Lesotho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume du Lesotho

Muso oa Lesotho (st)

Kingdom of Lesotho (en)

Drapeau
Drapeau du Lesotho
Blason
Armoiries du Lesotho
Description de l'image Lesotho (orthographic projection with inset).svg.
Devise nationale Khotso, Pula, Nala
(en sesotho : Paix, pluie et prospérité)
Hymne national Lesōthō fatše la bo ntat'a rōna
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle
Roi Letsie III
Premier ministre Pakalitha Mosisili
Langues officielles sesotho et anglais
Capitale Maseru

29° 18′ 50″ S 27° 28′ 50″ E / -29.3139, 27.4806

Géographie
Plus grande ville Maseru
Superficie totale 30 355 km2
(classé 136e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC +2
Histoire
Indépendance Du Royaume-Uni
Date
Démographie
Gentilé Lésothan
Lésothien
Population totale (2015) 1 924 381 hab.
(classé 138e)
Densité 63 hab./km2
Économie
PIB nominal (2014) 2,09 milliards de $
+ 2 %
PIB (PPA) par hab. (2013) 1 169 $[1]
IDH (2014) 0,494 (bas) (161e)
Monnaie Loti (au pluriel Maloti) (LSL​)
Divers
Code ISO 3166-1 LSO, LS​
Domaine Internet .ls
Indicatif téléphonique +266

Le Lesotho – en forme longue le royaume du Lesotho, en sesotho Muso oa Lesotho et en anglais Kingdom of Lesotho –, est un État d'Afrique australe, montagneux et sans accès à la mer, entièrement enclavé dans le territoire de l'Afrique du Sud, dont il est économiquement dépendant. Ancien protectorat britannique (Basutoland), le pays a accédé à l'indépendance en 1966. C'est aujourd'hui une monarchie constitutionnelle dont le souverain est Letsie III et le Premier ministre Pakalitha Mosisili (2015). Sa capitale et seule très grande ville est Maseru. Le Lesotho compte environ deux millions d'habitants. Les Basotho – qui ont donné leur nom au pays – y sont majoritaires. La plupart sont chrétiens. Les deux langues officielles sont l'anglais et le sesotho.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Bushmen ont laissé des traces depuis la préhistoire, et sont signalés, aux côtés de quelques Nguni de passage, au XVIe siècle lorsque les Basotho, une ethnie bantoue originaire d'Afrique centrale, arrivent et s'installent dans cette partie de l'Afrique. La population actuelle est née du mélange de ces peuples.

Au début du XIXe siècle, les premiers commerçants blancs[Qui ?] arrivent[D'où ?] dans la région (appelée dès lors Basutoland).

En 1820, le roi des Basotho, Moshoeshoe Ier (v. 1800-1870) unifie les tribus sotho afin de se défendre contre les raids zoulou (voir l'article mfecane). Il concentre son peuple dans le massif Basouto et réussit à préserver son indépendance. Mais, à partir de 1840, le Lesotho doit faire face à une autre menace, celle des Boers, les colons d'origine néerlandaise d'Afrique du Sud, qui veulent s'approprier leurs terres. Il sera attaqué à plusieurs reprises par les Boers de l’Orange (1858-1864-1867) et son territoire sera rogné à l’ouest. En 1868, afin de se protéger des Boers, Moshoeshoe Ier demande l'aide des Britanniques qui établissent un protectorat sur le territoire.

De 1899 à 1902, le Lesotho, en tant que protégé de la couronne britannique, est pris dans la tourmente de la Seconde Guerre des Boers[Comment ?], qui s'achève par la défaite des Boers.

À la création de l'Union sud-africaine en 1910 et de la République d'Afrique du Sud en 1961, le Lesotho demeure à part, autonome sous protectorat britannique, et sous le nom de Basutoland. La géographie montagneuse du pays et l'absence d'or et de diamants[C'est-à-dire ?] ont contribué à la sauvegarde de son autonomie.

Le , le royaume du Lesotho devient indépendant du Royaume-Uni dans le cadre du Commonwealth. Le pouvoir sera désormais partagé, non sans coups de force mais sans morts jusqu'en 1998, entre la maison royale, l'armée (formée par les Britanniques) et la classe des oligarques civils. Comme ailleurs, la démocratie ne parvient pas à s'imposer, et le peuple ne peut que subir les pouvoirs qui se succèdent.[En quoi ?]

