Myrna Loy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loy.
Myrna Loy
Description de l'image Myrna loy.jpg.
Nom de naissance Myrna Adele Williams
Naissance
Radersburg, Montana
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 88 ans)
New York, État de New York
Profession Actrice
Films notables L'Introuvable
La Mousson
Les Plus Belles Années de notre vie

Myrna Loy est une actrice américaine, née Myrna Adele Williams le à Radersburg (en) (Montana, près d'Helena), morte le à New York. Elle fut surnommée « la reine de Hollywood » ou encore « l'épouse idéale » durant les années 1930. Elle fut à cette époque un modèle féminin. Les hommes voulaient l'épouser et les femmes lui ressembler. Quelques acteurs américains l'ont harcelée afin de passer une nuit avec elle. Elle resta discrète sur sa vie privée, bien que les tabloïds aient voulu en savoir plus. Elle s'est mariée quatre fois, n'eut pas d'enfants, a mené une carrière prestigieuse et s'est consacrée à des œuvres sociales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Myrna Loy[1], [2], [3], [4], [5], surnommée la "Reine du cinéma" / The Queen of the Movies[6], est la fille d'Adelle Mae (née Johnson) et de David Franklin Williams[7]. Son père la prénomma Myrna en référence au nom d'une gare qui lui plut. Il était banquier, promoteur immobilier et également un élu de l'État du Montana. Sa mère a étudié la musique à l'American Conservatory of Music (en) de Chicago[8].

Elle grandit dans le ranch familial jusqu'en 1918, année du décès de son père dû à la fièvre espagnole[9], [10], la famille déménage alors à Culver City dans la banlieue de Los Angeles. Myrna Williams fait ses études secondaires à la Harvard-Westlake School (en) de Holmby Hills (Los Angeles)[11], une école pour filles de 1918 à 1920, puis sa mère, pour des raisons financières l'inscrit ensuite à la Venice High School (en) de Los Angeles d'où elle sort diplômée en 1923.

Parallèlement à ses études, elle suit des cours de piano, de danse et d'art dramatique.

Dès l'âge de 12, elle apparaît sur scène dans des petites pièces locales[12], notamment au Marlow Theatre d'Helena[13].

En 1921, elle posa pour la réalisation d'une statue sculptée par Harry Fielding Winebrenner[14], [15], son professeur d'art plastique, pour orner l'entrée de la Venice High School[16]. La statue a été vandalisée à plusieurs reprises. Elle elle est restaurée en 2010, grâce à une collecte de fonds.

Après ses études secondaires, elle travaille en donnant des cours de danse pour des enfants pour aider financièrement sa famille. Pour compléter ses revenus elle fait ses débuts dans le monde du spectacle au Grauman's Egyptian Theatre d'Hollywood[17], [18] comme danseuse c'est là que le photographe Henry Waxman la remarque et en parle à Rudolph Valentino. Ce dernier envoya sa femme Natacha Rambova pour lui faire des essais, elle lui donne son premier rôle au cinéma comme figurante dans Pretty Ladies, aux côtés de Joan Crawford, elle même débutante, les deux femmes se lieront d'amitié[19]. Natacha Rambova la sélectionne également dans un petit rôle pour What Price Beauty ? (it). C'est à cette époque, qu'elle pense à prendre un nom de scène pour se différencier des nombreux Williams, l'écrivain et scénariste George Carroll Sims[20] alias Paul Ruric alias Paul Cain[21] lui propose le nom de Myrna Loy[22], [23].

Dans les années qui suivent Myrna Loy enchaîne les petits rôles dans des films réalisés par Raoul Walsh, Maurice Tourneur, Fred Niblo, Josef von Sternberg, Ernst Lubitsch,Michael Curtiz, etc. De la période muette jusqu’au début du parlant, Myrna Loy est confinée dans des rôles de vamps asiatiques comme Le Masque d'or ou encore Treize femmes, ou à des rôles de femmes fatales comme The Animal Kingdom. D'autres films plus orientaux comme The Black Watch de John Ford en 1929.

Elle commence sa carrière dans le cinéma parlant par un petit rôle dans Le Chanteur de jazz en 1927.

Les années 1930[modifier | modifier le code]

William Powell et Myrna Loy, le couple idéal d'Hollywood, dans Le Grand Ziegfeld

Au début des années 1930, la carrière cinématographique de Myrna Loy est prolifique. À noter Sous le ciel du Texas de Michael Curtiz, Arrowsmith de John Ford, Vol de nuit de Clarence Brown ou encore La Course de Broadway Bill de Frank Capra.

