'auteur, Petit-Hébertot. Il joue régulièrement jusqu'en 2005.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Claude Giraud a joué de nombreux rôles à la télévision dont Lord Roger Mortimer dans la série Les Rois maudits aux côtés de Jean Piat (1972), Morgan ou Jacques de Sainte-Hermine, le chef des Compagnons de Jéhu (1966) et le père de Sébastien, Pierre Maréchal, dans Sébastien parmi les hommes (1968), aux côtés de Mehdi El Glaoui. Il est Cinna (1962) devant la caméra de Jean Kerchbron, Œdipe (1963) dans La Machine infernale de Jean Cocteau, réalisation Claude Loursais, Cléante aux côtés de Delphine Seyrig et Michel Bouquet dans Le Tartuffe (réalisation de Marcel Cravenne, 1971), Mehdi Ben Barka dans La guerre du pétrole n'aura pas lieu (1974) de Souheil Ben Barka et donne la réplique à Claude Jade dans Mamie Rose (1975) de Pierre Goutas, dans lequel ils jouent un couple en crise. En 1981, il est Maxime d'Aurillac dans Les Fiancées de l'Empire[10] de Jacques Doniol-Valcroze.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Au cinéma, il est le capitaine de gendarmerie Langlois dans le film de François Leterrier, Un roi sans divertissement (1963) adapté du roman éponyme de Jean Giono, qui signe lui-même l'adaptation et produit le film ; Georges aux côtés de Marie Dubois, Anna Karina et Maurice Ronet dans La Ronde de Roger Vadim (1964) ; Philippe de Plessis-Bellière dans la série des Angélique (1964-1966) ; Hippolyte dans Phèdre, interprétée par Marie Bell, film de Pierre Jourdan (1968). Il reste plus connu du grand public pour son rôle de Slimane dans Les Aventures de Rabbi Jacob (1973) de Gérard Oury.

Doublage[modifier | modifier le code]

C'est aussi en tant que comédien de doublage que Claude Giraud s'est imposé depuis les années 1970, prêtant principalement sa voix à Robert Redford (Nos plus belles années, Les Hommes du président, Un pont trop loin, Out of Africa, L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux), Mel Gibson (L'Année de tous les dangers de Peter Weir, Le Bounty de Roger Donaldson), Warren Beatty (John McCabe de Robert Altman), Tommy Lee Jones (Le Fugitif, US Marshals, Men in Black), Harrison Ford (Les Aventuriers de l'arche perdue), Sean Connery (Le Nom de la rose), Alan Rickman (Harry Potter, Sweeney Todd et Michael Collins) et Liam Neeson (La Liste de Schindler, Batman Begins et Hantise). Il est également la voix française d'Ulysse dans la série animée Ulysse 31 (1981). Il double Robert Redford dans la bande-annonce du film Sous surveillance en 2012 mais, ayant pris sa retraite avant la sortie en salles, est remplacé pour le doublage du film par Patrick Béthune ; sa voix est encore utilisée en 2014 dans Les Luminessences d'Avignon, un spectacle en 3D dans la cour d'honneur du Palais des papes[11].

Mort[modifier | modifier le code]

Claude Giraud meurt le [12] à Saint-Priest-des-Champs (Puy-de-Dôme)[13].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Claude Giraud a été marié à la comédienne Catherine Demanet (morte en 2012) dont il a eu deux enfants : Louis (né en 1964) et Marianne (née en 1966)[14],[15]. Vivant en province, il a élevé des petits chevaux Connemara durant de nombreuses années.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Voix off de plusieurs documentaires, dont la série 360° Geo, diffusée sur Arte[32]

Publicités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Claude Giraud par Jean-Claude Brialy en 1985, retranscrite sur paliliadespyrenees.com.
  2. Interview de Claude Giraud sur Objectif Cinema.
  3. a et b Télé 7 Jours n°339, semaine du 17 au 23 septembre 1966, p. 55.
  4. « Interview de Claude Giraud », sur dailymotion.com.
  5. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Engagement de Claude Giraud et Paule Noëlle à la Comédie Française », sur Ina.fr, (consulté le 9 novembre 2020)
  6. « Différend à la comédie-française à propos d'un pensionnaire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  7. « La faute d'un pensionnaire de la comédie-française », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2020).
  8. « Mais il resta que six mois dans la maison de Molière. On ne lui offrit que des petits rôles. il en voulait un grand. » Télé 7 Jours n°339, semaine du 17 au 23 septembre 1966, p. 55 :
  9. « Fragments d’un dictionnaire amoureux : Georges Aminel », sur Le coin du cinéphage, (consulté le 21 mai 2020)
  10. (en-US) gp, « Les Fiancées de l'empire », sur GoldPoster, (consulté le 6 mai 2020)
  11. « Avignon, palais des Papes : Les Luminessences, le spectacle monumental en 3D » sur rendezvousenfrance.com.
  12. « Le comédien Claude Giraud, né à Chamalières (Puy-de-Dôme), est décédé », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  13. « Claude Giraud : Mort de l'acteur de Rabbi Jacob à 84 ans », sur Pure People, (consulté le 4 novembre 2020)
  14. Télé 7 jours, n° 411 du 3 février 1968
  15. Sa fille Marianne Giraud est mariée depuis 1998 au comédien, producteur et metteur en scène de théâtre Jean Martinez avec qui elle a eu deux filles : Victoria (née en 1990) et Adriana (née en 2001)
  16. Claude Giraud sur IBDb.
  17. « Jean Laurent Cochet et Eric Kahane à propos de la pièce d'Harold Pinter Le Gardien » [vidéo], sur Ina.fr (consulté le 5 août 2020).
  18. [1]
  19. [2]
  20. « Le Londe parallèle - Espions parmi nous » [vidéo], sur IMDb (consulté le 24 juillet 2020).
  21. « La Belle Anglaise » [vidéo], sur IMDb (consulté le 24 juillet 2020).
  22. http://php88.free.fr/bdff/image_film.php?ID=5529#haut&p=film
  23. « L'amour est un jeu d'enfant » [vidéo], sur IMDb (consulté le 24 juillet 2020).
  24. [3]
  25. « Dans le Puy-de-Dôme, la voix française de Roger Moore s'associe aux hommages », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2017)
  26. Sophie Leclanché, « Roger Moore, Auvergnat... par la voix », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2020).
  27. 2e doublage.
  28. Doublé seulement en 1975.
  29. Charro sur Objectif Cinéma.
  30. 1er et 2e doublages.
  31. Hugo Weaving en VO
  32. 360º - Le Reportage Géo

Liens externes[modifier | modifier le code]