En 1970, une révolution aboutit au transfert du pouvoir du roi[C'est-à-dire ?] qui, de fait, n'occupe plus qu'un poste honorifique au profit de son Premier ministre. Le , le roi Moshoeshoe II (1938-1996), chef suprême du Basutoland de 1960 à 1966, puis roi du Lesotho, doit partir en exil[pourquoi ?]. Il revient le 5 décembre[pourquoi ?].

En 1986, un coup d'État militaire rend ses pouvoirs au roi.

Le roi Moshoeshoe II est de nouveau exilé en 1990.[pourquoi ?] Le , son fils Letsie III est appelé sur le trône pour lui succéder. Mais le , Moshoeshoe II redevient roi et le reste jusqu'à sa mort dans un accident de voiture le .

En 1993, le gouvernement constitutionnel est restauré après une période d'attente[Quoi ?] de 23 ans pendant laquelle les militaires ont dirigé le pays.

En 1998, des protestations violentes associées à une mutinerie militaire provoquent une intervention brève mais sanglante[C'est-à-dire ?] de l'Afrique du Sud à la suite d'élections[Lesquelles ?] contestées[Comment ?][2]. Une autre réforme constitutionnelle permet de rétablir une certaine stabilité dans le pays mais la xénophobie à l´égard des Sud-Africains augmente.

Le 30 août 2014, le pays subit un coup d'État militaire.[Par qui ?] Le Premier ministre Thomas Thabane quitte le Lesotho et rejoint l'Afrique du Sud où il demande l'aide internationale[3], avant de revenir au Lesotho le mardi 2 septembre[4].

Politique[modifier | modifier le code]

Le Parlement (2013)
Article détaillé : Politique au Lesotho.

Le Lesotho est une monarchie constitutionnelle dotée d'un parlement bicaméral. L'Assemblée nationale compte 120 membres élus choisis pour cinq ans, et le Sénat 33 membres nommés[5].
La constitution du Lesotho a été adoptée en 1993, puis plusieurs fois remaniée. Elle a restauré le multipartisme. Le pouvoir exécutif appartient au gouvernement[6]. Le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et les deux chambres du Parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant[5].
Le rôle du roi est essentiellement protocolaire. N'ayant plus d'autorité exécutive, il ne peut pas intervenir activement sur la scène politique[5]. Letsie III, successeur de son père Moshoeshoe II, règne sur le Lesotho depuis le .
Pakalitha Mosisili, déjà Premier ministre entre 1998 et 2012, occupe à nouveau cette fonction depuis le [7].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Districts du Lesotho
Article détaillé : Subdivisions du Lesotho.

En 1871 l'administration coloniale a d'abord découpé le pays en quatre districts[8]. Ce nombre est passé à sept en 1910, puis à neuf à la veille de l'indépendance et enfin à dix en 1980. Ces districts sont les suivants : Berea, Butha-Buthe, Leribe, Mafeteng, Maseru, Mohale's Hoek, Mokhotlong, Qacha's Nek, Quthing et Thaba-Tseka[8].
Le centre administratif de chaque district porte le nom de camp town[8].
Outre les districts, le pays est également divisé en 24 wards, dont les frontières correspondent à des territoires sous l'autorité de chefs traditionnels (principals et ward chiefs). Ces territoires ne sont pas nécessairement contigus[8].

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage du Lesotho
Article détaillé : Géographie du Lesotho.

Le Lesotho couvre 30 355 km2, une superficie comparable à celle de la Belgique. Il partage ses frontières avec le pays au sein duquel il est enclavé : l'Afrique du Sud.

C'est un pays de montagne à relief volcanique, dont tout le territoire est situé au-dessus de 1 300 m d'altitude. Les collines de l'ouest et du sud sont peu arrosées, alors que les massifs des Hautes Terres et du Drakensberg sont plus humides. Le point culminant se situe à l'est, au mont Thabana Ntlenyana (3 482 m)[9].

Le climat du Lesotho est de type continental tempéré, avec des caractéristiques plutôt propices à de multiples activités économiques[10]. Cependant sa situation sur un plateau à l'extrémité du sous-continent sud-africain l'expose aux influences significatives à la fois du courant chaud en provenance de l'océan Indien et du courant de Benguela, froid, venu de l'océan Atlantique. Il en résulte de grandes variations en matière de précipitations et de températures. Le changement climatique rend ces conditions météorologiques encore plus imprévisibles et peut expliquer la fréquence accrue de périodes de sécheresse et de mauvaises récoltes observée ces dernières années[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Lesotho.

