Arthur Freed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freed.
Arthur Freed
Nom de naissance Arthur Grossmann
Naissance
Charleston, Caroline du Sud
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 78 ans)
Los Angeles, Californie
Profession producteur, parolier
Films notables Le Chant du Missouri
Un jour à New York
Un Américain à Paris
Chantons sous la pluie
Tous en scène

Arthur Grossmann dit Arthur Freed est un producteur et parolier américain, né le à Charleston (Caroline du Sud), mort le [1] à Los Angeles (Californie). Les films qu'il a produit totalisent 21 Oscars, et ont rapporté plus de 280 millions de dollars de bénéfice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur Freed débute à Chicago comme pianiste-chanteur (song plugger[2]). Il travaille avec les Marx Brothers en tournée théâtrale puis est engagé en 1939 par la Metro Goldwin Mayer comme producteur associé.

Sous contrat avec la MGM, il fut l'incarnation de l'âge d'or de la comédie musicale américaine, en y produisant quasiment tous les films marquants du genre, au premier rang desquels Chantons sous la pluie, Un Américain à Paris, Tous en scène, etc.

Il fut également parolier et producteur de spectacles dont, en 1929, la chanson qui donna son nom au film Chantons sous la pluie.

Accusation de pédophilie[modifier | modifier le code]

Dans son autobiographie Child Star: An Autobiography, Shirley Temple raconte qu'alors âgée de douze ans, elle a eu un entretien avec Arthur Freed dans l'intention de transférer sa carrière à la MGM ; durant l'entretien, il aurait ouvert son pantalon pour lui montrer ses parties. Naïve, elle aurait réagi en gloussant, à la suite de quoi il l'aurait renvoyée de son bureau[3],[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Freed sur Les gens du cinéma.com.
  2. Il est payé par un éditeur de musique pour jouer des mélodies devant des artistes ou producteurs afin qu'ils les achètent
  3. (en) Aljean Harmetz, « Shirley Temple Black, Hollywood’s Biggest Little Star, Dies at 85 », The New York Times, 11 février 2014.
  4. (en) Aljean Harmetz, « The Shirley Temple Storybook 'Child Star' Memoirs Set The Record Straight », Orlando Sentinel, 16 novembre 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]