En 1934, Myrna Loy obtient un rôle conséquent dans L'Ennemi public no 1, aux côtés de Clark Gable et William Powell. Le gangster John Dillinger, qui était un admirateur de Loy, fut abattu après avoir vu le film au Théâtre Biograph (en), à Chicago[24].La même année elle fut encore opposée à Clark Gable dans Les Hommes en blanc. Un soir alors que l'acteur la raccompagnait chez elle en voiture, il essaya de l'embrasser alors que sa femme Ria était à proximité. Myrna Loy repoussa ses avances[25].

À cette époque, Myrna Loy était un objet du désir de la part de quelques acteurs d'Hollywood. John Barrymore qui fut son partenaire dans Topaze lui fait la cour en vain[26]. Cas identique pour Clark Gable. C'est, ensuite, le tour de Leslie Howard dans The Animal Kingdom. Ce film lui permet de rompre avec ses rôles de vamp et de s'orienter vers des personnages sophistiqués[27]. Durant le tournage du film en 1933 Le Chant du Nil, elle se lia d'amitié avec Ramón Novarro. Leur entente était si parfaite en dehors du tournage que les tabloïds et les studios crurent qu'ils avaient une liaison, ce qui était improbable en raison de l'homosexualité de Novarro. La production mit tout en œuvre pour tenter d'unir les deux acteurs avant de renoncer face à leur protestation[28]. Dans la foulée, elle rencontre Titanic Thompson (en), joueur de golf professionnel et flambeur à la réputation sulfureuse, elle sort avec lui secrètement[29].

Myrna Loy, William Powell et le chien Asta dans L'Introuvable

Myrna Loy est engagée dans le rôle de Nora Charles dans L'Introuvable — titre original The Thin Man, d'après un roman de Dashiell Hammett — toujours en 1934. Le réalisateur W. S. Van Dyke la retint après avoir remarqué en elle un sens de l'humour que ses films précédents n'avaient pas révélé. Lors d'une réception à Hollywood, il la poussa dans une piscine pour tester sa réaction et fut surpris de sa réaction plutôt joyeuse. Exactement les qualités nécessaires pour le rôle[30] malgré les réticences de Louis B. Mayer qui ne voyait en elle qu'une actrice orientée vers des rôles dramatiques[31]. Le film fut un succès immense au box-office d’Hollywood, et fut nommé pour l'Oscar du meilleur film. La série des Thin Man donna lieu à cinq autres films avec les deux acteurs. La critique loua le talent de Myrna Loy dans le registre de la comédie. Elle et son partenaire William Powell formèrent un des couples les plus populaires à l’écran et apparurent ensemble dans quatorze films. Elle enchaîna ensuite avec La Course de Broadway Bill, toujours la même année, de Frank Capra. Dès lors, elle acquit une notoriété grâce à son statut d'épouse idéale de Hollywood. Dans la foulée, elle refusa un projet de Louis B. Mayer : New York-Miami aux côtés de Clark Gable[32].

Durant l'année 1935, elle eut quelques conflits avec la MGM pour cause d'exigence salariale. Un projet de film avec William Powell échoua pour des raisons salariales[33]. Elle fit un séjour en Europe et revint pour ne tourner que deux films : Les Ailes dans l'ombre avec Cary Grant, film produit par Arthur Hornblow Jr, qu'elle épousera l'année suivante ; et On a volé les perles Koronoff, dont le tournage fut mouvementé pour elle. Le chef-opérateur tourna une scène où elle apparut sans maquillage, les cheveux hirsutes à cause du conflit précédent. Finalement, la scène fut coupée au montage[34]. Ensuite son partenaire Spencer Tracy — qui était tombé sous son charme — courut après elle en dehors du tournage[35]. Elle se montra hermétique avant de céder à ses avances. Toutefois, pour éviter un scandale, les amants cachèrent habilement la liaison qui fut sérieuse. Spencer Tracy était follement amoureux de Myrna Loy mais comme ce fut le cas avec Loretta Young, la liaison cessa à la fin du tournage[36],[37].

