Palais royal (Rabat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais royal.
Palais royal
Royal Palace, Rabat.jpg
L'entrée principale du Palais royal.
Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Construction
Ouverture
Propriétaire
Statut patrimonial
Patrimoine culturel du Maroc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées

Le Palais royal (ex-Palais impérial ou « dar el-makhzen ») de Rabat, capitale du Maroc, est le principal palais royal du pays.

Au départ palais de sultans alaouites, il fait partie des palais des « villes impériales » (dars el makhzen), au sein des multiples palais ou résidences royaux (comme le palais de Skhirat, où a eu lieu une tentative de coup d'État du temps du roi Hassan II), et est, de nos jours, notamment le siège de Mohammed VI, fils de Hassan II, qui n'y réside pas[1], et des services pour les besoins de sa charge.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Palais royal se trouve à proximité du centre-ville.

Il se situe dans le quartier de Touarga (qui constitue une minuscule commune urbaine enclavée dans celle de Rabat, avec laquelle elle constitue la préfecture ou ville de Rabat), entre les quartiers de l'Agdal, de Hassan — avec le centre-ville — et du Souissi.

Carte de situation du quartier de Touarga.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du Palais royal, anciennement impérial, est liée à la dynastie alaouite, toujours régnante.

Au départ, en 1785, un palais fut bâti sous le règne du sultan Sidi Mohammed ben Abdallah[2] (dit ultérieurement « Mohammed III »). À l'époque de Moulay Abderrahmane, en 1854[2],[3], un autre palais fut édifié à son emplacement, tout comme l'enceinte de Touarga[2], le quartier où il se trouve. L'actuel palais est le fruit d'une reconstruction et d'une extension remontant au XXe siècle[4].

Rabat étant devenue la capitale du Maroc pendant la période du Protectorat français, il est l'un des palais des « villes impériales » (dars el makhzen).

Architecture et bâtiments[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Palais royal est un complexe architectural entouré d'une enceinte — dont l'entrée principale donne sur une vaste esplanade servant à des cérémonies en plein air (le méchouar) — et comprenant notamment le Cabinet royal et le Collège royal. Ses bâtiments, tous coiffés de toits en bâtière de tuiles vertes et structurés selon le modèle de la maison citadine traditionnelle, sont orientés vers de vastes jardins et cours intérieures très agrémentés.

Vue depuis le méchouar des bâtiments aux toits de tuiles vertes.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Palais royal n'est pas accessible aux visiteurs ; quand on traverse Touarga par son artère principale, on peut tout de même voir, entre autres, sa façade tout en s'arrêtant. Quelque 2 000 personnes y résident et travaillent[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leïla Slimani, « Maroc : Lalla Salma, la princesse aux pieds nus », Jeune Afrique, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2015)
  2. a b et c *Royaume du Maroc, « Rabat, capitale moderne et ville historique : Un patrimoine en partage », sur UNESCO, , p. 24
    Proposition d’inscription sur la liste du patrimoine mondial.
  3. Ou 1864, selon Touri et al. 2010, p. 269.
  4. Touri et al. 2010, p. 269

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Maroc - Ahmed Makhfi diplomate

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]