Montagneux et peu étendu, le Lesotho fait partie des pays les moins peuplés d'Afrique.

Les habitants du Lesotho sont appelés Lésothans et Lésothanes[11],[12] ou Lésothiens et Lésothiennes[12].

Les résultats définitifs du recensement de 2006[13] concluaient à une population globale de 1 876 633 personnes. Les données ultérieures sont des estimations, légèrement inférieures[14] ou supérieures[15] à deux millions. Le taux de croissance démographique, stagnant ou négatif, est affecté par une forte prévalence du VIH (22,9 % en 2013), l'une des plus élevées au monde[16].

L'espérance de vie à la naissance est de 44,5 ans[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Économie du Lesotho et Transport au Lesotho.

Le loti (LSL) est la devise officielle du Lesotho depuis 1980. Sa valeur est indexée sur celle du rand sud-africain (ZAR) qui est également utilisé[17].

Le Lesotho est un pays pauvre. En 2014 l'indice de développement humain (IDH) le classe en 161e position sur 188 pays[18]. Les inégalités de revenus sont particulièrement fortes et le coefficient de Gini y est l'un des plus élevés au monde[14].

L'économie reste peu diversifiée, dépendante de l'aide internationale et des transferts effectués par les travailleurs émigrés. Les importations sont largement supérieures aux exportations. Le secteur public, premier employeur du pays, représente plus de la moitié du PIB[14]. Une agriculture vivrière produit des racines et des tubercules, du maïs, du sorgho, du blé et des légumes, mais elle est menacée par l'érosion des sols. La population majoritairement rurale pratique aussi l'élevage des ovins et des caprins, ainsi que des bovins[9]. L'hydroélectricité représente la principale richesse du Lesotho[9] – surnommé le « château d'eau » –, dont bénéficie l'Afrique du Sud[19]. Dans le cadre du Lesotho Highlands Water Project (LHWP)[20], de nombreuses infrastructures ont été construites, dont le barrage de Katse et celui de Mohale. La reprise du secteur minier, notamment l'exploitation du diamant qui se place en tête des exportations, est prometteuse. L'industrie textile se développe également : le Lesotho est devenu le premier exportateur de vêtements africains vers les États-Unis[14].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture du Lesotho.

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues au Lesotho.

Le sesotho (ou sotho du Sud) est l'une des deux langues officielles. Également parlée en Afrique du Sud, c'est une langue bantoue, l'une des premières langues écrites en Afrique. Elle dispose d'une littérature très riche[21].
L'anglais est la seconde langue officielle, introduite en 1868 lorsque le pays est placé sous protectorat britannique[21].
Quelques petites communautés parlent le zoulou ou le xhosa, d'autres langues bantoues[21].

Religions[modifier | modifier le code]

Temple protestant de Leribe (1913)

Le christianisme s'est implanté avec l'arrivée des premiers missionnaires protestants français en 1833, suivis par les anglicans et les catholiques dans la seconde moitié du siècle[22].
Il reste largement majoritaire (environ 90%) au XXIe siècle[23]. Les principales églises sont catholiques, anglicanes, ou relèvent de l'Église réformée hollandaise[21]. Le poids de l'Église catholique est lié à son implication dans l'éducation : plus de 75 % des écoles primaires et secondaires sont gérées par des catholiques[21]. De nombreuses cérémonies religieuses chrétiennes intègrent des éléments empruntés à la culture locale traditionnelle : chants, percussions, costumes[21].

Parmi les 10 % restants, outre les athées, on compte des musulmans – principalement dans le nord – et des hindouistes, mais ces deux communautés tendent à décroître, car beaucoup émigrent en Afrique du Sud. Il existe aussi une petite communauté juive[23].

Dans une société assez homogène, les instances internationales n'ont pas observé de discriminations ou d'incidents particuliers liés à la religion. Le gouvernement finance des écoles confessionnelles[23].

Fêtes laïques[modifier | modifier le code]

Deux fêtes importantes sont célébrées dans le pays chaque année, Moshoeshoe Day (11 mars) et Independence Day (4 octobre).