Elle retrouva le chemin du succès avec Le Grand Ziegfeld (1936), où elle excella dans le rôle de Billie Burke aux côtés de William Powell. Dans la foulée elle enchaîna avec Une femme qui tombe du ciel et Une fine mouche où la production mit en avant une affiche prestigieuse « Myrna Loy-William Powell-Spencer Tracy-Jean Harlow ». Un tournage estival et détendu, entre amis, qui lui permit de faire face, une fois de plus, à son partenaire fétiche William Powell et Jean Harlow. Spencer Tracy, toujours amoureux de l'actrice qui s'était mariée quelques semaines auparavant avec Arthur Hornblow Jr, courut après elle. L'actrice céda une nouvelle fois à ses avances. Durant le tournage, Myrna Loy eut avec Spencer Tracy une liaison qui fut torride. Publiquement, les deux partenaires se raillaient pour ne pas attirer l'attention des tabloïds, à propos d'Arthur Hornblow qui avait épousé l'actrice quelques semaines auparavant, profitant aussi des lumières braquées sur l'autre couple Jean Harlow-William Powell. Arthur Hornblow Jr, qui fut l'objet de la raillerie de la part de Spencer Tracy, qui répétait« Je déteste Hornblow »[38], ignorait jusqu'au bout les infidélités de Myrna Loy qui devait par la même occasion faire face à la présence constante de son amant à ses côtés durant le tournage[39],[40],[41],[42]. Elle retrouva Clark Gable dans un drame historique (La Vie privée du tribun), un drame (Pilote d'essai) et deux comédies Un Envoyé très spécial et Sa femme et sa secrétaire. C'est dans ce registre qu'elle s'affirma davantage grâce à des films comme Mariage double, ou encore Man-Proof aux côtés de Rosalind Russell et Franchot Tone. Myrna Loy, à cette époque, figura parmi les acteurs les mieux payés d'Hollywood [43].

En parallèle, elle poursuivit la série des Thin Man avec William Powell : Nick, gentleman détective, Nick joue et gagne et Rendez-vous avec la mort. Elle n'oublia pas le registre dramatique avec La Mousson aux côtés de Tyrone Power. Elle fut approchée pour jouer dans Autant en emporte le vent en 1939 mais ne fut pas retenue[44].

La guerre[modifier | modifier le code]

Myrna Loy met sa carrière entre parenthèses pour apporter sa contribution à l’effort de guerre[45], à l'instar d'un grand nombre des personnalités de Hollywood, elle manifeste publiquement son dégoût du régime nazi, ce qui lui vaut de figurer sur la liste noire d’Hitler60. Elle s'implique également aux côtés de la Croix Rouge. Elle prend l'uniforme militaire et participe à la collecte de fonds pour soutenir des Navals Auxiliary Canteen, qui assuraient des moments de détente aux soldats éprouvés par la guerre. Elle participe également à la mise en place de programmes de divertissement au sein des hôpitaux militaires américains. Elle est également l'actrice préférée du président Franklin D. Roosevelt[46] et se lie d'amitié avec Eleanor Roosevelt[47].

Entretemps, elle divorçe d'Arthur Hornblow Jr, en 1942, après six ans de vie commune [48]. Elle fréquente durant une très courte période l'acteur autrichien Helmut Dantine[49] et tente de renouer avec Spencer Tracy à l'occasion d'une visite qu'elle lui fit sur le tournage de Tortillat Flat [50], suite à un appel de Benny Thau qui comptait sur elle pour canaliser l'acteur [51]. La relation est écourtée car l'acteur venait de rencontrer Katharine Hepburn[52], affirmant « Tu n'as plus de souci à te faire pour moi, j'ai trouvé la femme que je voulais », en dépit de son amour pour Myrna Loy[53]. Bien que discrète sur cette question, Myrna Loy se confia à la journaliste Clémentine James plusieurs années plus tard et avoua avoir été éperdument amoureuse de Spencer Tracy, laissant entendre qu'elle aurait pu s'engager davantage vis-à-vis de son amant [54],[55]. Elle épouse John Hertz Jr. avec qui elle fut confrontée à des problèmes de violences conjugales[56]. Elle divorçera en 1944[57].

