Les Hommes du président (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Hommes du président.
Les Hommes du président
Description de cette image, également commentée ci-après
Le complexe immobilier du Watergate

Titre original All the President's Men
Réalisation Alan J. Pakula
Scénario William Goldman
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Wildwood Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 138 minutes
Sortie 1976

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Hommes du président (All the President's Men[1]) est un film américain réalisé par Alan J. Pakula, sorti en 1976. Il s'agit de l'adaptation du livre de Bob Woodward et Carl Bernstein, les deux journalistes qui ont enquêté sur le scandale du Watergate, pour le compte du Washington Post.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En , cinq personnes entrent par effraction dans le quartier général du Parti démocrate, situé dans l'immeuble du Watergate à Washington. Un gardien de la sécurité découvre une porte déverrouillée, refermée avec du ruban adhésif. La police, prévenue, se rend sur les lieux et arrête les cambrioleurs.

Le lendemain de leur arrestation, le jeune journaliste Bob Woodward, du Washington Post, découvre que les cinq prévenus, quatre cubains et James McCord, ancien agent du FBI et de la CIA, avaient un équipement pour placer des micros. Ils ont tous un lien avec la CIA, et ont le même avocat, refusant ceux qui ont été commis d'office. Woodward relie les cambrioleurs à Howard Hunt, membre du Comité pour la réélection du Président et au conseiller juridique de la Maison-Blanche du président Nixon, Charles Colson.

Woodward et Carl Bernstein, autre journaliste du Post qui s'intéresse également de cette histoire, s'associent pour enquêter sur cette affaire. Grâce à plusieurs témoignages de personnalités plus ou moins impliquées dans le scandale, ils vont remonter jusqu'aux plus hautes sphères de la politique, dont le président Richard Nixon. Guidés dans leurs investigations par un informateur anonyme, surnommé par leur chef d'édition « Gorge profonde », ils contrecarrent les manipulations et falsifications du pouvoir, provoquant par leurs articles l'ouverture d'une enquête sénatoriale indépendante, qui eut pour conséquence la condamnation des responsables et la démission du président des États-Unis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Bob Woodward, ici en 2007

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Robert Redford achète lui-même les droits du livre de Bob Woodward et Carl Bernstein en 1974, dans le but de produire un film sur cette histoire. Warner Bros. accepte de financer le projet à condition qu'il soit porté par une grande tête d'affiche[2].

Le poste de réalisateur a été proposé au Britannique John Schlesinger, qui a refusé en expliquant que le film devait être mis en scène par un américain[2].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Hal Holbrook a été choisi pour incarner « Gorge profonde » par Bob Woodward lui-même qui l'a vu en photo et lui a trouvé des ressemblances avec le véritable « Gorge profonde »[3].

Frank Wills, le gardien de sécurité qui a découvert la serrure crochetée à l'hôtel Watergate, joue son propre rôle dans le film.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à Los Angeles, Burbank et Washington de juin à novembre 1975[4],[5].

Au cours d'une conférence de presse en 2005, Robert Redford a déclaré que le tournage n'avait pas pu se faire dans la véritable salle de presse du Washington Post parce que plusieurs des employés étaient incapables d'être naturels devant la caméra. La salle a été recréée aux Warner Bros. Studios de Burbank à Los Angeles, ce qui a coûté 450 000 $[2].

Pendant le tournage à Washington, Robert Redford a loué une chambre à l'hôtel Watergate[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[6]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Les Hommes du président a remporté quatre Oscars en 1977 :

Nominations[modifier | modifier le code]

Il a été nommé pour quatre autres trophées la même année :

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'identité de « Gorge profonde », Mark Felt, ex-no 2 du FBI, a été révélée en 2005.
  • La propriétaire du Post, Katharine Graham, d'abord réticente vis-à-vis de la réalisation de ce film, a ensuite changé d'idée et a envoyé une lettre de louange à Robert Redford, acteur et coproducteur.
  • C'est le premier film que Jimmy Carter a regardé pendant son mandat présidentiel.
  • Le numéro de téléphone de la Maison-Blanche que Redford signale au téléphone est bien celui de la Maison-Blanche: 456-1414.
  • Dans le film, lorsque Kenneth Dahlberg déclare à Bob Woodward au téléphone que la femme de son voisin vient d'être enlevée, il ne mentait pas. Le , Virginie Piper, femme d'un important homme d'affaires du Minnesota, avait été kidnappée à son domicile de Minneapolis. Elle fut libérée deux jours plus tard contre une rançon de 1 000 000 $.
  • Le , un dénommé Mark Felt a reconnu publiquement pour la première fois qu'il était bien Deep Throat (Gorge profonde), l'indicateur de Bob Woodward. Au moment où le scandale du Watergate a éclaté, il était directeur adjoint au FBI.
  • La version originale du film dure 2 h 12. La version française a été amputée de 9 minutes. Toutefois la plupart des scènes coupées n'ôtent rien à la compréhension de l'enquête des deux journalistes.
  • Contrairement au livre, le film ne couvre que les sept premiers mois de l'affaire du Watergate, à partir de l'effraction jusqu'à la réinvestiture de Nixon le . La suite des événements est lisible à l'écran à la fin du film, mais ne respecte pas totalement l'ordre chronologique, concluant par la démission de Nixon. Le livre, publié en 1974, paraît avant ce dernier acte.
  • Ce film sert de large base à l'action de La Classe américaine (ou Le Grand Détournement), l'enquête sur les derniers mots de « l'homme le plus classe du monde », George Abitbol, étant menée par Redford et Hoffman, via des extraits de ce film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre original All the President's Men (Tous les hommes du président) est une allusion à une célèbre comptine enfantine en anglais All the King's Men (Tous les hommes du roi).
  2. a b et c Secrets de tournage - Allociné.
  3. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database.
  4. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Business sur l’Internet Movie Database.
  6. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]