Fête de Moshoeshoe 
Elle rend hommage au roi Moshoeshoe Ier, fondateur de la nation, qui mourut le . C'est un grand jour pour les enfants des écoles qui préparent longtemps à l'avance chorales et compétitions sportives[21].
Fête de l'Indépendance 
Fête nationale, elle commémore l'accession du pays à l'indépendance le . Elle est marquée par des cérémonies officielles, des discours et des spectacles de danse traditionnelle[21].

Éducation[modifier | modifier le code]

Port de l'uniforme dans une école primaire

Le système éducatif du Lesotho est régi par la loi sur l'Éducation (Education Act) de 2010[24]. La scolarité est obligatoire pour tous les enfants entre six et treize ans[25]. La gratuité des frais de scolarité se met en place progressivement depuis 2000[25].
Selon une estimation du World Factbook en 2015[26], le taux d'alphabétisation serait de 79,4 % (70,1 pour les hommes et 88,3 pour les femmes). Le Rapport sur le développement humain 2013 du PNUD avance des chiffres un peu différents : pour la période 2005-2010, le taux d'alphabétisation des adultes (% des 15 ans et plus) serait de 89,6 %[27]. Cependant les comparaisons internationales sont rendues difficiles par des modes de calcul très variables selon les pays et les périodes[26].

L'université nationale du Lesotho (National University of Lesotho, NUL) s'est développée à partir d'un collège universitaire catholique fondé à Roma en 1945[28].

Sport[modifier | modifier le code]

Afri-Ski, l'unique station de ski du Lesotho

Comme dans beaucoup de pays d'Afrique subsaharienne, le sport le plus populaire au Lesotho est le football, dans les quartiers, à l'école, comme à l'échelon professionnel[29]. La Fédération du Lesotho de football (LEFA) est membre de la Confédération africaine de football (CAF). L'équipe nationale (Likuena ou « Crocodiles ») a été créée officiellement en 1932. Elle était 153e au classement de la FIFA de décembre 2015[30]. L'équipe féminine a joué son premier match en 1998. Le netball est également très populaire auprès des femmes[29].
L'athlétisme, le cricket et le handball sont d'autres sports très appréciés. Le stick-fighting, un art martial local que l'on pratique avec un bâton court décoré (mulamu), trouve ses origines dans les rites d'initiation et la vie pastorale. La disparition des gros animaux limite désormais la chasse au petit gibier et aux oiseaux.
Dans le nord du pays, Afri-Ski, à 3 322 m d'altitude, espère attirer les skieurs fortunés de Johannesburg et Pretoria[31].
Le moruba est un jeu de société millénaire dont il existe de nombreuses variantes, et auquel on joue à tout âge[29].

Codes[modifier | modifier le code]