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

En 1944, elle fit son retour au cinéma avec L'introuvable rentre chez lui, et joue deux ans plus tard aux côtés de Fredric March dans le mythique Les Plus Belles Années de notre vie où elle interpréta le rôle de l'épouse d'un militaire qui doit se réadapter à la vie civile après la guerre. Elle ne gagna aucun Oscar alors que le film en obtint dix [58]. En 1945, Myrna Loy fut sollicitée pour jouer dans Le Maître de la prairie[59]aux côtés de Spencer Tracy. Le projet, mis en chantier en 1939 pour les deux acteurs mais interrompu à cause de la guerre, était repris par la MGM [60]. Elle afficha son enthousiasme pour un rôle dramatique qui était à l'opposé du personnage de l'épouse idéale qu'elle interprétait souvent : « C'est un western avec une histoire de pionniers, comme mon propre contexte. C'est le genre de rôle que j'ai toujours voulu jouer »[61]. Malgré l'aggravation de l'alcoolisme de Spencer Tracy[62], Myrna Loy s'apprêtait à reprendre clandestinement sa liaison avec son amant mais finalement Katharine Hepburn fut retenue pour un projet concrétisé en 1947[63],[64]. Elle fut envisagée pour tenir le rôle principal dans Le Roman de Mildred Pierce mais c'est Joan Crawford qui fut retenue[65]. En 1946, elle épousa le scénariste-producteur Gene Markey, union qui aboutit à un nouveau divorce en 1949. En 1947, elle apparaît pour la dernière fois aux côtés de William Powell dans Meurtre en musique, dernier volet de la série des Thin man qu'elle jugea décevant[66]. Après avoir résilié son contrat avec la MGM, elle s'engagea auprès des studios indépendants[67]. Elle joua dans deux comédies : Deux sœurs vivaient en paix avec Cary Grant et Shirley Temple, Un million clé en main, toujours avec Cary Grant, et un western avec Robert Mitchum : Le Poney rouge.

Pour faire face au Comité des activités-américaines du sénateur Joseph McCarthy, elle co-fonde le Comité pour le premier amendement (donc en faveur de la liberté d'expression), avec Philip Dunne, John Huston et William Wyler[68].

Les années 1950 et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Sa carrière cinématographique devint plus épisodique, prise qu'elle était par son engagement politique[69], ainsi elle devient membre de l’UNESCO de 1949 à 1954, puis elle travailla également auprès du Comité national contre la violence aux femmes et objecta que les noirs devaient cesser d’être employés dans des rôles de domestiques[70]. Elle s'éloigne également du cinéma par des prestations théâtrales et télévisuelles. Elle s'engage dans un quatrième mariage en 1951 avec un haut fonctionnaire de l'ONU, Howland H. Sargeant (en), mariage qui aboutit à un nouveau divorce en 1959. Parmi ses apparitions au cinéma à cette période, deux comédies : Treize à la douzaine avec Clifton Webb et Six filles cherchent un mari, puis un drame Cœurs brisés (Lonelyhearts) avec Montgomery Clift. Just Tell Me What You Want réalisé en 1980 par Sidney Lumet fut son dernier film au cinéma. Sa dernière apparition comme actrice eut lieu dans le téléfilm Summer Solstice, aux côtés d'Henry Fonda.

En 1987, elle publia son autobiographie Myrna Loy, Being and Becoming avant de recevoir en 1991, un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Acceptant une équipe de télévision chez elle à New York, elle prononça ses dernières paroles à l'écran « Vous m'avez rendue heureuse. Je vous remercie beaucoup »[71]. Elle meurt en pendant une opération de chirurgie à l'hôpital Lenox Hill de New York[72]. Elle repose au Forestvale Cemetery d'Helena dans le Montana[73].

Mariages[modifier | modifier le code]

Liaison amoureuse et rumeurs[modifier | modifier le code]

