Le projet « Monarchie » lié à ce portail

Portail:Monarchie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Monarchie
8 365 articles de Wikipédia sont actuellement consacrés à la Monarchie,
dont 43 articles de qualité et 61 bons articles répartis en 2 441 catégories catégories.

Tutanchamon (js) 1.jpg Palast der irdischen Ruhe innen.jpg Hallofmirrors.jpg Preussische-Kroninsignien.JPG Kamehameha I head to waist 5111.jpg

Présentation

La monarchie est un système politique où l'unité du pouvoir est symbolisée par une seule personne, appelée monarque, elle est définie par un type de gouvernement absolu, mais ce pouvoir est limité par des lois, toutefois une loi martiale permet provisoirement tous les pouvoirs au monarque, qui regroupe les trois pouvoirs de l'État : législatif, exécutif et judiciaire.
S'il dirige le royaume lui-même avec ses ministres, il rend la justice par le biais de tribunaux et de cours, il édicte tous les textes législatifs que l'assemblée préconise quand il les regroupes lors des États-généraux.

« La vraie noblesse est exempte de crainte. »Henri VI (Shakespeare)


Lumière sur

HughCapet.jpg

Hugues Ier Capet (né vers 941, mort près de Prasville (Eure-et-Loir) le 24 octobre 996), duc des Francs (960-987) puis, roi des Francs (987-996), fut le premier souverain de la dynastie capétienne. Fils de Hugues le Grand et de son épouse Hedwige de Saxe, il est l'héritier des puissants Robertiens, la lignée qui est en compétition pour le pouvoir avec les grandes familles aristocratiques de Francie aux IXe et Xe siècles.

La fin du Xe siècle connaît le début d’une révolution économique et sociale qui allait trouver son apogée vers 1100. Les progrès agricoles, le début des défrichements et l’augmentation des capacités d’échanges induites par l’introduction du denier d’argent par les premiers Carolingiens entraînent une dynamique économique encore timide mais réelle. Dans le même temps, la fin des invasions et la continuité des guerres personnelles entraînent la construction des premiers châteaux privés où peuvent trouver refuge les paysans. En parallèle, la nouvelle élite guerrière entre en concurrence avec l’ancienne aristocratie foncière carolingienne. Pour canaliser ces nouveaux venus et pour assurer la protection de leurs biens, l’aristocratie et l’Église soutiennent et exploitent le mouvement de la paix de Dieu. C’est dans ce contexte que Hugues Capet peut instaurer la dynastie capétienne.

Il bénéficie tout d’abord de l’œuvre politique de son père qui parvient à contenir les ambitions de Herbert II de Vermandois, puis à en neutraliser la lignée. Cependant ceci ne peut se faire qu’en aidant les Carolingiens, pourtant totalement évincés de la course à la couronne depuis la déchéance de Charles le Simple, à se maintenir. En 960, Hugues Capet hérite du titre de duc des Francs obtenu par son père en échange de la concession de la couronne à Louis IV d'Outremer. Mais, avant de parvenir au pouvoir, il doit se libérer de la tutelle des Ottoniens et éliminer les derniers Carolingiens. C'est avec le soutien de l'Église, et en particulier de l'évêque Adalbéron de Reims et de Gerbert d'Aurillac, tous deux proches de la cour ottonienne, qu'il est enfin élu et sacré roi des Francs en 987.

La relative faiblesse d'Hugues Capet est paradoxalement un atout pour son élection par les autres grandes familles avec le soutien des Ottoniens, car il est peu menaçant aux yeux des grands vassaux et pour les ambitions impériales. Cependant, si effectivement le nouveau roi ne parvient pas à soumettre ses vassaux indisciplinés, son règne voit une modification de la conception du royaume et du roi. Ainsi, Hugues Capet renoue avec l'Église en s'entourant systématiquement des principaux évêques et se rapproche de l'aristocratie en s'alliant avec les grands princes territoriaux (le duc de Normandie ou le comte d'Anjou), ce qui renforce son trône.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Monarchie

Personnalités

Noblesse

Politique

Symboles

Le saviez-vous ?

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est un texte juridique français, exigeant la pleine assimilation légale, politique et sociale des femmes, rédigé en septembre 1791, par l’écrivaine Olympe de Gouges sur le modèle de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 proclamée le 26 août 1789. Premier document à évoquer l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne a été rédigée afin d’être présentée à l’Assemblée nationale pour y être adoptée.

Listes

Article au hasard

Voici l'un des 8 365 articles que compte le portail sur la monarchie :

« Étienne Ier de Hongrie »

Vous pouvez aussi essayez une nouvelle sélection.

Articles promus

Article de qualité Article de qualité

Bon article Bon article

Proposition d'articles de qualité

...

Proposition Bon Article

...

Sur Wikimédia

Wikimedia-logo.svg
Commons
Commons
Médiathèque
Wikiquote
Wikiquote
Citations
Wikidata
Wikidata
Base de données
Wikivoyage
Wikivoyage
Guide de voyage
Wiktionnaire
Wiktionnaire
Dictionnaire
Wikisource
Wikisource
Bibliothèque
Wikinews
Wikinews
Site d'actualités