Le Lesotho a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lesotho sur populationdata.net, consulté le 28 février 2016
  2. Voir Garth le Pere, "L'action diplomatique sud-africaine pour la paix en Afrique", Transcontinentales 2, 2006, p. 21-41 ( Transcontinentales); K. Matlosa, "The Lesotho Conflict : Major Causes and Management", Johannesburg, Foundation for Global Dialogue, Dialogue Series No 2, 1998
  3. « Le Premier ministre du Lesotho rentre dans son pays après le coup d'État », Libération, 1er septembre 2014
  4. « Vers une sortie de crise au Lesotho ? », RFI, 1er septembre 2014.
  5. a, b et c « Fiche pays. Lesotho », GeoLinks [ww.geolinks.fr/geopolitique/afrique-du-sud/lesotho/fiche-pays-lesotho/]
  6. Sory Balde, La convergence des modèles constitutionnels : études de cas en Afrique subsaharienne, Publibook, Paris, 2011, p. 343 (ISBN 978-2-7483-6392-0)
  7. « Lesotho: une nouvelle majorité », British Broadcasting Corporation|BBC]], 4 mars 2015 [1]
  8. a, b, c et d (en) « Districts, camp towns and wards », in Scott Rosenberg et Richard F. Weisfelder, Historical Dictionary of Lesotho, Scarecrow Press, 2013 (2e éd.), p. 117 (ISBN 9780810879829)
  9. a, b et c Atlas de l'Afrique, Éditions du Jaguar, Paris, 2009, p. 158-159 (ISBN 978-2-86950-426-4)
  10. a et b (en) Lesotho Meteorological Services, « Chapter Four. How vulnerable is Lesotho? », in Climate change in Lesotho. A handbook for practicioners, novembre 2001, p. 14, [lire en ligne]
  11. Lesotho sur unterm.un.org
  12. a et b « Noms de pays qui commencent par L-M », sur Banque de dépannage linguistique, OQLF (consulté le 28 février 2016)
  13. (en) « Population size, age and sex structure », Lesotho Bureau of Statistics [2]
  14. a, b, c et d L'Afrique en 2016, hors série Jeune Afrique, p. 171
  15. Public Data [3]
  16. (en) « HIV and AIDS in Lesotho », UNAIDS Gap Report 2014, Avert [4]
  17. Tabo Foulo, « Regional currency areas and the use of foreign currencies: Lesotho’s experience », in Regional currency areas and the use of foreign currencies, 2003, no 17, p. 128-133, [lire en ligne]
  18. (en) « Table 1: Human Development Index and its components », Human Development reports, 2014 [5]
  19. « Le Lesotho se transforme en château d'eau de l'Afrique du Sud », Les Échos, 12 novembre 1996, [lire en ligne]
  20. Philippe Colombani, « Le Lesotho Highlands Water Project (LHWP) : une coopération réussie dans l’attente d’une politique régionale de l’eau », in Afrique contemporaine, 1/2003, no 205, p. 91-102, [lire en ligne]
  21. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Lesotho », Countries and their Cultures [6]
  22. Claude-Hélène Perrot, « Premières années de l'implantation du christianisme au Lesotho (1833-1847) », in Cahiers d'études africaines, 1963, vol. 4, no 13, p. 97-124, [lire en ligne]
  23. a, b et c (en) « International Religious Freedom Report for 2014 », [7]
  24. (en) « Education Act, 2010 », in Lesotho Government Gazette, no 20, 15 mars 2010, p. 155-207
  25. a et b (en) « Universal Primary Education », portail du Gouvernement [8]
  26. a et b (en) The World Factbook [9]
  27. « Éducation », in Rapport sur le développement humain 2013, p. 184 [10]
  28. (en) « Historical Note of the National University of Lesotho », NUL [11]
  29. a, b et c (en) Toyin Falola et Daniel Jean-Jacques, « Lesotho. Sports and Games », in Africa: An Encyclopedia of Culture and Society, ABC-CLIO, 2015 p. 657-658 (ISBN 9781598846669)
  30. Classement mondial FIFA [12]
  31. (en) E. John B. Allen, « Lesotho », in Historical Dictionary of Skiing, Scarecrow Press, 2011, p. 117-118 (ISBN 9780810868021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Amy Jacot Guillarmod, Flora of Lesotho (Basutoland), 1971.
  • (en) Rainer Slotta, Mustapha Skalli (Ed.), International Symposium on Preservation and Presentation of the Cultural Heritage of Lesotho, Bochum, 1991, (ISBN 3-921533-50-3).
  • (en) Elizabeth A. Eldredge, A South African kingdom. The pursuit of security in nineteenth-century Lesoth (=African studies series. 78), Cambridge & New York, 1993.
  • (en) Khabele Matlosa, Labour migration and the economy in Southern Africa: A review of Lesotho-South Africa relations in a post-apartheid era (=Southern African perspectives. 50), Bellville, 1995.
  • (en) Country presentation by the government of Lesotho (3rd United Nations Conference on the Least Developed Countries, 2 001 in Brussels, Belgium), Genève, 2001.
  • (en) Lesotho Country Study Guide International Business Publications, 2004, (ISBN 0-7397-6194-3).
  • (en) Mary Fitzpatrick, Rebecca Blond, Gemma Pitcher, South Africa, Lesotho & Swaziland, Lonely Planet, 2015 (10e édition), 640 p. (ISBN 978-1743210109).
  • (en) Tshidiso Maloka, Basotho and the mines. A social history of labour migrancy in Lesotho and South Africa, c. 1890-1940, Dakar, 2004, (ISBN 2-86978-128-8).
  • (en) W. Olaleye, Democratic consolidation and political parties in Lesotho, Johannesburg, 2004.
  • (en) Thabo Makoa, Anne-Laure Zwilling, Shepherd boy of the Maloti, Morija Museum & Archives, 2005, (ISBN 9789991163239).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]