  • Myrna Loy a eu une liaison avec Spencer Tracy pendant le tournage de On a volé les perles Koronoff en 1935, dans le plus grand secret et un an plus tard dans le film suivant Une fine mouche. Pour éviter tout scandale qui aurait pu lui nuire alors qu'elle jouissait d'une bonne réputation à Hollywood, elle réussit à la cacher pendant de longues années, jusqu'à ce que cela soit révélé après sa mort[74],[39]. Loy aura toutefois été confrontée à l'alcoolisme et au caractère rude de son amant, occasionnant quelques disputes [75].
  • Elle fut brièvement et secrètement la maîtresse du flambeur Titanic Thompson (en) au début des années 1930[76],[77]. Thompson affirma qu'après avoir couché avec Myrna Loy dans un hôtel, il avait repris la route avec elle et avait eu un accident au volant de son Pierce-Arrows. L'actrice fut indemne mais le flambeur eut une légère blessure à la tête[78].
  • Rumeurs d'une liaison avec Leslie Howard durant le tournage de The Animal Kingdom en 1932. Les deux acteurs ont toujours nié une quelconque romance mais un documentaire réalisé récemment sur l'acteur britannique le montre en train de flirter ouvertement avec l'actrice[79].
  • Il y eut des rumeurs de relations homosexuelles avec des actrices comme Elissa Landi pendant le tournage de Body and Soul en 1931, où figurait Humphrey Bogart[80]. À son propos, Spencer Tracy confia à son ami Garson Kanin sa crainte que Katharine Hepburn — également bisexuelle — n'en profite. Il lui déclara « avoir guéri Myrna de son lesbianisme », prétendant avoir enchaîné ses étreintes avec Myrna Loy jusqu'à ce que cette dernière se débarrasse de ses prétendus penchants bisexuels[81].
  • Myrna Loy, selon d'autres rumeurs, aurait également eu une liaison avec Juan Torena, un ancien footballeur devenu acteur[82].

Divers[modifier | modifier le code]

  • Elle fut victime de violence conjugale de la part de John Hertz Jr. Elle récolta un hématome qui l'obligea à ajourner sa rencontre avec Eleanor Roosevelt[83]. Hertz Jr. mit la pression sur Myrna Loy pour qu'elle se consacre au foyer[84]. Elle évoqua également une dispute avec Spencer Tracy, fortement alcoolisé, qu'elle avait reçue dans sa chambre d'hôtel du St.Regis une nuit pendant le tournage de Tortilla Flat. Myrna Loy dira avoir subi sa rudesse avant que celui-ci ne brise une tasse[85].
  • Elle fait partie des membres fondateurs du The American Place Theatre (en)[4], destiné à soutenir les nouveaux talents.
  • Lors d'une interview donnée à la télévision en 1970, elle affirma appartenir à l'église méthodiste[86].
  • Clark Gable et Myrna Loy reçurent respectivement, en 1937, le titre honorifique de Roi et Reine d'Hollywood[87].
  • Elle a une étoile à son nom sur le Hollywood Walk of fame.
  • Son nom fit l'objet d'une chanson interprétée par le groupe Minus 5 [88].
  • Le chanteur Josh Ritter lui consacre une chanson intitulée Myrna Loy dans son album Gathering[89].
  • Parmi ses nombreux surnoms : Minnie, donné par l'acteur William Powell.
  • Un des immeubles des Studios Sony Pictures porte son nom[90], [91].
  • La ville d'Helena dans le Montana a créé une salle de spectacles qui porte son nom Le Myrna Loy Center[92], [93]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Portrait publicitaire de Myrna Loy pour la Metro-Goldwyn-Mayer

Années 1930[modifier | modifier le code]

Petticoat Fever (1936)

Années 1940[modifier | modifier le code]

Myrna Loy dans le rôle de Nora Charles dans Shadow of the Thin Man (1941

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960 à 1980[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Obituary: Myrna Loy », sur The Independent, (consulté le 12 mai 2019)
  2. (en) « Myrna Loy | American actress », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 12 mai 2019)
  3. « Loy, Myrna (1905–1993) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 12 mai 2019)
  4. a et b (en) « Myrna Loy - Internet Accuracy Project », sur www.accuracyproject.org (consulté le 12 mai 2019)
  5. (it) « Loy, Myrna », sur Enciclopedia Treccani
  6. (en-US) Burt A. Folkart, Times Staff Writer, « From the Archives: Myrna Loy, Star of 'Thin Man' Films, Dies at 88 », sur latimes.com, The Los AngelesTimes (consulté le 13 mai 2019)
  7. (en-US) « Myrna Loy », sur geni_family_tree (consulté le 12 mai 2019)
  8. (en-US) « Myrna Loy - Hollywood's Golden Age », sur www.hollywoodsgoldenage.com (consulté le 12 mai 2019)
  9. (en-US) « Being and Becoming Myrna Loy », sur Legacy
  10. (en-US) « 19 Piercing Pictures of Myrna Loy — The Queen of Hollywood », sur Best Movies by Farr (consulté le 12 mai 2019)
  11. (en-US) « Myrna Loy | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le 12 mai 2019)
  12. (en) James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, Myrna Loy : being and becoming, New York, Alfred A. Knopf, (ISBN 978-0-394-55593-5), p. 25 à 29
  13. « Myrna Loy - Bio », sur web.archive.org, (consulté le 13 mai 2019)
  14. (en-US) « Harry Fielding Winebrenner - Artist, Fine Art Prices, Auction Records for Harry Fielding Winebrenner », sur www.askart.com (consulté le 13 mai 2019)
  15. (en-US) Emily W. Leider, Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood, University of California Press, (ISBN 9780520253209), page 41
  16. (en-US) « Myrna Loy statue », sur www.seeing-stars.com (consulté le 12 mai 2019)
  17. (en-US) Rob Baker, « "The Only Good Girl in Hollywood" - Pictures of the Beautiful Myrna Loy », sur Flashbak, (consulté le 12 mai 2019)
  18. (en) « Myrna Loy », sur latimes.com (consulté le 12 mai 2019)
  19. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 37 à 41.
  20. (en-US) « Paul Cain Archives », sur Black Mask (consulté le 13 mai 2019)
  21. (en-US) Fannie Cranium, « Myrna Loy: Her Name Gives Me Joy », sur The Blog of Funny Names, (consulté le 12 mai 2019)
  22. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 42–43
  23. (en-US) Boris Dralyuk, « The Incomplete Cain », sur Los Angeles Review of Books (consulté le 13 mai 2019)
  24. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 97
  25. Clark Gable, auteur : Warren G. Harris, éditions Harmony Books 2002, page 106
  26. Myrna Loy Being and Becoming, James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, éditions Knopf 1987, page 4
  27. Upi Screen legend Myrna Loy dead at 88 - https://www.upi.com/Archives/1993/12/15/Screen-legend-Myrna-Loy-dead-at-88/5367755931600
  28. Ramon Novarro: A Biography of the Silent Film Idol, 18991968; With a Filmography, auteur : Allan R. Ellenberger, 2009, page 121.
  29. Titanic Thompson: The Man Who Bet on EverythingKevin Cook - 2010 - p. 135
  30. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 88
  31. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 89
  32. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 94
  33. William Powell, The Life and FilmsRoger Bryant, p. 103.
  34. https://www.imdb.com/title/tt0027205/trivia
  35. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 122
  36. Kate Remembered, auteur : Andrew Scott Berg, éditions G.P. Putnam's Sons 2003, page 285
  37. Spencer Tracy, a Life in Pictures: Rare, Candid, and Original PhotosNew England Vintage Film Inc. Society, Inc. New England Vintage Film Society - 2012. p. 130
  38. Libeled Lady Classic Movie Hub - http://www.classicmoviehub.com/facts-and-trivia/film/libeled-lady-1936/
  39. a et b The leading men of MGM, Jane Ellen Wayne, éditions First Carroll and Graf editions 2005, page 209
  40. Katharine the Great: A Lifetime of Secrets. Darwin Porter - 2004. p. 372
  41. TCM - Libeled Lady Behind the scene - www.tcm.com/this-month/.../Behind-the-Camera-Libeled-Lady.html
  42. https://www.imdb.com/title/tt0027884/trivia?tr0746647
  43. http://www.quigleypublishing.com/MPalmanac/Top10/Top10_lists.html
  44. Gone With the Wind - Helen taylor - 2015 - BFI Films Classics - p.59
  45. (en-US) « Learn about Myrna Loy in Biography », sur www.classicmoviefavorites.com (consulté le 12 mai 2019)
  46. (en-US) « Myrna Loy », sur PEOPLE.com (consulté le 12 mai 2019)
  47. Shipman, David. "Obituary: Myrna Loy." The Independent, December 16, 1993.
  48. son union battait de l'aile. Le couple était séparé depuis quelques années
  49. Myrna Loy, The Only Good Girl in Hollywood, Emily W. Leider (2011) - p. 244.
  50. Spencer Tracy James Curtis (2011)
  51. Spencer Tracy - James Curtis - 2011
  52. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood, Emily W. Leider (2011) - p. 166
  53. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, Myrna Loy: Being and Becoming, New York, Alfred A. Knopf, p. 154
  54. Four Hollywood Legends in World Literature: References to Bogart, Cooper - Henryk Hoffmann (2016) - Red Jacket Press
  55. Life 19 mars 1971 - p. 66
  56. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood Emily W. Leider (2011) - p. 238
  57. (en-US) « MYRNA LOY BRIDE OF JOHN HERTZ JR.; Screen Star Married Here to Advertising Executive, Son of Transport Operator WED BY JUSTICE PECORA Only the Families Are Present uActress Divorced From Hornblow Last Monday \ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 13 mai 2019)
  58. Allociné, Les plus belles années de notre vie - http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=25308.html
  59. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood Par Emily W. Leider - p. 194
  60. www.imdb.com/titre/39806/
  61. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 192
  62. Spencer Tracy - James Curtis (2011) - p. 512
  63. Lion of Hollywood: the life and legend of Louis B. Mayer, Auteur : Scott Eyman, Kindle editions 2005.
  64. Katharine the Great: A Lifetime of Secrets Darwin Porter - 2004. p. 372
  65. Le Roman de Mildred Pierce - https://www.imdb.com/title/tt0037913/trivia
  66. Meutre en musique - http://www.tcm.com/tcmdb/title/1059/Song-of-the-Thin-Man/notes.html
  67. Shirley Temple: American Princess (2017) - Anne Edwards - p.180
  68. « Connaissez-vous le cinéma ? », Le Monde hors-série jeux, 2011, page 27.
  69. (en-US) « Myrna Loy Biography: Author Emily Leider Discusses the 'Queen of Hollywood' – Alt Film Guide » (consulté le 12 mai 2019)
  70. https://www.imdb.com/name/nm0001485/bio
  71. "The presenting of an Honorary Oscar® to Myrna Loy at the 63rd Annual Academy Awards®, March 25, 1991, youtube.com; accessed August 14, 2014.
  72. Burt A. Folkart, Times Staff Writer, « From the Archives: Myrna Loy, Star of 'Thin Man' Films, Dies at 88 », sur latimes.com (consulté le 12 mai 2019)
  73. (en-US) « Myrna Loy », sur find a grave
  74. Christopher Andersen, An Affair to Remember-The Remarkable Love Story of Katharine Hepburn and Spencer Tracy, 1997, page 86.
  75. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy 1987, p. 124.
  76. http://www.express.co.uk/posts/view/222994
  77. http://buckscattershot.magix.net/all_about_titanic.4.html#All%20about%20Titanic
  78. Titanic Thompson: The Man Who Bet on EverythingKevin Cook - 2010 - p.  135
  79. http://www.guardian.co.uk/film/2010/sep/12/leslie-howard-found-footage
  80. The Secret Life of Humphrey Bogart: The Early Years (1899-1931) - Darwin Porter (2003) - p.289
  81. Katharine the Great: A Lifetime of SecretsDarwin Porter - 2004. p. 372
  82. http://margoism.tumblr.com/post/3294256697/other-filipino-players-who-have-played-for-la-liga-back
  83. The Jewels of Miriam Haskell (1997) - Deanna Farneti Cera - p. 17
  84. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood (2012)Emily W. Leider - p. 233
  85. Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood Emily W. Leider (2011) - p. 238
  86. Interview, Day at Night, 1970
  87. http://www.filmsite.org/1937-filmhistory.html
  88. https://www.youtube.com/watch?v=0d7aGL5zEyo
  89. John Ritter a full plate for Gathering - https://www.huffingtonpost.com/entry/josh-ritter-a-full-plate-for-gathering_us_59bac39be4b0390a1564dbca?guccounter=1&guce_referrer_us=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmZyLw&guce_referrer_cs=ygGpSl8Sj5GfIGDSChTIuQ
  90. "Sony Pictures Studios: Studio Lot Map", sonypicturesstudios.com; retrieved December 24, 2010.
  91. (en-US) « Hollywood Sony Pictures », sur dearmrgable.com (consulté le 12 mai 2019)
  92. (en-US) « Our History & About Myrna Loy », sur The Myrna Loy, (consulté le 12 mai 2019)
  93. (en-US) « Montanakids | Myrna Loy », sur montanakids.com (consulté le 12 mai 2019)
  94. (en-US) « The Women – Broadway Play – 1973 Revival | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le 12 mai 2019)
  95. (en-US) « Myrna Loy Theatre Credits, News, Bio and Photos », sur www.broadwayworld.com (consulté le 12 mai 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) De Karyn Kay, Myrna Loy, New York, Pyramid Publications, 1977.
  • (en) Laurence J. Quirk, The Films of Myrna Loy, Secaucus, Citadel Press, 1980.
  • (en) Emily Leider, Myrna Loy: The Only Good Girl in Hollywood, Berkeley Editions, University of California Press, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :